En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Par Lisez, publié le 09/10/2018
        3 bonnes raisons de se laisser emporter par "Tout ce qui nous répare"

        Ses deux premiers livres ont conquis des millions de lecteurs. Lori Nelson Spielman est de retour ces jours-ci en librairie avec Tout ce qui nous répare, un roman poignant saupoudré d’une bonne dose d’optimisme. La recette Lori Nelson Spielman fonctionne toujours, et on vous explique pourquoi en trois points.

        C’est l’histoire d’Erika Blair, une mère de famille qui a tout pour être heureuse. Agente immobilière au sommet, elle est mère de deux filles magnifiques. Mais lorsque l’aînée, Kristen, meurt dans un accident, Erika tombe dans une spirale de culpabilité. Rongée par la douleur, elle s’éloigne de son autre fille, Annie, elle-même prisonnière de son propre chagrin. Un jour, Erika reçoit un mail anonyme : "Chasse ce qui te pèse et cherche ce qui t’apaise", une citation qu’elle connaît bien et qui pourrait tout changer… Les admirateurs de Lori Nelson Spielman le savent déjà, l’autrice américaine a l’art de créer des histoires émouvantes, qui touchent au cœur et qui célèbrent l’espoir. Avec Tout ce qui nous répare, elle s’intéresse de près aux relations mère-fille et tisse autour d’un drame familial une intrigue tendre, sans pathos, traversée d’instants solaires. Un véritable roman "doudou" qui une fois entamé nous donne envie de ne plus le quitter.

        3 bonnes raisons de se laisser tenter :

        1. Un roman dans la lignée des précédents
        Le deuil, la culpabilité, le pardon… des sentiments qui sont au cœur de l’œuvre de Lori Nelson Spielman. Dans Tout ce qui nous répare, elle met à nouveau à l’honneur une femme guidée par une main invisible qui va lui montrer qu’il est possible de se reconstruire. L’héroïne de Demain est un autre jour était guidée par des lettres, celle d’Un doux pardon voyait sa vie se transformer après avoir reçu des "pierres du pardon". Ici, Erika Blair reçoit des mails refermant des citations qui font écho à son enfance, à sa relation avec sa mère et ses filles. Roman initiatique naviguant entre le drame et la comédie, Tout ce qui nous répare est du pur Lori Nelson Spielman. Les fans retrouveront avec plaisir l’atmosphère enveloppante et moelleuse que l’autrice sait si bien créer et les nouveaux lecteurs se laisseront emporter avec un plaisir non-dissimulé.

        2. Des héroïnes touchantes
        Personnage central de ce nouveau roman, Erika Blair est une femme de son temps, passionnée par son métier et mère célibataire comblée par ses deux filles, Kristen et Annie, toutes deux âgées de 19 ans. Mais le décès soudain de Kristen va faire s’écrouler le château de cartes qu’Erika avait bâti autour d’elle. Rongée par la culpabilité et la douleur, elle se refuse pourtant à dévoiler ses faiblesses. Un poids trop lourd à porter et qui va se craqueler au retour de l’héroïne sur son île natale où l’attend un père distant et des secrets de famille enfouis depuis trop longtemps.

        Personnage touchant qui aspire à la paix, Erika n’est pas la seule grande héroïne de Tout ce qui nous répare. Annie, sa fille, est également au centre du récit – les chapitres alternant entre le point de vue d’Erika et le sien – et elle est tout aussi attachante que sa mère. Peu sûre d’elle, douce et intelligente, c’est en s’éloignant du cocon familial brisé qu’elle va apprendre à déployer ses ailes. Deux femmes touchantes, drôles, fortes et entêtées, devant lesquelles on ne peut que s’attendrir.

        3. Une leçon d’optimisme
        Si le point de départ de ce nouveau roman est un drame et le deuil qui en découle, c’est bel et bien l’espoir qui porte l’intrigue. Comme elle l’a déjà si bien fait dans Demain est un autre jour et Un doux pardon, Lori Nelson Spielman livre ici une véritable leçon d’optimisme. Oui, les protagonistes tombent, mais c’est pour mieux se relever par la suite. Ce drame, si douloureux soit-il, va les forcer à faire la paix avec leur passé, à reprendre leur vie en main. Et quand les liens familiaux sont chamboulés et se distendent, c’est pour mieux se resserrer par la suite. A cette histoire familiale, Lori Nelson Spielman n’oublie pas d’ajouter une belle dose de romance et parsème le tout d’un humour bienveillant. Un roman feel good, mais bien plus que ça encore.

        Lisez
        Lisez