Lisez! icon: Search engine
Par Pocket, publié le 18/09/2018

4 exercices pour se foutre la paix

Méditer, faire du sport, manger sainement, être efficace au travail... On vit sans cesse dans la pression, entouré d'injonctions nous incitant à être la meilleure version de nous-même. Dans son ouvrage libérateur et déculpabilisant “Foutez-vous la paix”, Fabrice Midal, directeur de la collection Évolution, propose tout le contraire : s'ouvrir au monde et se donner l’autorisation d’être soi-même.

Voici 4 exercices pour s’y mettre !

Méditer, faire du sport, manger sainement, être efficace au travail... On vit sans cesse dans la pression, entouré d'injonctions nous incitant à être la meilleure version de nous-même. Dans son ouvrage libérateur et déculpabilisant “Foutez-vous la paix”, Fabrice Midal, directeur de la collection Évolution, propose tout le contraire : s'ouvrir au monde et se donner l’autorisation d’être soi-même.

Voici 4 exercices pour s’y mettre !

 

Exercice 1 : se foutre la paix

 

L’idée est, tout simplement, de commencer par se dire : « Je me fous la paix ». Même au milieu du tumulte de notre vie, un rendez-vous professionnel important, une présentation en public d’un dossier,... le fait de s’arrêter pour se dire cette phrase va simplement nous permettre de faire tomber la pression.

Ce “Foutez-vous la paix” est donc pour Fabrice Midal une sorte de mantra pour nous pousser à remettre nos certitudes en cause, à déplacer le curseur de soi vers les autres. L’auteur nous invite à renouer avec notre liberté intérieure, à renoncer à l’action fébrile, et à nous ouvrir au monde.

Exercice 2 : ne plus obéir

Vouloir suivre les règles est souvent la meilleure manière de les rater. Or depuis notre naissance, on a tendance à tout faire pour entrer dans le moule : on suit les règles à l’école, on obéit, même quand on a envie de dire non. L’auteur nous invite à ne pas confondre “formation” et “formatage”.

Et si nous prenions le risque d’être qui nous sommes vraiment ? Et si nous sortions du cadre imposé en prenant de la hauteur ? Car nous sommes des êtres intelligents, capables de penser par nous-mêmes avec nos propres forces. Apprendre à vivre sans muselière sans tomber dans l’anarchie est possible !

Exercice 3 : cesser de méditer

Fabrice Midal est l’un des principaux enseignants de la méditation en France, alors le titre de cet exercice peut vous étonner. Ici, il décomplexe la pratique en proposant simplement de s’assoir et ne rien faire, pendant quelques minutes. On n’intellectualise pas, on n’essaie pas d’être calme à tout prix. On est là où on est, sans même chercher à se détendre :  on entre en rapport avec sa propre vie, en pleine présence. Ne rien essayer de contrôler, se vider la tête… sans rien n’avoir à faire ou à accomplir.

« Vous êtes submergé de pensées ? Soit. Je ne vais pas m'obliger à faire le vide dans ma tête - je serais certain d'arriver au résultat inverse et me retrouver avec un déluge incontrôlable de pensées. Je vais rentrer en rapport avec ce qui se passe, prendre ces pensées comme elles viennent. Je ne vais pas les disséquer, je ne vais pas non plus leur déclarer la guerre ni les obliger à s'en aller. Je vais considérer que toutes mes pensées, toutes mes perceptions, y compris sensorielles, participent de la méditation. A fond, je ne vais rien faire, je vais être. Méditer n'est pas se détacher ni se désincarner, mais, au contraire, s'ouvrir au monde à travers ses sens, donc à travers son corps. » Fabrice Midal

Exercice 4 : arrêter de vouloir être parfait

Pour réussir à se foutre la paix, il est important d’identifier pourquoi on n’y arrive pas, justement. Nous cherchons sans cesse la perfection, et ne nous autorisons pas l’échec. Nous nous mettons la pression sans cesse, or nous sommes des êtres imparfaits. Si nous apprenions à nous accepter tels que nous sommes, la vie serait plus facile. Fabrice Midal nous exhorte donc de cesser de nous comparer aux autres, pour trouver notre propre voie : celle de notre bonheur.

« Je ne suis pas nul(le), je ne suis pas un prodige, je m'accepte inconditionnellement comme je suis pour pouvoir, à partir de là, voir ce que je peux faire, ce que je peux améliorer. Oui, je suis étourdi, impatient ou nerveux. Par le fait même de m'accepter, de rire de ce que je suis, je deviens moins étourdi, moins impatient, moins nerveux. La bienveillance que je réveille en moi est le plus efficace des contre-poisons. » Fabrice Midal

  • Pour en savoir plus :

Vous pouvez consulter son site internet : www.fabricemidal.com

 

  • Du même auteur :

  

Pocket
Un livre, une rencontre.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Pocket

    Et si on devenait narcissique ?

    Êtes-vous prêt à remettre en question vos idées reçues sur le narcissisme ? Car contrairement à ce que l’on pense, être narcissique ce n’est pas s’aimer trop. Il s’agirait même plutôt de devenir plus acteur de sa propre vie, en s’aimant mieux. Car à force de nous dévouer aux autres, nous nous perdons nous-mêmes de vue... Fabrice Midal vous explique donc pourquoi il est urgent de devenir narcissique !

    Lire l'article