Lisez! icon: Search engine
Par Pocket jeunesse, publié le 16/12/2019

5 raisons pour lesquelles vous ne tiendriez pas une semaine à Absconditi

Dans Killing November Adriana Mather plonge son héroïne November Adley au cœur de l’académie Absconditi. Plus élitiste qu’Harvard et plus intense qu’un centre de formation du FBI, cette école pour assassins et espions voit des étudiants mourir chaque année. Vous pensez que vous pourriez vous en sortir si vous étiez admis(e) ? Nous vous expliquons pourquoi c’est peu probable.

Qui n’a jamais rêvé d’étudier dans un château ? Avec ses fauteuils de velours et ses murs de pierre, l’académie Abdsconditi paraît plus séduisante que n’importe quel lycée. Mais détrompez-vous. Voici 5 raisons pour lesquelles vous ne tiendriez pas plus d’une semaine sur place.

1. Un lieu coupé du monde

Entrer à Absconditi signifie se délester de son portable, de son ordinateur ou de tout autre objet personnel. Le château gigantesque ne possède ni électricité, ni internet, ni téléphone. Oui, il vous faudra faire une croix sur Instagram et Twitter. Les couloirs sont éclairés à la torche et les douches se prennent à l’eau froide à l’aide d’une bassine. Les élèves ont l’interdiction formelle de quitter l’enceinte de l’académie située au sein d’une forêt remplie de pièges. Claustrophobes s’abstenir.

 2. Des cours inattendus

Finis les cours de mathématiques, d’EPS et de philosophie. Dans Killing November, l’héroïne découvre les cours de manipulation, de poison et de lancer de couteaux. Autant dire que les enjeux changent lorsque vous devez lancer une lame deux centimètres au-dessus de la tête d’une de vos camarades. Dans la même veine, lors des cours d’escalade la moindre erreur implique une chute potentiellement mortelle.

3. Un règlement implacable

November apprend très rapidement l’une des règles principales d’Absconditi : la loi du Talion. Son principe est simple : œil pour œil, dent pour dent. Très concrètement quand November se fait frapper par un camarade, elle se voit offrir l’opportunité de cogner à son tour son adversaire. Et lorsqu’un étudiant est retrouvé assassiné, les élèves savent que le ou la coupable sera exécuté(e) à son tour.

4. Dites adieux aux amis et bonjour aux alliés

Soyons honnêtes, le côté le plus excitant du lycée, ce n’est pas les cours mais les amitiés qui s’y forment. Or à Absconditi, le concept d’amitié n’existe pas. Les étudiants n’ont pas le droit de parler de leur vie privée entre eux. Ils ne sont pas là pour se faire des amis mais des alliés. Leur scolarité ressemble à une partie d’échecs géante à base d’alliances et de trahisons, un peu comme dans Game of Thrones. November, pour sa part décide de faire équipe avec sa colocataire Layla et son frère jumeau Ashai afin de mener l’enquête sur le meurtre de leur camarade.

5. Des décès en rafale

Dans la plupart des écoles, le pire qui puisse arriver à un élève est d’être expulsé. À Abscondi, le pire consiste à terminer dans un cercueil. Que ce soit lors d’un cours, d’un défi ou à cause de la loi du Talion, les élèves risquent leur vie à chaque instant. Entrer à l’académie est donc une chose, y survivre en est une autre.

Killing November
Absconditi est une académie secrète et ultra-élitiste réservée aux enfants des Clans, un ordre tentaculaire qui manipule dans l’ombre les destinées du monde. Cours d’empoisonnement, lancer de couteaux, vols en tout genre… les élèves sont formés aux métiers d’assassin, d’espion, d’escroc. C’est un endroit cruel où les amis sont rares et dangereux : chaque année, des pensionnaires y meurent dans d’étranges circonstances. November Adley ignore pour quelle obscure raison son père l’a placée là, tant elle semble inadaptée à cet environnement. Elle devra pourtant s’y faire, et vite. Pour survivre, il lui faudra fouiller dans son passé et trouver sa place sur l’échiquier des Clans…

Pocket jeunesse