En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Par Belfond, publié le 01/02/2018
        Bibliothérapie n°57 : La révélation athée de Christopher Hitchens

        COMMENT UN LIVRE PEUT-IL CHANGER VOTRE VIE ?

         
        Les livres nous apportent une aide immense dans la conduite de notre vie. Qui n'a jamais été réconforté, enthousiasmé, ou tout simplement emporté par la lecture d'un roman ? Ému par la découverte de poèmes ? Inspiré par la philosophie ? C'est encore plus vrai des livres de développement personnel. Les Américains parlent même de « livres d'aide » [self-help]. Aujourd'hui, de nombreux ouvrages se proposent d'aider les lecteurs. C'est le projet de L'Esprit d'ouverture, qui pourrait reprendre cet exergue d'André Gide à son chef-d'œuvre Les Nourritures terrestres : « Que mon livre t'enseigne à t'intéresser plus à toi qu'à lui-même, puis à tout le reste plus qu'à toi… ».


        Leçon n°57 : La révélation athée de Christopher Hitchens


        Extraits de Dieu n’est pas Grand de Christopher Hitchens


        « Voyez donc, les enfants, à quel point Dieu est puissant et généreux. Il a fait l’herbe et tous les arbres verts, la couleur la plus reposante pour nos yeux. Si la végétation était entièrement rouge ou orange, ce serait épouvantable. »
        Les propos de Mme Watts m’ont franchement accablé. Mes petites sandales nouées à la cheville se sont recroquevillées de gêne pour elle. À neuf ans, je n’avais pas la moindre idée de la conception créationniste ni de sa rivale, l’évolution darwinienne, ni de la relation entre la photosynthèse et la chlorophylle. Les secrets du génome m’étaient aussi inconnus qu’ils l’étaient, à l’époque, de tout un chacun. Je n’avais pas encore vu de lieux où la nature est atrocement indifférente, voire hostile à la vie humaine, sinon à la vie même. Je savais seulement, presque comme si j’avais eu un accès privilégié à une autorité supérieure, que mon professeur s’était débrouillé pour avoir tout faux en à peine deux phrases. C’étaient les yeux qui s’étaient adaptés à la nature et non l’inverse.

        Belfond