Lisez! icon: Search engine
Par le cherche midi éditeur, publié le 10/05/2022

Collection Borderline : place à l'irrévérence

Derrière les couvertures qui pétaradent se déploient des thrillers au ton vif, emmenés par des personnages charismatiques et délicieusement cinématographiques. Borderline, la nouvelle collection du cherche midi, annonce la couleur avec trois premiers titres vrombissants.

Loin du « wokisme » ambiant, la collection que lance ce mois-ci le cherche midi propose des textes fidèles à une époque aujourd’hui révolue, où régnaient imagination, insolence et liberté. Au programme, des textes inédits, des curiosités mais aussi des rééditions qui font la part belle au « pulp », cette littérature de genre à l’univers dénué de pudibonderie. Chez Borderline s’annoncent des fictions sans gêne et sans reproche au rythme vigoureux, au parler sans détour et aux personnages franchement pas polis. Et pour se mettre dans le bain, trois premiers romans paraissent en mai. 

Graphiste indépendant dans le domaine de l’édition, Rémi Pépin signe, après Rebelles, une histoire de rock alternatif (2019) et Requiem pour un Keupon (2020), Banlieue noir, virée tourbillonnante dans la banlieue est de Paris, au début des années 80. Dans un monde voué à disparaître, trois crapules rôdent, jamais très loin de la grande délinquance. Ce texte nerveux voit s’entremêler alcool, kidnapping, chantage et gros ennuis, et jouit d’une oralité très inspirée, de celle qui – comme on l’entend souvent – n’aurait plus le droit de cité aujourd’hui. 

De l’autre côté de l’atlantique, Mickey Spillane, grand maître du roman policier « dur » (J’aurai ta peauEn quatrième vitesse…) et créateur du célèbre Mike Hammer, revit au travers de M’appelle pas fillette !, l’un de ses chefs-d’œuvre demeuré, à tort, méconnu en France. Après la disparition du parrain de la mafia new-yorkaise, tout le monde en ville attend Deep, son remplaçant, histoire de voir s’il peut veiller sur l’empire du vice et venger son prédécesseur, mais surtout découvrir les dossiers qui lui permettait de faire chanter son entourage. L’arrivée du nouveau patron va déjouer toutes les attentes. 

Toujours au sein d’une Amérique bien peu puritaine, John Shaft, légendaire figure des films de blaxploitation, déboule sans ménagement dans le troisième des six romans consacrés à ses aventures par Ernest Tidyman au siècle dernier. Le super détective revient dans Shaft Shaft Shaft ! suite au meurtre de son ami Ashby. Notre héros parcourt Harlem, quartier perclus de crime, prostitution et trafic de drogue, pour mener l’enquête, tout en tombant sous le charme de la veuve qu’a laissée derrière lui feu Ashby. Un monument du genre. 

C’est qu’il faut emprunter les ruelles sombres de New York aux côtés de John Shaft, côtoyer le mystérieux Deep ou zoner avec les loubards croqués par Rémi Pépin pour saisir l’essence du « pulp » et toute la liberté que recèle la collection Borderline, bientôt dotée de nouveaux titres impertinents.

Shaft shaft shaft !
John Shaft, le super détective noir américain, est de retour. Et bien énervé par le meurtre de son ami, Calvin Monroe Ashby, fierté de la communauté afro-américaine de New York, qui laisse derrière lui une veuve aussi inconsolable que désirable. Voici donc Shaft à nouveau plongé dans les bas-fonds de Harlem, au cœur du monde de la drogue, de la prostitution et du crime, bien décidé à aller au bout de son enquête. Même si ses investigations doivent déclencher une guerre entre le boss de la mafia sicilienne et le parrain noir de Harlem. Au cœur de l’affaire : l’entreprise de pompes funèbres que dirigeait le défunt Asby à Brooklyn. On peut compter sur Shaft pour que celle-ci se mette à tourner à plein régime !
Banlieue noire
Début des années 1980 en banlieue est de Paris : trois loubards achètent une Traction Avant à un ferrailleur et partent en bordée pour baptiser leur acquisition. En cours de route, ils ramassent un inconnu dans un bistro et, à la suite d’une tournée des bars plutôt sévère, finissent par coller leur bagnole dans un mur. Il semblerait bien que l’inconnu en profite pour décéder. Dès lors, cadavre qui disparaît, kidnapping, chantage, les emmerdements pleuvent. Les trois lascars vont devoir faire de leur mieux pour essayer de comprendre ce qui leur arrive.
 
Plongée dans un monde en voie d’extinction fait de traîne-savates et de petites crapules sans envergure mais toujours au bord de basculer dans la grande délinquance sans même s’en rendre compte, Banlieue noire sent le cuir, la gomina, la Gauloise brune et le pastis frelaté. Vous aimez Les Démons de Jésus de Bernie Bonvoisin et Les Aventures de Gérard Lambert de Renaud ? N’hésitez plus !
M'appelle pas fillette !
On vient de régler son compte à Bennett, le parrain de la mafia new-yorkaise. Ses amis comme ses ennemis attendent l’arrivée de Deep, le nouveau patron, que personne n’a vu en ville depuis plus de vingt ans. Tous attendent de voir si ce dernier est encore assez fort pour régner sur cet empire de clandés, de boîtes de nuit et autres tripots que Bennett lui a légué en vertu d’un pacte conclu du temps de leur jeunesse. Tous attendent aussi de vérifier si Deep remplira la condition principale du testament, à savoir identifier le meurtrier de Bennett, qui se savait menacé. Tous attendent surtout de savoir s’il trouvera les dossiers grâce auxquels leur boss les tenait. Mais aucun d’entre eux n’a idée de ce qui l’attend lorsque Deep arrive enfin, son légendaire calibre .38 à la ceinture. Surtout pas Tally Lee, la belle blonde, ni Helen, la jolie brune. Et encore moins le lecteur, que le retournement final laissera sans voix.

le cherche midi éditeur
le cherche midi éditeur