Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 22/04/2021

Entre écologie et anticipation, 8 romans qui font la part belle à la nature

Fresque engagée sur fond de crise climatique ou ode à la vie sauvage. Les livres où l’environnement est au cœur de l’histoire se font de plus en plus nombreux. Plongez dans ces récits incroyables entre romans d’anticipation et immersion au cœur de la nature.

 

 

Nous sommes l'étincelle, Vincent Villeminot

Nous sommes l'étincelle
« Nous ne jouerons pas le jeu » …
Trente-six ans plus tôt, dégoûtée d’un monde où elle n’avait plus sa place, une partie de la jeunesse a fait sécession. Loin de la Ville sous surveillance, une poignée d’entre eux a choisi la nature, la cabane – la vie sous les arbres. Utopie ? Peut-être…
2061, Forêt du D., Dordogne. Ils sont trois enfants sauvages – chasseurs, pêcheurs, loups parmi les loups. Arrachés à leurs parents par une troupe de braconniers, Montana, Dan et Judith vont devoir survivre à tout prix. Et sous la cendre des illusions, raviver l’étincelle…
 
« C’est beau, violent, cru, tragique, et puis haletant, un propos politique qui se dévore comme un roman d’aventure. » Alexis Jenni, prix Goncourt 2011
 
Cet ouvrage a reçu le Prix du Roman d’Écologie

Une histoire de chevaux et d'hommes, Maja Lunde

Une histoire de chevaux et d'hommes
SAINT-PÉTERSBOURG, 1880. Quand Mikhaïl, zoologiste, reçoit de Mongolie le squelette d’un cheval sauvage, il comprend qu’il détient la preuve de l’existence d’une lignée légendaire, celle des tarpans, supposée éteinte depuis la Préhistoire. Le scientifique monte alors une expédition dans les steppes mongoles avec le projet fou d’en ramener quelques spécimens…

MONGOLIE, 1992. Karin, une vétérinaire allemande, tente depuis des années de réintroduire le tarpan dans son milieu d’origine et de sauver l’espèce de l’extinction. Elle fait cette fois le voyage accompagnée de son fils.

NORVÈGE, 2064. L’Europe est en proie à une crise climatique et migratoire majeure. Alors que tous fuient toujours plus au nord dans l’espoir de trouver une vie meilleure, Eva refuse d’abandonner sa ferme et ses animaux malgré l’insistance de sa fille. C’est dans cet environnement hostile, où les relations humaines deviennent compliquées, qu’arrive Louise, une jeune réfugiée…

Entre roman historique, récit d’anticipation et carnet de voyage, Maja Lunde nous offre une fresque captivante et engagée dans laquelle elle reprend ses thèmes de prédilection : l’impact de l’homme sur la nature et notre responsabilité au sein de la grande communauté des êtres vivants.

Le coeur et le chaos, Jennifer Murzeau

Le coeur et le chaos
À trente ans, Aurélien a déjà connu trop de désillusions et rêve d’un ailleurs. Alice, quarante ans, oscille entre conformisme social et addiction sexuelle. Iris, quatre-vingt-dix ans, souffre d’une maladie qui la dépossède d’elle-même. Dans un Paris crépusculaire, en proie aux effets du changement climatique, ces trois êtres solitaires vont se rencontrer, chacun permettant aux autres de rejoindre leur horizon.
Entre rage et amour, solitude et communion, Jennifer Murzeau ausculte l’état de la société contemporaine et du cœur humain pour mieux ranimer l’irréductible aspiration au bonheur de ses personnages, criants de vérité.

Nés de la nuit, Caroline Audibert

Nés de la nuit
« La naissance est aussi déchirante que la mort. Une fine peau me retient. L’incise légère des crocs sépare mon être de son ultime enveloppe. Je suis passé de l’autre côté de la chair.
Mère lèche mon corps réfugié derrière les paupières closes. Sa langue est râpeuse, ce n’est pas la chair du dedans. Mes membres engourdis s’écartent, s’affolent. L’air me cerne, il rôde, se fraie un chemin à travers ma truffe, court dans ma gueule, fouille à l’intérieur, rentre plus encore, gonfle mon poitrail, ça brûle. »
À travers le regard d’un jeune loup du Mercantour se révèle un rapport intime entre la faune, la flore et l’homme. Un roman naturaliste et poétique qui résonne comme une ode à la vie sauvage qui nous fait voir la nature autrement.
 

La Fin des océans, Maja Lunde

La Fin des océans
2017. Confrontée aux menaces commerciales qui pèsent sur son fjord, Signe appareille sur son voilier, direction le Sud de la France. L’écologie au cœur, la Norvégienne ne laissera pas fondre son glacier natal – devrait-elle affronter, pour cela, son premier amour…
2041. Guerre de l’eau, incendies, exode climatique… Sur les routes à travers le chaos du monde, une famille séparée tâche de se réunir. Dans un champ desséché, soudain : un voilier abandonné. Symbole tragique de la fin des océans, ou d’un nouvel horizon ?
 
 

L'arbre-monde, Richard Powers

L'arbre-monde
Dans ce nouveau roman, Richard Powers embrasse un sujet aussi vaste que le monde : celui de la nature et de nos liens avec elle. Les destins des protagonistes de ce récit, un psychologue, un étudiant, un concepteur de jeux électroniques, un photographe amateur, une botaniste visionnaire, s’entrelacent autour de ce qui est peut-être le premier et le dernier mystère du monde : la communication entre les arbres. Au fil d’une éco-fiction aux dimensions symphoniques, avec au centre du récit un séquoia menacé de destruction, Richard Powers explore ici le drame écologique et notre lente noyade dans le cyber-world, et nous rappelle que sans la nature notre culture n’est que ruine de l’âme.

Soleil trouble, Lorris Murail

SOLEIL TROUBLE
À cause du dérèglement climatique, Thiago vit dans un monde où la température monte souvent au-dessus des 40° C. Les drones-aérosols tournent à plein régime et les habitants sont contraints d’accueillir chez eux des réfugiés. Aussi, la famille du garçon doit-elle héberger un père et son fils originaires d’une île du Pacifique engloutie par les eaux.Fuyant désormais la maison le plus souvent possible, Thiago rencontre un homme atteint d’un étrange virus qui le fait peu à peu sombrer dans la folie. Le malade, désespéré, lui demande de contacter ses amis pour qu’ils viennent le sauver. C’est ainsi que Thiago croise la route de Liz, jeune chercheuse américaine de passage en France.

Tropiques toxiques, Nicola Gobbi & Jessica Oublié

Tropiques toxiques
La banane. L’un des principaux fleurons de l’économie des Antilles françaises, la Guadeloupe et la Martinique. Afin d’en assurer le rendement, un pesticide au nom particulier – le chlordécone – y a été utilisé très largement entre 1972 et 1993.
Aujourd’hui, le cancer de la prostate s’y développe de façon exponentielle. Les terres sont contaminées pour des centaines d’années. Et la molécule est présente dans les corps des 800 000 personnes qui y vivent.
Scandale environnemental ? Sanitaire ?  Ou d’État ? Les débats sur cette molécule passionnent et opposent régulièrement par voie de presse : politiques, producteurs de bananes, chercheurs, avocats et acteurs de la société civile.
Si la question de la responsabilité doit encore être tranchée devant les tribunaux, les Antillais doivent eux résoudre une question tout aussi essentielle : comment vivre dans un environnement à jamais pollué ?
 

 

Lisez
Lisez