Lisez! icon: Search engine
Par First Editions, publié le 06/10/2020

Fabien Olicard nous dévoile les cachettes du bonheur

Et si être heureux pouvait aussi s’apprendre ? Comme tout le monde, les échecs ont fait partie intégrante du chemin de vie de Fabien Olicard. Cela ne l’a pourtant pas empêché de trouver ce qu’on appelle le "bonheur". Dans ce nouvel ouvrage, l’homme derrière l’artiste se confie sans fards pour mieux vous guider dans cette aventure. En refermant ce livre, vous serez la même personne… mais en bien plus heureuse !

 

Les 10 cachettes où se trouve le bonheur :

Dans le début de votre journée :

Le réveil est souvent mis à la dernière seconde, vous grappillez peut-être quelques minutes supplémentaires dans votre lit, puis vous vous levez, sautez dans la douche, avalez un café sur le pouce et partez faire ce que vous avez à faire. Dans le meilleur des cas ! Il vous faut prendre les bons réflexes matinaux en forçant votre esprit à adopter une nouvelle routine.

Tout d’abord, prévoir un peu de temps au réveil, l’idéal est de prendre 45 minutes à 1 heure pour vous. Cette heure va inclure votre réveil, votre toilette et votre petit déjeuner. Si vous êtes parent, cette heure intervient évidemment avant le réveil des petits habitants de votre maison.

Dans les vrais objectifs :

Un succès passe nécessairement par une réussite. Une réussite n’est donc possible qu’avec un objectif. De cet objectif naîtra donc un succès ou un échec. Avant même de comprendre que les échecs ne sont que des fantasmes imaginés par soi ou par le monde qui nous entoure, vous pouvez limiter leurs potentielles apparitions. Comment ? La solution ne va plus vous surprendre : en étant rationnel mentalement.

Dans votre auto-jugement :

La première étape va être de reconnaître à quel point vous vous jugez, à quel point vous êtes injuste avec vous-même car votre jugement est souvent sévère et chargé de partis pris, occultant tout ce qui est positif. Reconnaissez que vous venez d’être votre pire ennemi, comme si vous aviez un compte à régler avec un « clone » imaginaire.

Dans la collecte des données :

Notre cerveau passe une grande partie de son temps à envisager des scénarios, à établir des hypothèses, à essayer de vous préparer à tout ce qui peut arriver. Mais en bon protecteur qu’il est, notre esprit va aussi envisager les pires hypothèses pour pouvoir s’y préparer. Dans le monde animal, la peur est l’un des ingrédients de la survie… Mais ce que nous appliquions depuis la naissance de l’homme pour nous pousser vers plus de confort et de sécurité… s’est transformé en signaux de peur pour des choses non vitales.

Dans la curiosité :

La curiosité nous pousse à vivre de nouvelles expériences qui vont se stocker dans notre mémoire. Notre cerveau et notre sens logique viennent ensuite puiser dans ces expériences pour envisager des choses nouvelles, ce que nous appelons, simplement, des idées. Vous pouvez cultiver facilement votre curiosité en la stimulant.

Dans ne pas vouloir être particulier :

Il y a une citation très inspirante que l’on attribue à Oscar Wilde : "Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris." Cet illustre écrivain irlandais de la fin du xixe siècle avait déjà saisi l’importance de conserver son caractère unique.

Pourquoi ne faut-il pas chercher à être particulier ? Parce que vous l’êtes déjà, vous êtes unique.

Dans la joie pour les autres :

S’il est facile pour notre cerveau de nous servir le cocktail dégoût/colère/tristesse/frustration, il lui est plus difficile de trouver les raisons du pourquoi l’autre vit ou possède quelque chose que l’on n’a pas. Il se contente de juger ce qu’il pense être une finalité et de jalouser le fait de ne pas l’avoir.

Réjouissez-vous pour les autres, forcez-vous si nécessaire à vous dire que c’est bien pour l’autre et inspirez-vous de sa situation pour vous motiver. Mais posez-vous la question : est-ce que vous souhaiteriez vraiment être à sa place ? C’est-à-dire vivre toute sa vie, seule condition pour envier honnêtement ce que la personne a ou vit.

Dans vos contre-désirs :

Après y avoir longuement réfléchi, j’ai conclu qu’une nouvelle fois, mon cerveau faisait un déni de certaines vérités. Des choses, des situations et parfois des personnes étaient à l’antithèse de ce que je désirais atteindre pour moi dans ma sérénité. Elles allaient contre mon bonheur au lieu d’y contribuer. Mais, pour des raisons multiples, je m’en accommodais et je faisais mine que c’était "normal" ou "obligatoire".

Il n’en est rien ! Pour déconstruire cela, vous devez commencer par faire une liste de ce qui nuit à votre bonheur, à votre ligne de conduite. Écrivez ce que vous ne désirez plus dans votre vie.

Dans la communication bienveillante :

Si le bonheur est caché dans votre cerveau, le chemin pour le trouver ne doit pas être obstrué par de la colère, de la tristesse ou de la frustration. Ces sentiments naissent aussi lors de nos relations avec les autres.

Pourquoi ? Parce que même si nos intentions sont bonnes, notre manière de communiquer génère souvent des incompréhensions. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe une autre manière de parler dont les bénéfices iront à la personne qui s’exprime autant qu’à la personne qui écoute.

Dans l’élément le plus important de votre vie :

Nous vivons dans une société assez étrange. Nous prenons de plus en plus en compte l’autre et prenons soin de chérir le respect dû à tous. Nous prônons l’entraide. Nous mettons de l’argent dans des cagnottes. À côté de cela, l’humanité des pays riches dont nous faisons partie est décrite comme égoïste, avec une pseudo-vie sociale basée sur les réseaux sociaux mais manquant de vraies relations.

Comment se situer au milieu de tout ça ? Quelle est la bonne conduite à adopter pour être aligné avec les autres et avec soi-même ?

Prenez soin de vous, de vos pensées, de vos émotions. Vous êtes la solution de votre bonheur. Ne vous oubliez plus.

 

Mettez en place dès maintenant les astuces, méthodes et exercices de Fabien Olicard.

Vous êtes le maitre de votre vie, et, surprise, nous avons tous les mêmes neurones, cette recette est donc universelle : si elle a marché pour Fabien, elle fonctionnera aussi pour vous. Et surtout : n’ayez pas peur d’échouer !

 

Fabien Olicard est suivi chaque jour par plus de 3,2 millions d’abonnés sur internet. Ses trois précédents livres parus chez First se sont vendus à près de 400 000 exemplaires et sont traduits en plusieurs langues. 

Le bonheur est caché dans un coin de votre cerveau
Être heureux peut aussi s’apprendre ! Vous ne le saviez pas, mais les échecs ont fait partie intégrante du chemin de vie de Fabien Olicard et ne l’ont pourtant pas empêché de trouver ce qu’on appelle le « bonheur ».
En effet, chacun de nous a en soi des ressources puissantes pour avancer, rebondir et atteindre ses objectifs de vie. Voici ce que Fabien Olicard vous propose ici :
- Commencez par décontaminer votre cerveau, et entrevoyez
alors une nouvelle réalité !
- Assouplissez vos pensées, transformez vos échecs en réussites.
- Découvrez les 10 cachettes de votre bonheur (dans le début de votre journée, dans la joie pour les autres, dans la communication bienveillante…).
Dans ce nouvel ouvrage, l’homme derrière l’artiste se confie sans fards pour mieux vous guider dans cette aventure.
En refermant ce livre, vous serez la même personne… mais en bien plus heureuse !
 

First Editions
First Editions
L'éditeur optimiste !

Lisez maintenant, tout de suite !