Lisez! icon: Search engine
Par 10/18, publié le 09/06/2020

"Graine de sorcière", l'adaptation brillantissime de la Tempête de Shakespeare par Margaret Atwood

Dans Graine de sorcière, son dernier roman publié aux Editions 10/18 le 11 juin, Margaret Atwood rend hommage à Shakespeare et livre une réflexion savoureuse sur le pouvoir infini de la littérature. 

Félix, directeur artistique réputé du festival de théâtre de Makeshiweg en Ontario au Canada, est injustement licencié alors qu’il était en plein montage de la célèbre pièce de Shakespeare, La Tempête. Il décide de disparaître, change de nom et prépare sa vengeance. L’occasion de prendre sa revanche se présente douze années plus tard alors qu’il donne des cours de théâtre dans une prison. Il décide de jouer à nouveau une représentation de la Tempête et de tendre un piège à ceux qui ont œuvré à sa perte.

Margaret Atwood, la romancière aux multiples récompenses

Margaret Eleanor "Peggy" Atwood est née en 1939 à Ottawa (Ontario, Canada). Diplômée des universités de Toronto et de Harvard, elle est critique littéraire, poétesse et une des romancières les plus célèbres du Canada. Auteure d’une quarantaine d’ouvrages, elle est traduite dans plus de cinquante langues. 

"Et pour ce qui était d’être au sommet de son art, c’est toujours de mauvais augure. D’un sommet on ne peut que redescendre ;"

Contrairement à ce qu’elle écrit elle-même dans cet opus, Margaret Atwood est bel et bien au sommet de son art. Elle collectionne les prix depuis le début de sa carrière.  

Parmi les plus notables, en octobre 2017, elle s’est vu décerner pour l’ensemble de son œuvre le prix de la Paix des libraires allemands mettant en valeur son activité pour la progression des idées pacifistes. La même année, elle obtient également le prix Franz-Kafka de Prague soulignant l’influence majeure de ses œuvres.

La Servante écarlate, son roman phare, a été adapté au cinéma ainsi qu’en série télévisée. Plébiscitée, la série obtint huit Emmy Awards, dont ceux de la meilleure série dramatique et de la meilleure actrice.

Margaret Atwood vient de recevoir le Booker Prize 2019 pour son roman Les Testaments. C’est la seconde fois qu’elle remporte ce prix prestigieux.

La Tempête de Shakespeare comme source d’inspiration

Graine de sorcière a été écrit dans le cadre du projet "Hogart Shakespeare" qui, à l’occasion du 400e anniversaire du dramaturge, propose à des auteurs de réécrire certaines de ses œuvres. Le choix de Margaret Atwood s’est porté sur La Tempête, dernière œuvre écrite par Shakespeare.

"Bonjour. Bienvenue dans la Troupe du pénitencier Fletcher. Peu m’importent les raisons pour lesquelles vous êtes ici et ce que vous êtes censé avoir fait : pour ce cours, le passé est un prologue, ce qui signifie que nous commencerons à compter le temps et les réussites ici et maintenant.

À partir d’aujourd’hui, vous êtes des comédiens. Vous allez tous participer à une pièce ; chacun aura sa fonction, les anciens vous le diront. La Troupe du pénitencier Fletcher ne donne que des pièces de Shakespeare, parce que c’est le moyen le meilleur et le plus complet d’apprendre le théâtre. Shakespeare a quelque chose pour tout le monde, parce que son public regroupait tout le monde, des plus hauts placés jusqu’aux plus modestes et vice-versa."

Tout en conservant la trame originale, elle offre une superbe dystopie, un texte résolument moderne et captivant sans jamais s’éloigner de ses préoccupations. Le lecteur y retrouve en effet de nombreux points communs avec les personnages récurrents de l’auteure. Ariel et Caliban, par exemple, s’apparentent à des chamans malheureux et exilés que l’on a coutume de rencontrer dans l’ensemble de sa production. Elle fait le choix judicieux d’une représentation en milieu carcéral pour illustrer l’opposition entre captivité et liberté, thème majeur de l’œuvre originale de Shakespeare.

Une superbe parodie littéraire

En transposant l’histoire personnelle de Félix dans le scénario de la pièce de théâtre, Margaret Atwood rend la complexité de l’œuvre accessible à tous. Mêlant les trames narratives, elle permet au lecteur de suivre pas à pas le déroulé du montage de la pièce avec ses aléas, ses difficultés et ses doutes à l’instar d’un agriculteur semant les graines de sa prochaine production.

"Mais Shakespeare est un tel classique. Trop bon pour eux, voilà ce qu’elle voulait dire. Il n’avait absolument pas l’intention d’être un classique ! dit Félix, une pointe d’indignation dans la voix. Pour lui, les classiques, c’étaient, eh bien, Virgile, Hérodote et… Ce n’était qu’un comédien et un metteur en scène qui s’efforçait de se maintenir à flot. Et si nous avons Shakespeare, ce n’est que pure chance ! Rien n’a même été publié avant sa mort ! Ses vieux amis ont remonté ses œuvres à partir de bribes — une bande de comédiens rincés qui se sont appliqués à retrouver ce qu’ils avaient dit alors que le bonhomme avait calenché."

L’écriture retranscrit parfaitement les sentiments et sensations de Félix, personnage extrêmement attachant, tout comme la générosité et la rudesse des prisonniers, qui se confondent avec de véritables personnages shakespeariens. Cette mise en abîme sans fin, aussi réaliste que burlesque, incite à une réflexion morale sur la vengeance et le pardon. Le suspense se maintient tout au long des chapitres : quel sera l’épilogue de ce pari fou ?

Graine de sorcière, remarquable hommage à Shakespeare, fait passer le lecteur successivement du rire aux larmes. Subtil, merveilleusement construit, il met en exergue toute la puissance du rêve sur la réalité. Un nouveau coup de génie de la magicienne Margaret Atwood !

 

Graine de sorcière
Injustement licencié de son poste de directeur du festival de Makeshiweg, au Canada, alors qu’il mettait en scène La Tempête de Shakespeare, Felix décide de disparaître. Il change de nom et s’installe dans une maisonnette au cœur de la forêt, pour y panser ses blessures, pleurer sa fille disparue. Et préparer sa vengeance.
Douze années passent et une chance de renaître se présente à Felix, l’occasion de donner des cours de théâtre dans une prison. Là, enfin, il pourra voir sa troupe de détenus jouer La Tempête, et tendre un piège aux traîtres qui l’ont détruit. Mais la chute de ses ennemis sera-t-elle suffisante pour permettre à Felix de s’élever à nouveau ?
 
Le nouveau roman de Margaret Atwood, la grande dame des lettres canadiennes au succès phénoménal, est un hommage à Shakespeare, à travers une prose sublime, déchirante et drôle à la fois.

10/18
10/18
Lisez inspiré

Lisez maintenant, tout de suite !