Lisez! icon: Search engine
Par Les livres du dragon d'or, publié le 22/09/2022

Guirec Soudée – Mon Journal de Bord

Découvrez le journal de bord de l’aventurier Guirec Soudée !

Guirec Soudée est un jeune homme énergique, ambitieux et rêveur. À 30 ans, il a déjà fait le tour du monde et sa soif d’aventure ne l’arrête pas.

Cet aventurier vient de Bretagne. Très attaché à sa région, il a donné le nom de son île à son majestueux voilier avec lequel il a parcouru le monde : Yvinec. Et c’est accompagné de Monique, une poule rousse de 7 ans, qu’il a navigué durant 426 jours pour un total de 45 000 miles nautiques parcours ! Impressionnant ! Autre fait marquant du voyage : Monique aura pondu 1 261 œufs ! Une vraie fierté pour cette poule qui n’a peur de rien.

Dans ce nouvel ouvrage, Guirec nous partage sa double traversée de l’Atlantique à la rame ainsi que sa passion pour la nature et l’aventure. Un périple d’est en ouest qui aura duré 181 jours. Cette aventure extraordinaire est retracée à travers son quotidien, ses surprenantes rencontres mais aussi les difficultés qu’il a dû affronter. Guirec dévoile également quelques secrets pour devenir le meilleur aventurier et nous partage les enseignements qu’il a pu tirer de la navigation en solitaire. Il s’en passe des choses dans un rameur ! Enfin, ce journal de bord offre une sensibilisation à l’environnement ainsi que des jeux et quiz, qui le rendent très ludique pour les enfants !

Découvrez l'aventure exceptionnelle de Guirec Soudée !
 
 
 
 Découvrez aussi les aventures de Guirec Soudée chez Solar ! 
Guirec Soudée, L'Océan me dit reviens
Et pourquoi pas ?
Pourquoi pas ne pas traverser l’Atlantique, dans les deux sens, aller et retour, seul sur un canot de huit mètres ?
Quand la tempête le renverse, le malmène, commence à le noyer, Guirec Soudée, sait juste qu’à 28 ans on n’a pas l’âge pour mourir, que comme d’habitude il s’en sortira. Il rit même. Il imagine sa famille et ses amis pleurant son décès, sans corps pour faire le deuil, devant la petite église de Plougrescant, et lui se pointant au large entre ses cailloux des côtes du Nord, criant, riant, stop, je suis vivant…
Guirec ose tout. Il n’avait quasiment jamais ramé avant de s’élancer.
Et si c’était là la vraie aventure : se jeter dans l’inconnu sans savoir ? Dans une société qui proscrit la prise de risque, qui prétend qu’il n’y a plus de terres inconnues, il réhabilite l’audace, il redessine des routes.
Guirec Soudée ose tout.
Il s’était déjà jeté dans un tour du monde, de cinq ans, sans jamais avoir navigué en haute-mer, récupérant une poule à bord car c‘est quand même plus rigolo, se laissant enfermer quelques mois par la banquise car tout est bon à essayer.
Il se jettera bientôt sur le Vendée Globe, le mythique, tour du monde en solitaire, sur un énorme bateau de 18 mètres de long, lui qui n’a jamais encore jamais dompté un bateau de course, qui n’est même jamais monté dessus.
Il s’est donc jeté dans cette double transatlantique à la rame, dans l’incertitude et le risque.
Guirec Soudée, le petit illien aux pieds nus, vit sur une île de trois hectares, inaccessible la moitié du temps.
Vivre sur une île ouvre-t-il des horizons ?
Quand on est encore dans la vingtaine, on ne sait pas forcément pourquoi on fait les choses.
Tout au long de sa double traversée, confronté à la solitude, Guirec va s’interroger sur lui-même et sur le monde, dénicher des réponses qui valent pour lui et pour tout le monde. Il est question de rapprochement profond avec la nature, de renoncement à tuer la dorade venue l’accompagner, alors que la faim de frais le tiraille. Il est question de s’éloigner d’une civilisation qui ne prend pas le temps de vivre l’essentiel, esclave de l’horloge. Il est question de temps de lecture, et de rencontre avec des grands hommes, avec des guides qu’il serait bon de réhabiliter. Il est question surtout d’audace, de ne pas être spectateur de sa propre vie, d’invitation à tout un chacun.
Guirec Soudée a bien disparu des radars et des satellites plusieurs jours. Même Thomas Pesquet l’a cherché de là-haut, dans l’espace. Mais bien sûr il est rentré, pour bientôt repartir, délesté de quatorze kilos mais tant enrichi. 74 jours à l’aller, 107 jours au retour.
 
Les livres du dragon d'or

Lisez maintenant, tout de suite !