Lisez! icon: Search engine
Par 10/18, publié le 11/10/2019

Haruki Murakami : retour d'un intarissable iconoclaste

A 70 ans, régulièrement pressenti pour le Prix Nobel de littérature, l'auteur japonais Haruki Murakami provoque à chaque nouvel ouvrage une véritable onde de choc. Avec les deux tomes publiés simultanément de son massif Meurtre du commandeur, il a su récompenser l'impatience de ses nombreux admirateurs, six ans après la parution des trois volets en français de l'époustouflant 1Q84.

Romancier, nouvelliste, enquêteur, traducteur, essayiste... Depuis la parution il y a quarante ans de Écoute le chant du vent en 1979 (publié en 2017, avec Flipper, 1973, chez 10/18), Haruki Murakami multiplie formes et formats, livrant ainsi une œuvre impressionnante et multiforme. S'y télescopent une intarissable variété de thématiques, toujours plantées un pied dans la culture occidentale, l'autre dans la tradition, les thèmes et approches propres à l'île du Soleil Levant. Jouant des codes classiques tout en les débordant allègrement, ce "toqué" de jazz, de félins et de course de fond dispense à ses lecteurs des électrochocs sensoriels, envoûte le monde entier tout en détournant les codes et déjouant les pronostics.

Après le succès exceptionnel de la trilogie 1Q84, parue en France en 2011-2012, et vendu à 640 000 exemplaires en format Grand format ou numérique, chaque nouvelle parution constitue un véritable événement : le recueil Des hommes sans femme (10/18, 2018) sort au Japon le 18 avril 2014 à minuit. Mieux encore : il faut aux lecteurs japonais attendre encore le 24 février 2017, à minuit, pour voir "libérés" les deux tomes de près de 500 pages du Meurtre du Commandeur, au contenu demeuré parfaitement secret jusqu'alors ! Des libraires futés avaient même pensé à ouvrir des pièces secrètes pour permettre aux fans parmi les fans de découvrir les textes en première exclusivité...

Une forme particulière de réalisme magique

Dans ce diptyque aux sous-titres intrigants (Une idée apparaît, puis La métaphore se déplace), Murakami envoie son peintre de narrateur en introspection à l'écart du Japon urbain, puis dans un hôpital. Entre méditations et rencontres improbables, il y mènera une enquête surnaturelle d'abord autour d'un étrange tableau directement inspiré de la figure du Commandeur du Don Giovanni de Mozart (mais cuisinée à la sauce orientale !), puis aux basques d'une jeune fille disparue.

Semblant ne respecter rien ni personne, l'auteur y déboulonne allègrement la docte statue dudit Commandeur, insérant une forme particulière de réalisme magique à son intrigue, qu'il rend hypnotique à force de la situer entre considérations contemporaines et mondes parallèles, méditation et rêve éveillé, références et humour brut. Un texte à retrouver depuis le 3 octobre chez 10/18, et en audio, lu par Christophe Brault, aux éditions Lizzie.

10/18
10/18
Lisez inspiré

Lisez maintenant, tout de suite !