Lisez! icon: Search engine
Par Les Escales, publié le 18/08/2022

Interview de Catherine Bardon à l'occasion de la sortie de La Fille de l'ogre

Le nouveau roman de Catherine Bardon, La Fille de l’ogre, présente le bouleversant destin de Flor de Oro Trujillo, la fille d’un des plus sinistres dictateurs que la terre ait portés.

 

Rencontre avec Catherine Bardon.

 

  • Fille du dictateur de République dominicaine Rafael Trujillo, Flor de Oro est nettement moins connue du grand public que son terrible père. Comment avez-vous découvert la vie de cette femme et quelles ont été les raisons qui vous ont poussée à vous y intéresser ?

On peut dire que Flor de Oro est totalement inconnue, et objectivement il n’y a aucune raison qu’elle ne le soit pas, elle n’a joué aucun rôle dans l’histoire de son pays. J’ai découvert son existence car elle a été la première épouse de Porfirio Rubirosa, et je voulais savoir qui elle était. En enquêtant sur elle, j’ai découvert un destin de femme digne d’un roman et décidé de raconter sa vie qui est aussi une allégorie du peuple dominicain pendant la dictature.  

 

  • Comment décririez-vous Flor de Oro Trujillo en 3 mots ?

Rebelle, en quête d’amour et de reconnaissance, cabossée par la vie.

 

  • Une recherche internet sur Flor de Oro Trujillo ne nous révèle presque rien. Comment avez-vous trouvé les sources nécessaires pour retracer l’histoire de sa vie ?

C’est un travail de recherche classique, inhérent à tout roman historique. Mes principales sources ont été les archives nationales dominicaines, les livres de Bernardo Vega, un historien dominicain spécialiste de la dictature et les publications sur Porfirio Rubirosa.

 

  • Aviez-vous déjà réalisé un travail d’archive aussi important pour un de vos précédents romans et est-ce un aspect qui vous a plu dans le processus d’écriture de ce livre ?

Oui, ce fut le même travail pour Les déracinés avec des sources différentes, et dans ce cas-là la mémoire des pionniers fut très importante. La recherche est une étape essentielle et passionnante de l’écriture, car j’écris des romans adossés à l’Histoire. Sans ces recherches, qui sont extrêmement enrichissantes, mes romans n’auraient pu exister. Cela me permet de nourrir les romans et d’apprendre des choses au lecteur.

 

  • Avec Les Déracinés et maintenant La Fille de l’ogre, vous faites découvrir la République dominicaine depuis les années 1930. Aimeriez-vous vous pencher sur une autre période historique du pays par la suite ?

Je n’y ai pas encore réfléchi, mais pourquoi pas. La période récente est riche en sujets qui pourraient faire l’objet de romans. Et la période de la colonisation espagnole a été déjà bien exploitée, alors que l’histoire récente est méconnue. Par ailleurs, je pense qu’il est plus facile pour le lecteur de s’approprier l’histoire récente d’un pays qui devient de plus en plus connu.

Les Escales
Les Escales
Les Escales Editions

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Les Escales

    Agenda des rencontres

    Retrouvez les dates des rencontres de septembre de Catherine Bardon, pour La Fille de l'ogre, et Caroline Laurent, pour Ce que nous désirons le plus. 

    Lire l'article