RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités
            Par Les Escales, publié le 08/08/2018
            [Interview] Jérôme Chantreau revient sur l'écriture de son nouveau roman

            À travers le portrait d'une femme en quête d'elle-même et la musique d'une adolescence tourmentée, Jérôme Chantreau nous invite à passer la porte du 26, rue de Naples et réenchante Paris. Aujourd'hui, il nous raconte l'histoire de son nouveau roman, Les enfants de ma mère.

            Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? Qu’avez-vous souhaité transmettre aux lecteurs en l’écrivant ?

            J’avais un compte à régler avec ma jeunesse. Un vieux compte douloureux. Au mois de mai 1993, Vincent, mon alter ego de l’adolescence, est mort. Depuis, il était enfermé dans une cage qui avait pour barreaux ma boîte crânienne. Un livre pourrait le libérer. Pourquoi un livre ? Parce que c’est la seule chose que je sache faire.

            Il est mort à vingt-trois ans et, devant son cercueil, je n’ai eu qu’une seule pensée : écrire son histoire. La nôtre. Depuis, je n’ai pas fait autre chose, tout en repoussant le moment où je devrais me lancer dans le vide.

            J’ai incubé ce roman pendant vingt ans. Je l’ai écrit en dix mois. Il s’agit de mon deuxième livre publié, mais je pourrais aussi bien l’appeler mon « deuxième premier roman », tant son écriture m’a semblé urgente et nécessaire. Le romancier répare le passé, soumet à sa volonté les courbes du destin pour faire en sorte qu’elles se touchent ou s’éloignent. Ce que la vie avait raté, je suis passé après et je l’ai redressé. Enfin, je crois. À ma façon.

            Je voudrais que les lecteurs de ce texte ressentent ou revoient le Paris de l’époque mitterrandienne, ces années 1980, ce qu’elles furent réellement : des années créatives et puissantes, cruelles et tragiques. Une lisière, aussi, entre l’ancien monde et le nouveau.

            ____

            Très remarqué pour son premier roman Avant que naisse la forêt (Les Escales, 2016 ; Pocket, 2018 ; prix Cultura/Femme actuelle, prix de la Plume d’or du premier roman, prix François-Augiéras), Jérôme Chantreau signe ici son deuxième roman.

            Changer la vie.
            Trois mots pour s’inventer un destin. Trois mots que Françoise, fraîchement divorcée, a décidé de faire siens, elle qui, pour la première fois, a voté à gauche le 10 mai 1981.
            Au 26, rue de Naples, un appartement ouvert aux quatre vents, Françoise tente de changer la vie – sa vie. Elle métamorphosera surtout celle de ses enfants en les plongeant dans un tourbillon
            aussi fantasque que brutal. Tandis que son fils Laurent crée un groupe de rock dans les caves parisiennes, Françoise recueille chez elle des gamins du quartier, fracassés par la drogue, les mauvais coups et l’exil. Mais à trop s’occuper des enfants des autres, ne risque-t-elle pas d’en oublier les siens ? Laurent est là, qui se tient au bord de l’abîme, hypnotisé par Victor – le plus beau, le plus brillant de la bande.

            Dans ce roman où Paris se fait personnage, Jérôme Chantreau nous offre un portrait sans complaisance de la France mitterrandienne, aux accents violents et poétiques.

            En librairie le 23 août 2018

            Les Escales
            Les Escales Editions

            Lisez maintenant, tout de suite !