RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités
            Par Pocket, publié le 05/11/2018
            J'ai testé 21 jours sans râler !

            Nous vous en parlions dans un article récent, Catherine de Vaucelles du blog 1 monde à part a décidé de relever le défi de Christine Lewicki : arrêter de râler pendant 21 jours. Trois semaines intenses où l’on a pu suivre ses aventures sur son compte instagram et celui de Vivez Mieux ! Elle nous a fait rire, réfléchir, sur sa prise de conscience des mauvaises habitudes qui nous engluent dans le jugement et la râlerie. Un premier pas vers un changement de vie, qu’elle continue d’expérimenter aujourd'hui. Elle nous en dit plus dans cette interview confidence.

            Bonjour Catherine, qu’est-ce qui t’a paru le plus difficile au début du challenge ?

            Bonjour ! Le plus difficile, c’est de se rendre compte que râler est un réflexe. On vit en mode automatique et autour de nous, ce ne sont pas les sujets de râlerie qui manquent ! On est habitués à rouspeter, à se juger et à juger les autres.

            Le plus dur, c’est de passer en mode observation. Parfois, devant certaines situations, je me suis dit : « Mince, là, c’est obligé, je vais râler ! » Après, je pense qu’il ne faut pas se mettre la pression. Arrêter de râler devient peu à peu un mode de vie ! Cela prend du temps : cela fait un moment que personnellement, dans ma vie, j’essaie de positiver et de prendre du recul…

             

            Dans le livre, l’auteur conseille de porter un bracelet. Tu as trouvé cela utile pour râler moins ?

            Je l’ai mis au poignet chaque jour mais concrètement je ne m’en suis pas beaucoup servi. Je ne l’ai pas changé de poignet à chaque fois que j’ai râlé, mais il m’a rappelé au quotidien que je faisais le challenge ! Le porter, le regarder, c’est en quelque sorte la petite piqûre de rappel de mon engagement.

             

            Quelles découvertes as-tu faites au cours du défi sur ton comportement ?

            J’ai pris conscience que je râlais vraiment beaucoup. Ce qui m’a le plus amusée, c’est de m’apercevoir qu’en fait, râler, cela crée du lien. Quand on discute avec les gens, on se rend compte qu’on se plaint beaucoup, sur à peu près tout ! Le challenge m’a ouvert les yeux. Je me suis dit : « A partir de maintenant, je vais essayer de créer du lien avec les gens différemment ».

             

            As-tu trouver un moyen de lâcher prise ?

            Surtout vis-à-vis de mes enfants et du bazar à la maison ! Le désordre, c’est un peu épidermique chez moi ! Durant ces 21 jours, j’ai appris à plus lâcher prise. J’ai changé d’état d’esprit : je leur fais plus confiance. Je leur aie aussi expliqué mes ressentis : « Quand je rentre du travail et que je vois votre bazar, cela m’affecte. Vous savez que j’aime que tout soit propre et joli. » Et comme ils sont grands, le message est passé et je sens vraiment la différence. Tout le monde fait des efforts !

             

            Quels bénéfices en as-tu retirer ?

            Arrêter de râler m’aide vraiment sur le long terme, et pas uniquement lors du challenge. Comme je le disais, j’ai changé d’état d’esprit et surtout, j’ai appris à accepter que tout ne soit pas parfait. On a tellement de choses à faire dans une journée, notamment en tant que femme, et je me mets toujours la pression pour tout faire “bien”. Alors j’ai lâché prise à la maison, responsabilisé les enfants pour leur laisser aussi une place, sans les culpabiliser. Et vraiment mettre des mots sur ce qui ne va pas, leur expliquer mes ressentis et apprendre à communiquer différemment porte ses fruits !

            J’ai aussi réalisé une chose : il ne sert à rien de s'énerver et s’épuiser contre toutes ces choses sur lesquelles nous n’avons pas de pouvoir ! Le mieux ? Respirer un bon coup, prendre un bon thé et reprendre les choses là où on les avait laissées. En se donnant le temps de les gérer.

             

            Est-ce que le fait d’être déjà à la base très positive et ouverte au développement personnel t’a aidée dans ce challenge ?

            Oui bien sûr ! Cela m’a surtout aidée à comprendre certaines choses plus vite… Mais entre comprendre et appliquer, il y a un pas ! Attention, je rouspète encore, c’est un bon exutoire parfois de râler, un mécanisme de défense, même quand on est seul. Mais cesser de râler tous ensemble, et cesser de se complaire dans le négatif, c’est ça l’important !

             

            •  Aller plus loin : 

            Le blog de Catherine : https://www.1mondeapart.com

             

            Son challenge, jour par jour :

             

            • Les livres de Christine Lewicky

            Wake up - J’arrête de râler sur mes enfants (et mon conjoint) - J’arrête de râler

            Pocket
            Un livre, une rencontre.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Pocket

              21 jours pour arrêter de râler !

              Râler, c’est un peu notre passe-temps favori : on peste contre le temps, les gens, les transports en commun, ses enfants... D’ailleurs, on râlerait en moyenne 15 à 30 fois par jour ! Mais force est de constater qu’on finit par se fatiguer, soi et les autres. La bonne nouvelle, c’est qu’il est possible d’endiguer ce phénomène. La coach Christine Lewicki a justement relevé le défi d’arrêter de râler pour retrouver la sérénité et le plaisir de vivre en 21 jours ! Et si on suivait son exemple ?

              Lire l'article