Lisez! icon: Search engine
Par Plon, publié le 09/05/2022

« La famille est une inépuisable source d'inspiration »

Après le succès de Le meilleur reste à venir, la reine de la saga familiale revient avec Un si bel horizon, cette fois sur l’île de beauté pour nous conter l’histoire d’une famille unie pour le meilleur et pour le pire…. À l’occasion de cette publication chez Plon, Françoise Bourdin répond à nos questions.

1/ Comment vous est venue l’envie d’écrire « Un si bel horizon » ?

Dans « Un si bel horizon », je voulais traiter de la difficulté à gérer une affaire en famille. Le partage des responsabilités, les initiatives contradictoires, le conflit des générations, les ambitions de chacun : comment parvenir à s’entendre ? D’autant plus qu’au-delà des soucis professionnels, il y a les problèmes personnels. Rester soudés malgré tout est un vrai défi.

2/ Qui des personnages ou de l’intrigue est né en premier ?

Dans un roman, s’il n’y a pas d’intrigue, que faire des personnages ? Et si les personnages ne sont pas attachants, l’intrigue perd de son intérêt. Je soigne toujours la psychologie de mes personnages, je les connais et je les aime, ensuite je les mets face aux pièges de la vie.

3/ Qui vous a inspiré les personnages de la famille Bartoli ?

Je ne mets jamais de ma propre famille, ou même de mes amis, dans mes romans. Mais je peux m’inspirer de quelques détails ou traits de caractère. De petites touches ici ou là, rien d’évident. Néanmoins, on est toujours un peu influencé par son entourage. Et aussi par ses lectures, par des bribes de conversations entendues dans un restaurant ou un supermarché. Tout peut s’emboîter pour inventer un personnage original.

4/ On vous désigne comme la reine de la saga familiale, mettez-vous un peu de votre propre famille dans vos romans ?

« Reine de la saga familiale » ? L’appellation est flatteuse, elle me convient tout à fait ! En fait, la famille est un modèle réduit de la société, avec les mêmes rivalités, les mêmes enjeux, les mêmes jalousies, les mêmes bouleversements. Pour une romancière, la famille est une inépuisable source d’inspiration. Surtout aujourd’hui, avec les familles recomposées, les combinaisons sont infinies.

5/ L’histoire de ce roman se déroule en Corse. Pourquoi avoir choisi ce lieu ?

J’avais beaucoup de souvenirs en Corse, où j’allais faire du bateau à Saint-Florent et me baigner dans les criques. C’est une île magnifique ! Y situer un hôtel de luxe était comme une évidence. La chaleur, les paysages, la végétation… et surtout l’esprit de clan des Corses, tout était là pour y planter mon décor.

6/ Quel message souhaitez-vous faire passer à travers ce roman ?

Comme souvent, je voudrais faire passer le message qu’il est toujours possible d’avancer, quitte à recommencer. Et que la famille, malgré ses contraintes et ses défauts, reste un vrai rempart contre le reste du monde.

7/ Quels sont vos rituels d’écriture ?

Mon principal rituel d’écriture est de m’installer devant mon PC très tôt le matin. L’heure où tout est paisible, où le téléphone ne sonnera pas, où j’ai de l’énergie à revendre ! Je relis beaucoup, et j’imprime pour relire sur papier et y faire mes corrections. Si une idée survient alors que je ne suis pas dans mon bureau, n’importe quel bout de papier fera l’affaire pour la noter.   

 

Un si bel horizon
Depuis la mort du patriarche Ettore Bartoli, c’est son épouse Lisandra qui a repris les rênes de l’Hôtel Bleu Azur, un des fleurons de l’hôtellerie corse. Epaulée par deux de ses quatre enfants, Giulia et Ange – ce dernier étant le successeur désigné pour reprendre un jour le célèbre hôtel du flamboyant cap Corse – Lisandra n’a jamais manqué d’énergie pour faire prospérer l’ancienne petite auberge du grand-père d’Ettore, jusqu’à obtenir, au fil des ans, sa quatrième étoile.
Mais le travail en famille est parfois paradoxalement un challenge plus difficile que les autres entreprises. Tout en essayant de laisser le plus d’initiatives possible à ses enfants, respectant leurs idées de changement, d’amélioration, de modernisation des conditions d’hébergement des clients, parfois même en allant jusqu’à donner raison à la jeunesse, Lisandra, qui a conscience de vieillir, n’est pourtant pas prête à s’effacer.
Et puis, au-delà de l’intendance de l’hôtel et du domaine, et des difficultés du quotidien – de la gestion du personnel et des egos, à celle de la clientèle exigeante voire capricieuse, en passant par les problématiques liées la récente crise sanitaire – il y a les tracas personnels de tout un chacun. Giulia qui élève seule son fils de 10 ans Matteo, Ange qui est fiancé à Inès, la belle espagnole qui ne s’intègre pas au clan très fermé des Bartoli, Lucca le frère aîné, jeune avocat brillant qui a tout pour être heureux, si ce n’est que sa femme et lui n’arrivent pas à avoir l’enfant qui manque à leur bonheur… et que l’adoption n’est pas une option pour Lucca. Et enfin Orso, le troisième fils Bartoli. Orso dont le tempérament borderline inquiète et mobilise la famille, Orso qu’il faut surveiller à chaque instant comme le lait sur le feu….

Plon

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Focus
    Lisez

    Françoise Bourdin ou le bonheur d'écrire

    Depuis quelques semaines, son nouveau roman "Un si bel horizon" publié aux éditions Plon est disponible partout. Son précédent titre "Le meilleur est à venir" vient d'arriver en format poche aux éditions Pocket. Découvrez le portrait de Françoise Bourdin, une auteure dont l'enthousiasme ne s’est jamais tari.

    Lire l'article