Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 20/12/2019

Le Noël des auteurs : 5 questions délicieusement festives à Paul Cleave

Tout au long du mois de décembre, Lisez interroge les auteurs sur leur rapport à Noël. Paul Cleave est un auteur néo-zélandais de romans noirs. Son dernier en date, Cauchemar (Sonatine), est un thriller entêtant, d'une efficacité rare. L'écrivain nous raconte un Noël particulièrement intense, marqué par un accident de voiture et le sauvetage d'une jeune inconnue...

Quand avez-vous arrêté de croire au Père Noël ?

 Qu'est-ce que vous racontez ? Je ne comprends pas la question.

Qu’aimeriez-vous trouver sous le sapin cette année ?

 La paix dans le monde. Et le remède contre le cancer. Et une Ferrari. En fait, je vais probablement trouver une souris ou un oiseau que l'un de mes chats aura ramené.

Y-a-t-il un film, une chanson ou un livre qui est pour vous indissociable à l’esprit Noël ?

Ne me détestez pas, mais je pense souvent à Die Hard (Piège de cristal). Est-ce qu'il s'agit d'un film de Noël ou d'un film se déroulant à Noël ? Vaste débat... En tout cas, je ne peux pas donner mon avis sans que 50% de la population ne m'en veuille. Côté musique, j'aime beaucoup Happy Xmas de John Lennon. Si je ne l'entends pas au moins une fois pendant les vacances de Noël, je trouve ça très dérangeant. Il y a aussi cette chanson sur Snoopy qui vole pendant la guerre (Snoopy's Christmas de The Royal Guardsmen, ndlr). C'est l'une de mes chansons de Noël préférées depuis que je suis tout petit. 

Drôle, émouvant, étrange, original… Pouvez-vous nous raconter un souvenir lié à Noël ?

J'ai une histoire qui n'est pas du tout amusante mais c'est l'un de mes souvenirs les plus forts concernant Noël. Quand j'étais ado, j'avais pris l'habitude de passer mes soirées du réveillon chez mon ami Daniel. Généralement, on restait assis toute la nuit à regarder des films de zombies. Donc ce jour de Noël 1991, il était 6h du matin et nous étions devant chez lui en train de nous dire au revoir - c'était à peu près à 15 minutes de marche de chez moi et nous étions en train de nous demander si j'allais croiser des zombies - quand nous avons entendu un bruit affreux au coin de la rue. Nous sommes partis en courant voir ce qu'il se passait et nous avons trouvé une voiture encastrée dans un lampadaire. À côté de la voiture se tenait un gars qui avait l'air pas mal secoué. Quand il nous a vu, il a juste crié : "Je crois qu'elle est morte !" Je me souviens encore exactement de la façon dont il a dit ça et je m'en souviendrai toujours. Il était hystérique. En arrivant à la voiture, on a vu sa petite-amie sur le siège avant... morte. Elle devait avoir 20 ou 25 ans, saignait de la bouche et des oreilles et son corps faisait des angles bizarres. On était en 1991, il n'y avait pas encore de téléphones portables. Donc j'ai couru jusqu'à la maison la plus proche en appelant à l'aide tandis que Daniel était en train d'essayer d'ouvrir la portière. Une vieille dame m'a ouvert sa porte et m'a laissé entrer - je ne sais pas comment elle et les autres voisins ont fait pour ne pas être réveillés par l'accident - et je lui ai dit que j'avais besoin d'utiliser son téléphone. Heureusement que j'étais en Nouvelle-Zélande et pas aux Etats-Unis parce que je pense qu'elle aurait pu me tirer dessus. Au téléphone, l'officier m'a dit que je devais tout faire pour essayer de réanimer la femme. Et là, miracle ! Une fois mise dans la bone position, la tête inclinée en arrière, elle a recommencé à respirer. Elle avait la mâchoire brisée et je n'ai donc pas pu ouvrir sa bouche pour appliquer les gestes de premiers secours, mais c'est un mal pour un bien car elle avait plusieurs côtes cassées et la réanimation cardio-respiratoire aurait empiré les choses.

Je me souviens que les gens commençaient à  sortir doucement de chez eux. Daniel et moi avions les mains couvertes de sang et je le revois bataillé avec la portière pour la maintenir ouverte pendant que je tenais la tête de la femme pour que ses voies respiratoires restent dégagées. Sa respiration faisait un drôle de bruit, comme la porte d'une vieille grange qui s'ouvre et se referme. Quand les policiers sont arrivés cinq minutes plus tard, ils m'ont dit de continuer à la maintenir comme ça et ont dit à Daniel de continuer à retenir la portière pendant qu'ils bouclaient la zone. Mais d'un coup elle a cessé de respirer ! Les policiers sont revenus en courant, et j'étais en train d'ajuster sa position quand sa respiration a fait un bruit de cliquetis, comme si ses poumons étaient remplis de verre. Presque 30 ans plus tard, je me souviens encore de ce bruit. Il a encore fallu cinq ou dix minutes à l'ambulance pour arriver, mais j'avais l'impression que tout cela avait duré 1 heure et tous les gens présents pouvaient entendre sa respiration. Les ambulanciers ont mis vingt minutes à la déplacer. Ses poumons étaient perforés, elle souffrait de plusieurs fractures et je crois qu'elle a été dans le coma pendant un certain temps, mais elle a survécu. C'est mon souvenir de Noël le plus intense. Pas le plus drôle mais celui dont je suis le plus fier. Plus tard ce jour-là, la mère de la jeune femme a appelé la mienne pour lui dire qu'elle était très reconnaissante à Daniel et moi d'avoir sauvé la vie de sa fille. Je me souviens de chaque instant mais je ne me souviens pas de son nom. Je n'ai aucune idée de ce qui lui est arrivé après ça mais j'espère qu'elle achète mes livres.

Dans un monde rêvé, quelles personnalités ou personnages fictifs aimeriez-vous inviter à votre table ce Noël ?

J'aimerais beaucoup recevoir Stephen Colbert. Je pense que c'est le mec le plus drôle et intelligent que l'on puisse voir à la télévision en ce moment. Tina Fey aussi. Bruce Springsteen, Donald Glover et Stephen King. Et bien sûr, ma mère. Elle est morte depuis presque dix ans mais je pense qu'elle aurait encore beaucoup de choses à dire.


Découvrez les romans de Paul Cleave

Lisez
Lisez

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Sonatine

    3 questions à Paul Cleave, à l'occasion de la sortie de son roman "Cauchemar"

    Après Un employé modèle et Ne fais confiance à personne, Paul Cleave s'essaie à un nouveau genre de polar. Son dernier roman, Cauchemar, va vous embarquer - dans une histoire menée tambours battants - jusqu'à Acacia Pines, une petite ville perdue des Etats-Unis. Pour savoir exactement de quoi il en retourne, et pourquoi de tels changements dans ses habitudes, nous avons posé quelques questions à Paul Cleave.

    Lire l'article