RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités
            Par Lisez, publié le 10/01/2019
            "L'Empreinte" remporte le Prix du Livre étranger JDD/France Inter

            La troisième édition du Prix du Livre étranger JDD/France Inter a couronné Alexandria Marzano-Lesnevich pour son livre L’Empreinte publié chez Sonatine Éditions. À la croisée de l’autobiographie, du document journalistique et du roman noir, ce récit complexe a été salué par la critique et les lecteurs outre-Atlantique.

            La troisième édition du Prix du Livre étranger JDD/France Inter a couronné Alexandria Marzano-Lesnevich pour son livre L’Empreinte publié chez Sonatine Éditions. À la croisée de l’autobiographie, du document journalistique et du roman noir, ce récit complexe a été salué par la critique et les lecteurs outre-Atlantique.

            L’Empreinte n’est pas un livre comme les autres. Œuvre hybride relevant aussi bien du true crime que du récit autobiographique, le premier livre d’Alexandria Marzano-Lesnevich a pourtant captivé les sept journalistes qui composent le jury du Prix du Livre étranger JDD/France Inter. Troisième lauréate après Hisham Matar et Paul Auster, l’autrice mêle dans L’Empreinte son histoire personnelle et celle de Rick Langley, pédophile et assassin de Jeremy Guillory, tué en 1992 à l’âge de 6 ans. Elle y raconte comment lors d’un stage dans un cabinet d’avocats représentant des individus accusés de meurtre, la découverte de l’affaire Langley l’a complètement déboussolée. Cette fille d’avocats, fervente opposante à la peine de mort, a réagi à l’inverse de ses convictions : pour elle, l’homme doit être exécuté. Croiser le chemin du pédophile a fait ressurgir chez elle le souvenir de son grand-père, homme abusif qui l’a violée elle ainsi que sa sœur pendant une grande partie de leur enfance.

            Deux histoires inextricables

            Alexandria Marzano-Lesnevich a mis dix ans à écrire L’Empreinte. Dix longues années au cours desquelles l’autrice s’est plongée à corps perdu dans les quelques 30 000 pages d’archives de l’affaire Rick Langley, écrivant et réécrivant le manuscrit jusqu’à trouver le bon ton, la bonne structure. "J’ai essayé tellement d’approches différentes. Tellement, tellement. Ce qui explique aussi pourquoi j’ai mis tant de temps à écrire ce livre", a-t-elle expliqué au site américain The Rumpus. Finalement, L’Empreinte alterne les récits. L’affaire Langley et l’histoire personnelle et traumatique d’Alexandria Marzano-Lesnevich se croisent et se répondent.

            Au site Lambda Literary, l’étudiante en droit devenue écrivaine avoue que pour elle il ne pouvait pas en être autrement. Sa propre expérience de victime d’abus sexuels et l’affaire Langley étaient liées dès le début : "Au départ, je ne pensais pas écrire un livre. Je lisais les archives pour essayer de faire taire la part de moi qui se sentait hantée par cette affaire. J’ai regardé la vidéo de la confession de Ricky et les mots n’arrêtaient pas de me revenir d’une telle façon que j’ai réalisé : cela avait quelque chose à voir avec mon passé. A partir du moment où j’ai commencé à écrire sur le sujet, j’ai dû reconnaître que les deux histoires étaient inextricables. Une partie du challenge était de montrer au lecteur pourquoi elles sont inextricables. Je devais lui montrer comment elles étaient connectées pour moi et pourquoi".

            Alexandria Marzano-Lesnevich a remporté le Prix du Livre étranger JDD/France Inter face à Michal Ben-Naftali (pour L’énigme Elsa Weiss, éditions Actes Sud), Kaspar Colling Nielsen (pour Les Outrages, éditions Calmann-Lévy), Katharine Dion (pour Après Maida, éditions Gallmeister) et Ma Jian (pour China Dream, éditions Flammarion).


            Lisez
            Lisez

            Lisez maintenant, tout de suite !