Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 07/09/2020

Les livres de poche aussi font leur rentrée littéraire !

La rentrée littéraire se savoure aussi en version mini. Cette année, neuf romans aussi captivants qu'éblouissants vous donnent rendez-vous en librairie. De l'intense fresque familiale de Chris Kraus au chef d'oeuvre oublié de William Melvin Kelley, découvrez les romans de poche qui pourraient bien devenir vos coups de coeur de la rentrée.

 

1. Les frères Lehman, Stefano Massini (10/18)

Les frères Lehman
11 septembre 1844, apparition. Heyum Lehmann arrive de Rimpar, Bavière, à New York. Il a perdu 8 kilos en 45 jours de traversée. Il fait venir ses deux frères pour travailler avec lui.
15 septembre 2008, disparition. La banque Lehman Brothers fait faillite. Elle a vendu au monde coton, charbon, café, acier, pétrole, armes, tabac, télévisions, ordinateurs et illusions, pendant plus de 150 ans. Comment passe-t-on du sens du commerce à l’insensé de la finance ? Comment des pères inventent-ils un métier qu’aucun enfant ne peut comprendre ni rêver d’exercer ?
Cette épopée familiale, économique et biblique, qui a reçu le prix Médicis – essai et le prix du Meilleur livre étranger – fiction, nous entraîne au cœur de l’histoire du capitalisme en nous contant une certaine histoire de l’Amérique.

« Foisonnant, haletant et drolatique. » Télérama
« Éblouissant d'intelligence et d'humour. » Le Figaro littéraire
 « La narration donne une cadence jouissive au récit. » Les Inrockuptibles
Traduit de l’italien par Natalie Bauer.


2. Un autre tambour, William Melvin Kelley (10/18)

Un autre tambour
Juin 1957. Un après-midi, dans une petite ville du Sud profond des États-Unis, Tucker Caliban, un jeune fermier noir, recouvre de sel son champ, abat sa vache et son cheval, met le feu à sa maison, puis quitte la ville. Le jour suivant, toute la population noire déserte la ville à son tour.
Quel sens donner à cet exode spontané ? Quelles conséquences pour la ville, soudain vidée d'un tiers de ses habitants ? L'histoire est racontée par ceux qui restent : les Blancs. Des enfants, hommes et femmes, libéraux ou conservateurs. Une histoire alternative et audacieuse, publiée en 1962, un roman choc, tant par sa qualité littéraire que sa vision politique.

  « Un livre exceptionnel dont l’auteur mérite sa place au panthéon des grands écrivains américains du XXe siècle. » Clémentine Goldszal, Elle

 « Le chef-d'œuvre oublié de la littérature afro-américaine. Aussi viscéral qu’intelligent. » Damien Aubel, Transfuge

« Le don de William Kelley pour la satire, son acuité psychologique, sa lucidité sur les conflits raciaux, hissent la fable jusqu’à l’excellence. » Macha Séry, lemonde.fr

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Lisa Rosenbaum


3. La Fabrique des salauds, Chris Kraus (10/18)

La fabrique des salauds
Dans un hôpital bavarois, Koja Solm, vieil homme avec une balle nichée dans la tête, décide de raconter sa vie à son voisin de chambre, un jeune hippie pacifiste. Son enfance à Riga, dans les années 1920, sa carrière dans l'Allemagne nazie, puis comme espion dans la jeune République fédérale. Sa relation destructrice avec son frère aîné, Hubert. Leur amour commun, dévastateur, pour leur sœur adoptive, Ev, d’origine juive. Un ménage à trois électrique nourri de sang, de passion et de larmes, une histoire qui va épouser tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris.

« Un roman-fleuve qui charrie les ombres de l’histoire. » L’Express
 « Fresque historique, roman d’espionnage, fable politique, on se perd avec délectation dans ce labyrinthe littéraire. » Lire
« La Fabrique des salauds est le roman, mené avec un rare brio, d’une métamorphose monstrueuse, celle qui transforme un homme en nazi. » Transfuge
Traduit de l’allemand par Rose Labourie
 


4. Avoue que t’en meurs d’envie, Kristen Roupenian (10/18)

Avoue que t'en meurs d'envie
Un couple bien sous tous rapports héberge un ami qui tente d'échapper à une relation toxique, pour mieux sombrer dans une autre que personne n'avait vue venir et qui le détruira. Une célibataire sceptique qui suit la recette d'un vieux grimoire pour trouver l'amour est dépassée par l'apparition d'un homme parfait, et nu, dans sa cave. L'anniversaire d'une petite fille inquiétante prend une tournure dramatique après qu'elle a « souhaité » le mal. Une jeune femme se retrouve au lit avec un homme et se demande s'il ne s'agit pas d'un psychopathe déguisé en « mec à chats »...
À travers douze histoires savoureuses, Kristen Roupenian explore avec une écriture très réaliste et un humour impitoyable et souvent sombre les nouvelles relations humaines.

« Un phénomène littéraire. » L’Express
« Un mec à chats est un récit complexe et captivant, entre la naissance d’une romance, rapport au consentement et prolongement de la campagne #MeToo » Huffington Post
« Un mec à chats explore avec réalisme la notion de sexualité non désirée mais consentie. Le texte est le plus lu de l’année sur le site du New Yorker. » Madame Figaro

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marguerite Capelle
 


5. Les Réfugiés, Viet Thanh Nguyen (10/18)

Les réfugiés
Dans un pays où tout était affaire de possessions, nous ne possédions rien d'autre que nos histoires.
Vietnamiens, ils ont fui le communisme à la fin des années 1970 pour s'exiler de l'autre côté du Pacifique, en Californie. Ils vivent entre deux rives, entre pays d'adoption et pays de naissance, pas encore Américains, plus tout à fait Vietnamiens. Certains sont figés dans le passé, hantés par les fantômes, effarés par l'hédonisme occidental ; d'autres veulent aller de l'avant, pour eux, pour les enfants, pour la possibilité d'une autre vie. Pour n'être plus simplement des réfugiés. Auteur du retentissant Sympathisant, Viet Thanh Nguyen livre un recueil de nouvelles d’une justesse, d’une acuité et d’une élégance peu communes, et offre sa voix à tous les déracinés.

 « Un concentré d’émotion et d’humanité. » Philippe Chevilley, Les Échos
« Des tranches de vies hantées, racontées avec élégance. » Marguerite Baux, Grazia
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude
 


6. Ceux que je suis, Olivier Dorchamps (Pocket)

Ceux que je suis
Cette nuit, Papa est mort. Des années, il a trimé. Sans vacances. Sans dimanches. Il n’avait pas soixante ans.
Mais pourquoi donc Tarek, garagiste à Clichy depuis longtemps exilé en France, tenait-il à être enterré là-bas... à Casablanca ? Un pays, des racines, dont il n’a jamais ou très peu parlé à ses fils. Prof d’histoire-géo, parfaitement intégré, Marwan ne comprend pas. C’est pourtant lui qu’on a choisi pour accompagner le cercueil au bled. Double-culture, non-dits et secrets de famille : c’est tout un pan de sa propre histoire que Marwan s’apprête à découvrir, sous les orangers…

« Un petit bonheur. » Bernard Lehut – RTL

« Un formidable premier roman. » Marianne Payot – L’Express


7. Mangoustan, Rocco Giudice (Pocket)

Mangoustan
Avis de gros temps sur Hong Kong. Alors que Mangoustan, le super-typhon le plus puissant jamais observé depuis 1946, s’apprête à balayer la colonie, trois femmes affrontent leur tempête intérieure.
Planquée derrière ses lunettes de soleil, Melania dissimule de plus en plus mal le mépris qu’elle ressent pour son butor de mari. Fût-il orange et président des États-Unis.
Plaquée sans cérémonie après trente-cinq ans de mariage, Laure traîne son spleen entre Genève et Bali.
Femme-trophée pétrie d’ambition, Irina l’Ukrainienne peine à percer le plafond de verre.
Trois femmes au bord de la crise conjugale.
Trois femmes dans l’œil du cyclone.

« Un roman réjouissant ! Baigné par un humour cocasse et une tendresse émouvante. Quand trois femmes font un délicieux et exquis pied de nez à des hommes égoïstes et égocentriques. Un régal ! » Librairie La Griffe Noire, Saint-Maur des Fossés


8. Un mariage américain, Tayari Jones (Pocket)

Un mariage américain
Un an et demi de bonheur… Roy et Celestial sont ce couple typique de la bourgeoisie afro-américaine d’Atlanta : un mari ambitieux, vissé à son ordinateur portable, et une épouse artiste, à l’aube d’une belle carrière.
Il a suffi d’une méprise, d’une tragique méprise, pour que le rêve se brise en morceaux. Du mauvais endroit au mauvais moment. De la mauvaise couleur de peau.
Injustement accusé de viol, Roy se voit condamné à douze ans de prison. Comment survivre à une vie volée ? Comment nourrir un amour que les murs, l’amertume et le temps corrompent à petit feu ? Et comment croire encore – pour le meilleur ou pour le pire – au rêve américain ?
 
 
 


9. Marx, dans la jardin de Darwin, Ilona Jerger (Pocket)

Marx dans le jardin de Darwin
Londres, 1881. Chacun dans leur domaine, ils ont révolutionné le monde. Marx, du haut de sa mansarde de Maitland Park Road, repousse chaque jour l’écriture de la suite du Capital. Quant à Darwin, reclus dans sa belle demeure du Kent, il consacre ses vieux jours à l’étude du ver de terre. S’ils admirent mutuellement leurs travaux, l’Allemand colérique et le doux vieillard bourgeois n’ont rien en commun, sinon le même médecin et les tourments du grand âge. Qu’auraient-ils à se dire, ces deux géants ?
Seules les étoiles le savent, dans le silence nocturne d’un jardin anglais…
 
 

Lisez
Lisez

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    10/18

    L'économie à travers la littérature : "Les frères Lehman"

    Avec Les frères Lehman, publié en France en 2018 (éditions Globe), l'écrivain et dramaturge Stefano Massini s'était lancé un défi aussi original qu'ambitieux : consacrer un grand roman en vers libres à plus de 150 ans d'une saga familiale américaine. Celle de la famille Lehman, à l'origine d'une entreprise incontournable dont la chute en 2008 marqua le temps fort de la plus importante crise économique de notre siècle : Lehman Brothers.

    Lire l'article