Lisez! icon: Search engine
Par Pocket, publié le 13/08/2020

Les rendez-vous littéraires 2020

Chers amis lecteurs,

Cette année, une fois encore, et peut-être même plus que jamais, nous avons besoin de lectures, de coups de coeur, de découvertes, et de belles surprises pour redonner le sourire à tous. Pour la quatrième année consécutive, c’est avec une grande fierté que nous vous proposons notre sélection de «Rendez-vous littéraires ». Avec deux romans français et deux romans étrangers, nous allons faire le tour du monde.

Nous partirons d’abord au Maroc, aux côtés de Marwan, dans Ceux que je suis d’Olivier Dorchamps. De marocain, il n’a que le prénom. C’est le pays d’origine de ses parents, mais il en ignore tout. Alors il est stupéfait quand, à la mort de son père, il découvre que celui-ci a tout organisé pour son enterrement à Casablanca. Sur place, il va de surprise en surprise, de rencontre en rencontre, et apprend bien plus qu’il n’aurait imaginé sur sa famille. C’est beau, touchant, émouvant. Un ouvrage qui a concouru pour de nombreux prix littéraires et un voyage dont vous ne sortirez pas indemne.

Ceux que je suis
Cette nuit, Papa est mort. Des années, il a trimé. Sans vacances. Sans dimanches. Il n’avait pas soixante ans.
Mais pourquoi donc Tarek, garagiste à Clichy depuis longtemps exilé en France, tenait-il à être enterré là-bas... à Casablanca ? Un pays, des racines, dont il n’a jamais ou très peu parlé à ses fils. Prof d’histoire-géo, parfaitement intégré, Marwan ne comprend pas. C’est pourtant lui qu’on a choisi pour accompagner le cercueil au bled. Double-culture, non-dits et secrets de famille : c’est tout un pan de sa propre histoire que Marwan s’apprête à découvrir, sous les orangers…

« Un petit bonheur. » Bernard Lehut – RTL

« Un formidable premier roman. » Marianne Payot – L’Express

 

Direction Hong Kong maintenant, où le typhon Mangoustan de Rocco Giudice s’apprête à frapper. On y découvre le portrait de trois femmes : l’une vient de se faire larguer par son mari après plus de trente ans de mariage, la deuxième est une Ukrainienne mariée à un bourgeois suisse, la troisième est la femme du président des États-Unis, très proche de la vraie. Elles sont toutes les trois à un moment crucial de leur vie et se réfugient dans un grand hôtel de Hong Kong pile au moment où un supertyphon va balayer la ville. Et leur vie. C’est à la fois drôle et cruel, et le personnage de Melania est irrésistible.

Mangoustan
Avis de gros temps sur Hong Kong. Alors que Mangoustan, le super-typhon le plus puissant jamais observé depuis 1946, s’apprête à balayer la colonie, trois femmes affrontent leur tempête intérieure.
Planquée derrière ses lunettes de soleil, Melania dissimule de plus en plus mal le mépris qu’elle ressent pour son butor de mari. Fût-il orange et président des États-Unis.
Plaquée sans cérémonie après trente-cinq ans de mariage, Laure traîne son spleen entre Genève et Bali.
Femme-trophée pétrie d’ambition, Irina l’Ukrainienne peine à percer le plafond de verre.
Trois femmes au bord de la crise conjugale.
Trois femmes dans l’œil du cyclone.

« Un roman réjouissant ! Baigné par un humour cocasse et une tendresse émouvante. Quand trois femmes font un délicieux et exquis pied de nez à des hommes égoïstes et égocentriques. Un régal ! » Librairie La Griffe Noire, Saint-Maur des Fossés

 

Puis nous irons à Londres avec Marx dans le jardin de Darwin d’Ilona Jerger, un exercice littéraire fort réussi, qui imagine en 1881 une relation entre ces deux monuments du xixe siècle, tous deux révolutionnaires, l’un avec sa théorie de l’Évolution qui a fait trembler ses contemporains et toujours contestée aujourd’hui ; l’autre qui agite les milieux ouvriers et attend son Grand Soir. La romancière leur invente le même médecin et confident. Le lecteur suit avec délectation ses visites alternées chez l’un et chez l’autre. Et à travers elles leur quotidien, leurs rêves, leurs doutes. Ce premier roman est tout en finesse, brillamment construit, et toujours très actuel.

Marx dans le jardin de Darwin
Londres, 1881. Chacun dans leur domaine, ils ont révolutionné le monde. Marx, du haut de sa mansarde de Maitland Park Road, repousse chaque jour l’écriture de la suite du Capital. Quant à Darwin, reclus dans sa belle demeure du Kent, il consacre ses vieux jours à l’étude du ver de terre. S’ils admirent mutuellement leurs travaux, l’Allemand colérique et le doux vieillard bourgeois n’ont rien en commun, sinon le même médecin et les tourments du grand âge. Qu’auraient-ils à se dire, ces deux géants ?
Seules les étoiles le savent, dans le silence nocturne d’un jardin anglais…
 
 

 

Enfin, direction le pays de l’oncle Sam pour Un mariage américain de Tayari Jones, lauréat du prestigieux Women’s Prize for Fiction en 2019. On y rencontre Celestial et Roy, un couple modèle de la middle-class noire du sud des États-Unis. Alors qu’ils viennent de se marier, qu’ils sont jeunes, beaux et promis à un brillant avenir, Roy est accusé d’un viol qu’il n’a pas commis, et condamné à douze ans de prison. La machine à broyer est en marche. Voici une vraie  radiographie de la société américaine contemporaine, dont l’auteur dresse un portrait profond et subtil. Ce livre a été plébiscité entre autres par Barack Obama et Oprah Winfrey et vous invite à réfléchir tout en vous piégeant dans une intrigue diablement efficace.

Un mariage américain
Un an et demi de bonheur… Roy et Celestial sont ce couple typique de la bourgeoisie afro-américaine d’Atlanta : un mari ambitieux, vissé à son ordinateur portable, et une épouse artiste, à l’aube d’une belle carrière.
Il a suffi d’une méprise, d’une tragique méprise, pour que le rêve se brise en morceaux. Du mauvais endroit au mauvais moment. De la mauvaise couleur de peau.
Injustement accusé de viol, Roy se voit condamné à douze ans de prison. Comment survivre à une vie volée ? Comment nourrir un amour que les murs, l’amertume et le temps corrompent à petit feu ? Et comment croire encore – pour le meilleur ou pour le pire – au rêve américain ?
 
 
 

 

Voici le voyage organisé que nous vous avons réservé, nous espérons qu’il vous plaira, vous enflammera, vous réjouira aussi.

Nous vous souhaitons de belles lectures,
L’équipe éditoriale Pocket

Pocket
Un livre, une rencontre.