Lisez! icon: Search engine
Par Robert Laffont, publié le 01/07/2021

"L'Espion français" : les coulisses secrètes de la DGSE

Au cœur du service le plus secret des services secrets français. Rien de moins. Cedric Bannel nous plonge avec son nouveau roman L’Espion français dans un monde parallèle, obscur, où le moindre faux pas peut s’avérer fatal… et dramatique à l’échelle internationale. Un monde d’identités multiples, de suspicion, d’enquête sous haute tension, d’enjeux colossaux, d’idéaux mais aussi de tragédies humaines. Des gens d’aspect ordinaire, que vous avez peut-être déjà croisés chez le boulanger ou dans une salle d’attente, dont vous n’auriez jamais soupçonné de quoi est faite leur existence.

Edgar, trente-trois ans, parisien, est avocat. Il présente bien, aime le luxe. Après tout, ne ressemble-t-il pas au « grand avocat » typique des beaux quartiers de la capitale ? Seulement, Edgar ne donne pas que dans les plaidoiries et les montres hors de prix. Il est aussi, pour quelques missions par an, un agent de l’ombre de la DGSE. Un agent non déclaré. Inexistant sur le papier. Parce qu’il existe au sein des renseignements français une entité dédiée aux missions tellement sensibles qu’elles ne peuvent être confiées à ses membres officiels. S’il tombe, Edgar tombera seul. Personne ne viendra le chercher. S’il réussit, personne ne saura non plus qui il est. Telles sont les conditions de sa mission. Pour exercer ce type de « boulot à côté », un certain sens de la patrie est requis. Ainsi quelques blessures incurables. De celles qui permettent de tuer, n’importe quelle cible désignée, sans hésitation.

Sa prochaine destination : la frontière entre l’Iran et l’Afghanistan. Là, dans une des tours du silence de l’antique foi zoroastrienne, son prochain « contrat » l’attend. C’est la première fois qu’on lui demande d’abattre une femme. Au vu de son CV, Edgar n’y voit aucun problème.

En parallèle, Cédric Bannel nous plonge une fois de plus, après Baad ou Kaboul Express, en Afghanistan. Un autre Afghanistan que celui décrit par les médias. Le romancier aux multiples vies né en 1966, explore ce pays depuis des années, des banlieues poussiéreuses de Kaboul aux montagnes impénétrables du Badakhchan. Résolument ancré dans l’actualité, L’Espion français nous parle de l’Afghanistan de maintenant. Un pays déchiré par son histoire, dont la capitale menace de basculer (ce ne serait qu’une question de temps), comme en 1995, aux mains des Talibans, qui profitent du retrait récent des forces armées américaines.

De Paris jusqu’à cet Afghanistan meurtri, un événement sera le déclencheur de conséquences terribles. Des vies, des ambitions, des idéaux, des enquêtes et des ordres de missions contradictoires vont s’entrechoquer avec une violence inhumaine, autour d’une prise d’otage.

Cinq infirmières japonaises, au mauvais endroit, au mauvais moment.

Si vous avez aimé « Le Bureau des Légendes », vous serez littéralement happé par les 500 pages de ce roman aussi bouleversant qu’éclairant.

L'Espion français

Il existe au sein de la DGSE une entité dédiée aux missions tellement sensibles qu’elles ne peuvent être confiées à ses membres officiels. Edgar, trente-trois ans, parisien, est l’un de ces agents de l’ombre très spéciaux. S’il tombe, il tombera seul.
Sa prochaine destination : la frontière entre l’Iran et l’Afghanistan. Là, dans une des tours du silence de l’antique foi zoroastrienne, sa cible l’attend.

Un thriller prophétique sur la prise de l’Afghanistan par les Talibans.

« Bannel parvient à un effet de réalisme qui rend ses histoires passionnantes. » Pierre Lemaitre, prix Goncourt 

 

Robert Laffont