Lisez! icon: Search engine
Par Slalom, publié le 15/09/2022

Maëlle Desard, lauréate du Prix Talents Cultura avec À un cheveu

Maëlle Désard est lauréate du Prix Talents Cultura 2022 dans la catégorie Roman jeunesse avec À un cheveu.

Les Talents Cultura sont une sélection de premiers ouvrages sortis dans l'année et repérés par les comités de lecture composés de libraires engagés et de clients passionnés. Ce prix se décompose en 4 catégories : les albums jeunesse, les romans jeunesse, les bandes dessinées et la littérature. À l'occasion de cette distinction, l'autrice nous parle de son roman et de ces futurs projets.

 

 

  • Pouvez-vous nous présenter votre héroïne, Emma ?

Emma, c'est une jeune fille de 17 ans qui est atteinte d'alopécie. Une maladie en soi pas très grave, qui a comme unique conséquence la perte plus ou moins partielle des cheveux. Facile à gérer… ou pas. Victime de harcèlement dans son précédent lycée à la suite de la perte de ses cheveux, Emma débarque avec ses parents et son frère, Christophe, à Strasbourg. Où elle espère bien, armée d'une perruque solidement arrimée sur son crâne, recommencer à zéro et vivre une vie normale de fille normale, merci bien.

Emma, elle représente un peu toute la complexité de l'adolescence comme je l'ai moi-même vécue. L'alopécie est finalement un prétexte dans ce roman pour aborder les questions difficiles du rapport à son corps et aux autres. Parce qu'à 17 ans, on commence à apercevoir « l'après », le monde gigantesque qui s'ouvre à nous, et à subir de plein fouet les attentes qu'« on » fait peser sur les épaules des jeunes. Dans ce roman précis, je parle de l'injonction à une certaine forme de féminité. Je parle de comment notre corps, notre allure, vont d'un coup prendre une place prépondérante dans notre environnement social. Je me souviens à son âge m'être dit – alors que j'avais encore assez de cheveux à l'époque pour que ce soit incognito – « Mais pourquoi mon corps me trahit comme ça ? »

Le poids. Les cheveux. La peau. La taille. Les formes qui ne se développent pas là où l'on nous a dit que c'est harmonieux. Le téton qui pointe au mauvais moment. Le poil qui dépasse au mauvais endroit. J'avais l'impression d'être la gardienne de prison de mon propre corps, et d'en être curieusement tenue à l'écart, condamnée à le regarder se débrouiller sans moi.

Et je me sentais très seule, aussi. Emma, c'est un personnage qui est aussi multiple, parce que c'est difficile de parler d'elle sans parler « des autres ». Ses parents, qui font au mieux – mais ne sont pas omniscients ou omnipotents, et restent avant tout humains et inquiets. Son frère, qui n'a pas réussi à encaisser le harcèlement de sa sœur et qui peine à s'en remettre, se transformant en labrador hyperprotecteur aussi agaçant qu'adorable. Les amitiés, indispensables pour certaines, malsaines pour d'autres.

Emma, c'est un personnage qui regroupe un tout, qui part de son petit « moi » pour aller vers un grand « nous », et je l'adore profondément pour ça !

 

  • Quel est votre secret pour être si drôle dans vos romans ?

J'aimerais tellement avoir une belle réponse pour cette question qu'on me pose presque à chaque fois ! En fait, c'est naturel *jette ses cheveux en arrière*. Je suis très drôle dans la vie (maintenant, ce sont des fleurs que je me jette), et il m'arrive régulièrement de me marrer toute seule parce que je me fais, pour de vrai, des blagues dans ma tête de manière constante. J'ai toujours fonctionné comme cela – l'humour, c'est un peu mon super pouvoir. Je pense que j'ai sincèrement commencé à déifier l'humour durant mon adolescence, quand j'allais très très mal (j'ai fait une très grosse dépression à quinze ans, quand j'ai commencé à prendre un traitement hormonal très lourd pour ma chute de cheveux) (qui n'a pas marché, et m'a fait prendre 25 kilos en plus) (MAGNIFIQUE). Et l'humour est devenu ma soupape.

Je trouve que c'est un outil très sous-coté, et souvent mésestimé. Mais on peut faire passer des sentiments tellement forts, tellement puissants par une blague. Je crois que je ne suis jamais aussi drôle que quand je vais mal, ou que quand je suis stressée ou blessée. L'humour, c'est une manière de rapprocher les gens, mais aussi de les garder à l'écart. Une manière d'attaquer ou de flatter. C'est très ambivalent, l'humour, et je pense que l'ingrédient qui fait que ça fonctionne dans mes romans, c'est justement que j'en ai bien conscience.

J'aime regarder le monde et m'amuser. Observer autour de moi et m'imaginer mille scénarios. J'aime rire, vraiment, et j'adore FAIRE rire. Je crois que c'est le sentiment le plus satisfaisant du monde, quand tu lâches le bon mot au bon moment et que tout le monde éclate de rire.

Et puis, comme je suis vraiment une très mauvaise cuisinière, il faut bien que je puisse apporter quelque chose aux repas !

 

  • Quelle a été votre réaction quand vous avez appris que votre roman était lauréat Talents Cultura 2022 ?

J'ai été très surprise ! Je ne savais pas qu'il était en sélection, donc c'est sorti « de nulle part ». J'ai ensuite été très fière, parce que je sais que c'est un prix qui est le fruit de la sélection d'un jury composé d'un nombre quand même très conséquent de votants. C'est comme si on me lançait un gigantesque pouce vert au visage, en mode « OUI C'EST BIEN » !! Et franchement ? J'adore. Parce que, je pense comme beaucoup de monde, il y a toujours des périodes de doute. C'était en plus une première incursion pour moi dans le genre du contemporain, que j'adore lire, mais que je n'avais jamais tenté d'écrire. Et j'ai adoré l'expérience. Mais je doutais beaucoup : est-ce que ça plairait ? Est-ce que l'histoire ne serait pas trop « niche » ? Est-ce que les déboires d'une petite meuf à perruque, ça allait parler aux chevelu-e-s ? (oui, je vous appelle comme ça. Comme les hobbits les pieds-poilus, hop).

Donc je suis restée devant mon écran avec un très grand sourire pendant longtemps (et c'est rare. J’aime rire, mais franchement je souris rarement « de l'extérieur » quand je suis dans mon antre haha). Et ça m'a fait un bien fou au moral, et à la motivation !

 

 

  • Pouvez-vous nous parler de vos projets en cours ?

Oh oh oh ! Il faut dire qu'il y en a pas mal qui arrivent ! J'ai deux romans qui sortent chez un compétiteur entre octobre et février (une école de magie en Alsace, pour le premier. Un troisième tome assez attendu, pour le deuxième).

Ensuite, je travaille sur un roman qui va être INCROYABLE (je pèse – non – mes mots), et qui sortira fin de l'été 2023 chez Slalom, dans une veine un peu différente ! L'histoire d'une fée des dents qui veut devenir fée marraine, et qui passe un pacte avec un vampire édenté qui cherche vengeance. Ce sera un roman drôle (je ne sais pas faire sans), mais aussi un peu plus glamour (héhéhé *wink wink*) et beaucoup plus sombre que ce que j'ai écrit pour le moment. De la belle dark fantasy, avec plein de rebondissements, de sentiments, de rire et de *argh* coincés dans la gorge comme j'adore lire. Je suis surexcitée à l'idée de le sortir, parce qu'il me travaille depuis vraiment très longtemps, et je le sens vraiment comme un passage dans ma maturité d'écriture !

Un autre roman, toujours chez Slalom, sortira en 2025 (hé oui, c'est tard ! Mais c'est parce qu'on planche sur quelque chose d'autre pour 2024, mais c'est un secret). Toujours dans la veine fantastique, ce sera un mélange un peu déjanté de « Ariel la petite sirène X Very Bad Trip X Zac et Crysta ». C'est un roman que je veux profondément optimiste et drôle, et où je traiterai de la question de l'écoanxiété, du déterminisme et du fatalisme sous le prisme de plusieurs personnages qui incarneront différentes facettes de ces thèmes.

Quant aux autres projets… ils sont en phases de réflexions et de négociations ! Alors gardons un peu de mystère ❤ Tout ce que je peux promettre, c'est que vous allez me trouver en rayon pour les prochaines années à venir !

 

  • Un mot pour vos lectrices et lecteurs ?

Déjà, un grand grand merci ! On m'a toujours présenté l'écriture comme étant très solitaire, et en fait… c'est très faux. Je suis incroyablement touchée de l'enthousiasme de mes lectrices et lecteurs qui me suivent de roman en roman, et qui m'encouragent au jour le jour. C’est une chance incroyable que d'être aussi bien entourée, et j'en ai pleinement conscience.

Il n'y a pas une seule journée où je ne reçois pas un message sur mes réseaux (ouuuh la double négatioooon) pour me parler de mes romans, me demander sur quoi je travaille, quand ils pourront lire un nouveau titre, etc. C'est fou, et absolument génial. Parce que ça permet de garder la motivation intacte au jour le jour, et surtout de savoir que toutes ces heures avachies sur ma chaise trouvent une finalité dans les mains des lectrices et lecteurs !

Donc merci à eux, vraiment, d'être là au rendez-vous pour chaque sortie ! Je vous aime !

 

A un cheveu - Humour - Apparences - Premières fois
À 17 ans, Emma aime la natation, son frère presque jumeau, le chocolat et dessiner dans les marges de ses cahiers. Elle serait à un cheveu de la belle vie si elle n’avait pas perdu les siens, de cheveux, deux ans plus tôt (tandis que le reste de ses poils a continué à pousser, merci bien !). Affublée d’une perruque avec laquelle elle entretient une relation d’amour-haine quasi mystique, Emma décide de profiter du déménagement de sa famille pour repartir de zéro. Nouvelle vie, nouveaux amis... et peut-être un premier amour !

Un roman lumineux sur l’acceptation de soi et de son corps, résolument féministe et universel !

Slalom