Lisez! icon: Search engine
Par 10/18, publié le 06/10/2022

Nicolas Le Floch : l'histoire d'un phénomène

Quatre ans après la disparition de Jean-François Parot, "père" des aventures du commissaire Nicolas Le Floch à la veille de la Révolution française, Laurent Joffrin signe un quinzième tome, publié début octobre aux éditions 10/18, qui avaient déjà accueilli l’intégralité de la saga. Retour sur un phénomène ayant, comme son créateur, largement dépassé les frontières de l’Hexagone.

En 2018 disparaissait le diplomate et écrivain Jean-François Parot, laissant orpheline la communauté étoffée d’admirateurs des aventures du personnage qu’il avait créé : Nicolas Le Floch. En novembre 2021 pourtant, un nouveau-né apparaissait sur les tables des librairies, sous l’évocateur bandeau "Nicolas Le Floch est de retour" : en effet, avec Le cadavre du Palais-royal, l’auteur et journaliste Laurent Joffrin reprenait le flambeau, aux éditions Buchet-Chastel, pour le quinzième tome de ses aventures !

Un héros du XVIIIème… né en 2000 !

Envoyé dans le monde entier au cours de sa carrière de diplomate, jusqu’au poste d’ambassadeur en République de Guinée-Bissau de 2006 à 2010, Jean-François Parot était apparu en 2000 sous un nouveau visage : celui d’auteur de polars historiques ancrés dans le Paris du XVIIIème siècle, centrés autour de la figure de Nicolas Le Floch, commissaire au Châtelet sous les règnes de Louis XV puis Louis XVI. Dès L’énigme des Blancs-Manteaux et L’homme au ventre de plomb en effet, il invitait le lecteur à partager avec lui son goût pour cette période. Et avec quel succès !

En 2005, son sixième tome, Le sang des farines, remportait le Prix de l’Académie de Bretagne, tandis que son public de passionnés d’intrigues et d’Histoire s’étoffait d’une année sur l’autre. Peu à peu traduite dans le monde entier, son œuvre palpitante débarquait même sur les écrans, avec le feuilleton Nicolas Le Floch diffusé sur France 2 depuis 2008. Ainsi, en quatorze tomes jusqu’au Prince de Cochinchine, il a imaginé les enquêtes, entre 1761 et 1787 (soit la veille de la Révolution), de ce Breton promis à un destin exceptionnel au cœur du pouvoir royal et d’un Paris bouillonnant, flanqué de son fidèle adjoint, l’inspecteur Pierre Bourdeau.

Nouvel auteur, nouveau régime

Si le succès du personnage, né en 1999 dans l’esprit de son auteur alors en poste à Sofia, tient à la fois à la construction précise des intrigues, à la documentation historique et au tableau saisissant qu’il fait de la capitale au XVIIIème siècle, les fins gourmets ont pu aussi se délecter des menus exacts (et d’époque !) concoctés par Jean-François Parot pour ceux auxquels il a donné vie.

Ainsi, il fallait bien toute la verve et la passion de Laurent Joffrin pour relever un incroyable défi : ranimer, trois ans après la disparition de son créateur, une figure imaginaire plongée entre complots, révoltes et aventures… cette fois au lendemain de la nuit du 4 août 1789, après la chute de la Bastille et l’abolition des privilèges !

Voilà donc Nicolas Le Floch, pour ce quinzième tome, confronté ni plus ni moins qu’à un changement de régime, alors que le sort du roi Louis XVI est encore en ballotage, que ses propres allégeances sont soumises à rude épreuve, et qu’un enlèvement doublé d’un meurtre vient agiter le quartier du Palais-Royal… L’occasion en outre, pour l’observateur engagé Laurent Joffrin, de relancer la saga en la dynamisant sans la dynamiter, tout en s’autorisant quelques parallèles bien sentis avec la scène politique actuelle…

10/18
10/18
Lisez inspiré