Lisez! icon: Search engine
Par Perrin, publié le 30/03/2020

Pierre le Grand ou la naissance de la Russie moderne

Pierre le Grand est l’une des plus extraordinaires figures de l’histoire Russe. Tsar de Russie de 1682 à 1725, il a modernisé son empire, réformé l’armée, l’Etat, et l’Eglise, fondé Saint-Pétersbourg et initié une véritable "révolution culturelle" dont la Russie actuelle est l’héritière. Thierry Sarmant nous emmène dans les pas de Pierre le Grand dans un voyage spatial et temporel.

Pourquoi publier un nouveau livre sur Pierre le Grand ?

Depuis la dislocation de l'Union soviétique, les recherches sur l'"Ancien Régime" russe se multiplient. En Russie, mais aussi dans le reste du monde, en particulier dans les universités anglo-saxonnes, qui s'intéressent au processus "d'occidentalisation du monde". Il m'a semblé intéressant de donner au grand public français un portrait de Pierre Ier enrichi et rajeuni à l'aide des nouvelles sources mises au jour et des nouvelles réflexions formulées par la recherche internationale.

Le sujet me semble particulièrement actuel à l'heure où ce processus d'occidentalisation est remis en cause aussi bien par l'essor des régimes autoritaires que par le réveil de l'Islam rigoriste.

Quels éléments nouveaux l’ouvrage apporte-t-il sur le tsar ?

J'ai essayé de replacer Pierre le Grand dans un cadre très large : d'abord dans la longue durée de l'histoire de la Russie – de l'essor de la principauté moscovite jusqu'à l'actuelle période poutinienne. Je raconte par exemple pour la première fois l'histoire de "Pierre après Pierre" : la seconde vie, après la mort physique, de l'homme et de son œuvre sur près de trois siècles. J'ai aussi replacé Pierre Ier dans son propre temps, en le comparant à ses "collègues monarques", ses contemporains immédiats : Louis XIV, Guillaume d'Orange, Charles XII, Frédéric-Guillaume de Prusse, Victor-Amédée de Savoie etc. Ainsi voit-on mieux en quoi Pierre est une figure originale, je dirais même exceptionnelle.

J'ai voulu montrer Pierre "au travail" dans son activité de souverain, à la fois tsar-bureaucrate – lisant des milliers de lettres et de rapports, écrivant ou dictant des milliers de lettres et d'instructions, promulguant des milliers de lois et de règlements – et homme de guerre et de terrain, qui a parcouru son empire et l'Europe en tous sens pendant plus de trente ans.

Comme tout homme, Pierre était pétri de contradictions : amoureux de la raison, de l'ordre et du progrès, mais lui-même violent, cruel et emporté, parfois à la limite de la folie. Je n'ai pas cherché à donner à sa personnalité une cohérence qui n'a pas existé.

 Vous parlez le russe. En quoi cela vous a-t-il aidé dans vos recherches ?

Il paraît impossible d'écrire sur la Russie sans lire le russe... C'est d'autant plus vrai pour le règne de Pierre le Grand, d'abord parce que beaucoup de sources imprimées n'existent qu'en russe – treize volumes de sa correspondance générale, notamment – et ensuite parce que les historiens russes travaillent énormément depuis une trentaine d'années, exhumant de nouvelles sources et examinant le règne de Pierre sous de nouveaux angles.

Beaucoup de ces travaux sont difficilement accessibles en dehors des laboratoires universitaires et sont impossibles à commander en ligne – car la Russie reste aussi un isolat de ce point de vue. Il m'a fallu procéder comme à l'époque soviétique : c'est-à-dire trouver des amis russes complaisants qui m'ont rapporté de Moscou ou de Saint-Pétersbourg des valises entières d'ouvrages.

La connaissance de la langue russe est également indispensable pour accéder aux énormes ressources désormais disponibles sur Internet – pour un même personnage, les versions française, anglaise, allemande et russe d'une notice Wikipédia donnent souvent des informations différentes... et parfois même contradictoires ! En outre, comme la Russie de Poutine est un pays autoritaire mais non totalitaire, les opinions sur Pierre et son règne s'affrontent assez librement sur le Net. Il y a là matière à réflexions.

Selon vous, comment écrit-on une bonne biographie ?

S'il y avait une règle d'or, je serais heureux de la connaître... Je pense qu'il y a deux types de biographie originale. Le premier consiste à révéler un personnage inconnu ou mal connu à partir de sources entièrement inédites. Le procédé fonctionne si les documents utilisés sont assez parlants... et si le personnage est suffisamment intéressant par lui-même ! Le deuxième type de biographie est valable pour des personnalités qui ont déjà fait l'objet de travaux. Il s'agit alors de réunir les matériaux pas toujours aisément disponibles – sources imprimées, monographies, thèses, articles de revue –, de les "digérer" et d'opérer à partir de cette documentation une "grande synthèse" accessible à l'honnête homme. Telle a été l'ambition de ce "Pierre le Grand".

 

Vous souhaitez en savoir plus sur la vie de Pierre le Grand ? On vous recommande la lecture de sa biographie par Thierry Sarmant, sortie le 5 mars 2020 aux éditions Perrin.

 

Pierre Le Grand
Pierre le Grand est une des figures les plus extraordinaires de l’histoire de la Russie. Né en 1672, tsar de 1682 à 1725, il a modernisé son empire à marche forcée, réformé tout à la fois l’armée, l’État et l’Église, créé de toutes pièces une marine de guerre et initié une véritable révolution culturelle dont la Russie actuelle est l’héritière. Parmi les premiers chefs d’État à nourrir une vision géopolitique globale, il a porté ses ambitions conquérantes vers la mer Noire et la Baltique, mais aussi vers la Sibérie, l’Asie centrale et la Perse, et jusqu’à l’Inde et l’Amérique du Nord.
Thierry Sarmant, d’une plume brillante et passionnée, s’appuyant sur les travaux les plus récents des chercheurs russes, allemands, français et anglo-saxons, brosse avec brio la vie de ce géant bâtisseur – dont Saint-Pétersbourg reste assurément le plus bel écrin – en le confrontant notamment à ses « collègues monarques » à la charnière des xviie et xviiie siècles, Louis XIV, Guillaume d’Orange ou encore Frédéric-Guillaume de Prusse. Ce faisant, il s’interroge aussi bien sur les troubles de l’identité russe que sur les ressorts de l’occidentalisation du monde et livre une biographie de haut vol appelée à demeurer une référence incontournable.

 

 
 

 

Perrin