Lisez! icon: Search engine
Par Nil, publié le 06/11/2018

Pourquoi méditer ? par Frédéric Lenoir

La méditation est une pratique millénaire utilisée tant en Orient par les bouddhistes qu’en Occident par les Grecs anciens, et aujourd’hui validée par la recherche scientifique. En développant notre attention, elle nous apprend non seulement à calmer les agitations de notre mental mais aussi à élargir nos perceptions sensorielles.

La méditation est une pratique millénaire utilisée tant en Orient par les bouddhistes qu’en Occident par les Grecs anciens, et aujourd’hui validée par la recherche scientifique. En développant notre attention, elle nous apprend non seulement à calmer les agitations de notre mental mais aussi à élargir nos perceptions sensorielles.

Depuis une trentaine d’années, la méditation connaît un essor considérable en Occident, tout d’abord grâce au succès du bouddhisme zen et tibétain, puis à travers le développement fulgurant de la mindfulness, une forme laïque de méditation, principalement focalisée sur le souffle et les perceptions sensorielles, qui permet de réduire de manière significative le stress et les états anxieux. Aux États-Unis, on pratique la méditation dans plus de cinq cents établissements hospitaliers et des centaines de prisons. Au Canada, plusieurs facultés de médecine rendent désormais obligatoires au cursus des futurs médecins des ateliers de méditation. Elle se développe de plus en plus également dans les écoles : aux Pays-Bas, le ministère de l’Éducation nationale offre une formation à la méditation aux enseignants qui le souhaitent.

Des parlementaires anglais s’y adonnent régulièrement et, plus récemment, une dizaine de
députés français, initiés à la mindfulness par le psychiatre Christophe André, se réunissent une fois par semaine au Palais-Bourbon pour méditer ! Chaque année, plus de quatre cents articles scientifiques sont publiés sur la méditation, qui en montrent les bienfaits, tant pour les troubles de l’attention, les états anxieux ou dépressifs, que pour la santé physique.

La méditation répond à un besoin fondamental de l’être humain, qui est étouffé par nos modes de vie contemporains : celui d’être présent à lui-même et au monde qui l’entoure. Pour cela, il nous faut réapprendre le silence intérieur, le calme mental. Il nous faut aussi développer nos capacités d’attention, nos perceptions sensorielles, qui sont dissoutes dans nos vies agitées, suractives et trop cérébrales. La méditation permet d’harmoniser l’esprit et le corps, qui ont été trop longtemps séparés, particulièrement en France, par un dualisme cartésien compris de manière caricaturale. La méditation constitue un véritable entraînement de l’esprit, aussi précieux que l’entraînement du corps.

Méditer, contrairement à ce que beaucoup imaginent, ce n’est pas nécessairement s’asseoir et fermer les yeux en essayant de ne plus penser à rien et en se concentrant sur son souffle. Certes, cet exercice est précieux, mais il n’est qu’une forme de pratique méditative parmi de nombreuses autres, l’essence même de l’art de méditer consistant à être pleinement présent, le cœur grand ouvert à la vie. Cette pratique de l’attention peut être focalisée sur le souffle, mais aussi sur une qualité, une vertu ou un état que l’on souhaite développer : la bienveillance, la confiance, la gratitude, le pardon, la sérénité, etc. Les philosophes peuvent aussi méditer – c’est-à-dire porter toute leur attention – sur un concept ou une règle de vie, les religieux sur un texte sacré ou une divinité, les romantiques sur la beauté d’un paysage.

Cette attention peut aussi ne pas être focalisée sur un objet et consister en une présence ouverte. Il ne s’agit plus alors d’être attentif à son souffle ou à une idée, mais simplement présent à ce qui est, sans aucune attente. Cette présence ouverte favorise une croissance de l’être, un épanouissement du cœur, un détachement et un lâcher-prise qui peuvent aller jusqu’à une dissolution de l’ego et à la fusion du moi avec la Nature : le « sentiment océanique » que Romain Rolland évoquait dans sa correspondance avec Sigmund Freud pour lui expliquer en quoi consistait l’expérience mystique la plus universelle, en dehors de tout code religieux. Mais cette présence ouverte est sans doute ce qu’il y a de plus difficile à réaliser, car notre esprit tend constamment à être distrait. C’est la raison pour laquelle les méditations d’attention focalisée constituent un excellent entraînement à la méditation de présence ouverte.

Méditer à coeur ouvert, un ouvrage qui se veut davantage pratique que théorique, est accompagné d’un CD de douze méditations guidées. Quatre d’entre elles sont des méditations d’attention focalisées sur le corps – détente du corps et de l’esprit, présence (cinq, dix et vingt minutes) – et les huit autres des méditations focalisées sur des qualités, des vertus ou des états que l’on souhaite développer : la reliance au cosmos, la confiance, l’amour, le pardon, la consolation, l’acceptation, la sérénité, la gratitude. Chaque méditation, guidée par la voix de Frédéric Lenoir, est proposée avec et sans musique. Chacun peut ainsi librement choisir ce qui lui convient, afin d’être plus attentif, afin de grandir en humanité. Car c’est bien là le but ultime de l’art de méditer : être pleinement humain en harmonisant notre esprit, notre cœur et notre corps, dans une présence aimante à soi-même et au monde.

Nil

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Pocket

    Méditer à coeur ouvert

    On sait aujourd'hui que la méditation développe notre attention, nous apprend à calmer la petite roue qui tourne sans cesse dans notre tête et à retrouver une paix sensorielle ! Avec Méditer à coeur ouvert, Frédéric Lenoir nous invite à écouter avec le coeur des méditations guidées au son de sa voix douce. Prêt à harmoniser votre esprit votre coeur et votre corps ?

    Lire l'article