Lisez! icon: Search engine
Par Belfond, publié le 11/09/2019

Prix Femina : deux romans Belfond dans la première sélection

Ce mercredi 11 septembre, Camille Laurens, jurée du Prix Femina, a annoncé les deux listes composées de 16 romans français et 11 romans étrangers concourant pour le prix Femina 2019. Parmi eux deux romans de la rentrée littéraire Belfond, UnPur d’Isabelle Desesquelles et La Fabrique des salauds de Chris Kraus.

Ce prestigieux concours, dont le jury se compose exclusivement de femmes, récompense chaque année la meilleure œuvre française et étrangère.

Révélation de la rentrée littéraire 2019, La Fabrique des salauds de Chris Kraus a su se faire remarquer par sa singularité à travers l’histoire d’une épopée exubérante, tragique et hors normes, sur le déclin d’une époque et la naissance d’une nouvelle ère. Il compose les onze romans étrangers des premières sélections du prix Femina 2019.

L’an dernier, le prix Femina des lycéens fut décerné à Isabelle Desesquelles pour son roman Je voudrais que la nuit me prenne des éditions Belfond. C’est avec son nouveau roman UnPur, tout autant envoûtant et déroutant que le premier, que l’auteure est en lice pour le Prix Femina 2019. 

Apparaître dans les premières sélections est donc synonyme de reconnaissance pour les auteurs et démontre que leurs ouvrages ont réussi à se démarquer des quelques centaines de livres publiés lors de la rentrée littéraire.

Les prochaines sélections auront lieu les 8 et 23 octobre, avant la remise des prix prévue le 5 novembre.

 

 Romans français

  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)
  • Quand la parole attend la nuit de Patrick Autréaux (Verdier)
  • Un dimanche à Ville-d'Avray de Dominique Barbéris (Arléa)
  • Un autre Eden, de Bernard Chambaz (Seuil)
  • Unpur d'Isabelle Desesquelles (Belfond)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • Chronique d'une station-service d'Alexandre Labruffe (Verticales)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel)
  • Avant que j'oublie d'Anne Pauly (Verdier)
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • Opus 77 d'Alexis Ragougneau (Viviane Hamy)
  • Eden de Monica Sabolo (Gallimard)
  • Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard)

 

Romans étrangers

  • La fracture de Nina Allan, traduit par Bernard Sigaud (Tristram)
  • Je ne reverrai plus le monde d'Ahmet Altan, traduit par Julien Lapeyre de Cabanes (Actes Sud)
  • Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura, traduit par Lise Chapuis (Notabilia)
  • Le grand royaume des ombres d'Arno Geiger, traduit par Olivier Le Lay (Gallimard)
  • La fabrique des salauds de Chris Kraus, traduit par Rose Labourie (Belfond)
  • Les hommes d'août de Sergueï Lebedev traduit par Luba Jurgenson (Verdier)
  • Bleuets de Maggie Nelson, traduit par Céline Leroy (Sous-Sol)
  • L'ami de Sigrid Nunez, traduit par Mathilde Bach (Stock)
  • Girl d’Edna O’Brien, traduit par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)
  • Appia de Paolo Rumiz, traduit par Béatrice Vierne (Arthaud)
  • Ordesa de Manuel Vilas, traduit par Isabelle Gugnon (Sous-Sol)

 

UnPur
Garder ce qui disparaît, c’est l’œuvre d’une vie. C’est notre enfance.
 
Benjaminquejetaime et Julienquejetaime, c’est ainsi que leur mère les appelle. Tous les trois forment une famille tournesol aux visages orientés vers le bonheur. Le destin en décide autrement quand un inconnu pose les yeux sur les jumeaux, se demandant lequel il va choisir.
 
Quarante ans plus tard s’ouvre le procès du ravisseur, il n’est pas sur le banc des accusés, et c'est sa victime que l'on juge.
Quand l’enfance nous est arrachée, quel humain cela fait-il de nous ?
 
De l’Italie – Bari et Venise – au Yucatán et ses rites maya ancestraux se déploie ici l’histoire d’un être dont on ne saura jusqu’au bout s’il a commis l’impardonnable.
 
À sa manière frontale et poétique, Isabelle Desesquelles joue avec la frontière mouvante entre la fiction et le réel, et éclaire l’indicible.
Roman de l’inavouable, UnPur bouscule, envoûte et tire le fil de ce que l’on redoute le plus.
 

La Fabrique des salauds
Dans la lignée des Bienveillantes de Jonathan Littell ou de Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, un roman hors normes, une fresque exubérante et tragique, pleine de passion, de sang et de larmes, qui retrace tout un pan du XXe siècle, de Riga à Tel Aviv en passant par Auschwitz et Paris.
À travers l’histoire de Koja, Hubert et Ev Solm, deux frères et leur sœur, sorte de ménage à trois électrique, Chris Kraus nous entraîne dans des zones d’ombre où morale et droiture sont violemment bafouées, et dresse en creux le portrait d’une Europe à l’agonie, soumise à de nouvelles règles du jeu.

Une œuvre impressionnante, magnum opus sur le déclin d’une époque et la naissance d’une nouvelle ère.

Belfond

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    8 romans vraiment très longs mais qui valent vraiment le coup

    Et si on délaissait le bingewatching pour un marathon littéraire ? Inspirées, haletantes et titanesques de par leur longueur, les lectures que nous vous proposons de découvrir n'ont rien à envier aux meilleures séries télé. Du Comte de Monte-Cristo à La Fabrique des salauds, petit tour d'horizon des romans extra-longs qui méritent toute notre attention et notre temps.

    Lire l'article