Lisez! icon: Search engine
Par Presses de la Cité, publié le 23/03/2020

Raymond Khoury : "Ce roman est bien plus surprenant que tous mes précédents"

Révélé avec l’immense succès du Dernier Templier, Raymond Khoury revient avec une nouvelle œuvre fascinante dans laquelle Paris vit sous domination islamique. À la croisée des genres, Le Secret ottoman est une uchronie d’une impressionnante maîtrise, fidèle à l’atmosphère captivante de ses précédents romans. L’auteur nous a accordé une interview.

Comment vous est venue l’idée de votre nouveau livre, Le Secret ottoman ? 

En fait, ce livre est plutôt le fruit de plusieurs idées et d’une évolution de plusieurs concepts sur quelques années. Au départ, j’étais intrigué par ce qui serait advenu du monde si l’aboutissement d’un événement historique majeur avait été différent. Ici, l’Europe contemporaine se retrouve gouvernée par l’Islam, mais c’est un empire déchu, en faillite, comme l’URSS avant la chute du mur. Je voulais créer un calife décidé à moderniser son empire pour le sauver – chose difficile quand la religion et l’État sont inséparables. Puis une idée inattendue m’a mis le pied à l’étrier : celle d’un voyageur temporel provoquant tout cela, un voyageur motivé par des intérêts personnels. Et à partir de là, c’était impossible pour moi de ne pas écrire ce roman.

Le roman met en scène une galerie de personnages variés, dont ce mystérieux voyageur temporel. Comment avez-vous abordé la création de ce personnage complexe ?

Ayman Rasheed est le personnage le plus complexe, le plus intriguant que j’ai créé jusqu’à présent. Mais j’ai maîtrisé son personnage assez vite. Son passé n’est pas atypique. Lors de mes recherches, j’ai découvert l’histoire d’un officier des services de renseignement de Saddam Hussein capturé par les Américains après l’invasion de l’Iraq et jeté en prison, où il a conclu un pacte avec ses ennemis, les Islamistes, avant de participer à la création de Daech. Un homme qui déteste l’Ouest qu’il juge responsable de la souffrance de son pays et qui, bien qu’il ne soit pas particulièrement croyant, rêve d’un retour à la suprématie du monde islamique. Un homme d’une grande intelligence, un fin stratège et un manipulateur de haut vol.

L’intrigue du Secret ottoman mêle uchronie et thriller. Est-ce que vous vous amusez à mélanger les genres afin de mieux jouer avec vos lecteurs ?

Bien sûr ! Quoi de plus satisfaisant que d’emporter mes lecteurs dans l’inattendu ? Et je pense que ce roman est bien plus surprenant que tous mes précédents.  

Le Secret ottoman est riche en descriptions historiques, politiques et religieuses, ce qui implique de considérables recherches documentaires. Comment approchez-vous la phase préparatoire à l’écriture d’un roman ? Quelle est votre méthode de travail ?

J’ai effectué énormément de recherches pour ce livre : je devais imaginer l’évolution, trois cents ans après sa disparition, d’un empire qui n’existe plus. Je fais peut-être trop de recherches mais mon roman évolue en même temps qu’elles, même si c’est inconsciemment.

Vous avez notamment été architecte et scénariste. Ces expériences ont-elles influencé la manière dont vous écrivez ?

On me dit souvent que mes livres sont très visuels, qu’on les « voit » en les lisant. Pour moi, c’est un énorme compliment. J’imagine tout visuellement, depuis mon expérience d’architecte, et je construis mes romans comme un film. Ceci dit, un film adapté de ce roman durerait quatre heures s’il fallait tout raconter. Grâce à l’écriture, au rythme, on pénètre dans l’âme des personnages, avec toute la richesse de leurs pensées et de leurs émotions…

Enfin, peut-on s’attendre à retrouver certains personnages du Secret ottoman dans d’autres aventures ?

C’est même sûr ! Pour être plus précis en Russie, à l’aube de la Première Guerre mondiale et du tsunami que fut la Révolution russe pour le monde d’aujourd’hui… 

Le Secret ottoman
Istanbul, 1682 : Mehmed IV, sultan de l’Empire ottoman, s’apprête à lancer le second siège de Vienne, alors capitale du Saint-Empire romain, quand un mystérieux visiteur s’introduit dans sa chambre. L’homme, couvert d’étranges tatouages, déclare au souverain pouvoir l’aider à mener à bien ses rêves de conquête…

Paris, 2017 : Un drapeau rouge et blanc flotte sur la ville depuis qu’elle est tombée sous le joug des Ottomans pendant le règne de Louis XIV. Le vendredi est un jour de repos et la langue officielle, le turc. La dynastie au pouvoir, qui a régné avec sérénité pendant des siècles, vit cependant des moments difficiles. L'islamisme radical est devenu une menace.

Kamal en sait quelque chose, lui qui traque les dissidents au sein de la police du sultan. Nisrine, sa belle-soeur, dont il est amoureux dans l’ombre, est quant à elle une avocate opposée au régime. Sa mission met bientôt Kamal sur la piste d’un patient soigné par son frère et qui prétend venir du passé. Mais lorsque les autorités veulent l’interroger, les choses tournent mal. S’ensuit une course-poursuite effrénée dont l’enjeu est un secret enfoui dans la nuit des temps. Un secret qui pourrait, une fois de plus, modifier le cours de l’Histoire…

Le dernier templier

Grande soirée de vernissage au Metropolitan Museum de New York. Soudain, quatre cavaliers en costume de Templiers sèment l’apocalypse parmi les robes longues et les smokings. En quelques minutes, tout est saccagé.
Réfugiée derrière une vitrine, Tess, archéologue, assiste impuissante au pillage. Elle a l'intuition que ces intrus ont un lien avec la véritable histoire du Temple.
Seul Sean Reilly, un agent du FBI, croit la jeune femme. Ensemble, ils vont enquêter sur un mystère ancestral : quel est ce secret qui aurait pu faire chuter la chrétienté tout entière ?

« Il y a dans ce roman tous les ingrédients d'une grande réussite littéraire. Mêlant histoire et fiction, complots moyenâgeux et enquêtes du FBI, [il] est tout simplement palpitant. » ELLE

Presses de la Cité