Lisez! icon: Search engine
Par Pocket, publié le 23/05/2018

Régime ou famine... votre cerveau ne fait pas la différence !

Et si vous pouviez perdre jusqu’à 50 kilos sans régime miracle ? C’est ce que propose le neurobiologiste Michel Desmurget, qui l’a lui-même vécu et en témoigne dans L’antirégime : maigrir pour de bon. On vous explique comment comprendre les mécanismes de notre cerveau pour y parvenir !

Et si vous pouviez perdre jusqu’à 50 kilos sans régime miracle ? C’est ce que propose le neurobiologiste Michel Desmurget, qui l’a lui-même vécu et en témoigne dans L’antirégime : maigrir pour de bon. On vous explique comment comprendre les mécanismes de notre cerveau pour y parvenir !

 

Michel DESMURGET est docteur en neurosciences et directeur de recherche à l’INSERM. Un jour, il en a eu assez des régimes fantaisistes à la mode, de perdre 10 kilos pour en reprendre 12, et de traumatiser inutilement son organisme avec une alimentation restrictive. Il a décidé de se plonger dans la littérature scientifique : un voyage qui lui a permis de perdre 50 kilos et lui a enseigné comment avoir un rapport sain à la nourriture.

 

L'imposture des régimes médiatiques

Son premier cheval de bataille : les régimes médiatiques, qui sont pour lui des impostures. D’une part, ils font exploser dangereusement le risque de maladies (cancer, diabète, infarctus, etc.). D’autre part, ils déchaînent une infaillible armée de défenses métaboliques génétiquement programmées pour combattre l’amaigrissement et rendre toute perte de poids impossible sur la durée. Le taux d’échec de ces régimes dépasse les 95 % !

 

Arrêter le yoyo

Car s’il est facile de perdre du poids, c’est plus compliqué de maintenir la perte de poids. Notre corps est génétiquement programmé pour défendre ses réserves de graisses, donc vous allez perdre pendant trois mois et le corps va se réveiller !

Pour comprendre les effets d’un régime sur l'organisme, il faut selon lui prendre en compte les mécanismes du cerveau. Car là où l’on pointe généralement le manque de motivation ou de volonté se cache une réalité toute simple : le cerveau ne fait pas la différence entre un régime et la famine. Donc dès le régime terminé, il va s’appliquer à faire des réserves au cas où cela ne se reproduise !

 

Tromper son cerveau pour maigrir

Selon notre médecin, le seul moyen de maigrir durablement consiste à mettre en place un déficit énergétique assez restreint pour passer sous le radar des systèmes organiques de contrôle du poids et de la faim. En d'autres termes, le cerveau est trompé si nous rééquilibrons en douceur les entrées et sorties caloriques en douceur. Le corps n’est pas brutalisé, de ce fait il n’envoie pas de signaux de faim au cerveau. La perte de poids se fait alors lentement (mais sûrement), à l’insu du corps.

 

Vaut-il mieux réussir en douze mois ou échouer en trois ?

 

Son interview avec le Figaro :

 

> Pour en savoir plus sur ce livre libérateur


> Sur le même thème :



Pocket
Un livre, une rencontre.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Pocket

    6 conseils des pros pour un rééquilibrage alimentaire

    Pour être en bonne santé, il n’y a pas de secret : il faut une alimentation saine et surtout adaptée à notre profil ! Comment comprendre nos travers et détecter les aliments qui nous font défaut ? Et surtout, comment réussir à rééquilibrer ses repas pour se sentir mieux et retrouver son poids de forme ? 5 experts nous prodiguent leurs conseils avisés !

    Lire l'article