Lisez! icon: Search engine
Par Presses de la Cité, publié le 11/10/2021

Remise du Prix Jean Anglade 2021

La remise du Prix Jean Anglade, qui récompense Stéphane Poirier avec son roman Rouquine, s'est tenue le samedi 2 octobre au Salon du Livre Royat-Chamalières, en présence du président du jury de l'édition 2021, Mohammed Aïssaoui.

La cérémonie s'est suivie des discours de Louis Giscard d'Estaing et d'Hélène Anglade, fille de Jean Anglade.

 

 

Le mot de l'auteur : 

 

Un si beau week-end en Auvergne

 

Il y a des routes qui restent à jamais gravées en nous, et je ne suis pas prêt d’oublier ces kilomètres qui m’ont mené ce week-end au Salon du livre de Royat-Chamalières où j’ai eu le bonheur de recevoir le prix Jean Anglade des mains de Mohammed Aïssaoui.

Deux jours intenses qui me laissent ébaubi, comme au sortir d’un rêve, ayant toujours autant de mal à en revenir.

L’accueil chaleureux, en toute simplicité et amitié, d’Hélène Anglade, Clarisse Enaudeau veillant sur ses auteurs avec une bienveillance sans pareille, Mohammed Aïssaoui, les écrivaines et écrivains présents qui m’ont réchauffé par leur hospitalité, aussi bien celles et ceux des Presses de la Cité que les autres invités du Salon.

Un grand moment de bonheur avec l’impression de flotter dans un monde inconnu, les sens chamboulés par tant de nouveautés et d’inattendu. Joie, trouille, exaltation… une belle palette de couleurs.

Aussi étrange que cela puisse paraître, malgré mon roman entre mes mains, il m’a été difficile de croire que tout cela était bien réel, et le trouble demeure aujourd’hui.

Ma petite ROUQUINE à qui j’ai tout donné pendant des mois et des mois va arpenter les routes, et il m’est douloureux de la voir s’éloigner, comme une enfant qui quitte le nid et dont il faut lâcher la main pour la laisser vivre sa vie.

Les personnages de roman ne sont pas de simples êtres de papier, ils se transforment à mesure qu’ils grandissent dans le cœur des auteurs. Ils y deviennent des amours, des parents, des amis, des êtres de chair comme vous et moi. Bouleversés par les éclaircies et les orages de l’existence, chamboulés par des joies et des chagrins, frappés par l’espoir et la tragédie, on les aime autant qu’ils nous aiment.

Alors, les voir s’envoler à votre rencontre est un bonheur et, en même temps, un déchirement, c’est un «deuil» heureux à faire.

J’espère que Lilou et Monty, sans oublier Paul, Gladys et le gros chat roux, vous réchaufferont quand ils viendront se pelotonner contre vous.

Je vous les confie. Prenez soin d’eux et ils veilleront sur vous.

Avec toute mon amitié.

 

Stéphane Poirier

 

L'appel à manuscrit 2022 est désormais ouvert et ce jusqu'au 15 janvier 2022. 

Presses de la Cité

Lisez maintenant, tout de suite !