Lisez! icon: Search engine
Par Lisez, publié le 31/08/2022

Rentrée littéraire 2022 : la part belle aux primo-romanciers

Cette rentrée littéraire fait la part belle aux primo-romanciers avec 24 nouvelles plumes à découvrir. Faites-leur de la place sur vos étagères, vous allez les adorer.

 

La fille aux plumes de poussière, Nicolass Garma-Berman

La fille aux plumes de poussière
Dans son atelier des bords de Seine, Eva, une taxidermiste, doit honorer une commande un peu spéciale: un hamster-lion. C’est une chose rassurante, les problèmes sans solution. On sait ce qu’il faut en faire : les remettre à plus tard. Même si Eva se doute bien que cela va lui causer un déluge d’ennuis. Doit-elle abandonner lâchement et affronter les remontrances de sa cliente ? La lâcheté l’attire, mais elle implique un courage dans l’affrontement dont Eva ne saurait faire preuve. La jeune femme qui a passé sa vie à enfouir ses souvenirs va ainsi se lancer dans une drôle de quête. Entourée d’une ronde de personnages particulièrement attachants, dont Voisin, son voisin, et Nathalie, l'épicière fan de Buddy Guy, la voilà partie pour remonter le temps et, peut-être, trouver sa place.

 

Ceux de l'intérieur, Théo Veillon

Ceux de l'intérieur
Les cours sont terminés et font place aux vacances d’été. À Villeterre, un village au coeur de la France comme il y en a d’innombrables, il faut tuer l’ennui. Pour certains, ce sera l’Angleterre ; pour d’autres, l’île d’Oléron. Josselin, lui, restera. Il a promis à ses parents qu’il trouvera un boulot en intérim, aidera aux foins dans une ferme voisine et songera à son avenir. En compagnie de son ami Clément, il traîne à l’usine désaffectée du coin et épuise ses longues journées en baignades ou en virées à moto.
 Qu’y a-t-il à vivre ici ? Qui faut-il aimer ?
Un bal estival, une embrouille avec des petits caïds locaux, une première histoire d’amour, et voilà que le coeur de Josselin s’enflamme. En quelques semaines, Josselin se risque à une nouvelle existence où s’éprouvent toutes les craintes et tous les émois. C’ est l’enfance qu’il quitte et l’âge adulte qui pointe avec son lot de désillusions et de blessures.
Mélange étonnant d’objectivité critique et de lyrisme éclatant, Ceux de l’intérieur décrit ces paysages ruraux où le temps ne fait que s’épaissir. Théo Veillon signe un premier roman d’une
grande justesse habité par une ferveur intense.

 

Bibiche, Raozy Pellerin

Bibiche
Promis, elle ne pleurera pas. Elle vous parlera d’elle. Elle, c’est Bibiche. Que peut-elle ajouter ? Vous dire que, non, elle n’est pas venue sur une barque de fortune, entassée parmi des dizaines d’hommes et de femmes. Elle n’a pas failli se noyer en attendant que des garde-côtes italiens la sortent de l’eau. Elle n’a pas fui une zone en guerre. Non, elle vient de la République démocratique du Congo. Elle n’a pas été menacée par le mouvement rebelle M23 ni par les troupes de Lubanga. Elle est simplement originaire de Kinshasa. Son histoire ne mérite sans doute pas votre attention. Cette histoire, il va pourtant bien falloir qu’elle essaie de vous la raconter. Ecoutez-la, elle n’a que vous.
 
Anonyme sous les boucles de ses perruques, un sourire vacillant, Bibiche a fui son pays pour demander l'asile en France, y renaître et se réinventer. Cependant, chaque étape imposée par l'administration la contraint à fouiller dans sa mémoire, à en extirper ce passé refoulé. Comment et auprès de qui trouver les ressources pour ne pas perdre pied ?

 

La main sur le coeur, Yves Harte

La main sur le coeur
Quand Yves Harté aperçoit le très célèbre tableau du Greco, El caballero de la mano en el pecho (Le Chevalier à la main sur la poitrine), lors d’une rétrospective à Tolède, une chose l’intrigue : la note qui accompagne le portrait diffère d’une autre qu’il a lue autrefois. La première assurait que le modèle était un notable sage et obscur, celle-ci affirme qu’il s’agit d’un aventurier du Siècle d’or, espion et courtisan de Philippe II. Laquelle est vraie ?
L’auteur décide de mener l’enquête en Espagne.

Plus il progresse au cœur du pays, plus lui revient en mémoire le souvenir d’un ami avec qui il avait déjà voyagé sur ces terres : Pierre Veilletet, écrivain et journaliste, qui l’aida à ses débuts.
Comme l’un des deux modèles évoqués pour le portrait, cet aîné extravagant, drôle et affabulateur cherchait une reconnaissance qui ne venait pas, jusqu’à ce qu’un jour il décède dans la solitude. Son absence pèse à l’auteur. Au fil des routes ensoleillées et poussiéreuses d’une Espagne qui change, la figure du caballero et de l’ami se superposent au point de se confondre.

Dans ce récit sensible à l’écriture éblouissante, Yves Harté livre une réflexion intime sur l’amitié masculine et les rêves des hommes, qui meurent parfois de ne pas les atteindre.

Rentrée littéraire 2022

Sélection Prix Littéraire Le Monde

 

 

Ceux qui restent, Jen Michelin

Ceux qui restent
Comme chaque matin, l’aube grise se lève sur l’immuable routine de la garnison. Mais cette fois, Lulu manque à l’appel. Lulu, le caporal-chef toujours fiable, toujours solide, Lulu et son sourire en coin que rien ne semblait jamais pouvoir effacer, a disparu. Aurélie, sa femme, a l’habitude des absences, du lit vide, du quotidien d’épouse de militaire. Elle fait face, mais sait que ce départ ne lui ressemble pas. Quatre hommes, quatre soldats, se lancent alors à sa recherche. Ils sont du même monde et trimballent les mêmes fantômes au bord des nuits sans sommeil. Si eux ne le retrouvent pas, personne ne le pourra.

D’une actualité brûlante, cette intrigue intensément déroulée par la plume de Jean Michelin suit l’enquête de ces frères d’armes. Histoire poignante de camaraderie, de celle qui lie les êtres sous les vestes de treillis, ce roman sans concession se penche sur ce que la guerre fait à ceux qui partent, à ceux qui reviennent. À ceux qui restent.

 

Les chairs impatientes, Marion Roucheux

Les chairs impatientes
« Ce qu’il a réveillé en moi est mille fois plus puissant que lui. ».
Six mois après la naissance de son deuxième enfant, une jeune femme est admise en maison de repos au bord d’un lac de montagne. En retournant skier seule pour la première fois depuis longtemps, elle rencontre un homme qui va réveiller son corps.
Dans une langue poétique et crue, Les chairs impatientes raconte un désir féminin dévorant qui ne veut plus renoncer à rien et peut tout renverser sur son passage.

 

Du temps de ma splendeur, Aurélie Djian

Du temps de ma splendeur
Tu vieilliras, ma fille, plus vite que tu ne le crois et tu en souffriras pour l’éternité. N’espère pas en moi une alliée qui te raconterait ses secrets de créature et se réjouirait de ta métamorphose. Non, ma fille, je ne te prêterai pas ma baguette magique, ma parure et mes paillettes, pas touche, même pas en rêve. La splendeur ne se partage pas si elle veut régner. Tu ne seras pas une femme, ma fille, tu n’hériteras pas d’une fierté en collier, facile à porter, tu devras conquérir ton sexe toute seule, à la force du poignet, ça fait mal, tu verras, plus mal que tu ne le crois. Tu sueras sang, salive, larmes et cyprine dans le désert, peuple élu abandonné, tu apprivoiseras seule ton destin singulier, armée d’une ardente patience. Je surveillerai de très près ta superbe et je n’hésiterai pas à te mettre des glaçons dans la culotte, comme les hommes, plus tard, pour éprouver ton courage. Tu apprendras seule à nager contre le courant, telle une truite sauvage et tu me remercieras d’en ressortir musclée.

Rentrée littéraire 2022

 

Une terrible délicatesse, Joe Browning Wroe

Une terrible délicatesse
Sélection Prix du roman FNAC 2022

Octobre 1966. William Lavery, dix-neuf ans, vient de recevoir son diplôme. Il va rejoindre, comme son père et son grand-père avant lui, l’entreprise de pompes funèbres familiale. Mais alors que la soirée de remise des diplômes bat son plein, un télégramme annonce une terrible nouvelle : un glissement de terrain dans la petite ville minière d’Aberfan a enseveli une école. William se porte immédiatement volontaire pour prêter main-forte aux autres embaumeurs.
Sa vie sera irrémédiablement bouleversée par cette tragédie qui jette une lumière aveuglante sur les secrets enfouis de son passé. Pourquoi William a-t-il arrêté de chanter, lui qui est doué d’une voix exceptionnelle ? Pourquoi ne parle-t-il plus à sa mère, ni à son meilleur ami ? Le jeune homme, à l’aube de sa vie d’adulte, apprendra que la compassion peut avoir des conséquences surprenantes et que porter secours aux autres est peut-être une autre manière de guérir soi-même.

 

La promesse américaine, Samuel Corvair

La promesse américaine
« Joyce voulait me préserver. Ses hésitations et revirements, que je prenais pour des caprices, étaient des signaux. Elle refusait de croire que quelque chose de positif pouvait sortir de notre relation et se persuadait que le pire en découlerait. Mais ce n’était qu’une posture. En son for intérieur, elle était lasse de me résister. »
Dag, ancien chanteur d’un groupe de rock qui a eu son heure de gloire, répond à l’appel de l’Amérique. Amoureux d’une sublime californienne, Joyce, il choisit de partir y vivre avec elle.
Son Amérique a cependant une face obscure, et l’univers insouciant des débuts glisse insidieusement vers le drame. La belle Joyce a un passé tourmenté, son ex-amant, un tueur, va faire littéralement le vide autour du couple. La promesse américaine se fissure au contact d’un personnage qui incarne le diable. Dans ce nouveau monde, à la fois désiré et hostile, le destin de Dag se mue en un piège mortel. Peut-on lutter contre le mal sans se salir les mains ?

RENTREE LITTERAIRE 2022

 

Rachilde, homme de lettres, Cécile Chabaud

Rachilde, homme de lettres
1884. Vent de scandale sur Paris. Une romancière de vingt-quatre ans donne à lire une œuvre sulfureuse, toute de cruauté et de perversion, fondée sur la confusion des genres.
Cette jeune femme, c’est Rachilde, une vierge provinciale débarquée de son Périgord sur le conseil de Victor Hugo. Elle traîne avec elle une mère folle et le souvenir d’un père militaire qui lui reprochait de ne pas être un garçon. Autour d’elle, ses amis : Sarah Bernhardt, Paul Verlaine, Jean Lorrain, Catulle Mendès, toute la bohème fin-de-siècle qui la proclame « reine des décadents ».
Confrontée néanmoins à la censure d’une société misogyne, elle portera costume, coupera ses cheveux et se fera appeler « homme de lettres ».
De l’atmosphère superstitieuse et sombre de la campagne périgourdine à l’univers enfumé et pittoresque du Paris artistique de la fin du XIXe siècle, ce roman fait revivre l’une des grandes figures littéraires de la Belle Époque.

« Eblouissant. (…) Incroyable.  Le livre qu’il faut lire » (Gérard Collard, Les coups de coeur des libraires)
«  Vous êtes pris dès les premières pages » « Une puissance dans l’écriture » (Gérard Collard, Les coups de coeur des libraires)
« Des scènes formidables. Un de mes coups de coeur » (Valérie Expert, Les coups de coeur des libraires)
 
« La Françoise Sagan de la fin du XIXème siècle » (Frédéric Taddéï, Europe 1)
 
« C’est à la fois un roman d’initiation, la saga d’une effrontée, le tableau d’une époque assez peu tendre pour les femmes et un galerie de portraits » (Bernard Quiriny, L’Opinion)
 
« Ce roman est un enchantement, tant dans son écriture fluide et ciselée que dans son art à mettre en scène un personnage de légende oublié » (Jessica Nelson, Point de Vue)
 

 

La Mémoire de l'eau, Miranda Cowley Heller

La Mémoire de l'eau
Un matin d’août. Tout le monde dort encore dans la maison familiale nichée au milieu des bois. Ellie se glisse dans l’eau froide de l’étang voisin. C’est ici, au cap Cod, que sa famille passe l’été depuis des générations. Mais ce matin est différent. La veille, Ellie et Jonas, son ami d’enfance, se sont échappés quelques instants pour faire l’amour.
Dans les heures à venir, Ellie va devoir choisir entre ce qu’elle a construit avec l’époux qu’elle chérit, Peter, et l’histoire qu’elle a longtemps désirée avec Jonas, avant que le sort en décide autrement.
Vingt-quatre heures et cinquante ans de la vie d’une femme au bord du précipice. Durant cette journée de doute mêlant bonheurs et regrets, Ellie sera rattrapée par l’héritage familial, tissé de tragédies intimes et de secrets.

Par petites touches et dans une langue aussi limpide qu’inspirée, Miranda Cowley Heller donne à voir avec une grande justesse les émotions complexes qui unissent et déchirent les gens qui s’aiment.

Sélectionné pour le prestigieux Women’s Prize 2022.

 

Ajar-Paris, Fanta Drame

Ajar-Paris
En 2013, après le décès de sa grand-mère, Fanta Dramé se rend pour la première fois en Mauritanie à Ajar, le village natal de son père, lieu de sépulture de la défunte. De retour à Paris et bouleversée par ce voyage où elle a foulé la terre de ses ancêtres, elle décide de poursuivre le chemin et d’aller à la rencontre du plus troublant des paysages, celui de ses origines.
Pour la première fois, son père se met à nu, évoquant les doutes et les épreuves qui ont marqué sa décision de quitter son pays et jalonné son existence au coeur d’une culture si différente de la sienne, et dans laquelle il élèvera finalement ses enfants alors qu’il n’aurait dû y être que de passage. N’éludant que ce qui met à mal sa pudeur culturelle, il dévoile enfin l’histoire qu’il n’avait jamais racontée, celle que sa fille n’avait jusqu’alors jamais osé lui demander.
Ajar-Paris emmène le lecteur dans un récit sensible où les voix générationnelles se confrontent, dans l’émotion, l’incompréhension parfois, retraçant un itinéraire personnel et intime qui, trop souvent laissé de côté, s’inscrit pleinement dans la grande histoire nationale.

 

Chevalier solitaire, Yves de Gaulle

Chevalier solitaire
De l’Europe jusqu’à l’Orient, l’épopée de Jehan, chevalier normand du xve siècle, nous est ici romancée par l’un de ses descendants, Yves de Gaulle, petit-fils du Général.
Fidèle au roi de France et à sa foi, Jehan, docteur en droit et investi de sa mission, parcourt les territoires en quête de liberté et de savoirset se tisse une vie romanesque à l’aube de la Renaissance où il côtoie Charles vii, Jeanne d’Arc, Jacques Coeur, Van Eyck, Côme de Médicis…
« L’an 1454 passe si vite ! Déjà la fin du printemps. Je suis plus lent que jamais. La mort me prendra tel que je suis, vieux, têtu, mais droit, regardant l’horizon plutôt que le pavé. Tout ici finit. Et la mort gagne. J’ai trop hésité n’étant, au cours de mon existence, jamais parvenu à choisir entre guerre et savoir, entre fidélité au roi de France et refus de complète vassalité, entre attachement à la terre des Lis et soif d’espace, entre esprit de chevalerie dépassé et puissante montée d’une autre morale mieux tournée vers l’homme, entre soumission à la religion d’Occident et reconnaissance d’autres savoirs venus d’Orient. Ma vie n’a été au fond que grande errance. »

 

Stöld, Ann-Helen Laestadius

Stöld - Rentrée littéraire 2022
C’est l’hiver au nord du cercle polaire arctique. Elsa, neuf ans, est la fille d’éleveurs de rennes samis. Un jour, alors qu’elle se rend seule à skis à l’enclos, elle est témoin du meurtre brutal de son faon, Nástegallu. Elle reconnaît le criminel : Robert, un Suédois du village voisin qui harcèle sa famille et sa communauté depuis des années.
Mais celui-ci la menace de mort et la petite fille, terrorisée, garde le silence. Dix ans ont passé. Face à l’indifférence des autorités et de la police, la haine et les menaces à l’encontre du peuple sami n’ont cessé de s’intensifier. Et lorsque Elsa se retrouve à son tour prise pour cible, quelque chose en elle se brise : le poids du secret, le traumatisme et la peur qu’elle porte depuis son enfance refont surface, libérant une rage nouvelle, celle de vaincre et de vivre.
Stöld retrace la lutte d’une jeune femme pour défendre son héritage et sa place dans une société où la xénophobie fait loi, et dans laquelle les idées modernes se heurtent à une culture façonnée par les traditions et la peur.

« Stöld est à la fois un page-turner palpitant et une histoire dont on se souviendra longtemps. » Sundsvalls Tidning

 

De femmes et de sel, Gabriela Garcia

De femmes et de sel
En 1866, à Cuba, María Isabel s’ouvre au monde grâce au lecteur de la manufacture de tabac qui l’emploie. Bouleversée par une lettre de Victor Hugo adressée aux femmes de son île, elle griffonne ses mots sur une page des Misérables : « Nous sommes la force. » Elle y puisera le courage d’affronter les épreuves qui l’attendent, sans imagi­ner que cette phrase trouvera un écho chez l’une de ses descendantes.
En 2015, Jeanette, toxicomane américaine à la dérive, se rend à Cuba en quête de réponses. Elle rencontre une famille qu’elle n’a jamais connue et met la main sur l’exemplaire des Misérables de son aïeule. Suffira-t-il à la sauver de ses démons ?
Ana, une adolescente salvadorienne expulsée des États-Unis, est déterminée à regagner coûte que coûte le pays dans lequel elle a grandi…

De La Havane à Miami, De femmes et de sel est une histoire de faux pas, de regrets, de pardon et de rédemption, qui dénonce les violences intimes et sociales faites aux femmes, génération après génération.

 

Valse fauve, Pénélope Rose

Valse fauve
Rose a dix-neuf ans et refuse d’être une cocotte, de celles qui attendent qu’on les épouse. Son village est trop petit pour elle, qui rêve d’une ferme rien qu'à elle dans le Sud. Peu lui importe que la plupart des hommes soient partis faire la guerre contre les Salauds.
Un soir, Rose fait la rencontre d'un accordéoniste venu de la ville, un original qui semble avoir échappé à l’appel. Tandis qu’elle tombe amoureuse, l'ennemi s'empare de son pays. L’homme ne tarde pas rejoindre les Insurgés, laissant Rose avec une petite fille. 
Comment se protéger, seule avec une gamine, quand l’ennemi est dans vos murs et que le danger frappe à la porte chaque matin ? Comment préserver ses rêves quand les mois défilent et que les repères s'effondrent ? Mais, surtout, quel combat mener ? 

 

La Guerre des bouffons, Idir Hocini

La Guerre des bouffons
C’est l’histoire d’un adolescent du siècle dernier. Au lycée Jean-Renoir de Bondy, comme partout dans l’univers, les puissants dominent les faibles. Idir est l’élève le plus timide de la ville. En empruntant la filière scientifique, il pense s’assurer un avenir, mais il se retrouve dans le camp des bouffons. Introvertis, têtes d’ampoules et mal dans leur peau, intronisés idiots du village par la plèbe. La voie royale pour se faire humilier à la récré par l'élite, belles gens des pavillons ou noblesse d'épée des cités. Héritier de deux révolutions, la française et l’algérienne, du haut de son imaginaire, Idir décide que tout cela doit changer.

« Mieux vaut la mort qu'une vie de honte. »

France 98. Dans le 93, la guerre des bouffons est déclarée.

Idir Hocini nous raconte les 400 coups d’un petit Français, fils d’immigrés algériens, qui devient leader d’une guerre occulte : un coup d’état au lycée, celui des « intellos » contre les caïds.
C’est à coup de réparties sans faille et de joutes oratoires épiques que prend place cette lutte des classes jubilatoire et poignante.
Imaginez la puissance des mots et la douceur de Pagnol vous racontant le 93 : c’est Idir Hocini.

 

 

Les Aquatiques, Osvalde Lewat

Les Aquatiques
La première fois que Katmé a enterré sa mère, c’était il y a vingt ans. Une inhumation bâclée, au milieu de nulle part… Depuis, la jeune femme a fait du chemin. Devenue l’épouse parfaite d’un ambitieux
politicien, elle se plie malgré elle aux injonctions de la bonne société du Zambuena. Et voilà qu’en pleine campagne électorale, son préfet de mari décide de déplacer en grande pompe la tombe de sa mère…
Farce ou tragédie ? Dans le même temps, son ami et frère de toujours, Samy, artiste homosexuel, est arrêté et emprisonné.
Pour Katmé, l’heure des choix a sonné.

Cet ouvrage a reçu le Grand Prix Panafricain de Littérature, le Prix du rayonnement de la langue et de la littérature française, le Prix Kourouma et a été finaliste du Prix Montluc

 

La Femme qui reste, Anne de Rochas

La Femme qui reste
Dans l’Allemagne exsangue et tumultueuse des années vingt, le Bauhaus est plus qu’une école d’art. C’est une promesse de créativité et de modernité, qui s’ouvre à peine aux femmes.
Clara est bien décidée à prendre part à cette aventure intense. Des liens se tissent. Amitié, amour… Entre rêves d’Amérique et certitudes de Russie, les futurs se dessinent. Bientôt, à Berlin, le temps s’assombrit. Les étudiants doivent faire leurs propres choix. Mais les convictions artistiques ou politiques ne suffisent pas à décider du cours d’une vie. À qui, à quoi rester fidèle, lorsqu’il faut continuer ?

 

L'unique goutte de sang, Arnaud Rozan

L'unique goutte de sang
Tennessee, 1917. Sidney, un adolescent noir, se retrouve pris au piège du désir de deux jeunes filles blanches qui provoquent le massacre de sa famille en l’accusant à tort.
Quand le jeune homme reprend ses esprits après avoir été épargné, sa mémoire s’est effacée. Un lien étrange l’unit néanmoins au policier qui l’a sauvé et à un mystérieux garçon, qu’il va désormais suivre
comme son ombre dans une tragique odyssée. Des émeutes de l’été sanglant de Chicago jusque dans l’Arkansas, sur fond de blues de Bessie Smith, sœur exilée du Sud, un tourbillon de violence le poursuit, implacablement…

 

Quand s'illumine le prunier sauvage, Azar Shokoofeh

Quand s'illumine le prunier sauvage
1979. La révolution islamique gronde à Téhéran. Une des plus vieilles monarchies au monde tombe pour le régime répressif de Khomeiny. Contraints de fuir la capitale, Hushang, Roza et leurs trois enfants tentent de reconstruire leur vie dans le petit village reculé de Razan, au cœur de la région montagneuse du Mazandéran. Malgré la terreur, malgré les âmes des martyrs de la révolution qui rôdent en attendant l'heure de la vengeance, malgré la tempête de neige noire, la forêt où poussent les pruniers sauvages offre un refuge aux espoirs et aux rêves de liberté. Mais pour combien de temps ?

Empreint de réalisme magique, ce roman poétique aux personnages inoubliables évoque le pouvoir de l’imagination confrontée à la cruauté. Un voyage merveilleux et terrifiant dans l'histoire et le folklore iraniens.

« L'un des immenses coups de cœur de cette rentrée littéraire. Un roman envoûtant et coloré qui se déroule paradoxalement pendant une des périodes les plus sombres de l'histoire de l'Iran » France inter

Traduit de l'anglais par Muriel Sapati

 

Le temps de l'indulgence, Madhuri Vijay

Le temps de l'indulgence
À la mort de sa mère, Shalini, une jeune trentenaire privilégiée de Bangalore, décide de se rendre dans un village reculé de l'Himalaya, dans la province troublée du Cachemire. Elle est certaine que le décès de sa mère est lié à la disparition d’un vendeur ambulant qui venait régulièrement leur rendre visite et qu'elle n'a pas revu depuis une décennie. Shalini est déterminée à le retrouver, mais va être confrontée aux tensions politiques très fortes dans la région, ainsi qu'à l'histoire douloureuse de la famille qui l'accueille. Et lorsque la violence éclate dans le village et que des haines anciennes resurgissent, elle va devoir faire des choix qui pourront avoir de fortes répercussions sur les gens qu'elle a commencé à aimer...

 « Ce livre nous emmène véritablement en voyage. On suit avec délices Shalini, on partage [ses] émotions, sur fond de paysages, de scène de vie et de traditions locales. » Isabelle Ellender, La Voix du Nord
« Un roman lumineux qui décrit la lutte d’une jeune femme pour façonner sa propre vie. Impressionnant. » The New Yorker

Traduit de l’anglais par Typhaine Ducellier

 

Napoli mon amour, Alessio Forgione

Napoli mon amour
Après quelques années à travailler sur des bateaux de croisière, Amoresano retrouve son port d’attache. À 30 ans, ce jeune homme cultivé, diplômé, a perdu le goût de tout – de tout, sauf de déambuler dans sa ville. Naples crépusculaire, aux ruelles en dédale… Naples en feu les soirs de match… Sur ces places décaties, une bière à la main, le jeune homme savoure, en fumant, la vacuité de l’existence… Du petit pécule amassé les jours fastes, il ne reste rien. De ses espoirs, pas grand-chose non plus. C’est alors qu’il croise cette fille, Nina, au gré de sa dérive. Et la mélancolie, d’un coup, vaut la peine d’être vécue…
 
 

 

Shuggie Bain, Douglas Stuart

Shuggie Bain
Glasgow, années 1980, sous le règne de fer de Margaret Thatcher. Agnes Bain rêvait d’une belle maison, d’un jardin et d’un homme qui l’aime. À la place, son dernier mari la laisse dans un quartier délabré de la ville où règnent le chômage et la pauvreté. Pour fuir l’avenir bouché, les factures qui s’empilent et ses illusions perdues, Agnes va chercher du réconfort dans l’alcool. L’un après l’autre, tous les siens l’abandonnent, pour se sauver eux-mêmes. Un seul s’est juré de rester, coûte que coûte, de toute la force d’âme de ses huit ans : Shuggie, son plus jeune fils. À l’école, on dit qu’il n’est pas « net », trop doux, bref, différent… Agnes le protégerait si l’alcool n’avait pas le pouvoir d’effacer tous ceux qui vous entourent, même un fils adoré. Mais qu’est-ce qui pourrait décourager l’amour de Shuggie ?

Lisez
Lisez

Lisez maintenant, tout de suite !