Lisez! icon: Search engine
Par Robert Laffont, publié le 11/03/2020

Séverine Vidal: "J'avais une idée précise en tête et rien ne s'est passé comme prévu"

À l'occasion de la sortie de son nouveau roman Soleil glacé, Séverine Vidal s'est prêtée au jeu des trois questions. Après des années dans l'enseignement, Séverine Vidal se consacre aujourd'hui à la littérature jeunesse et à l'animation d'ateliers d'écriture, notamment en établissements scolaires et centres sociaux. Elle présente ici un roman d’initiation contre les préjugés qui célèbre l’énergie, la fantaisie et la rage de vivre.

1. Parlez-nous de votre roman… À quoi peut-on s'attendre et comment vous est venue l'idée ?

Plus qu’un roman SUR le handicap, c’est un roman sur la relation entre un frère et une sœur, sur la façon dont ils se sauvent l’un l’autre, dont ils apprennent à s’aimer. C’est aussi un roman contre les expressions « demi-frère » ou « demi-soeur » dont j’ai horreur.  

Je crois qu’on peut s’attendre à s’attacher à eux, je le souhaite en tout cas, à rire j’espère et à pleurer. Mon éditeur dit à propos de Soleil Glacé : "Vous allez adorer pleurer !", je crois que c’est vrai ! 

Je fais beaucoup d’ateliers d’écriture, notamment auprès du public en situation de handicap. L’idée de ces deux personnages m’est venue lors d’un atelier dans un foyer de jeunes adultes handicapés. Les craintes que je pouvais avoir avant de mener des ateliers avec ce public particulier se sont envolées à la seconde où je suis arrivée, où j’ai mis des visages sur des prénoms, où je les ai écoutés. Ce jour-là, rien ne s’est passé comme je l’avais prévu, c’est ce qui a été génial, la surprise.

Aller vers les autres, leur parler, les regarder, les écouter : il suffit de ça pour que les préjugés s’effondrent. Finalement, on ne rencontre pas des personnes handicapées, on rencontre des gens, avec leurs rêves, leurs peines, leur humour, leurs peurs. Et on découvre surtout à quel point on se ressemble. Je me fous de savoir que ça sonne cliché, que c’est bienveillant (ce mot à la mode mais que j’aime quand même) : c’est exactement ce que je pense, ce que je vis, ce que je voulais raconter. 

2. Et vos personnages principaux, qui sont-ils ?

Luce perd tout le même jour : son amoureux la quitte et elle apprend la mort de son père. Le jour de l’enterrement, elle découvre que ce père, qu’elle connaissait en fait assez mal, lui a caché une autre famille. Elle fait la rencontre d’une sœur, Pia, et d’un frère, Pierrot. Pierrot a presque le même âge qu’elle, il est différent, elle le reconnaît immédiatement comme son semblable. Je crois que, comme dans la vie, plus on apprend à connaître Pierrot, moins on laisse son handicap le définir. 

J’espère que vous aimerez Luce et Pierrot, Pierrot et Luce, autant que je les aime. J’avais une idée précise en tête en commençant ce roman et rien ne s’est passé comme prévu : ces deux-là m’ont emmenée loin du « plan » que je m’étais fixé. Je n’ai eu qu’à les suivre.

3. Pourquoi ce titre ?

Flavie, une jeune femme lors d’un des ateliers en foyers, avait peur à l’idée d’écrire. Je l’ai rassurée, en lui disant qu’on ne cherchait pas de performance, qu’on allait foncer vers l’imaginaire, qu’elle avait droit à tout, le droit d’inventer des mots, le droit de parler de tout ce qui lui passait par la tête. Elle m’a coupée, un large sourire sur le visage et elle a dit : « On a droit à tout ? Même à un Soleil Glacé ? »

Mon roman est parti de ces deux mots. J’avais mon titre, j’avais la scène autour de laquelle tout construire.

"Un soleil glacé, t’imagines la beauté du truc ? Moi, direct, j’en ai eu marre de la tiédeur."

3 choses à savoir sur votre roman : 

1. Je l’ai écrit l’été dernier, en 5 semaines. 

2. Je n’en connaissais pas la fin avant de commencer l’écriture. C’est venu en chemin, comme d’habitude. Comme si mes personnages me guidaient, me soufflaient la suite à l’oreille. 

3. Il y a dans ce roman … un caniche géant, des noms de villages invraisemblables, un zip de blouson qui a son importance, des messages sur un répondeur fantôme, une fille perdue, une fille qui se retrouve, de l’amour, un père Noël poussiéreux, une grosse bêtise. 

3 choses à savoir sur Luce et Pierrot : 

1. Luce et Pierrot n’ont pas grandi ensemble. 

2. Grâce à Luce, Pierrot va découvrir le monde, ou en tout cas un petit bout du monde.

3. Grâce à Pierrot, Luce va découvrir où sont ses priorités. 

3 mots pour décrire votre roman : 

Comme Pierrot … Drôle, sincère, solaire.

"J’aime cette journée-là parce que, malgré la douleur, Pierrot est entré dans ma vie. Comme par effraction. Oui, en crevant, tu l’as fait entrer dans ma vie." 

Soleil glacé

Comme si son premier chagrin d’amour ne suffisait pas, Luce apprend que son père − un homme qu’elle a à peine connu − vient de mourir. Et puisque la vie n’en a pas fini avec ses mauvaises blagues, elle découvre ce qu’il lui avait toujours caché : une autre famille.
Mais la rencontre bouleversante de Luce avec Pierrot, un frère tout neuf et différent, va faire fondre son coeur glacé...
Un grand roman contre les préjugés, qui célèbre l’énergie, la fantaisie, et la rage de vivre !

« Une poésie de la déglingue quand tout se barre en sucette mais que la vie est là, malgré tout, et la tendresse, et l’amour. Séverine Vidal construit un monde en quelques phrases. » Michel Abescat, Télérama (à propos de Pëppo)

Robert Laffont