Lisez! icon: Search engine
Par Pocket jeunesse, publié le 06/11/2019

Victor Dixen : "J'ai voulu raconter une histoire qui mêle à la fois l'excitation de la conquête spatiale et les rouages de la machine médiatique"

Le premier tome de la saga Phobos, de Victor Dixen, arrive en format poche chez Pocket Jeunesse. Roman d'anticipation alliant conquête spatiale et show télévisé, le récit embarque ses lecteurs pour un aller simple direct vers la planète Mars. Entretien avec l’auteur.

Et si la conquête de la planète Mars prenait la forme d'une sensationnelle émission de téléréalité ? Le premier tome de la saga Phobos, imaginée par l'écrivain français Victor Dixen sort enfin en format poche aux éditions Pocket Jeunesse. L'occasion pour l'auteur de revenir sur la genèse de cette saga, ses inspirations et sa passion pour la conquête spatiale. Interview.

Quelle est l'origine de la série Phobos ?

Phobos est né de deux sources d’inspiration. La première source, c’est la relance de la conquête spatiale. De nos jours, grâce aux avancées technologiques, la planète Mars est à portée de main. La NASA prévoit ainsi d’envoyer des humains en orbite autour de Mars dès 2030. Des entrepreneurs privés ambitionnent d’aller encore plus vite – par exemple Elon Musk, qui a récemment dévoilé les plans de colonisation martienne de sa société SpaceX.

La deuxième source d’inspiration, c’est la fascination que nourrit notre société pour les images. Les écrans règnent autour de nous, omniprésents, pour le meilleur et pour le pire. D’un côté ils nous mettent en contact avec le monde entier et sont un territoire de créativité illimité, passionnant ; de l’autre ils nous cernent, nous enferment, nous somment de réagir dans l’instant au détriment parfois de la réflexion. Aussi est-il beaucoup question d’image dans Phobos : image de soi, image des autres, faux-semblants, manipulation des apparences. Avec mon héroïne Léonor, je me suis demandé si on pouvait se libérer des écrans, ou en retrouver la maîtrise, quitte à aller jusqu’au fond de l’espace. L’intrigue a surgi de la rencontre de ces deux thèmes. J’ai voulu raconter une histoire qui mêle à la fois l’excitation de la conquête spatiale et les rouages de la machine médiatique, en essayant de pousser aussi loin que possible chacun de ces deux thèmes.

Présentez-nous Léonor, la narratrice du roman. Quelle est sa personnalité et que symbolise-t-elle ?

La manière dont naissent les personnages d’un roman est toujours un peu mystérieuse. Je crois qu’avant tout, Léonor est une enfant de son époque : une jeune fille de 18 ans tiraillée entre une soif d’infini et le sentiment que bien des voies sont bloquées pour elle sur Terre. C’est pourquoi elle fait ce choix terrible de partir en aller simple vers un monde inconnu. C’est aussi une combattante qui, sous un tempérament de feu à l’image de sa chevelure rousse, cache des doutes, des failles et des rêves – un jardin secret qui la rend d’autant plus riche et intéressante : humaine.

Avant l'écriture de ce roman, étiez-vous un passionné du monde spatial, des recherches pour peupler la planète Mars ?

Depuis l’enfance, je suis passionné par la conquête spatiale. Je lis beaucoup sur le sujet, à la fois des articles scientifiques et de la fiction. J’ai réalisé de nombreuses recherches documentaires pour ce roman, car je voulais qu’il soit le plus vraisemblable possible (parmi mes lectures préparatoires, je recommande en particulier les très distrayants essais Packing for Mars de Mary Roach et How to Live on Mars de Robert Zubrin). C’est aussi par souci de réalisme que j’ai souhaité émailler le récit de nombreux schémas, pour permettre au lecteur de mieux se représenter la technologie spatiale.

Mary Roach présente Packing for Mars, chez Google (vidéo en anglais) :

En scénarisant ce voyage interstellaire en programme de télé-réalité, n'avez-vous pas souhaité nourrir la réflexion sur l'ultra-connexion auprès de votre lectorat ?

Ados ou adultes, nous vivons tous dans une société ultra-connectée. Dans Phobos, j’ai simplement extrapolé, sur le mode de l’anticipation, des signaux déjà présents aujourd’hui. L’importance de la téléréalité ? – on y est ! L’omniprésence des écrans autour de nous ? – on y est ! Notre désir sans limite de reconnaissance à travers les réseaux sociaux ? – on y est aussi !

Avez-vous le souvenir de retours marquants sur cette série, de la part de jeunes lecteurs ?

J’en reçois tous les jours ou presque, de lecteurs jeunes ou moins jeunes, dans les festivals et salons mais aussi sur Internet. Les blogs et chaînes littéraires en particulier appartiennent pour moi au meilleur de ce monde d’écrans dans lequel nous vivons : ce sont des espaces généreux, ouverts au dialogue, où l’on prend le temps de développer la pensée et où les avis sont étayés et construits – bref, à l’opposé de la « dictature de l’instant » qu’on voit par ailleurs fleurir dans d’autres recoins de la Toile.

Enfin, alors que le récit est très marqué par une structure télévisuelle, espérez-vous voir vos héros déclinés sur grand écran ?

Parce que l’image est un thème central de Phobos, j’ai décidé d’écrire ce roman comme un script, découpé non pas en chapitres mais en séquences, où alternent les focales : champ, contrechamp, hors champ. Le lecteur de Phobos est à la fois équipier de la mission spatiale aux côtés de Léonor, et spectateur de la chaîne Genesis qui retransmet cette mission. En faisant des "cuts" soudains dans le flux d’images, j’essaye de mettre en évidence le pouvoir qu’elles exercent sur nous. Il ne s’agit pas de les rejeter en bloc, mais de prendre du recul.

Quant à une adaptation audiovisuelle, en film ou en série télévisée… Plusieurs projets ont été en discussion avec des producteurs. Je croise les doigts pour que l’un d’eux aboutisse : comptez sur moi pour tenir les lecteurs au courant dès que possible !

Bande-annonce du premier tome de la série Phobos :

Pour découvrir de façon originale et en vidéo les 12 candidats retenus pour la mission sur Mars, rendez-vous sur la chaîne YouTube de Victor Dixen.

Phobos - tome 1
Ils sont les douze astronautes du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor est l'une d'entre eux. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...

Pocket jeunesse

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    "Cogito" de Victor Dixen : la révolution est en marche

    Après le succès de sa série Phobos, Victor Dixen est de retour avec Cogito, thriller technologique dans lequel il imagine une société victime de la robotisation effrénée. La complexité de l’intelligence artificielle, le caractère hybride des contes et légendes… Victor Dixen a répondu à nos questions.

    Lire l'article