RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités
            Par Lisez, publié le 16/11/2018
            Voilà pourquoi grandir avec une bibliothèque familiale est bon pour nous (dixit la science)

            Vous rêvez secrètement de transformer votre foyer en bibliothèque géante ? Alors réjouissez-vous car la science est de votre côté. Selon une récente étude menée sur plus de 160 000 personnes, les adolescents qui ne poursuivent pas d’études supérieures mais qui ont grandi entourés de livres développent des compétences équivalentes à celles de diplômés d’universités qui ne lisent pas ou peu.

            Interrogez un lecteur sur sa passion de la lecture et vous découvrirez alors que celui-ci peut devenir très volubile, voire même poétique. Les livres nous transportent, font travailler notre imagination, et puis avouons-le, quoi de plus doux au monde que l’odeur d’un livre neuf ? Si l’on parle beaucoup des sensations suscitées par les livres, on cite peu les bienfaits concrets de la lecture sur la santé ou son impact sur les compétences de vie (ce que les Anglo-saxons appellent life skills, soit des compétences acquises durant notre vie, des aptitudes profondes et personnelles développées par des expériences vécues). Or les bienfaits sont nombreux, comme vient de le prouver une récente étude menée par la sociologue Joanna Sikora de l’université nationale d’Australie et relayée par le Guardian.

            Entre 2011 et 2015, plus de 160 000 adultes venant de 31 pays différents ont pris part au Programme international pour l’évaluation des compétences des adultes. Les participants ont été interrogés sur le nombre de livres dont ils disposaient chez eux à l’âge de 16 ans. Ils ont également passé des tests pour évaluer leurs capacités dans les domaines suivants : alphabétisation, calcul, technologies de l’information et de la communication (ou TIC : techniques de l’informatique, de l’audiovisuel, des multimédias, d’Internet et des télécommunications qui permettent aux utilisateurs de communiquer, d’accéder aux sources d’information, de stocker, de manipuler, de produire et de transmettre l’information sous toutes les formes). La sociologue et son équipe ont découvert qu’en moyenne, le nombre de livres par foyer tourne autour de 115, avec des variations importantes. En Suède, Norvège et Tchéquie, on trouve 200 livres par foyer en moyenne, tandis qu’au Chili et en Turquie, on en compte moins de 60 par habitation.

            La lecture, une aide précieuse dans des domaines très différents

            Naturellement, grandir avec des livres autour de soi a avant tout des effets bénéfiques sur l’écriture et la lecture comme le note le Dr. Joanna Sikora dans son rapport d’étude : "Les effets de la taille de la bibliothèque familiale sur l’alphabétisation sont importants partout". Ce dont on se doute moins, c’est l’importance de la lecture dans l’apprentissage du calcul et des TIC. La sociologue écrit encore : "L’exposition des adolescents aux livres fait partie intégrante des pratiques sociales qui favorisent des compétences cognitives à long terme. Cela englobe l’alphabétisation, le calcul et les compétences en TIC. Grandir avec une bibliothèque à la maison renforce ces compétences-là chez les futurs adultes. Cela va au-delà de l’éducation des parents ou des résultats scolaires ou professionnels".

            L’étude a ainsi mis en lumière une chose très intéressante : les adolescents qui n’ont pas poursuivi d’études supérieures ou qui ont arrêté l’école avant le lycée mais qui ont grandi avec une large bibliothèque familiale "ont les mêmes niveaux d’alphabétisation et de calcul et ont les mêmes aptitudes en TIC que les diplômés universitaires qui ont grandi avec peu de livres à la maison". Si "la lecture agrandit l’âme" (merci Voltaire), elle est donc aussi une aide précieuse dans des domaines que l’on ne soupçonne pas forcément. Quant à un potentiel désintérêt des millennials pour les livres au profit du numérique, que l’on se rassure, le bon vieux bouquin a encore des beaux jours devant lui. Les chercheurs concluent : "Pour l’instant, les bienfaits des bibliothèques familiales sur les adolescents sont encore importants et se retrouvent dans de nombreuses sociétés sans aucun signe de diminution au fil du temps".

            Votre bibliothèque déborde ? Rassurez-vous, vous êtes juste en train de développer vos compétences de vie.

            Lisez
            Lisez