Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714454089
Façonnage normé : COFFRET
Format : 140 x 225 mm

Coffret 1Q84 (3 vol.)

Hélène MORITA (Traducteur)
Date de parution : 08/11/2012

L'événement de l'année ! La trilogie de tous les records, l'œuvre la plus ambitieuse de Haruki Murakami enfin réunie en coffret. L’intégrale des aventures trépidantes et romantiques d’Aomamé et Tengo, en quête l’un de l’autre sous les deux lunes de 1Q84.

Au Japon, en 1984.

C’est l’histoire de deux mondes, celui, réel, de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. Un jour, Tengo...

Au Japon, en 1984.

C’est l’histoire de deux mondes, celui, réel, de 1984 et un monde parallèle tout aussi vivant, celui de 1Q84. Deux mondes imbriqués dans lesquels évoluent, en alternance, Aomamé et Tengo, 29 ans tous deux, qui ont fréquenté la même école lorsqu’ils avaient dix ans. Un jour, Tengo l’a défendue contre d’autres enfants et Aomamé lui a serré la main. Un pacte secret, le signe d’un amour pur dont ils auront toujours la nostalgie.
En 1984, chacun mène sa vie, ses amours, ses activités.
Tueuse professionnelle, Aomamé se croit investie d’une mission : exécuter les hommes qui ont fait violence aux femmes. Tengo est un génie des maths, apprenti-écrivain et nègre pour un éditeur qui lui demande de réécrire l’autobiographie d’une jeune fille échappé à la secte des Précurseurs.
Les deux jeunes gens sont destinés à se retrouver mais où ? Quand ? En 1984 ? Dans 1Q84 ? Dans cette vie ? Dans la mort ?...

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714454089
Façonnage normé : COFFRET
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Murakami met tout son génie à déployer une histoire pleine de suspense et de lyrisme, avec en creux un joli plaidoyer contre la violence faite aux femmes et les intégrismes. On attend avec impatience le troisième volet."

Virginie Jannière / Direct matin

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • allard95 Posté le 20 Février 2021
    On peut se poser beaucoup de questions à propos de ce roman. Fallait-il vraiment 1650 pages pour raconter cette histoire? La référence au morne roman d'Orwell est-elle pertinente? Est-ce de bon augure? Et surtout, fallait-il introduire des éléments surnaturels, qui s'avèrent bien encombrants? Nos personnages, la jeune femme tonique, moderne et hardie, qui n'hésite pas à tuer les hommes violeurs d'enfants, considérant que la Justice n'en faut pas assez. le prof de maths routinier, embarqué malgré lui dans une histoire folle: ils auraient très bien pu être situés dans un monde normal. Cette histoire de deux lunes, ou, pire, cette femme enceinte sans avoir eu de rapport sexuel, absurdes comme elles sont, ne peuvent nous captiver. Pourtant, il y a une matière plutôt intéressante. Ces deux êtres qui se cherchent sans le savoir. La secte puissante et opaque dont le leader s'accorde des droits sur le corps des enfants. Un certain nombre de péripéties plutôt bien amenées. Mais le contenu surnaturel abolit les meilleurs moments de la lecture. De plus, la fin est mièvre et insatisfaisante. Proposition: réécrire ce roman en 400 pages, en oubliant Orwell et son ennuyeux 1984, en supprimant ces effets mystérieux sans intérêt, et en gardant l'essentiel de l'intrigue... On peut se poser beaucoup de questions à propos de ce roman. Fallait-il vraiment 1650 pages pour raconter cette histoire? La référence au morne roman d'Orwell est-elle pertinente? Est-ce de bon augure? Et surtout, fallait-il introduire des éléments surnaturels, qui s'avèrent bien encombrants? Nos personnages, la jeune femme tonique, moderne et hardie, qui n'hésite pas à tuer les hommes violeurs d'enfants, considérant que la Justice n'en faut pas assez. le prof de maths routinier, embarqué malgré lui dans une histoire folle: ils auraient très bien pu être situés dans un monde normal. Cette histoire de deux lunes, ou, pire, cette femme enceinte sans avoir eu de rapport sexuel, absurdes comme elles sont, ne peuvent nous captiver. Pourtant, il y a une matière plutôt intéressante. Ces deux êtres qui se cherchent sans le savoir. La secte puissante et opaque dont le leader s'accorde des droits sur le corps des enfants. Un certain nombre de péripéties plutôt bien amenées. Mais le contenu surnaturel abolit les meilleurs moments de la lecture. De plus, la fin est mièvre et insatisfaisante. Proposition: réécrire ce roman en 400 pages, en oubliant Orwell et son ennuyeux 1984, en supprimant ces effets mystérieux sans intérêt, et en gardant l'essentiel de l'intrigue et les deux héros, sympathiques et attachants. Et l'on aurait peut-être alors un bon livre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • afadeau Posté le 14 Décembre 2020
    J'ai découvert Haruki Murakami récemment avec le recueil de nouvelles « Des hommes sans femmes », un choc, une révélation ! Ensuite j'ai poursuivi avec « Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil », retrouvant un conteur hors pair mais sans atteindre la magie du premier livre lu. Quand un ami m'a proposé 1Q84, j'étais à la fois curieux – cela évoquait le tout premier livre chroniqué sur ce blog, le fameux 1984 de George Orwell – mais aussi méfiant devant les trois tomes de plus de cinq cents pages chacun... La renommée aussi de l'oeuvre, classée « Best-seller mondial », était de nature à provoquer chez moi un mouvement de recul. J'ai ouvert le tome 1 et lu les premières pages. J'avais d'autres lectures en cours et je ne savais pas si j'allais attaquer immédiatement cette montagne de 1663 pages. Je n'ai pas eu à me poser cette question bien longtemps étant déjà totalement pris dans les filets de l'auteur. J'ai lu le tome 2 dans la foulée avec la même passion. Au tome 3, j'ai ressenti une certaine appréhension : tout était trop parfait dans ce récit mêlant un réalisme des personnages et un fantastique des plus... J'ai découvert Haruki Murakami récemment avec le recueil de nouvelles « Des hommes sans femmes », un choc, une révélation ! Ensuite j'ai poursuivi avec « Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil », retrouvant un conteur hors pair mais sans atteindre la magie du premier livre lu. Quand un ami m'a proposé 1Q84, j'étais à la fois curieux – cela évoquait le tout premier livre chroniqué sur ce blog, le fameux 1984 de George Orwell – mais aussi méfiant devant les trois tomes de plus de cinq cents pages chacun... La renommée aussi de l'oeuvre, classée « Best-seller mondial », était de nature à provoquer chez moi un mouvement de recul. J'ai ouvert le tome 1 et lu les premières pages. J'avais d'autres lectures en cours et je ne savais pas si j'allais attaquer immédiatement cette montagne de 1663 pages. Je n'ai pas eu à me poser cette question bien longtemps étant déjà totalement pris dans les filets de l'auteur. J'ai lu le tome 2 dans la foulée avec la même passion. Au tome 3, j'ai ressenti une certaine appréhension : tout était trop parfait dans ce récit mêlant un réalisme des personnages et un fantastique des plus débridés. Quel auteur serait capable de relier les fils complexes tissés dans cette « chrysalide de l'air » sans perdre le lecteur ? Tout cela, ces heures de lectures merveilleuses, ne vont-elles pas sombrer dans un dénouement tragique ou, pire encore, indéterminé – comme dans « Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil » – ? Il n'en a rien été : Haruki Murakami tient ses promesses jusqu'à la dernière ligne achevant une oeuvre que je trouve quasi parfaite. Il a réussi sa superbe chrysalide de mots ! du grand art et une musicalité dans le récit qui doit certainement beaucoup à la traductrice Hélène Morita (c'est elle qui a également traduit « Des hommes sans femmes »). On retrouve dans 1Q84 – paru en 2009-2010 – bien des thèmes présents dans les deux livres lus précédemment. Au sud... sorti en 1992 alors que Des hommes... est plus récent, sorti en 2017. Entre l'année 1984 et le monde mystérieux de 1Q84, les existences d'Aomamé (dont le nom signifie haricots de soja verts en japonais...) et de Tengo sont nouées. L'odyssée initiatique commence avec un premier tome captivant, la mise en place du récit, l'installation dans une autre dimension, celle des deux lunes. Cela fonctionne parfaitement même pour moi qui ne suis pas un lecteur habituel de fantastique. La suite évolue vers le thriller et le roman d'amour, Aomamé et Tengo ayant vécu ensemble une expérience forte alors qu'ils étaient dans la même classe (je ne peux pas en dire plus... il faut découvrir par soi-même). Le fantastique est au service de la vérité humaine : l'enfance malheureuse, l'éloignement des parents, la séparation, la solitude, les aléas de la vie. Sans en dévoiler trop, je peux dire que la maltraitance des femmes tient une place centrale. Tous les personnages sont incroyablement bien définis, ils vivent réellement pour le lecteur que je suis, permettant d'adhérer à des situations bien improbables. Sans tomber dans les bons sentiments, l'empathie est la règle, même l'affreux Ushikawa, à la poursuite d'Aomamé, est minutieusement décrit et expliqué par la vie qu'il a menée depuis l'enfance. Il y a de la sociologie dans cette oeuvre complexe alors qu'elle se lit facilement ! Les allers-retours avec le monde de l'enfance pourraient expliquer le recours au fantastique, au conte. Murakami développe une sorte de fable dans le récit en faisant apparaître les « Little People » qui entrent dans la pensée des gens, modifiant le cours des choses. Il y a une jubilation de l'auteur à raconter en prenant tout son temps. Cela m'évoque une sorte de spirale qui s'élève en se rapprochant de plus en plus lentement d'un centre à atteindre. le temps par exemple de procurer une arme à Aomamé et de savoir si elle s'en servira ou pas. Ce n'est pas pour rien qu'une des superbes nouvelles dans « Des hommes sans femmes » est Schéhérazade, une histoire présentée comme vraie car un bon conteur « doit être crédible s'il possède son art ». Une femme, cette Schéhérazade magnifique, racontait des histoires sans fin à son amant captivé. Ici la Schéhérazade est Aomamé. Plus que Tengo elle est le personnage principal du récit. Tengo est un jeune écrivain d'une trentaine d'année qui cherche sa voie. Il vit dans la solitude, le ressentiment de ses jeunes années, des questions qu'il se pose sur ses parents, avec l'espoir fou de revoir cette Aomamé, seul souvenir heureux de son enfance. Tengo est un personnage fort et faible à la fois tout comme Komatsu, son éditeur pour le livre « La chrysalide de l'air » où il a joué le rôle de ghost writer. Il n'est pas moteur dans l'histoire, à la différence d'Aomamé... Il absorbe les évènements et les retranscrit en romans. Il est certainement pour une grande part l'auteur lui-même. Un autre personnage fort du monde de 1Q84 est Tamaru, ce professionnel de la sécurité au service de la vieille dame fortunée, liée aussi à Aomamé, s'étant donné pour but de venir en aide aux femmes victimes d'hommes violents, de manière « définitive » si besoin. Ce Tamaru est une sorte de justicier agissant méthodiquement dans l'ombre, tout comme l'écrivain qui est là pour tout régler pour le lecteur. Aomamé lit Proust. Tamaru cite Tchékhov et Jung, pas mal pour un garde du corps ! Pour Tengo, dans sa relation compliquée avec Fukaéri – il a réécrit le roman de cette jeune femme de dix-sept ans et en a fait un roman à succès –, il est question du dit des Heiki, de Tchékhov et d'Orwell (il explique alors, à peu près... que son livre n'est pas le 1984 d'Orwell car il ne réécrit pas l'histoire collective, il réécrit son roman à lui). En mettant autant de références littéraires, Murakami met sur la voie de l'interprétation possible de cette oeuvre ambitieuse. Dans 1Q84, il décrit magnifiquement le processus de création pour l'écrivain. Si ce dernier est crédible, il peut inventer de toute pièce un univers, le sien. Mais je comprends qu'il va bien plus loin, en affirmant pouvoir découvrir des voies de passage vers un autre mode de perception hors du monde apparent, superbement mis en images dans le texte. Ces voies sont étroites et incertaines. Elles permettent de recoller les morceaux, épars ou perdus par le temps, du passé. Un voyage initiatique pour vivre pleinement, sortir de la solitude et du ressentiment. Il exprime son art comme un conte foisonnant expliquant le réel, en prise avec lui et l'influençant également. Un très grand livre que je vous conseille si vous voulez rêver tout en réfléchissant au processus de la création littéraire. de très belles heures de lecture selon moi ! le titre est en lui-même génial, le Q remplaçant le 9 de 1984 pour mettre hors du temps réel ce récit, avec Q comme question comme l'explique elle-même Aomamé. A noter qu'au Japon, on prononce « Q » à l'anglaise « kju#720; » et le « 9 », lui, se prononce « ky#363; », d'où la même lecture de 1984 et de 1Q84. ***** Retrouvez cette chronique complète avec une photo personnelle des couvertures des trois tomes ainsi qu'une illustration musicale (sur mon blog Bibliofeel) : Leos Janacek, Orchestre Philharmonique Tchèque, direction Jakub Hra, pour le concert du nouvel an 2020. Extrait de la Sinfonietta, le 3ème mouvement. Cette petite symphonie, sorte de fil conducteur du récit, est une ode à la nature et à la vie. Elle s'accorde parfaitement au climat virevoltant de l'histoire. Et quel son, au niveau des cuivres notamment, dans cette version !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rotkif Posté le 28 Octobre 2020
    Belle trilogie avec l'envoûtement habituel de la plume de Murakami
  • mylena Posté le 26 Octobre 2020
    La construction du roman est basée sur l’alternance des personnages d’Aomamé et de Tengo (un châpitre sur deux consacré à chaque personnage) sauf dans le dernier tome où il y a un 3ème personnage (un détective travaillant pour la secte des précurseurs qui est aux trousses d'Aomamé). Mais il y a d’autres personnages dans ce roman : la vieille dame et son protecteur, ainsi que le père de Tengo et Fukaéri. Les vies “présentes” et passées d’Aomamé et Tengo sont présentées en alternance. Elles se croisent, s’éloignent, puis semblent se rapprocher, mystérieusement. Nos deux personnages sont entraînés dans un monde parallèle qu'Aomamé nommera 1Q84. Ce monde possède deux lunes, tous les personnages du roman voyant ces deux lunes font partie de ce monde. Aomamé prend un taxi pour se rendre sur le lieu d'une mission, ce jour-là il y a des bouchons sur la voie exprès, elle décide de quitter le taxi et d'emprunter un escalier lui permettant de récupérer ensuite un train. A partir de là, elle sera en 1Q84...Pour Aomamé ce monde est une énigme qu’elle doit résoudre : si elle est entré dans ce monde, elle doit pouvoir en sortir. D’autre part pour quelle raison y... La construction du roman est basée sur l’alternance des personnages d’Aomamé et de Tengo (un châpitre sur deux consacré à chaque personnage) sauf dans le dernier tome où il y a un 3ème personnage (un détective travaillant pour la secte des précurseurs qui est aux trousses d'Aomamé). Mais il y a d’autres personnages dans ce roman : la vieille dame et son protecteur, ainsi que le père de Tengo et Fukaéri. Les vies “présentes” et passées d’Aomamé et Tengo sont présentées en alternance. Elles se croisent, s’éloignent, puis semblent se rapprocher, mystérieusement. Nos deux personnages sont entraînés dans un monde parallèle qu'Aomamé nommera 1Q84. Ce monde possède deux lunes, tous les personnages du roman voyant ces deux lunes font partie de ce monde. Aomamé prend un taxi pour se rendre sur le lieu d'une mission, ce jour-là il y a des bouchons sur la voie exprès, elle décide de quitter le taxi et d'emprunter un escalier lui permettant de récupérer ensuite un train. A partir de là, elle sera en 1Q84...Pour Aomamé ce monde est une énigme qu’elle doit résoudre : si elle est entré dans ce monde, elle doit pouvoir en sortir. D’autre part pour quelle raison y est-elle entrée ? Je m’arrête là, car il est difficile de parler de 1Q84 sans dévoiler trop d’éléments de l’histoire… Alors je rajouterai juste que ce roman mélange les genres littéraires (un peu science-fiction, un peu policier, un peu fantastique, …) avec beaucoup de poésie. On est vite captif de cet univers qui envoûte et fascine, à la limite de la réalité et du rêve.
    Lire la suite
    En lire moins
  • mira16_92 Posté le 27 Mai 2020
    mon premier livre japonais, j'ai beaucoup aimé l'intrigue, les personnages sont attachants, j'avoue que la fin m'a laissé perplexe j'attends de voir la suite ( si il y en a ). Un livre que je recommande à toute personne qui aime le fantastique et l'intrigue
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    10/18

    Haruki Murakami : un narrateur et des moutons

    Retour sur les premiers pas littéraires de l’auteur japonais Haruki Murakami, avec la réédition chez 10/18 de deux romans signés dans les années 1980 : La course au mouton sauvage et Danse, danse, danse. Le laboratoire dynamique d’une écriture unique, entre réalisme et fantaisie, critique frontale et ironie douce.

    Lire l'article