Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258091634
Façonnage normé : COFFRET
Nombre de pages : 2000
Format : 130 x 198 mm

Coffret Marcel Proust

A la recherche du temps perdu

Date de parution : 03/11/2011

L'ensemble d'A la Recherche du temps perdu en deux volumes présenté dans un élégant coffret.
Un chef-d'oeuvre universel.  

Marcel Proust, avec la gigantesque entreprise que fut l'écriture d'A la Recherche du temps perdu, a ouvert la voie au roman moderne. Rares sont les monuments de la littérature qui se sont d'emblée imposés aux yeux de l'Histoire. Voici le cycle entier, sept romans, en deux volumes sous un emboîtage élégant.

EAN : 9782258091634
Façonnage normé : COFFRET
Nombre de pages : 2000
Format : 130 x 198 mm
Omnibus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ciliaris Posté le 12 Mai 2020
    5 étoiles n'y suffisent pas.....
  • AlbanMen Posté le 15 Mars 2020
    Il est très délicat de donner son avis devant un tel monument, on se sent trop petit. En quelques mots Proust analyse la vie et en relève la beauté. Proche de l'art musical il transcende le temps, fondant imaginaire et réel dans une même couleur. Son œuvre est une symphonie.
  • Passemoilelivre Posté le 19 Décembre 2019
    «Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté... Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur goutelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir.»
  • Edouard22 Posté le 6 Novembre 2019
    Mon père m'avait indiqué il y a quelque temps qu'il aimerait bien lire Proust, qu'il ne connaît pas. J'ai donc acheté Swann avec l'idée de lui offrir à un prochaine occasion. Mais il y a quelques jours, n'ayant rien de précis à lire, je me suis dit que je lirais bien (ou plutôt relirais) quelques lignes, sans plus, de "Longtemps je me suis couché de bonne heure." Erreur fatale. Telle l'image bien connue du voilier enserré par les tentacules d'un kraken, j'ai été happé dans les fonds marins de cette œuvre sans espoir d'en sortir avant un moment. Heureusement, c'est une mer semi-tropicale aux eaux translucides où il y a tant à voir et à sentir. le nageur est environné de longues algues sinueuses et festonnées qui le frôlent à tout moment. Il rencontre de merveilleuses créatures : hippocampes fluorescents, méduses irisées, étoiles de mer aux couleurs improbables, oursins violacés, poissons tropicaux aux formes, couleurs et livrées étranges..., et tout cela dans un environnement sensuel dû à la tiédeur de l'eau et à sa nature marine : la mer n'est-elle pas à l'origine de la vie, n'est-elle pas pleine des semences des poissons, le nageur n'est-il pas bercé par le flux et le reflux... Mon père m'avait indiqué il y a quelque temps qu'il aimerait bien lire Proust, qu'il ne connaît pas. J'ai donc acheté Swann avec l'idée de lui offrir à un prochaine occasion. Mais il y a quelques jours, n'ayant rien de précis à lire, je me suis dit que je lirais bien (ou plutôt relirais) quelques lignes, sans plus, de "Longtemps je me suis couché de bonne heure." Erreur fatale. Telle l'image bien connue du voilier enserré par les tentacules d'un kraken, j'ai été happé dans les fonds marins de cette œuvre sans espoir d'en sortir avant un moment. Heureusement, c'est une mer semi-tropicale aux eaux translucides où il y a tant à voir et à sentir. le nageur est environné de longues algues sinueuses et festonnées qui le frôlent à tout moment. Il rencontre de merveilleuses créatures : hippocampes fluorescents, méduses irisées, étoiles de mer aux couleurs improbables, oursins violacés, poissons tropicaux aux formes, couleurs et livrées étranges..., et tout cela dans un environnement sensuel dû à la tiédeur de l'eau et à sa nature marine : la mer n'est-elle pas à l'origine de la vie, n'est-elle pas pleine des semences des poissons, le nageur n'est-il pas bercé par le flux et le reflux des vagues et des marées ? Les longues algues ne sont-elles pas ces longues phrases proustiennes aux multiples propositions qui caressent en permanence le cerveau et l'esprit du lecteur. Leur rythme ne le plonge-t'il pas dans un état d'hébétude proche de celui du bébé qui va s'endormir ? La sensualité n'est-elle pas présente très vite dans l'oeuvre, pour le plus la quitter ? Ces créatures marines chatoyantes ne sont-elles pas toutes ces images, métaphores, finesses d'esprit, considérations esthétiques, voire traits d'humour que l'on y rencontre abondamment ? Mais il est tard et temps de s'endormir : le lecteur poursuivra demain soir, tel le nageur qui, ayant fini son apnée, remonte à la surface avant de replonger. Quand il remonte, il voit la surface de la mer scintillante au soleil grâce à la réverbération des innombrables vaguelettes : n'est ce pas la couverture du livre encore illuminée de toutes les phases et propositions qu'il contient, qui chacune apporte un éclairage particulier sur le propos de l'auteur ? Ne lisant pratiquement jamais deux fois un même livre, c'est une exception et, sans avoir été plus loin cette fois que la description de l'église de Combray, c'est cette impression qui s'impose déjà puissamment au lecteur amateur que je suis : cela risque d'être très addictif !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kathlyn Posté le 15 Septembre 2019
    Comment pourrais-je trouver les mots pour partager mon adoration pour ce bijou ?
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.