Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782707191984
Code sériel : 449
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

1177 avant J.-C.

Le jour où la civilisation s'est effondrée

Philippe PIGNARRE (Traducteur)
Date de parution : 02/06/2016
Un réchauffement climatique suivi de sécheresse et de famines, des séismes, des guerres civiles, de gigantesques mouvements de populations fuyant leurs terres d’origine, des risques systémiques pour les échanges internationaux… Nous ne sommes pas au XXIe siècle, mais bien au XIIe siècle avant J.-C. ! Toutes les civilisations de Méditerranée... Un réchauffement climatique suivi de sécheresse et de famines, des séismes, des guerres civiles, de gigantesques mouvements de populations fuyant leurs terres d’origine, des risques systémiques pour les échanges internationaux… Nous ne sommes pas au XXIe siècle, mais bien au XIIe siècle avant J.-C. ! Toutes les civilisations de Méditerranée grecque et orientale (de la Crète à l’Égypte, de Canaan à Babylone, etc.) se sont effondrées presque simultanément, il y a plus de trois mille ans. Comment expliquer pareille catastrophe ?
Le grand archéologue américain Eric H. Cline mène l’enquête et nous raconte la fin de l’âge du bronze sous la forme d’un drame en quatre actes. Il fait revivre sous nos yeux ces sociétés connectées qui possédaient une langue commune, échangeaient des biens (grains, or, étain et cuivre, etc.), alors que les artistes circulaient d’un royaume à l’autre. Les archives découvertes témoignent de mariages royaux, d’alliances, de guerres et d’embargos. Une « mondialisation » avant l’heure, confrontée notamment à des aléas climatiques qui pourraient avoir causé sa perte…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782707191984
Code sériel : 449
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

Au XIVe siècle av. J.-C, les échanges commerciaux, personnels et culturels intenses entre les sociétés du pourtour méditerranéen révèlent une civilisation singulière, interdépendante, unie par une même langue... Un archéologue en dévoile la richesse en scrutant les socles des statues, les tablettes d'argile et la correspondance des rois. Une enquête fascinante.
Books

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • H-mb Posté le 31 Juillet 2020
    Ce livre propose une mise en contexte des données archéologiques et des textes de la période du bronze récent (1700 à 1100 avant JC) dans la Méditerrannée orientale. Plus précisément, il tente de comprendre les raisons des crises qui mènent à l'effondrement des "civilisations" qui existaient à cette époque (Mycénienne, Hittite, Canaan, Ugarit, Egypte, etc.). Il montre qu'il existait une véritable internationalisation des échanges, et même une interdépendance de ces royaumes, constituant un système complexe. L'effondrement de ce système ne renvoie pas aux seuls Peuples de la Mer comme on a pu le croire à une époque mais à un faisceau de causes (sécheresses, famines, tremblements de terre, guerres...) qui ont amené à la disparition des différents royaumes liés les uns aux autres. Le titre est quelque peu trompeur de ce côté-là en laissant supposer un événement unique. Une bonne synthèse.
  • stephane69 Posté le 11 Août 2019
    A la sortie d'une exposition du Louvre sur les Hittites, j'ai acheté ce livre, attiré par le titre accrocheur. Les civilisations passées m'intéressent, mais je ne connaissais rien des peuples méditerranéens du 13ème siècle avant JC. J'ai trouvé ce livre très intéressant et accessible pour au moins 3 raisons : 1) en 200 pages, l'auteur résume simplement 200 ans de découvertes archéologiques et 50 années de débats entre spécialistes sur l'apogée et l'effondrement (en un siècle et non une année) des civilisations de l'Est de la méditerranée. 2) même si le titre, la 4ème de couverture et certaines annonces de l'introduction laissent penser que nous aurons des réponses définitives, le développement est plus nuancé. L'auteur souligne toujours les incertitudes des découvertes archéologiques et des hypothèses des chercheurs. 3) Il mentionne systématiquement la source ou la découverte archéologique qui fonde son propos d'historien. Même si ça peut conduire à des détours, on en apprend plus sur la méthode scientifique des archéologues. Finalement, l'épilogue est plus ouvert que conclusif. Les chercheurs sont convaincus qu'il y a eu une période charnière autour de 1177 avant JC, mais ils ne s'accordent pas sur les causes de l'effondrement.
  • Bigmammy Posté le 7 Janvier 2017
    Le choc pétrolier de 1974, Tchernobyl, le 11 septembre, le tsunami, Fukushima, le krach boursier de 2008, les vagues de réfugiés affluant devant les conflits ou la famine … Et si tous ces événements imprévisibles s'étaient produits quasiment en même temps ? Notre civilisation mondialisée aurait-elle tenu le choc ? Dans les temps obscurs, une telle accumulation de catastrophes s'est produite à la fin de l'âge du bronze récent, autour du XIIIème siècle avant Jésus-Christ, et toute forme de civilisation organisée a disparu pendant près de trois siècles, avant que la technologie généralisée du fer ne permette une nouvelle organisation humaine. Le livre d'Éric H. Cline, archéologue et professeur d'histoire et d'anthropologie reconnu, tente de nous faire comprendre le degré de haute civilisation les peuples de la Méditerranée orientale atteint avant ce cataclysme et surtout les causes possibles de son effondrement, tout en listant les hypothèses et controverses qui agitent sur le sujet nombre de chercheurs … Il faut bien reconnaître que la science actuelle permet de remettre en cause bien des paradigmes jusqu'ici parfaitement admis depuis que la civilisation « Mycénienne » a commencé à intéresser les savants au XIXème siècle. L'allemand Heinrich Schliemann a découvert le site de la ville de Troie, on sait... Le choc pétrolier de 1974, Tchernobyl, le 11 septembre, le tsunami, Fukushima, le krach boursier de 2008, les vagues de réfugiés affluant devant les conflits ou la famine … Et si tous ces événements imprévisibles s'étaient produits quasiment en même temps ? Notre civilisation mondialisée aurait-elle tenu le choc ? Dans les temps obscurs, une telle accumulation de catastrophes s'est produite à la fin de l'âge du bronze récent, autour du XIIIème siècle avant Jésus-Christ, et toute forme de civilisation organisée a disparu pendant près de trois siècles, avant que la technologie généralisée du fer ne permette une nouvelle organisation humaine. Le livre d'Éric H. Cline, archéologue et professeur d'histoire et d'anthropologie reconnu, tente de nous faire comprendre le degré de haute civilisation les peuples de la Méditerranée orientale atteint avant ce cataclysme et surtout les causes possibles de son effondrement, tout en listant les hypothèses et controverses qui agitent sur le sujet nombre de chercheurs … Il faut bien reconnaître que la science actuelle permet de remettre en cause bien des paradigmes jusqu'ici parfaitement admis depuis que la civilisation « Mycénienne » a commencé à intéresser les savants au XIXème siècle. L'allemand Heinrich Schliemann a découvert le site de la ville de Troie, on sait déchiffrer les hiéroglyphes grâce à Champollion, et maintenant on lit le « linéaire B » et l'écriture cunéiforme et on obtient des datations assez précises grâce au radiocarbone 14 … Et on cherche toujours à prouver la véracité des écrits bibliques et leur datation. Que sait-on aujourd'hui ? Que la guerre de Troie a bien eu lieu, probablement vers -1430, mais pas forcément sous la forme que nous en ont livré les poèmes d'Homère. En revanche, on a beaucoup plus de mal à confirmer le récit de l'Exode des Hébreux qui devrait s'être produit plus tôt, vraisemblablement au milieu du XIIIème siècle avant J.C., pendant le règne de Ramsès II. Ce qui est certain, c'est que le monde civilisé de cette époque connaissait d'intenses relations économiques, commerciales et diplomatiques entre Mycènes, l'Anatolie hittite, la Syrie, Canaan, la Crète, Chypre, l'Assyrie et l'Egypte. Parmi les causes de la disparition de cet « âge d'or », on a souvent cité les « Peuples de la Mer », largement dénoncés par les chroniques égyptiennes … Trop facile … Ce que l'on sait de l'effondrement durable du système international stable de l'âge du bronze récent est la survenance simultanée de plusieurs facteurs : -          Une tempête sismique de -1225 à -1175 (plusieurs vagues de séismes majeurs rapprochés), -          Un changement climatique rapide (sécheresse rendant impossible l'agriculture, famine et migrations) sur 3 siècles, -          Destruction des liaisons maritimes et remplacement d'un système de commerce international initié et contrôlé par les Palais par un ensemble de marchands individuels exploitant de nouvelles opportunités, cascades de faillites avec effet multiplicateur (comme des chutes de dominos), -          Disparition de la classe supérieure traditionnelle, -          Changement et diminution de la population, -          Passage à un niveau plus faible d'intégration socio-politique. Voilà comment, sous l'effet combiné – ou systémique -  de ces divers éléments, le désastre s'est produit en un laps de temps relativement bref (à l'échelle historique), et la 8ème année du règne de Ramsès III (-1177) est la plus représentative de l'effondrement des grandes civilisations de toute la Méditerranée orientale, une date que l'on peut rapprocher de 476 après J.C. : celle de la fin de l'empire romain d'Occident. Ce livre est passionnant, inquiétant, construit comme un polar - qui est responsable ? Comment cela s'est-il passé ? Comment interpréter les indices (trouve-t-on des pointes de flèches dans les décombres superposés des villes détruites, quelle intensité avait l'incendie qui a liquéfié les matériaux, les murs retrouvés en biais ont-ils été détruits par un tremblement de terre .. ?) et, malgré des anachronismes assumés et des comparaisons parfois inappropriées, un modèle de vulgarisation intelligente.
    Lire la suite
    En lire moins
  • livius Posté le 4 Novembre 2016
    L'auteur fait ici le point sur la question de la fin de l'âge du bronze en Méditerranée orientale au regard des dernières découvertes archéologiques. Au final, un livre très intéressant, accessible à tous. La mise au point sur certains mythes est très éclairante , en particulier sur la guerre de Troie...
  • Torellion Posté le 10 Octobre 2016
    Eric Cline, archéologue, historien et anthropologue américain, propose dans ce livre de raconter la fin des civilisations de l'âge de bronze. Pourquoi des civilisations établies depuis plusieurs siècles se sont-elles effondrées du jour au lendemain ? Au long d'actes (et non de chapitres) qui s'étalent du XIVè au XIIème siècle avant JC, l'auteur nous raconte la première mondialisation, les systèmes complexes unissants ces peuples et en point d'orgue les différentes théories pouvant expliquer leurs disparitions. Ce qui frappe évidemment dans ce livre, c'est le parallèle avec le monde d'aujourd'hui, parallèle voulu et accentué par Cline. La leçon est éminemment politique : dans un monde globalisé, les crises politiques, sociales ou humaines, se diffusent rapidement. Bien sûr, cette théorie possède des limites intrinsèques. Peut-on parler d'un monde globalisé, lorsque n'est évoquée qu'une infime partie du monde méditerranéen ? Peut-on parler d'internationalisation alors que le concept de nation est encore inconnu ? Le style est agréable et clair. Cependant, l'auteur dramatise un peu trop son propos. L'intrigue qu'il essaie d'insuffler à son étude/roman, est un peu surjouée et l'aspect dramatique est inutile. Au final, ce livre est une réussite d'un point de vue vulgarisation historique, mais ne doit pas se substituer aux études plus sérieuses et plus... Eric Cline, archéologue, historien et anthropologue américain, propose dans ce livre de raconter la fin des civilisations de l'âge de bronze. Pourquoi des civilisations établies depuis plusieurs siècles se sont-elles effondrées du jour au lendemain ? Au long d'actes (et non de chapitres) qui s'étalent du XIVè au XIIème siècle avant JC, l'auteur nous raconte la première mondialisation, les systèmes complexes unissants ces peuples et en point d'orgue les différentes théories pouvant expliquer leurs disparitions. Ce qui frappe évidemment dans ce livre, c'est le parallèle avec le monde d'aujourd'hui, parallèle voulu et accentué par Cline. La leçon est éminemment politique : dans un monde globalisé, les crises politiques, sociales ou humaines, se diffusent rapidement. Bien sûr, cette théorie possède des limites intrinsèques. Peut-on parler d'un monde globalisé, lorsque n'est évoquée qu'une infime partie du monde méditerranéen ? Peut-on parler d'internationalisation alors que le concept de nation est encore inconnu ? Le style est agréable et clair. Cependant, l'auteur dramatise un peu trop son propos. L'intrigue qu'il essaie d'insuffler à son étude/roman, est un peu surjouée et l'aspect dramatique est inutile. Au final, ce livre est une réussite d'un point de vue vulgarisation historique, mais ne doit pas se substituer aux études plus sérieuses et plus objectives.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION DE LA DÉCOUVERTE
Nouveautés, extraits, agenda des auteurs et toutes les semaines les sorties en librairie !