Lisez! icon: Search engine

Apocalypse sur commande

Robert Laffont
EAN : 9782221132401
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Apocalypse sur commande

Jean ROSENTHAL (Traducteur)
Collection : Best-sellers
Date de parution : 20/12/2012

Des terroristes d'un nouveau genre provoquent des catastrophes naturelles.
Allons-nous être menacés par des tremblements de terre, des éruptions volcaniques ou des raz de marée ?

Sur l'écran du célèbre sismologue Michael Quercus, tout indique que le dernier tremblement de terre californien a été provoqué artificiellement. Les Soldats du Paradis, terroristes...

Des terroristes d'un nouveau genre provoquent des catastrophes naturelles.
Allons-nous être menacés par des tremblements de terre, des éruptions volcaniques ou des raz de marée ?

Sur l'écran du célèbre sismologue Michael Quercus, tout indique que le dernier tremblement de terre californien a été provoqué artificiellement. Les Soldats du Paradis, terroristes jusqu'alors inconnus, auraient-ils raison lorsqu'ils affirment être les auteurs du cataclysme ?
Un deuxième séisme ébranle une petite ville, tuant les habitants, abattant les maisons, détruisant les ponts et semant une panique meurtrière.
Mais que veulent les Soldats du Paradis ? Comment s'y prennent-ils et jusqu'où iront-ils ? Et qui peut les arrêter avant l'apocalypse ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221132401
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bfauriaux Posté le 26 Octobre 2019
    Un des meilleurs livres de l'auteur :un superbe suspense sur une histoire qui pourrait etre réelle et qui tient en haaleine le lecteur tout au long du suspense et de la lecture.Pas de longueurs ni de temps mort un vrai bon moment de lecture à consommer sans modération !
  • PeregrinateurLitteraireCompulsif Posté le 14 Avril 2019
    Ce roman souffre de quelques défauts. Premièrement, comme la plupart des œuvres exposant une intrigue liée à la technologie, il vieillit très mal. Ce roman a été publié il y a vingt ans... On avouera alors que, côté modernité, le lecteur de 2019 a vu mieux que l'utilisation de disquettes (on imagine sans peine les gros écrans monochromes encore utilisés à l'époque), et, même si la géolocalisation de téléphones portables est un des ressorts de l'intrigue, on s'imagine aisément qu'il s'agit là non pas de smartphones, mais bel et bien de vieux machins qu'on renonce à décrire ici... Deuxièmement, on regrette quelques approximations dans la traduction, à tout le moins dans l'édition livre de poche de 2001 lue. Elles ont peut-être été corrigées depuis ; mais transformer insidieusement « magnétophone » en « répondeur » est, dans le cas présent, une erreur impardonnable (le lecteur comprendra). Quelques regrettables approximations également, en fin de récit, dans les reprises pronominales et nominales. Troisièmement, l'exposition est relativement lente, avec la présentation de nombreux personnages, dans des rôles qui ne sont pas encore clairement définis. C'est un procédé certes assez courant, mais à titre personnel cela me gêne toujours autant. Une partie de l'épilogue est, quand à lui, totalement bâclée... Ce roman souffre de quelques défauts. Premièrement, comme la plupart des œuvres exposant une intrigue liée à la technologie, il vieillit très mal. Ce roman a été publié il y a vingt ans... On avouera alors que, côté modernité, le lecteur de 2019 a vu mieux que l'utilisation de disquettes (on imagine sans peine les gros écrans monochromes encore utilisés à l'époque), et, même si la géolocalisation de téléphones portables est un des ressorts de l'intrigue, on s'imagine aisément qu'il s'agit là non pas de smartphones, mais bel et bien de vieux machins qu'on renonce à décrire ici... Deuxièmement, on regrette quelques approximations dans la traduction, à tout le moins dans l'édition livre de poche de 2001 lue. Elles ont peut-être été corrigées depuis ; mais transformer insidieusement « magnétophone » en « répondeur » est, dans le cas présent, une erreur impardonnable (le lecteur comprendra). Quelques regrettables approximations également, en fin de récit, dans les reprises pronominales et nominales. Troisièmement, l'exposition est relativement lente, avec la présentation de nombreux personnages, dans des rôles qui ne sont pas encore clairement définis. C'est un procédé certes assez courant, mais à titre personnel cela me gêne toujours autant. Une partie de l'épilogue est, quand à lui, totalement bâclée et, pour le coup, je trouve cela extrêmement dommage. On conviendra cependant que, une fois l'exposition longuette passée, le récit est passionnant et on a du mal à lâcher le livre. L'intrigue est habilement ficelée, le suspense est haletant. Même si je ne suis guère spécialiste en sismologie et en déclenchement de tremblements de terre (le thème principal du roman) les différents rebondissements semblent crédibles. Une partie de cette réussite provient sans doute du choix de faire d'abord de Priest un personnage aux nobles ambitions : empêcher la construction d'un barrage qui mènerait à l'engloutissement de sa petite communauté en marge de la société. Le lecteur peut ainsi, dans un premier temps, s'attacher à ce personnage. Il est parallèlement fait des policiers, notamment de Judy, des personnages d'abord secondaires s'opposant aux nobles projets du héros – avant que le lecteur soit progressivement amené à considérer différemment la chose. Je n'en dirai pas plus à ce sujet... Finalement, ce roman n'est sans doute ni parfait ni révolutionnaire, mais il se révèle passionnant et d'une efficacité redoutable. Après tout, n'est-ce pas ce que l'on attend d'un thriller ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • ceceBT Posté le 7 Novembre 2018
    Un groupe de hippies attardés cherche à préserver son lieu de vie, une vallée reculée, menacée par la construction d'un barrage. Le moyen choisi pour cette cause n'est pas banal: il s'agit de provoquer un tremblement de terre sur la faille de San Andréas. Voilà le point de départ de cette histoire. J'ai bien aimé cette lecture malgré la lenteur du récit et l'aspect caricatural des personnages à certains moments . Le récit est bien construit avec l'alternance du point de vue d'une part des “terroristes” et de l'autre du FBI. On en arrive à changer d'avis en fonction des passages. On souhaite la réussite des héros écologiques puis on apprend à connaître et apprécier la jeune enquêtrice du FBI en suivant ses déboires et ses réussites avec intérêt. Parallèlement la personnalité de Priest s'assombrit, il devient de moins en moins sympathique malgré ses motivations et la naïveté dont il fait preuve. On le voit perdre pied assez vite dans le récit et peu à peu entrer dans l'engrenage de la perte des repères qu'il avait bâtis depuis son retrait dans cette communauté. Le rythme est lent au départ lorsque l'ultimatum est de 3 semaines, puis il s'accélère en... Un groupe de hippies attardés cherche à préserver son lieu de vie, une vallée reculée, menacée par la construction d'un barrage. Le moyen choisi pour cette cause n'est pas banal: il s'agit de provoquer un tremblement de terre sur la faille de San Andréas. Voilà le point de départ de cette histoire. J'ai bien aimé cette lecture malgré la lenteur du récit et l'aspect caricatural des personnages à certains moments . Le récit est bien construit avec l'alternance du point de vue d'une part des “terroristes” et de l'autre du FBI. On en arrive à changer d'avis en fonction des passages. On souhaite la réussite des héros écologiques puis on apprend à connaître et apprécier la jeune enquêtrice du FBI en suivant ses déboires et ses réussites avec intérêt. Parallèlement la personnalité de Priest s'assombrit, il devient de moins en moins sympathique malgré ses motivations et la naïveté dont il fait preuve. On le voit perdre pied assez vite dans le récit et peu à peu entrer dans l'engrenage de la perte des repères qu'il avait bâtis depuis son retrait dans cette communauté. Le rythme est lent au départ lorsque l'ultimatum est de 3 semaines, puis il s'accélère en suivant la diminution du temps disponible avant l'inondation de leur petit paradis. La fin est un peu prévisible. Peu à peu on comprend que le dérapage est inéluctable et on est aussi un peu triste de voir cette utopie charmante, et très baba cool, de vivre en accord avec la nature et en marge de la société, se terminer ainsi. A l'heure actuelle certains éléments font échos avec les conséquences du réchauffement climatique mais aussi à l'avenir de notre société, à la difficulté de concilier le confort auquel nous sommes habitués avec l'urgence de changer notre société matériellement et idéologiquement , pour continuer à vivre sur Terre. Finalement ce livre ouvre pas mal de portes de réflexion . On part d'une histoire à suspens et rebondissement et on en arrive à quelque chose de plus profond. En tout cas en ce qui me concerne.
    Lire la suite
    En lire moins
  • denis76 Posté le 26 Avril 2018
    Nous sommes dans les années 90. Une communauté hippie vit dans une vallée isolée du nord de la Californie. Quand leur petit paradis est menacé de noyade par un projet de construction de barrage, leur désespoir les pousse à mettre au point un plan pour forcer le gouverneur de Californie à abandonner son projet. . Thriller passionnant ! C'est une course contre la montre entre le hippie terroriste Priest Granger et l'agent July Maddox : Priest menace le gouverneur de déclencher un tremblement de terre sur la faille de San Andreas avec son vibrateur sismique s'il n'arrête pas la construction du barrage. . Un vibrateur sismique peut-il déclencher un tremblement de terre dans une zone fragilisée ?
  • magenest Posté le 30 Janvier 2018
    C’est l’histoire assez classique où le FBI essaie d’arrêter des terroristes. Ça sent un peu la recette « standard » d’un thriller policier où tout est prévisible. Je préfère le Ken Follett des grandes sagas historiques mais je dois avouer que « Apocalypse sur commande » est très divertissant et que j’ai passé un bon moment.
Plongez dans l'univers de Ken Follett
Interviews de l'auteur, dates de signatures, jeux concours… Ne manquez aucune actualité de Ken Follett !