Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782260029939
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
« Arrête avec tes mensonges » - Prix Maison de la presse 2017
Date de parution : 05/01/2017
Éditeurs :
Julliard

« Arrête avec tes mensonges » - Prix Maison de la presse 2017

Date de parution : 05/01/2017

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai...

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère...

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour, quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Prix Maison de la presse 2017.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782260029939
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marionreyk 12/07/2022
    C'est la première fois que je lis une histoire entre deux homosexuels jeunes qui se découvrent dans les émois d'un premier amour. A ma surprise, dûe, je le constate maintenant, à mon ignorance, c'est similaire aux émois amoureux que j'ai moi-même ressentie quand j'avais 17 ans. J'ai vraiment appréciée la sincérité de l'auteur et son honnêteté. Il m'a en tous les cas ouvert les yeux sur l'homosexualité et a fait plus en dévoilant cette histoire personnelle, qu'aucuns discours ou pensée raisonnée pour faire comprendre et lever les derniers tabous sur l'homosexualité. Dans ce sens je le remercie. Un livre qui vous fait réfléchir et bouger vos propres lignes est un BON livre! Enfin, je suis de la même génération et la description de sa jeunesse et de l'atmosphère de l'époque m'a replongée dans mon adolescence dont le souvenir reste vivace. Enfin, la photo de Thomas est trés belle; tout à fait le genre de gars qui m'aurait fait chaviré le coeur. Un bel hommage pour un premier grand amour.
  • thebookshereads 09/05/2022
    Mon premier roman de Philippe Besson, et quel découverte ! Poignant, déchirant, impactant.. l'auteur nous livre avec beaucoup de délicatesse sa vie, sa jeunesse, mais son premier amour. Ce roman court se lit avec facilité. La plume de Philippe Besson est d'une beauté poétique. Il a su m'embarquer dès les premières lignes. "Arrête avec tes mensonges" est un roman autobiographique écrit par Philippe pour Thomas. On y parle de l'homosexualité avec authenticité, des sentiments amoureux, de l'acceptation de soi et du poids de la société dans nos décisions prises dans les années 80 ou de nos jours. Ce roman, éprouvant de réalisme, m'a laissée triste et désappointée. La fin m'a brisée le cœur. "Arrête avec tes mensonges" est un roman à lire pour ouvrir les consciences / les esprits. Il a également aiguisé ma curiosité me donnant envie de découvrir toute l’œuvre de Philippe Besson.
  • thierrygibert 24/04/2022
    Un livre magnifique, un témoignage qui touche au coeur par sa simplicité et son absence de tabou, une plongée dans la mémoire de l'adolescence. Une histoire laissée en suspens qui trouve sa conclusion (tragique) des décennies plus tard. Je suis resté dans voix.
  • Plumefil 20/04/2022
    Ce texte se lit d'une traite, sans interruption de chapitres ni de rythme. Ce n'est pas un roman, mais une biographie sur l'adolescence de Philippe Besson et de son éveil à l'amour, ce qui le rend particulièrement vulnérable. Les premiers émois charnels laissent toujours des traces dans la vie d'un homme comme d'une femme. Un amour interdit, inavouable à la société et encore moins à sa famille, est vécu comme une blessure, surtout si ce sentiment est partagé avec une personne qui se ment à lui-même. En 1984, il était encore plus difficile qu'aujourd'hui d'assumer son homosexualité. Avec beaucoup de pudeur, l'auteur ouvre les portes de son intimité. Il met ses sentiments à nu sans aucune vulgarité et confie ses émotions à ses lecteurs comme il le ferait dans un journal intime. Chacun peut se retrouver dans l'éblouissement et les tourments que provoque un premier amour. Qu'il soit hétérosexuel ou homosexuel, le cœur bat la chamade de la même façon, l'appétit manque et les frissons parcourent le corps à la pensée de l'être aimé et désiré. Thomas est un jeune homme charismatique, mystérieux, attirant tous les regards. Les filles de son lycée ne sont pas insensibles à son charme... Ce texte se lit d'une traite, sans interruption de chapitres ni de rythme. Ce n'est pas un roman, mais une biographie sur l'adolescence de Philippe Besson et de son éveil à l'amour, ce qui le rend particulièrement vulnérable. Les premiers émois charnels laissent toujours des traces dans la vie d'un homme comme d'une femme. Un amour interdit, inavouable à la société et encore moins à sa famille, est vécu comme une blessure, surtout si ce sentiment est partagé avec une personne qui se ment à lui-même. En 1984, il était encore plus difficile qu'aujourd'hui d'assumer son homosexualité. Avec beaucoup de pudeur, l'auteur ouvre les portes de son intimité. Il met ses sentiments à nu sans aucune vulgarité et confie ses émotions à ses lecteurs comme il le ferait dans un journal intime. Chacun peut se retrouver dans l'éblouissement et les tourments que provoque un premier amour. Qu'il soit hétérosexuel ou homosexuel, le cœur bat la chamade de la même façon, l'appétit manque et les frissons parcourent le corps à la pensée de l'être aimé et désiré. Thomas est un jeune homme charismatique, mystérieux, attirant tous les regards. Les filles de son lycée ne sont pas insensibles à son charme et le lui font savoir. Seulement voilà, le combat intérieur qu'il mène est insurmontable, il aime Philippe dans la clandestinité. Leurs rencontres sont passionnées, viriles, et pour Thomas, inavouables, ce qui le conduira à vivre dans le mensonge et le non-dit de moins en moins supportables jusqu'à se perdre. J'ai pris plaisir à revivre dans l'ambiance des années 80, mais par-dessus tout, j'ai aimé ressentir l'émotion me gagner au fur et à mesure de l'épanouissement de cet amour adolescent, cet abandon de soi à l'autre, cette urgence impérieuse qui accompagne toute décision et tout acte à cet âge. Malgré les mots souvent durs et crus, comme la vie elle-même, la sincérité de Philippe Besson est désarmante par sa fragilité apparente face à l'abandon et le manque. Il dévoile sans fausse pudeur ce qui se trame dans le cœur des hommes qui s'aiment, dans un style sobre et sincère, en revendiquant le droit d'être soi-même malgré les difficultés imposées par l'éducation, le milieu social, l'époque et les préjugés. Sans être un coup de cœur, pour moi cette lecture est un coup à l'âme avec l'affrontement de l'ombre et de la lumière (tamisée) !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Annicklecture 19/04/2022
    Premier titre d'une trilogie autobiographique où l'auteur nous conte un amour caché. Pour certains (vu sur certaines chroniques) c'est "cliché", à ceux-ci je leur répondrais de venir voir comment se comportent certaines personnes lorsqu'elles rencontrent deux hommes ou deux femmes se tenant la main dans la rue. Ici, dans mon village de quelques milles habitants, oui c'est encore comme une maladie, comme d'avoir la peau d'une couleur plus soutenue que la leur, et oui on en est encore là! Et il n'y a pas que chez moi. Ce récit, sans filtre, m'a bouleversée. Tout d'abord, l'histoire nous emmène dans les années au lycée, cette partie de l'histoire m'a rappelée mes propres souvenirs dans la cours de récréation où les amours ne se dévoilaient pas; où les garçons se devaient d'être beaux, attirants, mais blasés et intouchables, c'est eux qui menaient la dansent et les filles où certains garçons attendaient que l'on s'aperçoive qu'ils existaient à leurs côtés. Quelques groupes de filles d'un côté et de l'autre groupes de gars, des œillades par ci et par là, rare se montraient ceux qui "sortaient" ensemble. C'est la partie nostalgique de ce titre et pour moi une vraie redescente à l'âge adolescent. Ensuite il... Premier titre d'une trilogie autobiographique où l'auteur nous conte un amour caché. Pour certains (vu sur certaines chroniques) c'est "cliché", à ceux-ci je leur répondrais de venir voir comment se comportent certaines personnes lorsqu'elles rencontrent deux hommes ou deux femmes se tenant la main dans la rue. Ici, dans mon village de quelques milles habitants, oui c'est encore comme une maladie, comme d'avoir la peau d'une couleur plus soutenue que la leur, et oui on en est encore là! Et il n'y a pas que chez moi. Ce récit, sans filtre, m'a bouleversée. Tout d'abord, l'histoire nous emmène dans les années au lycée, cette partie de l'histoire m'a rappelée mes propres souvenirs dans la cours de récréation où les amours ne se dévoilaient pas; où les garçons se devaient d'être beaux, attirants, mais blasés et intouchables, c'est eux qui menaient la dansent et les filles où certains garçons attendaient que l'on s'aperçoive qu'ils existaient à leurs côtés. Quelques groupes de filles d'un côté et de l'autre groupes de gars, des œillades par ci et par là, rare se montraient ceux qui "sortaient" ensemble. C'est la partie nostalgique de ce titre et pour moi une vraie redescente à l'âge adolescent. Ensuite il y a cet amour qui petit à petit nous entraîne dans des sentiments doux, une intimité réservé, un appel des âmes et des corps, c'est fort, intrépide et court, mais surtout secret. La vie se chargera de couper court à cette histoire; mais plusieurs années passées… Voilà je n'en dirais pas plus! "Plus tard, j'écrirai sur le manque. Sur la privation insupportable de l'autre. Sur le dénuement provoqué par cette privation; une pauvreté qui s'abat. j'écrirai sur la tristesse qui ronge, la folie qui menace. Cela deviendra la matrice de mes livres, presque malgré moi…" L'auteur se dévoile ici et c'est une explosion de beaux et tristes sentiments que j'ai ressenti. Ça pique et c'est le cœur en miette que l'on finit l'histoire, une vraie belle histoire, et l'on sait bien que les fins ne peuvent pas toujours bien se terminer. J'ai hâte de poursuivre avec le second titre de cette trilogie. Je n'en suis pas à mon premier roman de l'auteur et à chaque fois j'en suis émue et chamboulée, à suivre donc.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la Newsletter Julliard
Maison de littératures, les éditions Julliard publient des ouvrages de fiction et de non-fiction littéraire, en langues française et étrangères. Abonnez-vous pour recevoir toutes nos actualités !