Lisez! icon: Search engine
Omnibus
EAN : 9782258096721
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Au rendez-vous des Terre-Neuvas

Maigret

Date de parution : 22/11/2012

Une femme à bord, catastrophes en série…  - Octave Fallut, capitaine du chalutier l'Océan, a été étranglé et jeté dans un bassin du port de Fécamp à l’arrivée de son bateau, après trois mois de pêche à la morue en mer du Nord.

Une femme à bord, catastrophes en série…
Octave Fallut, capitaine du chalutier l'Océan, a été étranglé et jeté dans un bassin du port de Fécamp à l’arrivée de son bateau, après trois mois de pêche à la morue en mer du Nord. Le télégraphiste du bateau, Le Clinche, est arrêté....

Une femme à bord, catastrophes en série…
Octave Fallut, capitaine du chalutier l'Océan, a été étranglé et jeté dans un bassin du port de Fécamp à l’arrivée de son bateau, après trois mois de pêche à la morue en mer du Nord. Le télégraphiste du bateau, Le Clinche, est arrêté. Un ancien ami de Maigret, instituteur à Quimper, qui connaît bien la fiancée de Le Clinche, demande au célèbre commissaire de prouver l'innocence de ce dernier. 
Adapté pour la télévision anglaise en 1963, sous le titre The Log of the Cap Fagnet, dans une réalisation de Michael Hayes, avec Rupert Davies (Commissaire Maigret) et pour la télévision française en 1977, par Jean-Paul Sassy, avec Jean Richard (Commissaire Maigret), Catherine Allégret (Adèle).

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258096721
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • KiriHara Posté le 26 Septembre 2019
    Je ne vous ferais pas l’injure de vous présenter l’écrivain Georges Simenon pas plus que le personnage littéraire qui fit son succès : le commissaire Maigret. Juste quelques chiffres tout de même pour récapituler la carrière de l’un et de l’autre : Georges Simenon (1903 - 1989) est l’auteur de près de 200 romans de plus de 150 nouvelles dont les ventes dépassent le demi-milliard d’unités et est l’auteur belge le plus traduit au monde. Le commissaire Maigret est un personnage né en 1929, mais le premier roman le mettant en scène (« Pietr-le-Letton ») date de 1931. Il est présent dans 75 romans, 28 nouvelles et certaines de ses enquêtes ont été adaptées au cinéma et à la télévision. La liste des acteurs ayant interprété Maigret est longue, mais on peut citer quelques noms tels Jean Gabin, Eli Wallach, Gino Cervi, Rowan Atkinson, Bruno Cremer, Jean Richard, Harry Baur, Albert Préjean et Michel Simon, rien que ça. « Au rendez-vous des Terre-Neuvas » est le neuvième roman, dans l’ordre d’écriture, mettant en scène Maigret et a été écrit en août 1931. Alors qu’il s’apprête à partir en Alsace pour ses vacances annuelles, le commissaire Maigret reçoit un courrier d’un ancien camarade de Quimper qui lui... Je ne vous ferais pas l’injure de vous présenter l’écrivain Georges Simenon pas plus que le personnage littéraire qui fit son succès : le commissaire Maigret. Juste quelques chiffres tout de même pour récapituler la carrière de l’un et de l’autre : Georges Simenon (1903 - 1989) est l’auteur de près de 200 romans de plus de 150 nouvelles dont les ventes dépassent le demi-milliard d’unités et est l’auteur belge le plus traduit au monde. Le commissaire Maigret est un personnage né en 1929, mais le premier roman le mettant en scène (« Pietr-le-Letton ») date de 1931. Il est présent dans 75 romans, 28 nouvelles et certaines de ses enquêtes ont été adaptées au cinéma et à la télévision. La liste des acteurs ayant interprété Maigret est longue, mais on peut citer quelques noms tels Jean Gabin, Eli Wallach, Gino Cervi, Rowan Atkinson, Bruno Cremer, Jean Richard, Harry Baur, Albert Préjean et Michel Simon, rien que ça. « Au rendez-vous des Terre-Neuvas » est le neuvième roman, dans l’ordre d’écriture, mettant en scène Maigret et a été écrit en août 1931. Alors qu’il s’apprête à partir en Alsace pour ses vacances annuelles, le commissaire Maigret reçoit un courrier d’un ancien camarade de Quimper qui lui demande de prouver l’innocence d’un jeune télégraphiste accusé du meurtre du capitaine du chalutier sur lequel il venait de passer trois mois en mer. Jules Maigret décide alors de changer la destination de ses vacances et débarque, en compagnie de sa femme, sur les côtes bretonnes afin de plonger son nez dans cette triste affaire. Car, très vite, Maigret est pris à parti par la fiancée du suspect qui le conjure d’innocenter le jeune homme (19 ans). Mais le policier va se retrouver face à la superstition et à l’opacité et le silence du monde de la mer. Ce qu’il se passe en mer reste en mer. Et Maigret est persuadé que le meurtre du capitaine est lié aux évènements qui se sont déroulés durant la campagne de pêche. Les rares confidences qu’il parvient à obtenir laissent entendre que des tensions existaient entre le capitaine et le télégraphiste, que le capitaine avait un comportement étrange, loin de l’irréprochabilité et du professionnalisme pour lesquels il était connu, qu’un jeune mousse est mort durant la campagne, emporté par la houle... Ce qu’il y a de plus intéressant, dans les enquêtes du commissaire Maigret, ce sont l’ambiance des enquêtes et le caractère du personnage. Question ambiance, on peut dire que le lecteur est servi avec cette chape de plomb qui recouvre le meurtre du capitaine Fallut en particulier et de la campagne de pêche en général. Les marins sont des taiseux et des superstitieux qui ont tôt fait de mettre les étranges évènements sur le compte du mauvais œil. Puis, quand ils sont à terre, ils sont tellement alcoolisés qu’on ne peut rien en tirer. Du côté du caractère du commissaire, là aussi, le lecteur trouve de quoi se régaler. Le bonhomme se montre tout aussi taciturne que d’ordinaire, voire bourru. En plus, il faut bien avouer qu’il n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent à part son flair. Flair qui lui indique que le télégraphiste est innocent du meurtre, mais qu’il a quand même quelque chose à cacher... peut-être bien le nom de l’assassin. Flair qui lui laisse à penser que toute l’affaire prend cœur dans un évènement qui s’est déroulé à bord du bateau. Et on retrouve le commissaire Maigret dans sa principale activité, la réflexion. Il cherche à se mettre dans l’ambiance, dans la peau du capitaine, dans celle du télégraphiste et celles d’autres personnages du drame. Simenon-Maigret décortique toute cette mécanique en fin de roman afin de reconstituer les évènements et découvrir le coupable. Mais comme souvent, chez Maigret, les coupables sont parfois un peu innocents et les innocents quelque peu coupables. Et c’est alors plus une histoire de moralité qu’une histoire de Justice qui prime. Autant dire, pour conclure, que « Au rendez-vous des Terre-Neuvas » réunit à peu près tous les bons ingrédients des meilleures enquêtes de Maigret écrites jusque-là (bon, il n’y en a eu que 9 à ce stade). Une fois encore, l’eau, la brume, les embruns, ont un rôle important et confère une ambiance lourde, pesante, voire oppressante, mais surtout opaque dont le voile ne peut se déchirer qu’en revenant sur le passé, plus ou moins lointain. Une fois encore, Maigret réfléchit plus qu’il n’agit, parvient à dénouer les fils de l’intrigue en se mettant à la place des protagonistes... Une fois encore, Maigret n’est pas manichéen, borné à la stricte loi de la justice, il est un homme, un policier complexe. Et, enfin, une fois encore, l’auteur et le personnage s’attardent sur des détails, mais des détails qui font toute la différence, tant au point du dénouement de l’intrigue que du plaisir du lecteur. Au final, plus je découvre Maigret et plus j’apprécie Maigret et « Au rendez-vous des Terre-Neuvas » s’avère être un très bon roman de la série qui ne peut que participer à mon attachement grandissant à celle-ci.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nadouch Posté le 25 Avril 2019
    Déjà lu ce titre il y a de nombreuses années, il m'avait marquée de par son ambiance : Maigret choisit de ne pas aller en vacances en Alsace comme d'habitude, mais d'aller résoudre une affaire en Bretagne... L'ambiance est lourde, pleine de colère, comme l'équipage de ce bateau voué au malheur. Cela semble se communiquer à Maigret... Un opus assez sombre, où l'on sent le commissaire insatisfait, mais tellement crédible.
  • jmb33320 Posté le 24 Mai 2018
    Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu du Simenon. J'avais gardé une très bon souvenir notamment de "la fenêtre des Rouet". Celui-ci fait partie du cycle des Maigret. Le décor est le port de Fécamp pendant l'entre deux guerres. Au retour du chalutier Océan, son capitaine est assassiné. Le télégraphiste est le principal suspect, semble avoir des choses à se reprocher mais est probablement innocent du meurtre du capitaine. Appelé au secours par un ami, Maigret, pourtant en vacances avec sa femme, enquête pour faire toute la lumière sur cette affaire. Les suspects ne sont pas si nombreux. Des drames se sont produits à bord pendant cette campagne de pêche à la morue, causés par la présence d'une femme fatale cachée dans la cabine du capitaine. Le fonds du roman est noir, sans illusion sur la nature humaine. Bref, une lecture plus que satisfaisante.
  • Biblioroz Posté le 5 Avril 2018
    Maigret soupire, mais à la lecture d’une lettre d’un vieil ami d’école, il demande à Mme Maigret de remplacer leurs immuables vacances en Alsace par un séjour à Fécamp. Le café du port de Fécamp baptisé « Au Rendez-vous des Terre-Neuvas », son atmosphère bruyante, enfumée, où les marins s’enivrent en rentrant de campagne. Le chalutier l’Océan est rentré après trois mois passés en mer. Cette campagne qui, dès le départ, semble placée sous le mauvais œil, se termine tragiquement par l’assassinat du capitaine dans le bassin du port. C’est le tout jeune télégraphiste Pierre Le Clinche qui est inculpé et l’ami de Maigret, impressionné par sa position et sa renommée dans la Police Judiciaire, lui demande d’innocenter le jeune homme. Mais les marins sont des taiseux lorsqu’ils ne sont plus uniquement entre eux. Maigret remarque rapidement que la colère suinte de partout dans cette histoire de marins. Son pas se fait de plus en plus lourd à mesure que le mystère pèse et plombe cette atmosphère marine poisseuse et lugubre. Mais Maigret s’obstine, à la recherche de l’essence même du drame qui lui échappe. Il tente, dans ce bar et à bord du chalutier à quai, de reconstituer le départ... Maigret soupire, mais à la lecture d’une lettre d’un vieil ami d’école, il demande à Mme Maigret de remplacer leurs immuables vacances en Alsace par un séjour à Fécamp. Le café du port de Fécamp baptisé « Au Rendez-vous des Terre-Neuvas », son atmosphère bruyante, enfumée, où les marins s’enivrent en rentrant de campagne. Le chalutier l’Océan est rentré après trois mois passés en mer. Cette campagne qui, dès le départ, semble placée sous le mauvais œil, se termine tragiquement par l’assassinat du capitaine dans le bassin du port. C’est le tout jeune télégraphiste Pierre Le Clinche qui est inculpé et l’ami de Maigret, impressionné par sa position et sa renommée dans la Police Judiciaire, lui demande d’innocenter le jeune homme. Mais les marins sont des taiseux lorsqu’ils ne sont plus uniquement entre eux. Maigret remarque rapidement que la colère suinte de partout dans cette histoire de marins. Son pas se fait de plus en plus lourd à mesure que le mystère pèse et plombe cette atmosphère marine poisseuse et lugubre. Mais Maigret s’obstine, à la recherche de l’essence même du drame qui lui échappe. Il tente, dans ce bar et à bord du chalutier à quai, de reconstituer le départ de cette campagne où le malaise s’est visiblement rapidement ressenti dans tout l’équipage. L’odeur aux alentours est tenace et salée avec toute cette morue que l’on décharge. Toujours avec des mots minutieusement choisis, sans besoin d’étalage, Simenon sait décrire les expressions faciales, les attitudes, les ressentis de peur et de malaise de ses personnages d’une manière saisissante. Une petite lecture de quelques heures dans une atmosphère pesante admirablement retranscrite, dans ce milieu de marins du temps des Terre-neuvas, avec des hommes victimes de passions destructrices. Un très bon Maigret où j’ai apprécié également la présence, bien que très discrète, de Mme Maigret.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Woland Posté le 28 Septembre 2014
    C'est la lettre d'un ancien camarade d'école, devenu lui-même instituteur à Quimper, qui contraint le commissaire Maigret, prêt à partir en vacances en Alsace, comme d'habitude chaque année, à se poser d'abord à Fécamp. Mme Maigret n'est pas très, très enthousiaste mais elle suit le mouvement et tous deux descendent à l'Hôtel de la Plage. Le fond de l'affaire ? Pierre Le Clinche, ancien élève de Jorissen, l'ex-camarade de classe de Maigret, s'est embarqué en qualité de télégraphiste sur "L'Océan", un chalutier parti pêcher la morue trois mois à Terre-Neuve. A peine rentré au port et l'équipage débarqué dans sa quasi intégralité, on retrouve le commandant, le capitaine Fallut, noyé dans le bassin. Et il est clair qu'il n'y est pas tombé par hasard ... Tout porte à croire que Le Clinche est l'assassin - ou, à tout le moins, qu'il est mêlé au crime d'une façon ou d'une autre. Son ancien professeur ne veut pas y croire, sa fiancée, Marie Léonnec, accourue en quatrième vitesse de Quimper, est dans le même cas, l'amour en plus et, de façon générale, il faut bien reconnaître que la réputation du jeune homme est bonne ... Alors ? ... C'est dans une atmosphère de... C'est la lettre d'un ancien camarade d'école, devenu lui-même instituteur à Quimper, qui contraint le commissaire Maigret, prêt à partir en vacances en Alsace, comme d'habitude chaque année, à se poser d'abord à Fécamp. Mme Maigret n'est pas très, très enthousiaste mais elle suit le mouvement et tous deux descendent à l'Hôtel de la Plage. Le fond de l'affaire ? Pierre Le Clinche, ancien élève de Jorissen, l'ex-camarade de classe de Maigret, s'est embarqué en qualité de télégraphiste sur "L'Océan", un chalutier parti pêcher la morue trois mois à Terre-Neuve. A peine rentré au port et l'équipage débarqué dans sa quasi intégralité, on retrouve le commandant, le capitaine Fallut, noyé dans le bassin. Et il est clair qu'il n'y est pas tombé par hasard ... Tout porte à croire que Le Clinche est l'assassin - ou, à tout le moins, qu'il est mêlé au crime d'une façon ou d'une autre. Son ancien professeur ne veut pas y croire, sa fiancée, Marie Léonnec, accourue en quatrième vitesse de Quimper, est dans le même cas, l'amour en plus et, de façon générale, il faut bien reconnaître que la réputation du jeune homme est bonne ... Alors ? ... C'est dans une atmosphère de bistrots empuantis par le rhum et les alcools forts, si chers au coeur des marins, surtout lorsqu'ils "font" Terre-Neuve, tout enfumés par les cigarettes brunes et les cigares de mauvaise qualité et sans cesse troublés par les bagarres des marins qui viennent boire leur solde toute neuve avant de repartir s'engager pour n'importe où et parfois, dans des conditions pires que les précédentes, en d'autres termes dans une atmosphère pesante, à couper au coupeau et où, dissimulé derrière sa pipe avec ses silences renfrognés, dubitatifs et même exaspérés, le commissaire a quelquefois bien du mal à distinguer les uns et les autres, que se déroule l'action. Cà et là, une échappée, au bord de la mer ou à l'Hôtel de la Plage, établissement plus classique et où clients difficiles et rixes d'ivrognes sont sévèrement proscrits. Hélas ! Ne voilà-t-il pas qu'y déboulent un beau jour - le Hasard, bien certainement - un certain Gaston Buzier, rentier-proxénète de son état ,et sa compagne, Adèle, née Noirhomme à Belleville. Le Clinche, qu'on vient de libérer faute de preuves et qui déjeune, l'air absent et malheureux, avec sa fiancée et les Maigret, en profite pour se tirer un coup de pistolet dans le ventre. Pour les marins du coin, qu'ils y aient embarqué ou pas, une seule explication est de mise : "L'Océan" avait la poisse. Et dès le début. La preuve : on n'avait pas encore retiré l'ancre qu'un homme tombait d'un mât et se brisait la jambe. Renvoyé illico dans ses foyers, la malheureux, encore bien content de s'en tirer à si bon compte ... Et puis, le deuxième ou le troisième jour après avoir pris la mer, voilà que le mousse du bord, Jean-Marie, est emporté par une lame ! Avec ça, l'équipage ne cesse d'évoquer le comportement de "fou" du capitaine, un homme pourtant posé d'habitude, que, à la stupeur de tous, on a vu ordonner de lancer les filets là où, de mémoire de Terre-Neuva, on n'avait jamais rencontré une seule morue. Un comportement qui avait déteint sur Le Clinche et sur le chef mécanicien : dès le troisième jour de voyage, ils rôdaient les uns autour des autres - et essentiellement autour de la cabine du capitaine, que celui-ci fermait désormais à clef - et on les suspectait de ne pas se déplacer sans arme. Oui, c'est comme ça, il y a des bateaux qui ont la poisse. Et tous, fatalistes, de hausser les épaules, attablés au zinc devant leur verre de rhum. Ca ne s'explique pas, la poisse, mais il faut s'en méfier. Même P'tit Louis, qui est né à Paris et n'a donc pas connu dans son enfance les contes et les histoires de matelot, partage l'avis des autochtones : la poisse, ça existe et il ne faut pas plaisanter avec elle. Fallut a plaisanté sans doute : il en est mort, l'imbécile. Bien qu'il admette volontiers que la vie est loin d'être un beau rêve toujours ensoleillé, Maigret suspecte au moins autant cette "poisse" dont tout le monde parle mais que personne n'a vue, que l'équipage de "L'Océan" et pratiquement tous ceux qui s'intéressent, d'une façon ou d'une autre, à Le Clinche. Mais il a beau faire et défaire les pièces du puzzle dont il dispose, il lui faudra un certain temps avant de comprendre. Et au lecteur aussi, d'ailleurs. Nous ne sommes pas ici en présence de l'une de ces aventures du commissaire où l'on devine très vite de l'identité de l'assassin. Là, c'est jusqu'au bout qu'on se pose des questions. Cela, ajouté à l'ambiance exceptionnelle et à la complexité certaine des personnages, m'incite à vous recommander tout particulièrement la lecture d'"Au Rendez-Vous des Terre-Neuvas." ;o)
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions OMNIBUS
Revivez chaque mois les chefs-d'œuvre classiques et populaires.