RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Bel-Ami

            12-21
            EAN : 9782266225205
            Code sériel : PPO
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Bel-Ami

            Murielle SZAC (Préface)
            Date de parution : 25/10/2012

            Le monde est une mascarade où le succès va de préférence aux crapules. La réussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir : le monde n’a guère changé. On rencontre toujours ? moins les moustaches ? dans les salles de rédaction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l’arrivisme et...

            Le monde est une mascarade où le succès va de préférence aux crapules. La réussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir : le monde n’a guère changé. On rencontre toujours ? moins les moustaches ? dans les salles de rédaction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l’arrivisme et du sexe.

            Comme Flaubert, mais en riant, Maupassant disait de son personnage, l’odieux Duroy : « Bel-Ami, c’est moi.» Et pour le cynisme, la fureur sensuelle, l’athéisme, la peur de la mort, ils se ressemblaient assez. Mais Bel-Ami ne savait pas écrire, et devenait l’amant et le négrier d’une femme talentueuse et brillante. Maupassant, lui, était un immense écrivain. Universel, déjà, mais par son réalisme, ses obsessions et ses névroses, encore vivant aujourd’hui.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266225205
            Code sériel : PPO
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            12-21
            1.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Biblioroz Posté le 13 Juin 2019
              Soir d'été étouffant en plein Paris. Quelques sous en poche, Georges Duroy hésite entre le dîner du lendemain ou un bock rafraîchissant pour égayer sa soirée. Hasard, chance, il rencontre un ancien camarade de régiment, devenu journaliste, qui va lui ouvrir les portes du beau monde derrière lesquelles il entrevoit rapidement les charmes de la richesse. Dans les premières pages, Georges est presque attendrissant. Rougissant, hésitant, intimidé, sa gène tend à être touchante… Mais dès sa première entrée chez son ami, les grandes glaces lui révèlent son reflet de bel homme, son irrésistible moustache frisottante, son maintien de séducteur. Son physique fera sa force. Oui, il veut fuir les murs tachés de son misérable logis, ses odeurs douteuses, la saleté des escaliers. Et il désire de l'amour, mais un amour riche de femme du monde. Et c'est justement vers ces femmes souvent oisives, si vite passionnées, si facilement séduites, qu'il se tournera pour gravir les marches vers cette richesse tant convoitée. Le « je vous aime » sera sa principale arme. Ces femmes ne seront d'ailleurs pas entièrement victimes de son jeu car elles sont aussi instigatrices en lui donnant de judicieux conseils. Rusé, il en prend vite de la graine et en devient un odieux... Soir d'été étouffant en plein Paris. Quelques sous en poche, Georges Duroy hésite entre le dîner du lendemain ou un bock rafraîchissant pour égayer sa soirée. Hasard, chance, il rencontre un ancien camarade de régiment, devenu journaliste, qui va lui ouvrir les portes du beau monde derrière lesquelles il entrevoit rapidement les charmes de la richesse. Dans les premières pages, Georges est presque attendrissant. Rougissant, hésitant, intimidé, sa gène tend à être touchante… Mais dès sa première entrée chez son ami, les grandes glaces lui révèlent son reflet de bel homme, son irrésistible moustache frisottante, son maintien de séducteur. Son physique fera sa force. Oui, il veut fuir les murs tachés de son misérable logis, ses odeurs douteuses, la saleté des escaliers. Et il désire de l'amour, mais un amour riche de femme du monde. Et c'est justement vers ces femmes souvent oisives, si vite passionnées, si facilement séduites, qu'il se tournera pour gravir les marches vers cette richesse tant convoitée. Le « je vous aime » sera sa principale arme. Ces femmes ne seront d'ailleurs pas entièrement victimes de son jeu car elles sont aussi instigatrices en lui donnant de judicieux conseils. Rusé, il en prend vite de la graine et en devient un odieux manipulateur. Mais être envieux ne cesse jamais, il existe toujours une fortune plus belle que la sienne. L'impatience grandissant au fil des pages, on se demande jusqu'où Maupassant va-t-il pousser la muflerie de ce Bel-Ami ! Univers de dîners, de causeries, d'opportunités financières, de charmes, d'adultères. L'approche de l'auteur est fine et incisive. Ce n'est pas sous le charme de Georges que je suis tombée mais plutôt sous celui de la plume De Maupassant. Après Une vie, j'y ai retrouvé avec un réel plaisir toute la beauté de cette écriture qui embellit chaque personnage, chaque décor et chaque scène sans jamais alourdir la progression de l'intrigue. La lumière, les lieux, les bruits, le souffle de divers effluves, tout cet environnement qui habille les manipulations séductrices de ce Bel-Ami est éblouissant. Même la fumée de cigarette s'envole poétiquement ! L'auteur sait aussi jouer avec les émotions en passant de l'effroi de la mort aux senteurs enivrantes de la vie. L'appétit de cette lecture s'aiguise proportionnellement à celle, insatiable, de ce beau dandy en pleine ascension sociale. Maupassant m'a définitivement séduite et je vais continuer la découverte de ses romans.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cerber08 Posté le 28 Mai 2019
              Je continue la découverte de cet auteur mythique du 20 dème siècle après "une vie", "bel ami", que j'ai trouvé tout autant intéressant que le premier. Toujours aussi bien écrit, de la vraie littérature et un héros ou anti-héros , ce Georges Du Roy un personnage sacrément subtil et usant de tous les subterfuges pour arriver à ces fins. Hâte de découvrir la suite de l'oeuvre !
            • marinedesvaux1 Posté le 21 Mai 2019
              Fichtre ! L'homme est habile et beau parleur. Par la seule force de son charme il arrive à montrer dans la société via les femmes qu'il possède et dépossède ensuite sans aucun remord. Seule sa maîtresse échappe aux malheurs des autres.
            • Phoenicia Posté le 18 Mai 2019
              Un classique du XIXe siècle dont je ne savais rien avant de commencer la lecture si ce n'est ce titre. Quelle surprise de constater que Maupassant choisit pour personnage éponyme un misérable. Car il s'agit bien de cela : Duroy alias Bel-Ami est ambitieux. Et pour satisfaire ses ambitions, il ne recule devant rien : arriviste, roué, intriguant, séducteur, Bel-Ami entend se faire une place dans le Monde et, fils de paysan, trouve une place dans un journal, devient nègre pour une femme qui est, à mes yeux, le personnage le plus réussi de ce roman, s'enrichit et promet de devenir un personnage politique influent... La fin de ce roman est des plus surprenante. [masquer] Je m'attendais à du sordide, à Bel-Ami triomphateur subitement déchu et non à ce succès[/masquer]. Aussi surprenante que soit la fin, elle me plaît. C'est un classique que j'ai lu avec plaisir. Challenge Hommage à Notre-Dame Challenge Multi-défis 2019 Challenge XIXe s Challenge Solidaire Challenge Le tour du scrabble en 80 jours (5e édition) Challenge 50 objets 2019-2020
            • Lucilou Posté le 2 Mai 2019
              Des romans de Maupassant, les deux que je préfère sont très différents l'un de l'autre. "Une Vie" distille une atmosphère lourde, pesante, oppressante et a quelque chose de très descriptif, de très terrien. "Bel-Ami" est plus aérien, rythmé et sans temps mort. Le premier est le fruit (très réussi) de nombreuses années de travail, "Bel-Ami" a été écrit plus rapidement et surtout pour paraître en feuilleton dans le "Gil Blas", ce qui explique sa cadence virevoltante. "Bel-Ami" se lit sans même y penser avec délice. George Duroy , le personnage principal, a tout de l'anti-héros: ambitieux et opportuniste, manipulateur, cet ancien sous officier des hussards ne recule devant rien pour parvenir et il parviendra, par sa plume de journaliste et surtout par les femmes. Elles sont nombreuses à graviter autour de lui, beau garçon au demeurant, et à perdre la tête pour un regard de leur "Bel-Ami"qui se sert de son charme comme d'une arme redoutable. Il y a la vive et jolie Clotilde de Marelle dont le mari est toujours absent et qui aime tant l'amour et la légèreté et vers laquelle notre Duroy semble toujours revenir. Il y a Madeleine Forestier, double féminin de Duroy, qu'elle finira par épouser... Des romans de Maupassant, les deux que je préfère sont très différents l'un de l'autre. "Une Vie" distille une atmosphère lourde, pesante, oppressante et a quelque chose de très descriptif, de très terrien. "Bel-Ami" est plus aérien, rythmé et sans temps mort. Le premier est le fruit (très réussi) de nombreuses années de travail, "Bel-Ami" a été écrit plus rapidement et surtout pour paraître en feuilleton dans le "Gil Blas", ce qui explique sa cadence virevoltante. "Bel-Ami" se lit sans même y penser avec délice. George Duroy , le personnage principal, a tout de l'anti-héros: ambitieux et opportuniste, manipulateur, cet ancien sous officier des hussards ne recule devant rien pour parvenir et il parviendra, par sa plume de journaliste et surtout par les femmes. Elles sont nombreuses à graviter autour de lui, beau garçon au demeurant, et à perdre la tête pour un regard de leur "Bel-Ami"qui se sert de son charme comme d'une arme redoutable. Il y a la vive et jolie Clotilde de Marelle dont le mari est toujours absent et qui aime tant l'amour et la légèreté et vers laquelle notre Duroy semble toujours revenir. Il y a Madeleine Forestier, double féminin de Duroy, qu'elle finira par épouser une fois veuve et qui lui apprend le journalisme avec brio. Il y a enfin l'embarrassante et trop passionnée Madame Walter, et sa fille (!) Suzanne Walter, naïve et sans défense face à George. Au gré de ses aventures amoureuses, Duroy se hisse au sommet, n'hésitant pas non plus, pour ce faire, à dévoiler un sombre délit d'initié orchestré par le ministre des affaires étrangères où à avoir recours au chantage... Ce roman mené tambour battant, c'est donc le roman de l'ambition, de celle qui ne fait qu'une bouchée des principes et de la moral, c'est celui du cynisme et de l'ironie dont Maupassant, qu'on sent bien désillusionné, se fait le peintre. Étrangement et malgré cette ombre qui point, le roman reste jouissif et George Duroy, tout s...... qu'il soit reste bien trop sympathique (moins qu'un Rastignac mais plus qu'un Lucien de Rubempré)... sans doute parce que l'auteur a su -et c'est tout à son honneur- le rendre incroyablement humain.
              Lire la suite
              En lire moins
            12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
            Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !