Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225205
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Bel-Ami

Murielle SZAC (Préface)
Date de parution : 25/10/2012

Le monde est une mascarade où le succès va de préférence aux crapules. La réussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir : le monde n’a guère changé. On rencontre toujours ? moins les moustaches ? dans les salles de rédaction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l’arrivisme et...

Le monde est une mascarade où le succès va de préférence aux crapules. La réussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir : le monde n’a guère changé. On rencontre toujours ? moins les moustaches ? dans les salles de rédaction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l’arrivisme et du sexe.

Comme Flaubert, mais en riant, Maupassant disait de son personnage, l’odieux Duroy : « Bel-Ami, c’est moi.» Et pour le cynisme, la fureur sensuelle, l’athéisme, la peur de la mort, ils se ressemblaient assez. Mais Bel-Ami ne savait pas écrire, et devenait l’amant et le négrier d’une femme talentueuse et brillante. Maupassant, lui, était un immense écrivain. Universel, déjà, mais par son réalisme, ses obsessions et ses névroses, encore vivant aujourd’hui.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225205
Code sériel : PPO
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Hermex Posté le 21 Juin 2020
    4 étoiles parlant d'elle-même, c'est à lire. Le style de vie de l'époque et les relations inter personnages sont très enrichissants. Cela amène à réfléchir : "comment réussir dans la société de l'epoque ?( 19e) " Et pourquoi pas même "comment réussir dans la société actuelle?" Au fond peu de choses ont changées. Roman montrant une ascension sociale, il donne l'envie de réussir, si même une "mauvaise graine" y arrive ( pour reprendre les mots de Maupassant) alors pourquoi pas moi ? Voila ce que transmet ce roman. Maintenant parlons de l'étoile manquante, un défaut, un seul, on parle d'un roman réaliste n'est ce pas ? Alors pourquoi l'ascension de la société par les femmes ? Un fantasme peut-être mais aucunement réaliste, le cadre l'est mais pas la méthode, méthode utilisée TOUT le roman. Il faut bien chipoter après tout haha :) Sur ce, bonne lecture !
  • Supergrass Posté le 13 Juin 2020
    Vraiment excellent et très bien écrit !
  • lolo97 Posté le 7 Juin 2020
    C'était un livre pour l'école et je suis mitigée, car c'est une lecture très difficile et longue. Je n'ai pas aimé l'attitude du personnage avec les femmes, c'est ce que l'auteur a voulu nous faire ressentir. Au début, il est attachant mais plus on avance dans la nouvelle, plus il est hautain et méprisable.
  • Raven27 Posté le 23 Mai 2020
    C’est toujours un plaisir de lire un roman de Maupassant, et celui-ci n’est pas pour me contredire. Tout au long du récit, la plume de l’auteur est pleine de métaphores et enrichit certains passages qui auraient pu paraître superficiels chez d’autres auteurs. Dans ce récit, nous faisons la rencontre de Bel-Ami, un manipulateur et aguicheur avide de pouvoir, qui veut à tout prix gravir les échelons de la société pour enfin obtenir la reconnaissance de ses pairs. Et pour cela, rien de mieux que de courtiser des jeunes femmes influentes et fort riches dans cette société patriarche du XIXeme siècle. Il m’a tout de suite fait penser à une version plus romantique de Julien Sorel. Madeleine Forestier est pour moi le personnage le plus intéressant du roman. Elle représente le rôle des femmes dans la société, qui est primordial, bien qu’on le néglige. On le voit quand elle écrit elle-même les articles de presse de ses maris. C’est aussi un symbole d’émancipation, car elle réussit comme George Duroy à obtenir de l’argent en séduisant les hautes sphères de la société, prouvant ainsi que les femmes peuvent elles aussi être de fines stratèges. En somme, un classique très sympathique, qu’il faut avoir lu.
  • jullius Posté le 21 Mai 2020
    Si c'était un pays, il n'y ferait que froid. Si son cœur battait, ce ne serait que « pour moi ». S'il avait une conscience : toute faite de surmoi. S'il avait religion, il lui manquerait la foi. S'il était un enfant, il serait fils de roi, Sidérant par l'orgueil de son joli minois. S'il savait d'où il vient, comme on pense qu'il le croit, Signerait de son nom plutôt que : De Sournois ! S'il avait de l'esprit, qui ne soit pas retord, Sinueux et cruel… il fallut qu'il soit mort... S'il était anagramme, il ne serait que sonore ; Bel ami met l'habit et croit que ça l'honore. S'il était vraiment homme, il serait moins animal, Sifflant, sonnant, mais faux, ainsi que le crotale. Si c'était un péché, doublement capital, Simulant ses envies en vertus cardinales. … Maupassant a dépeint le portrait de l'Envie : Georges Duroy, le cupide, qui croit que c'est Une vie. Sa stratégie pour être se joue de toutes les âmes, Trompe, exploite, louvoie... a le goût de l'infâme.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !