Lisez! icon: Search engine
12-21
EAN : 9782266225236
Code sériel : 12359
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Carmen

Sarah VAJDA (Préface)
Date de parution : 25/10/2012

Boulevardier parisien et haut fonctionnaire familier des salons, Mérimée aimait les femmes et était aimé d’elles. Mais jamais il n’aurait osé vivre une passion pour un personnage d’une liberté sauvage comme Carmen, femme fatale et tragique qui conduira son amant au meurtre et au néant.
Don José est le pantin de...

Boulevardier parisien et haut fonctionnaire familier des salons, Mérimée aimait les femmes et était aimé d’elles. Mais jamais il n’aurait osé vivre une passion pour un personnage d’une liberté sauvage comme Carmen, femme fatale et tragique qui conduira son amant au meurtre et au néant.
Don José est le pantin de la gitane immortelle, de la cigarière féroce qui le mène à sa perte. Devant son regard sombre et ses accroche-cœurs, ce gaillard à l’épée facile est condamné à ramper. Elle le trompe, le nargue, le trompe encore. Carmen est un démon. Quand il s’en rendra compte, il sera trop tard.
Tous les feux brûlants de l’Espagne passent dans ce furieux chef-d’œuvre ordonné comme une corrida avec mise à mort finale. Une merveille de cruauté au style calme et impassible vers lequel l’opéra, le cinéma et le ballet ne cesseront de revenir.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266225236
Code sériel : 12359
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Golanar Posté le 21 Juillet 2020
    Quelle joie de découvrir ce texte ! Il est mille fois plus riche que l'opéra. La parole est donnée à don José qui nous livre un récit ancré dans la chair.
  • Kaky Posté le 20 Juillet 2020
    Je ne connaissais pas l’opéra de Carmen et je ne connaissais pas non plus Mérimée. Je ne suis pas certaine que c’était une bonne idée de commencer comme cela pour cet auteur. Ce n’est pas que je n’ai pas aimé, mais je n’ai pas adoré non plus. Je tenterai de nouveau pour m’en faire une meilleure idée 😊
  • LecturesdeKB Posté le 21 Mai 2020
    J'ai beaucoup aimé cette nouvelle. L'histoire est très courte mais attirante. L'histoire d'amour de Don José et Carmen m'a rappelé des histoires racontées par Racine et Corneille. Ainsi que le style de Mérimée n'est pas moins que celui de ces 2 grands dramaturges classiques. Une nouvelle magnifique que j'ai lue avec plaisir il y a plusieurs années.
  • BazaR Posté le 13 Avril 2020
    Je n’aime pas beaucoup l’histoire de Carmen. Que ce soit l’opéra ou des films comme Carmen Jones, je n’ai jamais été attiré. Mais je n’avais pas essayé la novella de Prosper Mérimée, alors que l’auteur lui-même m‘avait bien plu dans sa Vénus d’Ille. Tourneboulé par le virus comme je suis depuis un mois, je me suis dit « pourquoi pas ? » Eh ben c’était pas si mal, en fait. Evidemment, ce qui m’a plu n’a que peu de rapports avec Carmen et Don José. Comme dans Vénus, l’auteur se met en scène en tant que narrateur. Il est en Andalousie afin d’éclairer sa lanterne sur la bataille de Munda – qui opposa Jules César aux derniers Républicains. Et c’est en sa baladant au sein d’une vallée paumée qu’il rencontre Don José et va s’intéresser à son histoire. Une histoire qui n’occupe que le chapitre 3 (sur 4). Celle-ci est toujours aussi pathétique. J’ai encore eu cette impression de voir Brigitte Bardot faire tourner en bourrique son amoureux fou dans La Femme et le Pantin. Dans les deux cas, un pauvre gars est pris dans les filets d’une femme qui est avant tout un esprit libre et refuse de se faire mettre en cage. Don... Je n’aime pas beaucoup l’histoire de Carmen. Que ce soit l’opéra ou des films comme Carmen Jones, je n’ai jamais été attiré. Mais je n’avais pas essayé la novella de Prosper Mérimée, alors que l’auteur lui-même m‘avait bien plu dans sa Vénus d’Ille. Tourneboulé par le virus comme je suis depuis un mois, je me suis dit « pourquoi pas ? » Eh ben c’était pas si mal, en fait. Evidemment, ce qui m’a plu n’a que peu de rapports avec Carmen et Don José. Comme dans Vénus, l’auteur se met en scène en tant que narrateur. Il est en Andalousie afin d’éclairer sa lanterne sur la bataille de Munda – qui opposa Jules César aux derniers Républicains. Et c’est en sa baladant au sein d’une vallée paumée qu’il rencontre Don José et va s’intéresser à son histoire. Une histoire qui n’occupe que le chapitre 3 (sur 4). Celle-ci est toujours aussi pathétique. J’ai encore eu cette impression de voir Brigitte Bardot faire tourner en bourrique son amoureux fou dans La Femme et le Pantin. Dans les deux cas, un pauvre gars est pris dans les filets d’une femme qui est avant tout un esprit libre et refuse de se faire mettre en cage. Don José y joue sa carrière militaire, et perd. Pour accompagner sa belle, il se fera contrebandier, voleur, assassin. N’importe quoi pour voir la passion briller dans les yeux de Carmen. L’auteur le retrouvera en prison, où Don José (qui n’est pas andalou mais bien Basque, cet aspect est bien utilisé dans l’histoire) lui racontera ses malheurs avant son exécution. Autre qualité du récit : cette ambiance du sud de l’Espagne si étouffante et envoutante. Les rives du Guadalquivir, Cordoue, Séville. Les Anglais de Gibraltar (les Écrevisses, nommés ainsi à cause de la couleur de l’uniforme), la chaleur, les vallées de la Sierra Nevada. Et aussi le milieu bohémien, jamais dénigré. Prosper Mérimée en fait le sujet de son dernier chapitre qui parut quelques temps après le reste. Il aurait pu s’en passer à mon avis. Cela n’apporte rien au récit.
    Lire la suite
    En lire moins
  • BookFan Posté le 25 Mars 2020
    "L'amour est enfant de bohème, il n'a jamais jamais connu de loi..." J'ai eu la chance de grandir avec l'histoire de Carmen, femme forte, libre, loin des règles et des convenances. Le texte de Mérimée, bien que plus distant des contrées hispaniques de l'opéra de Bizet, présente superbement cette histoire passionnante et envoutante.
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !