Lisez! icon: Search engine
Super 8
EAN : 9782370560117
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Carter contre le diable

Date de parution : 10/04/2014
Entrez dans un monde où tout est illusion.

1920, San Francisco. Carter le Grand, l’un des prestidigitateurs les plus célèbres du pays, donne ce soir-là un spectacle exceptionnel devant le président des États-Unis, Warren G. Harding, qu’il invite sur scène pour participer à l’un de ses stupéfiants numéros. La représentation est un triomphe mais, quelques heures plus tard, le...

1920, San Francisco. Carter le Grand, l’un des prestidigitateurs les plus célèbres du pays, donne ce soir-là un spectacle exceptionnel devant le président des États-Unis, Warren G. Harding, qu’il invite sur scène pour participer à l’un de ses stupéfiants numéros. La représentation est un triomphe mais, quelques heures plus tard, le président meurt mystérieusement dans sa chambre d’hôtel. Sachant qu’il va être suspecté, Carter disparaît afin de mener sa propre enquête. Aurait-il eu des raisons de se débarrasser du locataire de la Maison Blanche ? L’agent Griffin, des services secrets, se lance alors à ses trousses. Mais affronter un génie du trompe-l’œil et de l’illusion tel que Carter ne va pas être chose aisée.
 
Avec cette formidable histoire de manipulations basée sur des personnages ayant réellement existé, Glen David Gold nous donne à la fois un palpitant thriller historique dans lequel tous les tours sont permis, et un portrait magistral de l’Amérique des années 1920.

Carter contre le diable a été élu meilleur livre de l’année par le Washington Post et le Los Angeles Times.
Les droits d’adaptation ont été acquis par la Warner, Johnny Depp est pressenti pour interpréter le rôle de Carter le Grand.

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782370560117
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Brooklyn_by_the_sea Posté le 31 Juillet 2020
    Ca va être compliqué : comment faire la chronique d'un roman quand on est tombée amoureuse du personnage principal ? Ca se passe aux Etats-Unis, au début du XXème siècle, et l'histoire s'inspire de personnages réels, dont Charles Carter, magicien de grand renom, soupçonné dans ce roman d'avoir assassiné le Président Harding à l'issue d'une représentation. S'ensuivent une course avec les services secrets et la quête des plans d'une invention révolutionnaire, mais l'essentiel est ailleurs. Ce livre est un hymne à la magie et au merveilleux, il célèbre le pouvoir des rêves : avec Carter, rien n'est impossible. Fermez les yeux, imaginez quelque chose de gigantesque, de fou, de féérique ; ouvrez les yeux, c'est devant vous. C'est si salutaire de lire un roman qui laisse ainsi la part belle à la fantaisie ! Ca m'a carrément transportée. Et puis, il y a la découverte du monde des magiciens du début du siècle (Houdini, Thurston...), de leur fonctionnement, leurs tournées gigantesques, leurs décors fabuleux, et comme j'aurais aimé assister à leurs spectacles grandioses ! Mais ce n'est pas tout : ce livre est aussi un récit introspectif autour du personnage de Carter -mélancolique, seul (même entouré), fataliste et optimiste, audacieux, délicat, calme, confiant, méditatif,... Ca va être compliqué : comment faire la chronique d'un roman quand on est tombée amoureuse du personnage principal ? Ca se passe aux Etats-Unis, au début du XXème siècle, et l'histoire s'inspire de personnages réels, dont Charles Carter, magicien de grand renom, soupçonné dans ce roman d'avoir assassiné le Président Harding à l'issue d'une représentation. S'ensuivent une course avec les services secrets et la quête des plans d'une invention révolutionnaire, mais l'essentiel est ailleurs. Ce livre est un hymne à la magie et au merveilleux, il célèbre le pouvoir des rêves : avec Carter, rien n'est impossible. Fermez les yeux, imaginez quelque chose de gigantesque, de fou, de féérique ; ouvrez les yeux, c'est devant vous. C'est si salutaire de lire un roman qui laisse ainsi la part belle à la fantaisie ! Ca m'a carrément transportée. Et puis, il y a la découverte du monde des magiciens du début du siècle (Houdini, Thurston...), de leur fonctionnement, leurs tournées gigantesques, leurs décors fabuleux, et comme j'aurais aimé assister à leurs spectacles grandioses ! Mais ce n'est pas tout : ce livre est aussi un récit introspectif autour du personnage de Carter -mélancolique, seul (même entouré), fataliste et optimiste, audacieux, délicat, calme, confiant, méditatif, drôle, cultivé et intelligent (comment ne pas tomber amoureuse ?). Rarement un personnage m'a paru aussi "palpable" ; il m'a fascinée, j'ai adoré effleurer ses failles. Je n'avais pas envie de finir ce livre trop vite, pour rester le plus longtemps avec lui. C'est donc un roman enchanteur, grave et léger, tendre et puissant ; un tour de force réalisé par Glen David Gold. Je ne peux que vous inviter à ce voyage, à votre tour. Et encore un grand merci à CasusBelli, pour ses découvertes fantastiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 1 Novembre 2019
    Entre 1890 et 1930, le divertissement était l’apanage des hommes de scène, des gens du cirque et des prestidigitateurs qui ravissaient les foules, captivées par les prouesses d’agilité, d’imagination et de courage de ces amuseurs professionnels. Glen David Gold nous entraîne sur les traces de Charles Carter, dit "Carter le Grand", l’un des illusionnistes les plus réputés de l’âge d’or de la prestidigitation. Si le héros du roman a bel et bien existé, le récit est une œuvre de fiction, qui joue avec l’histoire comme Carter avec ses artifices et nous grise de mystifications et de rebondissements. Le rideau se lève à San Francisco, où Carter bénéficie de l’aimable concours du président des États-Unis, Warren Harding, pour un numéro exceptionnel qui terrorise le public. Comble de malchance, deux heures plus tard Harding trépasse mystérieusement dans sa chambre d’hôtel. Plutôt que de risquer le lynchage, le magicien prend la fuite et laisse les agents perplexes: comment venir à bout d’une enquête quand on a face à soi un génie du trompe-l’œil. Il y a quelques semaines Nathalie vous proposez sa chronique sur ce merveilleux livre.Aujourd'hui je viens vous en reparler à l'occasion de sa sortie en poche. J'avais lu ce roman lors de... Entre 1890 et 1930, le divertissement était l’apanage des hommes de scène, des gens du cirque et des prestidigitateurs qui ravissaient les foules, captivées par les prouesses d’agilité, d’imagination et de courage de ces amuseurs professionnels. Glen David Gold nous entraîne sur les traces de Charles Carter, dit "Carter le Grand", l’un des illusionnistes les plus réputés de l’âge d’or de la prestidigitation. Si le héros du roman a bel et bien existé, le récit est une œuvre de fiction, qui joue avec l’histoire comme Carter avec ses artifices et nous grise de mystifications et de rebondissements. Le rideau se lève à San Francisco, où Carter bénéficie de l’aimable concours du président des États-Unis, Warren Harding, pour un numéro exceptionnel qui terrorise le public. Comble de malchance, deux heures plus tard Harding trépasse mystérieusement dans sa chambre d’hôtel. Plutôt que de risquer le lynchage, le magicien prend la fuite et laisse les agents perplexes: comment venir à bout d’une enquête quand on a face à soi un génie du trompe-l’œil. Il y a quelques semaines Nathalie vous proposez sa chronique sur ce merveilleux livre.Aujourd'hui je viens vous en reparler à l'occasion de sa sortie en poche. J'avais lu ce roman lors de sa première sortie en septembre 2002. J'avais déjà été totalement subjuguée par ce titre à l'époque. Mais je ne sais pas pourquoi l'éditeur M. Lafon ne l'a pas mis en avant et ce livre est totalement passé inaperçu parmi les centaines d'autres qui faisaient la rentrée littéraire de 2002 et les romans qui devaient être sélectionné pour les prix de l’automne.Heureusement il a fait son grand retour l'an dernier. Pour inauguré leur nouvelle maison d'édition, Super 8 Editions a republié "Carter contre le Diable". Et d'une pierre deux coups, on a redécouvert ce livre et en plus un surprenant éditeur nous a été révélé. Mots de l'éditeur : Entrez dans un monde où tout est illusion. 1920, San Francisco. Carter le Grand, l'un des prestidigitateurs les plus célèbres du pays, donne ce soir-là un spectacle exceptionnel devant le président des États-Unis, Warren G. Harding, qu'il invite sur scène pour participer à l'un de ses stupéfiants numéros. La représentation est un triomphe mais, quelques heures plus tard, le président meurt mystérieusement dans sa chambre d'hôtel. Sachant qu'il va être suspecté, Carter disparaît afin de mener sa propre enquête. Aurait-il eu des raisons de se débarrasser du locataire de la Maison Blanche ? L'agent Griffin, des services secrets, se lance alors à ses trousses. Mais affronter un génie du trompe-l'œil et de l'illusion tel que Carter ne va pas être chose aisée. Avec cette formidable histoire de manipulations basée sur des personnages ayant réellement existé, Glen David Gold nous donne à la fois un palpitant thriller historique dans lequel tous les tours sont permis, et un portrait magistral de l'Amérique des années 1920. Carter contre le diable a été élu meilleur livre de l'année par le Washington Post et le Los Angeles Times. Les droits d'adaptation ont été acquis par la Warner, Johnny Depp est pressenti pour interpréter le rôle de Carter le Grand.
    Lire la suite
    En lire moins
  • pepytoh Posté le 2 Septembre 2017
    Une réussite totale si tant est que l'on aime le monde la magie. Etant passionné des arts de la scène en général, je n'ai pu qu'apprécier l'histoire que nous déroule Glen David Gold. Le roman est énorme mais on se laisse rapidement emporter par l'histoire qui nous transporte dans un autre monde. Il s'agit du premier livre de Super 8 édition que j'ai pu lire. Une bonne découverte qui m'a donné envie de suivre cette maison d'édition. De plus, chaque couverte est reconnaissable et permet de découvrir des talents oubliés.
  • sl972 Posté le 14 Octobre 2016
    Nous sommes à San Francisco en 1923. Carter le Grand exécute son spectacle devant un invité de marque, le Président des Etats-Unis, Warren Harding, en personne. Pour le magicien, la situation n’a rien d’extraordinaire ; après tout, il s’est déjà produit devant des princes, des rois et des empereurs. Qu’est-ce qu’un chef d’Etat supplémentaire face à cette liste impressionnante ? Mais cette soirée n’a rien d’ordinaire. En effet, Harding décède la nuit même, après avoir participé à l’n des numéros de Carter. Le magicien est-il en cause ? En tout cas, il est le principal suspect et l’agent Griffin du Service secret compte bien prouver sa culpabilité. Mais pourquoi Carter aurait-il tué le Président ? Est-ce lié au secret que détenait Harding et qui semblait peser sur sa conscience ? Pour un premier roman, c’est une réussite. Glen David Gold s’empare du personnage de Charles Carter, magicien du début du XX° siècle qui s’est fait connaître sous le nom de Carter le Grand, pour en faire le personnage principal d’un roman palpitant et dépourvu de temps morts. Outre l’intrigue policière, Glen David Gold nous propose une biographie romancée de Carter le Grand, au moyen de nombreux allers-retours entre l’année 1923 et la jeunesse de... Nous sommes à San Francisco en 1923. Carter le Grand exécute son spectacle devant un invité de marque, le Président des Etats-Unis, Warren Harding, en personne. Pour le magicien, la situation n’a rien d’extraordinaire ; après tout, il s’est déjà produit devant des princes, des rois et des empereurs. Qu’est-ce qu’un chef d’Etat supplémentaire face à cette liste impressionnante ? Mais cette soirée n’a rien d’ordinaire. En effet, Harding décède la nuit même, après avoir participé à l’n des numéros de Carter. Le magicien est-il en cause ? En tout cas, il est le principal suspect et l’agent Griffin du Service secret compte bien prouver sa culpabilité. Mais pourquoi Carter aurait-il tué le Président ? Est-ce lié au secret que détenait Harding et qui semblait peser sur sa conscience ? Pour un premier roman, c’est une réussite. Glen David Gold s’empare du personnage de Charles Carter, magicien du début du XX° siècle qui s’est fait connaître sous le nom de Carter le Grand, pour en faire le personnage principal d’un roman palpitant et dépourvu de temps morts. Outre l’intrigue policière, Glen David Gold nous propose une biographie romancée de Carter le Grand, au moyen de nombreux allers-retours entre l’année 1923 et la jeunesse de Carter. C’est l’occasion de découvrir ce qui l’a poussé vers la magie et ce qui l’a amené à sa situation au moment où se passe l’histoire. Le rythme de ce roman est entraînant, le style fluide et plaisant à lire. On se laisse porter par la plume de l’auteur d’un chapitre à l’autre et on ne s’ennuie à aucun moment. L’histoire est intéressante, à la fois roman policier, biographie romancée, roman historique et chronique sociale. Le maître-mot à retenir : magie ! Car c’est bien de magie qu’il s’agit. Attendez-vous à des surprises…
    Lire la suite
    En lire moins
  • chroniquesdurenard Posté le 4 Avril 2016
    Carter contre le diable est une œuvre magique, ingénieuse et malicieuse qui nous plonge dans le passé et l’univers d’un célèbre magicien, Charles Joseph Carter dit « Carter le Grand ». Ce récit biographique est avant tout une fresque épique romancée, peinte par Glen David Gold, auteur en or, qui prend indubitablement des libertés avec la réalité. Le premier acte plante durablement le décor car il s’ouvre sur un meurtre, celui du président des États-Unis, Sir Warren G. Harding. Le cachotier s’est éteint peu après avoir assisté à une représentation du célèbre illusionniste à San Francisco. Ce scandale national, qui va naturellement mener les enquêteurs à soupçonner l’illustre magicien, apparait comme la toile de fond de l’histoire. Dès le début, le lecteur émerveillé est plongé dans la vie du jeune Charles, qui se découvre rapidement une passion pour la magie et l’extraordinaire. Engagé dans une troupe d’artistes en tout genre contre l’avis de ses parents, il y fera ses gammes avant de devenir un brillant magicien, tantôt fragile et copieur, tantôt fort et créateur. Au fur et à mesure, la vie de cet homme nous devient familière et on s’attache à lui mais aussi aux autres personnages qui peuplent ses souvenirs et... Carter contre le diable est une œuvre magique, ingénieuse et malicieuse qui nous plonge dans le passé et l’univers d’un célèbre magicien, Charles Joseph Carter dit « Carter le Grand ». Ce récit biographique est avant tout une fresque épique romancée, peinte par Glen David Gold, auteur en or, qui prend indubitablement des libertés avec la réalité. Le premier acte plante durablement le décor car il s’ouvre sur un meurtre, celui du président des États-Unis, Sir Warren G. Harding. Le cachotier s’est éteint peu après avoir assisté à une représentation du célèbre illusionniste à San Francisco. Ce scandale national, qui va naturellement mener les enquêteurs à soupçonner l’illustre magicien, apparait comme la toile de fond de l’histoire. Dès le début, le lecteur émerveillé est plongé dans la vie du jeune Charles, qui se découvre rapidement une passion pour la magie et l’extraordinaire. Engagé dans une troupe d’artistes en tout genre contre l’avis de ses parents, il y fera ses gammes avant de devenir un brillant magicien, tantôt fragile et copieur, tantôt fort et créateur. Au fur et à mesure, la vie de cet homme nous devient familière et on s’attache à lui mais aussi aux autres personnages qui peuplent ses souvenirs et les différentes étapes de son histoire. En parallèle, on suit l’avancement de l’enquête à travers les yeux de notre brave Griffin, inspecteur mal-aimé mais tenace, qui compte bien prouver que ce magicien ayant pris la fuite à la mort du président, est le coupable de cet odieux meurtre. En définitif, on adore ce livre qui nous emporte dans un univers méconnu et singulier. Qui n’a jamais voulu connaitre les secrets de certains tours de magie, qu’il s’agisse d’un simple tour de cartes ou de la disparation inexpliquée d’un éléphant sur scène ? Notre âme d’enfant en redemande ! L’auteur nous fait également côtoyer le majestueux Houdini, des artistes peu scrupuleux ou encore des inventeurs de génie. Mais plus important encore, Glen David Gold nous tient en haleine tout au long du roman ! On va de rebondissements en boniments. Le style de l’auteur réussit à nous passionner et même si certains passages sont plus calmes, ils participent à la compréhension du personnage et du tout. Très bien ficelée, l’histoire m’a fascinée et la fin m’a littéralement laissée bouche bée. On sent que rien n’a été laissé au hasard et que tous les éléments finissent par s’imbriquer. Rien ni personne n’est oublié et c’est cela qui fait la beauté de cette merveilleuse œuvre littéraire, au doux parfum de mystère. Vous l’aurez compris, vous serez – abracadabra – conquis !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Il ne s'agit pas d'une newsletter classique. Il s'agit d'une promesse. La promesse de prendre, reprendre ou cultiver le goût de la lecture. La promesse de ne rien manquer de l'actualité de Lisez.