RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            C'est Mozart qu'on assassine

            Robert Laffont
            EAN : 9782221137390
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            C'est Mozart qu'on assassine

            Date de parution : 19/12/2013

            « Ce qui me tourmente... c'est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné... »

            Cette phrase de Saint-Exupéry a inspiré le titre de ce roman, car il s'agit bien d'un assassinat et peut-être le plus grave de tous : l'assassinat moral d'un petit garçon de sept ans, Martin, par ses...

            « Ce qui me tourmente... c'est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné... »

            Cette phrase de Saint-Exupéry a inspiré le titre de ce roman, car il s'agit bien d'un assassinat et peut-être le plus grave de tous : l'assassinat moral d'un petit garçon de sept ans, Martin, par ses parents, Marc et Agnès Lapresle. Marc Lapresle, homme d'affaires important, s'éprend à quarante ans d'une jeune femme de quinze ans sa cadette, Marion. Sa femme l'apprend et décide de divorcer. La procédure classique est engagée.

            Aux parents, tout paraît simple. Mais l'enfant que l'on confie juridiquement à des gardes successives change chaque fois de planète et va faire, à l'insu de tous, l'apprentissage de la violence, de l'impureté et de l'égoïsme. Car tels sont bien les traits marquants de ce siècle si fier de lui et qui croit notamment avoir, pour les enfants, fait plus que tout autre, alors qu'en vérité, chaque jour, il « assassine Mozart » en eux.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221137390
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Wyoming Posté le 20 Juillet 2018
              Encore un bon roman de Cesbron dans son époque, complètement décalé aujourd'hui où les familles recomposées sont nombreuses et "fonctionnent" quelquefois parfaitement bien. Donc, le divorce dans les années soixante vu par Cesbron est certes intéressant mais plus, me semble-t-il, à titre de document d'époque, même si le vécu des enfants de nos jours peut être comparable sur quelques points.
            • allard95 Posté le 9 Juin 2018
              Au travers de l'histoire d'un garçon de 8 ans, dont les parents, riches citadins parvenus, organisent leur divorce suite au infidélités du Monsieur, G.Cesbron affirme ses thèses. La suprématie des valeurs des gens simples, pauvres et de province, qui se contentent de leur sort et savent construire leur bonheur avec peu, par rapport à la vaine fuite en avant des puissants, trop bien pourvus, toujours insatisfaits, aux besoins futiles et à la vie creuse. Et aussi, et surtout, cela: chaque enfant serait un Mozart en puissance, que les adultes ont le devoir d'aider à se révéler. Or placer un enfant face au spectacle de la déchirure de ses parents constitue une violence qui relève de la maltraitance: Mozart ne pourra s'épanouir, il paiera de prix de l'égoïsme des adultes, et supportera des souffrances psychologiques non méritées et inscrites en lui à jamais. Ce roman a été publié en 1966; les divorces étaient rares: on pensait souvent à l'époque qu'il était moins grave de montrer à un enfant le spectacle de tensions et querelles quotidiennes, au sein d'un couple officiellement resté uni, plutôt que d'entériner la rupture, et de ballotter sa progéniture d'un appartement à l'autre, d'un parent à l'autre, et... Au travers de l'histoire d'un garçon de 8 ans, dont les parents, riches citadins parvenus, organisent leur divorce suite au infidélités du Monsieur, G.Cesbron affirme ses thèses. La suprématie des valeurs des gens simples, pauvres et de province, qui se contentent de leur sort et savent construire leur bonheur avec peu, par rapport à la vaine fuite en avant des puissants, trop bien pourvus, toujours insatisfaits, aux besoins futiles et à la vie creuse. Et aussi, et surtout, cela: chaque enfant serait un Mozart en puissance, que les adultes ont le devoir d'aider à se révéler. Or placer un enfant face au spectacle de la déchirure de ses parents constitue une violence qui relève de la maltraitance: Mozart ne pourra s'épanouir, il paiera de prix de l'égoïsme des adultes, et supportera des souffrances psychologiques non méritées et inscrites en lui à jamais. Ce roman a été publié en 1966; les divorces étaient rares: on pensait souvent à l'époque qu'il était moins grave de montrer à un enfant le spectacle de tensions et querelles quotidiennes, au sein d'un couple officiellement resté uni, plutôt que d'entériner la rupture, et de ballotter sa progéniture d'un appartement à l'autre, d'un parent à l'autre, et aussi de l'immerger dans une famille dite aujourd'hui "recomposée" en lui imposant une nouvelle mère, un nouveau père, de nouveaux frères et soeurs et pourquoi pas, de nouveaux grands-parents tant que l'on y est. Nous sommes donc face à deux thèses, et à deux époques, chacune ayant résolu, à sa manière, et probablement mal, le dilemme. Si l'on met de côté cet aspect (majeur) du roman, on retiendra aussi une langue magnifique, des passages fort réussis notamment sur la vie à la campagne, les choses et les gens simples, la nature, la vie quotidienne. Tout cela a délicieusement vieilli, dans la forme comme dans le fond, mais c'est quand même un vrai plaisir de relire, de temps en temps, un livre écrit en bon français.
              Lire la suite
              En lire moins
            • luis1952 Posté le 16 Avril 2018
              Un fort joli roman, devenu un classique. L'Univers de Martin, gamin de 7 ans, va basculer le jour où ses parents envisagent de divorcer. Il lui faut alors aller vivre ailleurs, chez la nourrice, puis chez le grand-père, mais à la fin tout rentrera dans l'ordre.
            • fabienne1809 Posté le 21 Décembre 2017
              J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce roman... Plus de cinquante pages avant de m'accrocher... Peut-être la perte d'habitude d'une écriture à l'ancienne... Je suis ravie d'avoir participé à un "challenge" de lecture qui m'obligeait à lire un livre publié en 1966 ! C'est en définitive un petit bijou, à faire lire à tous les parents... quand ils se disputent...
            • aouatef79 Posté le 29 Octobre 2017
              Gilbert Cesbron , homme de conviction et ayant de grandes qualités humaines ne peut et ne veux rester insensible lors qu' il constate le malheur ou le drame d' autrui . Alors un cri de révolte fuse de lui car il sent la déchirure et le mal fait .Dans son roman " C' est Mozart qu' on assassine" est un roman qui date des années soixante-soixante-dix-sept . L' ayant lu , il y a décennies et encore ces derniers temps , j' ai ressenti les mêmes émotions . Mais avant d' écrire cet avis , je me suis permis de lire quelques critiques et avis d' autres lecteurs qui m' ont devancé . A la suite de ces lectures , je suis resté perplexe car le divorce est devenu banal , abandonné ses enfants est courant au motif qu' on vit une autre époque donc tout change , tout est banalisé même si ceux-ci sont nos enfants qui souffrent et qui restent souvent traumatisées par ces chocs et déchirures . Je me suis dit : " Peut-être que c' est moi qui ne suis... Gilbert Cesbron , homme de conviction et ayant de grandes qualités humaines ne peut et ne veux rester insensible lors qu' il constate le malheur ou le drame d' autrui . Alors un cri de révolte fuse de lui car il sent la déchirure et le mal fait .Dans son roman " C' est Mozart qu' on assassine" est un roman qui date des années soixante-soixante-dix-sept . L' ayant lu , il y a décennies et encore ces derniers temps , j' ai ressenti les mêmes émotions . Mais avant d' écrire cet avis , je me suis permis de lire quelques critiques et avis d' autres lecteurs qui m' ont devancé . A la suite de ces lectures , je suis resté perplexe car le divorce est devenu banal , abandonné ses enfants est courant au motif qu' on vit une autre époque donc tout change , tout est banalisé même si ceux-ci sont nos enfants qui souffrent et qui restent souvent traumatisées par ces chocs et déchirures . Je me suis dit : " Peut-être que c' est moi qui ne suis plus de ce siècle ? " Si on dit ou on exprime une idée contraire à ce que pense la majorité des gens : alors on est taxé de ringard ! J' ai remarqué aussi que les livres de cet auteur sont taxés de désuets et pourtant ils ne font qu' exprimer un cri de révolte devant tant de malheurs et d'injustices .
              Lire la suite
              En lire moins
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.