Lisez! icon: Search engine
Syros
EAN : 9782748525373
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ceux des limbes

Collection : Hors collection
Date de parution : 07/06/2018
La forêt est devenue le territoire des limbes.
Le risque de contamination se cache dans chaque zone d’ombre.
Préparez-vous à vivre une expédition sous haute tension.
 
Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l’encercle à perte de vue. Elle est si belle qu’il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s’endort, que les lumières s’éteignent et que les voix s’effacent, le vent résonne d’un chant... Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l’encercle à perte de vue. Elle est si belle qu’il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s’endort, que les lumières s’éteignent et que les voix s’effacent, le vent résonne d’un chant inhumain, effroyable : le gémissement des limbes, les victimes de l’épidémie. Bientôt, Naha devra passer plusieurs jours et plusieurs nuits dans la forêt. Oto refuse de rester cloîtré en espérant le retour de celle qu’il aime plus que tout. Quitte à être une proie de plus, il va sortir lui aussi.

Roman publié sous la direction de Denis Guiot.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782748525373
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • lucie_bibliotheque Posté le 1 Novembre 2021
    Sincèrement, j'ai, a-do-ré. Ça faisait réellement un moment que je n'avais pas ressenti autant de choses en lisant. Certaines personnes ont l'air de penser que "l'introduction" du livre est trop longue, trop lente. Personnellement je n'ai pas eut ce ressenti, je trouve l'introduction de l'univers et des personnages nécessaire, et même très bien faite. L'auteur met son monde en place, sans nous faire ployer sous les explications mais tout en illustrant avec de bonnes descriptions. Les personnages sont attachants, et bien écrit. Un, m'a particulièrement surprise, c'est Pietro, je ne sais pas si certains penseront comme moi, mais dans la saga "Ewilan" un groupe de gens qui portent le nom de "Marchombres" existe. Ce sont des gens à l'esprit poétique, qui ont une vision de l'existence assez particulière, Pietro m'a tout de suite fait penser aux personnages membre de ce groupe, je ne sais pas vraiment l'expliquer. Otolan est aussi intéressant, c'est un personnage principal efficace, ni trop fort ou ni trop particulier, je me suis vite attachée à lui, et sa relation avec Naha ne fait qu'ajouter du piment à notre histoire. Ce que j'ai adoré avec ce roman c'est son univers, le Mont-Survie, et cette forêt sans fin, pleine d'êtres... Sincèrement, j'ai, a-do-ré. Ça faisait réellement un moment que je n'avais pas ressenti autant de choses en lisant. Certaines personnes ont l'air de penser que "l'introduction" du livre est trop longue, trop lente. Personnellement je n'ai pas eut ce ressenti, je trouve l'introduction de l'univers et des personnages nécessaire, et même très bien faite. L'auteur met son monde en place, sans nous faire ployer sous les explications mais tout en illustrant avec de bonnes descriptions. Les personnages sont attachants, et bien écrit. Un, m'a particulièrement surprise, c'est Pietro, je ne sais pas si certains penseront comme moi, mais dans la saga "Ewilan" un groupe de gens qui portent le nom de "Marchombres" existe. Ce sont des gens à l'esprit poétique, qui ont une vision de l'existence assez particulière, Pietro m'a tout de suite fait penser aux personnages membre de ce groupe, je ne sais pas vraiment l'expliquer. Otolan est aussi intéressant, c'est un personnage principal efficace, ni trop fort ou ni trop particulier, je me suis vite attachée à lui, et sa relation avec Naha ne fait qu'ajouter du piment à notre histoire. Ce que j'ai adoré avec ce roman c'est son univers, le Mont-Survie, et cette forêt sans fin, pleine d'êtres en tout genre et de cette végétation luxuriante, si belle, mais cette angoisse permanente dû aux limbes. ( humains contaminés par un champignon qui leur fait perdre leur humanité ). Vraiment, cool. Je ne me suis pas ennuyée, vraiment, je n'ai rien à reprocher. À part peut être le fait que j'aurais aimé plus de détails sur les botanistes et scientifiques de notre Mont, mais c'est réellement si je chipote. Et cette fin ! Mais cette fin ! Whouuuaa ;-; J'étais si heureuse, sans vraiment savoir pourquoi... je crois que j ai vraiment aimé les personnages et leurs histoires. En tout cas, je le recommande vivement, et je le conseillerai à mon entourage. (Pour donner une idée, je pense qu'un enfant de 12-13 ans qui lit bien peut lire ce roman sans difficultés, si ça peut aider ) (heu... je suis pas sûre sur certaines conjugaisons, excusez moi ! et n'hésitez pas à me corriger )
    Lire la suite
    En lire moins
  • AudreyS2 Posté le 29 Septembre 2021
    Excellent roman pour jeune public adulte. Les zombies sont appelés les limbes. Les personnages sont profonds et très cohérents. C'est très agréable à lire et très fluide. L'auteure a beaucoup de talent pour nous expliquer durant les 100 premières pages le fonctionnement de la société post-apocalytique sans nous ennuyer. J'adore !
  • Casstofly Posté le 10 Juin 2021
    Cet ouvrage est le premier que je lis de Camille Brissot. Quelle agréable surprise ! Un livre qui se lit très facilement, qui est bien écrit ; sans lourdeurs. L'histoire est vraiment originale. Même si le thème "zombie Cie" est loin d'être novateur, l'auteure a su créer tout un univers autour de ça. Des personnages intéressants, et pas trop nombreux. Un modèle sociétal 'apocalyptique' bien pensé, avec ses limites et ses secrets. Un fonctionnement bien à lui, où chacun à son rôle à jouer. Selon ce qu'il sait faire mais surtout selon qui il est ... Les chapitres s'enchainent à une vitesse folle. On veut savoir sans relâche ce qu'il va se passer à la page suivante. J'ai clairement adoré ce livre, merci pour ce bon moment. La moitié d'étoile manquante, c'est peut être parce que j'ai trouvé le final trop rapide, trop condensé. Quelques chapitres supplémentaires et un épilogue plus détaillé ne m'auraient pas déplu.
  • Nikouette Posté le 15 Avril 2020
    Il s’agit à nouveau d’une dystopie dans un monde post-apocalyptique Depuis qu’une épidémie -à savoir un champignon ravageant le corps et le système nerveux de ses hôtes mais les maintenant en vie pendant des années- a détruit quasiment toute l’humanité un petit groupe de survivants s’est réfugié sur le « Mont Survie ». Là ils ont créés une grosse ville et une micro-société très hiérarchisée. Ils vivent toujours dans la terreur car des hordes de limbes se déplacent encore, c’est le nom qu’on donne à ses êtres qui tiennent à la fois des zombies pour la façon de se déplacer et de contaminer les gens, mais aussi des sirènes ou des Détraqueurs car leur « chant » répand le désespoir et poussent certaines personnes à se suicider. Oto faisait partie des basses castes mais il a grimpé dans la hiérarchie quand à l’âge de 5 ans il a été retrouvé orphelin, entouré de cadavres de limbes, mais vivant, une arbalète ensanglantée à la main. Lui n’a aucun souvenir de tout ça et de sa vie d’avant. Mais subissant le mépris des natifs des hautes castes il a préféré renoncer à cette vie, il habite maintenant dans les cercles intermédiaires, mais... Il s’agit à nouveau d’une dystopie dans un monde post-apocalyptique Depuis qu’une épidémie -à savoir un champignon ravageant le corps et le système nerveux de ses hôtes mais les maintenant en vie pendant des années- a détruit quasiment toute l’humanité un petit groupe de survivants s’est réfugié sur le « Mont Survie ». Là ils ont créés une grosse ville et une micro-société très hiérarchisée. Ils vivent toujours dans la terreur car des hordes de limbes se déplacent encore, c’est le nom qu’on donne à ses êtres qui tiennent à la fois des zombies pour la façon de se déplacer et de contaminer les gens, mais aussi des sirènes ou des Détraqueurs car leur « chant » répand le désespoir et poussent certaines personnes à se suicider. Oto faisait partie des basses castes mais il a grimpé dans la hiérarchie quand à l’âge de 5 ans il a été retrouvé orphelin, entouré de cadavres de limbes, mais vivant, une arbalète ensanglantée à la main. Lui n’a aucun souvenir de tout ça et de sa vie d’avant. Mais subissant le mépris des natifs des hautes castes il a préféré renoncer à cette vie, il habite maintenant dans les cercles intermédiaires, mais vit une histoire d’amour avec Naha, une fille des hautes sphères. Quand celle-ci sort pour accomplir une espèce de rite initiatique consistant à aller dans la forêt pour affronter la vie non protégée des limbes avec les autres ados de 15 ans, Oto a un mauvais pressentiment, malgré sa peur et son exemption de cette sortie, il décide de la suivre. Des ingrédients classiques de dystopie, mais cela fonctionne. L’auteure emprunte des éléments à différents récits et mythes (zombies, sirènes, Harry Potter) mais ils sont bien intégrés. Même sans renouveler le genre l’auteure réussit à faire un récit prenant et qui a le mérite d’être pour une fois en un tome.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lililalectrice Posté le 21 Mars 2020
    J'ai trouvé l'histoire intéressante et très bien écrite mais on dirait qu'au fur et à mesure, l'imagination de l'auteure s'est essoufflée ce qui donne un bon début et une fin moyenne. Je n'ai pas eu toute les réponses que j'attendais dans les derniers chapitres de plus, je n'arrive pas bien à comprendre si les souvenirs de Oto liés à son enfance sont vrais ou faux à cause de la dernière phrase de Tatesh "Oh,tu crois ça?". Bref je suis un peu perdue. J'ai quand même aimé le gros de l'histoire, les relations entre les personnages, les Limbes et tout mais certaines choses, comme le fait que Tatesh prenne plus soin d'Otolan que de son neveu ne me paraissent pas très logique. Un avis mitigé sur cette lecture
SYROS, LA NEWSLETTER ALTERNATIVE !
Créatives, engagées… Recevez chaque mois de nouvelles idées de lecture jeunesse, dans votre boîte mail !