Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221198414
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Chacun sa vérité

Esther SERMAGE (Traducteur)
Collection : La Bête noire
Date de parution : 03/11/2016

« Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer...

« Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer sa vie. Dans l’attente d’un avenir meilleur, il lui faut échapper à la vigilance quotidienne des autorités, tout en gagnant assez d’argent pour subvenir à ses besoins : ex-journaliste, il songe à poursuivre dans l’investigation. Un jour, il propose ses services sur Internet et une femme lui répond : sa fille de six ans a été enlevée. Cette enquête va le précipiter dans le Stockholm underground, ces recoins de la ville où les clandestins sont des proies faciles pour les criminels…
Premier volet de la tétralogie Kouplan, Chacun sa vérité a reçu le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015.

« Sara Lövestam fait sensation en Suède ! » Emily Barnett, Grazia
« Une véritable bouffée d’air frais sur la scène policière scandinave. » Ulrika Johnsen, QX

Grand Prix de Littérature Policière 2017 Domaine étranger.
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221198414
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mainou72 Posté le 31 Décembre 2019
    Comment mener une enquête, en tant que détective privé, lorsqu'on est un réfugié sans papier et que l'on se méfie de tout le monde? Pourquoi une mère dont la petite fille a disparu dans un centre commercial ne veut elle ou ne peut elle pas faire appel à la police? C'est les deux premières questions que vous allez vous poser en commençant ce livre, et il y en aura de plus en plus au fur et à mesure de votre lecture. On se retrouve dans une enquête qui pourrait être classique si ce n'était ces deux personnages principaux qui apportent une dimension supplémentaire à ce livre et ce jusqu'à la révélation de la dernière page, qui va vous pousser à vouloir lire la suite. C'est un roman qui va crescendo, avec un début plutôt lent, on se retrouve un peu dans le même état que Kouplan, notre détective privé, sans trop savoir où on va. Mais on se laisse facilement prendre par les histoires et quand on croit avoir compris… et bien c'est plus que ça. Premier livre de l'auteure, réussi et je suis curieuse de savoir la suite.
  • air7 Posté le 23 Décembre 2019
    des personnages étonnants qui changent par rapport au genre du polar bien noir. c’est chouette
  • mariecloclo Posté le 15 Octobre 2019
    Un roman suédois qui sort un peu de l'ordinaire. En effet, le personnage principal Kouplan, est un jeune journaliste iranien qui a dû fuir son pays et est immigré à Stockholm et sans papiers. Mais ce n'est pas tout, il était auparavant une fille et est en plein transition sexuelle. Pour survivre et manger à sa faim, il propose ses services de détective privé. Il sera contacté par une jeune femme qui s'appelle Pernilla et dont la petite fille de 6 ans, Julia, a disparu. Il va alors mener l'enquête en interrogeant la maman et le voisinage. Son enquête est compliquée par le fait qu'il dispose de peu de moyens : un vieil ordinateur, un vieux téléphone portable, pas de voiture et qu'il se déplace toujours avec la peur de se faire contrôler par la police. Très vite, on s'aperçoit que la jeune mère est assez perturbée, elle a fait un séjour en hôpital psychiatrique. L'enquête est assez lente, il n'y a pas tellement d'actions. Il s'agit plutôt d'une errance dans la ville de Stockholm, on apprend beaucoup de choses sur le mode de vie des suédois. J'ai lu le tome 2 avant le 1 et il me tarde... Un roman suédois qui sort un peu de l'ordinaire. En effet, le personnage principal Kouplan, est un jeune journaliste iranien qui a dû fuir son pays et est immigré à Stockholm et sans papiers. Mais ce n'est pas tout, il était auparavant une fille et est en plein transition sexuelle. Pour survivre et manger à sa faim, il propose ses services de détective privé. Il sera contacté par une jeune femme qui s'appelle Pernilla et dont la petite fille de 6 ans, Julia, a disparu. Il va alors mener l'enquête en interrogeant la maman et le voisinage. Son enquête est compliquée par le fait qu'il dispose de peu de moyens : un vieil ordinateur, un vieux téléphone portable, pas de voiture et qu'il se déplace toujours avec la peur de se faire contrôler par la police. Très vite, on s'aperçoit que la jeune mère est assez perturbée, elle a fait un séjour en hôpital psychiatrique. L'enquête est assez lente, il n'y a pas tellement d'actions. Il s'agit plutôt d'une errance dans la ville de Stockholm, on apprend beaucoup de choses sur le mode de vie des suédois. J'ai lu le tome 2 avant le 1 et il me tarde de lire le 3 pour savoir ce qu'il advient de Kouplan.
    Lire la suite
    En lire moins
  • suzieboubou Posté le 15 Septembre 2019
    Je suis en train de lire ce livre en anglais. Il ne me reste que cent pages à lire. Suis-je emballée? Pas certaine. J'espère d'en apprendre plus sur les personnages principaux d'ici la page 277...
  • collectifpolar Posté le 3 Septembre 2019
    Pour gagner sa vie tout en restant sous les radars, Kouplan propose ses services comme détective privé. Se faire invisible, évoluer dans la jungle du Stockholm underground, il connaît : ancien journaliste d’investigation dans son Iran natal, Kouplan est sans-papiers. La fillette de sa première cliente a disparu. Pour une raison mystérieuse, elle aussi souhaite éviter l’administration… Dès lors, de bête traquée, le clandestin se fait chasseur. Premier volet de la tétralogie Kouplan, Chacun sa vérité a reçu le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015. Sara Lövestam n’en ai pas à son coup d’essai, elle a déjà écrit plusieurs romans, tous traduits dans de nombreuses langues. Même si ce quatrième roman est bel est bien un premier roman policier. Pour notre jeune auteur, c’est la première fois qu’elle s’attaque à ce genre si particulier et elle le fait avec brio. Grâce à des personnages souvent en marge ou en quête d’identité, elle réussit à mettre subtilement en lumière les enjeux de société actuels et amène ses lecteurs à questionner l’ordre établi. Son talent est salué par la critique, unanime, et par son public, toujours plus fervent. En 4 livres elle a déjà reçu deux prix, c’est dire ! »... Pour gagner sa vie tout en restant sous les radars, Kouplan propose ses services comme détective privé. Se faire invisible, évoluer dans la jungle du Stockholm underground, il connaît : ancien journaliste d’investigation dans son Iran natal, Kouplan est sans-papiers. La fillette de sa première cliente a disparu. Pour une raison mystérieuse, elle aussi souhaite éviter l’administration… Dès lors, de bête traquée, le clandestin se fait chasseur. Premier volet de la tétralogie Kouplan, Chacun sa vérité a reçu le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015. Sara Lövestam n’en ai pas à son coup d’essai, elle a déjà écrit plusieurs romans, tous traduits dans de nombreuses langues. Même si ce quatrième roman est bel est bien un premier roman policier. Pour notre jeune auteur, c’est la première fois qu’elle s’attaque à ce genre si particulier et elle le fait avec brio. Grâce à des personnages souvent en marge ou en quête d’identité, elle réussit à mettre subtilement en lumière les enjeux de société actuels et amène ses lecteurs à questionner l’ordre établi. Son talent est salué par la critique, unanime, et par son public, toujours plus fervent. En 4 livres elle a déjà reçu deux prix, c’est dire ! » Sara Lövestam fait sensation en Suède ! » Emily Barnett, Grazia » Une véritable bouffée d’air frais sur la scène policière scandinave. » Ulrika Johnsen, QX Personnellement j’ai adoré ce personnage atypique ‘enquêteur. Kouplan a quelque chose de vraiment singulier, de totalement humain. A travers lui, l’auteur porte un regard extérieur aux problèmes de l’exclusion, la peur de l’autre, de ce qui nous est différent, la xénophobie mais aussi le racisme plus ordinaire. Elle nous amène à réfléchir au modèle de société que nous voudrions voir pointer son nez. Sur notre avenir, sur le savoir vivre ensemble. Mais aussi sur notre modèle économique qui semble à bout de course. A travers les yeux Kouplan, c’est nous qui nous interrogeons. quel positionnement avons-nous face au chômage, à l’exclusion, aux économies parallèles et sa délinquance. Face à la situation actuel de notre monde qui déverse chaque jour sa cohorte d’immigrés et de réfugiés. Je vous l’avez dit, Kouplan est singulier, c’est notre part d’humanité qui parle à travers lui !
    Lire la suite
    En lire moins
Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.