RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Chacun sa vérité

            Robert Laffont
            EAN : 9782221198414
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Chacun sa vérité

            Esther SERMAGE (Traducteur)
            Collection : La Bête noire
            Date de parution : 03/11/2016

            « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
            Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer...

            « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi. » Kouplan, détective sans-papiers.
            Depuis trois ans, Kouplan est en « situation irrégulière ». Sa demande d’asile a été rejetée par la Suède mais il ne peut rentrer dans son pays, l’Iran, sans risquer sa vie. Dans l’attente d’un avenir meilleur, il lui faut échapper à la vigilance quotidienne des autorités, tout en gagnant assez d’argent pour subvenir à ses besoins : ex-journaliste, il songe à poursuivre dans l’investigation. Un jour, il propose ses services sur Internet et une femme lui répond : sa fille de six ans a été enlevée. Cette enquête va le précipiter dans le Stockholm underground, ces recoins de la ville où les clandestins sont des proies faciles pour les criminels…
            Premier volet de la tétralogie Kouplan, Chacun sa vérité a reçu le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015.

            « Sara Lövestam fait sensation en Suède ! » Emily Barnett, Grazia
            « Une véritable bouffée d’air frais sur la scène policière scandinave. » Ulrika Johnsen, QX

            Grand Prix de Littérature Policière 2017 Domaine étranger.
             

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221198414
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont
            7.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Lecoeurdunlivre Posté le 6 Février 2019
              Un polar suédois OK Écrit par une femme OK Grand prix de littérature policière OK bien La disparition d’une petite fille OK OK Un détective atypique Ouais, bon OK Des bouquins comme ça, j’en ai déjà lu cinquante. Disons trente. Vingt pour être honnête. Ce n’est pas que je n’aime pas, ne me faites pas dire ce que ..., mais j’etais un peu réticente pour celui-ci. J’avais tort, parce que : Pas trop de violence. Ni beaucoup de sang. Ni de cadavre. Une construction patiente et fondée. ....Mais sur des illusions. Des solitudes. L’enquête démarre par une situation intrigante. Filatures, attentes, questions aux éventuels témoins, Kouplan est sur la piste, un peu comme un « Tintin reporter au pays des boulettes de rennes «  C’est bien mais là n’est pas le but du livre, je crois. Kouplan est un sans papier, un clandestin. On en entend parler, on en frôle dans les transports, on voit des reportages. On oublie qu’ils ont une histoire, un passé et un présent qui consiste surtout à rester invisible. Un étranger en situation irrégulière doit se confondre parmi les autres. ( On notera la semantique floue et variée pour les qualifier ) Survivre dans ces conditions est réellement difficile. Acheter, même le strict nécessaire peut être compliqué voir dangereux si on... Un polar suédois OK Écrit par une femme OK Grand prix de littérature policière OK bien La disparition d’une petite fille OK OK Un détective atypique Ouais, bon OK Des bouquins comme ça, j’en ai déjà lu cinquante. Disons trente. Vingt pour être honnête. Ce n’est pas que je n’aime pas, ne me faites pas dire ce que ..., mais j’etais un peu réticente pour celui-ci. J’avais tort, parce que : Pas trop de violence. Ni beaucoup de sang. Ni de cadavre. Une construction patiente et fondée. ....Mais sur des illusions. Des solitudes. L’enquête démarre par une situation intrigante. Filatures, attentes, questions aux éventuels témoins, Kouplan est sur la piste, un peu comme un « Tintin reporter au pays des boulettes de rennes «  C’est bien mais là n’est pas le but du livre, je crois. Kouplan est un sans papier, un clandestin. On en entend parler, on en frôle dans les transports, on voit des reportages. On oublie qu’ils ont une histoire, un passé et un présent qui consiste surtout à rester invisible. Un étranger en situation irrégulière doit se confondre parmi les autres. ( On notera la semantique floue et variée pour les qualifier ) Survivre dans ces conditions est réellement difficile. Acheter, même le strict nécessaire peut être compliqué voir dangereux si on se fait remarquer. Il faut donc être malin, observateur, logique, patient et discret. Toutes qualités indispensables pour exercer aussi le métier de détective...Donc malgré sa peur, comme c’est un bon gars, il va aider une paumée à retrouver sa fille. Il va devoir côtoyer pas mal de gens. Il y a de ça chez Sara Lövestam. Le regard d’un jeune Iranien obligé de se débrouiller dans une société pas du tout évidente pour lui. Le climat, la bouffe, la musique, les vêtements, les loisirs. C’est toujours intéressant de noter comment un étranger perçoit les habitudes des gens lorsqu’il est dans un pays étranger. Et j’imagine que les lecteurs suédois, par un effet miroir, ont été étonnés de l’image qu’ils renvoyaient. N’oublions pas non plus le fossé culturel pour lui qui vient d’un milieu cultivé et doit côtoyer des personnes socialement défavorisées et cabossées par la vie. J’ai bien aimé cette histoire racontée de façon originale. Je me suis attachée à Koupan et,cerise sur la boulette, à l’avant dernière page une révélation incroyable à son sujet. J’ai lu et relu : je ne capte pas ...??? Si quelqu’un veut bien eclairer la nunuche que je suis ? En MP bien sûr pour ne pas gâcher le plaisir aux nombreux - j’espère - futurs lecteurs.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bill Posté le 15 Janvier 2019
              Kouplan, jeune iranien dans papiers, propose ses services de détective privé, un job qu’il est sur de pouvoir assurer facilement. Pernilla voit sa petite annonce et le contacte pour qu’il retrouve sa fille de 6 ans, disparue depuis deux jours. Kouplan mènera une enquête aux multiples ramifications dans un Stockholm bien différent de celui décrit habituellement dans les romans policiers. Une écriture fluide, des personnages attachants, une description réaliste des lieux et des personnages secondaires. La découverte d’un nouvel auteur dont le second opus vient de sortir en poche. A suivre ...
            • visages Posté le 28 Décembre 2018
              Je suis un peu en difficulté pour noter ce roman. La première moitié m'a un peu ennuyée.L'action comme les personnages manquaient à mon goût de piquant. Le jeune Koplan s'improvise détective privé et se voit confier la recherche d'une fillette qui a diisparu.Sa situation de sans papier entre en écho avec le statut particulier de cette petite fille "sans identité" et la situation de sa maman tenue à une certaine clandestinité. J'aurais apprécié que cette trame soit davantage exploitée, que les portraits soient plus creusés, que le fond social soit plus développé. La seconde partie du roman a cependant ravivé mon intérêt par un tournant auquel je ne m'attendais pas du tout. Le lien qui va s'instaurer entre Koplan (le détective) et Pernilla (la maman), les indices qui vont le mener progressivement à construire "sa vérité" sont originaux. Le croisement de deux histoires qui ont contribué à créer la confusion chez le lecteur est plutôt bien vu. Une dernière surprise nous est offerte à la dernière ligne...Pourtant, je reste quand même avec le sentiment que l'auteure n'a pas vraiment exploité totalement le sujet qu'elle tenait en main.
            • moussk12 Posté le 2 Décembre 2018
              Belle surprise que ce livre. Sur la couverture : grand prix de littérature policière. J'étais méfiante, les prix littéraires et moi... Sara Lövestam est considérée comme une nouvelle auteure suédoise à succès. Et bien, je peux vous dire qu'on peut lui laisser sa chance. Parce qu'avec Chacun sa vérité, j'ai passé un très bon moment de lecture. Ce livre est classé dans les polars malgré le souhait de l'auteur de sortir un roman, mais peu importe l'étiquette, non ? Kouplan, un détective au passé flou, malgré sa très grande jeunesse (il n'a pas 25 ans), se lance à la recherche d'une fillette disparue, dont la mère refuse de faire appel à la police. D'emblée, beaucoup d'interrogations sur les deux protagonistes et c'est avec fébrilité que j'ai littéralement avalé ce livre. J'ai eu peur pour Kouplan, j'ai douté de Pernilla, la tension est palpable. C'est bien ficelé, ça se lit vite, le dénouement est surprenant. Seul bémol : la fin qui ouvre une fenêtre du "mystère Kouplan" m'a laissé un peu perplexe. Mais, comme c'est le premier volet d'une tétralogie, je suis malgré tout impatiente de connaître la suite.
            • My-Little-Anchor Posté le 17 Octobre 2018
              J'ai lu Chacun sa vérité dans le cadre de ma participation au prix nouvelles voix du polar 2018 organisé par les éditions Pocket et c'était le premier roman de l'autrice que je lisais, tout comme Embruns dont je vous parlais précédemment sur le blog. Vous me direz, il faut un début pour tout. Cependant, Chacun sa vérité a remporté le prix du meilleur polar étranger. Ce titre était en concurrence avec Ragdoll que j'avais beaucoup aimé quand je l'avais lu l'an dernier. J'ai beaucoup aimé aussi celui-ci mais Ragdoll m'avait complétement retourné le cerveau. C'est pour cela que j'avais voté pour lui pour le prix ! Mais, l'ensemble du jury a voté et Chacun sa vérité a remporté le prix ! Je remercie les éditions Pocket pour l'envoi. Dans ce roman, on découvre principalement le personnage de Kouplan qui se lance de façon officieuse et à corps perdu dans le métier de détective privé en laissant une petite annonce sur le plus grand site de petites annonces. Et d'un autre côté, on découvre Pernilla qui recherche éperdument sa fille enlevée au cours d'une virée shopping lors d'une journée pluvieuse. Elle est prête à tout pour la retrouver au point d'engager un... J'ai lu Chacun sa vérité dans le cadre de ma participation au prix nouvelles voix du polar 2018 organisé par les éditions Pocket et c'était le premier roman de l'autrice que je lisais, tout comme Embruns dont je vous parlais précédemment sur le blog. Vous me direz, il faut un début pour tout. Cependant, Chacun sa vérité a remporté le prix du meilleur polar étranger. Ce titre était en concurrence avec Ragdoll que j'avais beaucoup aimé quand je l'avais lu l'an dernier. J'ai beaucoup aimé aussi celui-ci mais Ragdoll m'avait complétement retourné le cerveau. C'est pour cela que j'avais voté pour lui pour le prix ! Mais, l'ensemble du jury a voté et Chacun sa vérité a remporté le prix ! Je remercie les éditions Pocket pour l'envoi. Dans ce roman, on découvre principalement le personnage de Kouplan qui se lance de façon officieuse et à corps perdu dans le métier de détective privé en laissant une petite annonce sur le plus grand site de petites annonces. Et d'un autre côté, on découvre Pernilla qui recherche éperdument sa fille enlevée au cours d'une virée shopping lors d'une journée pluvieuse. Elle est prête à tout pour la retrouver au point d'engager un détective privé qui n'en est pas vraiment un… Kouplan est un sans-papiers et essaye d'échapper à la police au quotidien et se lance dans l'inconnu en propageant une annonce sans pour autant y croire : « Si la police ne peut rien pour vous, n’hésitez pas à faire appel à moi ». Alors quand Kouplan reçoit une offre, il saute dessus et essaye tant bien que de mal de faire le véritable boulot d'un détective. Il va donc se lancer à la recherche de Julia : la fille de Pernilla. Au fil du roman, les pages se tournent à une allure folle. On a envie de découvrir la vérité sur la disparition de Julia. On commence à avoir des doutes, à trouver un début d'enquête. On suit l'enquête de Kouplan avec intérêt parce qu'on a envie de retrouver Julia, de connaitre le coupable, de comprendre comment en un claquement de doigt Julia a pu suivre un inconnu alors que sa maman lui avait toujours dit de se méfier des individus... Alors, on se lance à corps perdu dans cette enquête comme si c'était la nôtre, comme si on était nous même dans la peau de cette mère qui a vu du jour au lendemain sa vie s'effondrait suite à la disparition de sa fille... Et puis, quand on y arrive, on a affaire à tout autre chose. On reste sur le cul parce qu'au fil de l'enquête on s'attache aux personnages de Pernilla et Kouplan. Ils se ressemblent, se comprennent et ressentent les mêmes émotions. Chacun a sa vérité. Chacun a masqué un bout de la réalité. On arrange souvent les choses pour se faciliter la vie par peur. Peur d'être rejeté, critiqué, jugé. Ce n'est pas un mensonge. On préfère simplement omettre certaines choses, certains faits pour se sentir mieux, pour avancer... Finalement, qui n'a jamais transformé un fait à son avantage ? Ici, dans ce thriller, l'autrice aborde d'une tout autre manière l'aspect policier. Elle réinvente le genre en cassant la trame et la chute traditionnelle d'un thriller. Elle nous mène sacrement bien en bateau et nous emmène là où elle veut. On se laisse complètement berner. Et vous, tomberez-vous dans le panneau ?
              Lire la suite
              En lire moins
            Oserez-vous répondre à l'appel de La Bête ?
            Que ce soient des enquêtes âpres, des thrillers abrasifs, des suspenses éreintants, ou encore des true-crimes glaçants, la Bête chasse sur tous les territoires. Rejoignez la meute pour recevoir toutes les actualités de la collection.