Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714453525
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Comment devenir un optimiste contagieux

Odile VAN DE MOORTEL (Traducteur)
Date de parution : 12/07/2012

Le saviez-vous ? Avoir un état d’esprit positif permet de gagner sept ans d’espérance de vie ; un médecin heureux fait de meilleurs diagnostics ; et les personnes âgées qui voient la vie du bon côté ont davantage de tonus et une meilleure mémoire. 

S’appuyant sur les découvertes les plus récentes...

Le saviez-vous ? Avoir un état d’esprit positif permet de gagner sept ans d’espérance de vie ; un médecin heureux fait de meilleurs diagnostics ; et les personnes âgées qui voient la vie du bon côté ont davantage de tonus et une meilleure mémoire. 

S’appuyant sur les découvertes les plus récentes en neurosciences et sur son expérience de professeur de bonheur, Shawn Achor offre un ouvrage incontournable pour devenir sur-le-champ un optimiste contagieux. 

Proposant sept outils aussi ludiques qu’efficaces, Shawn Achor nous apprend à nous fixer des objectifs à notre mesure, à faire le choix des vrais plaisirs sans dépenser à tout va, à déployer mille ruses pour abandonner nos mauvaises habitudes, en bref à remodeler notre cerveau pour voir la vie sous son plus beau jour, donner le meilleur de nous-mêmes et en faire profiter tous ceux qui nous entourent. 

Débordant d’humour et d’anecdotes scientifiques passionnantes, un ouvrage de référence en psychologie positive, par l’assistant de Tal Ben-Shahar à Harvard.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714453525
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Neron1er Posté le 19 Janvier 2021
    Agréable à lire mets le lecteur dans un sentiment de tetris positif et ouvre les yeux que dans la vie le bonheur est plus important que la réussite si le bonheur est présent dans la vie alors la réussite suivra. Personnellement ça m#x2019a recentré lors de moments de doute.
  • Neron1er Posté le 19 Janvier 2021
    Agréable à lire mets le lecteur dans un sentiment de tetris positif et ouvre les yeux que dans la vie le bonheur est plus important que la réussite si le bonheur est présent dans la vie alors la réussite suivra. Personnellement ça m#x2019a recentré lors de moments de doute.
  • Neron1er Posté le 19 Janvier 2021
    Agréable à lire mets le lecteur dans un sentiment de tetris positif et ouvre les yeux que dans la vie le bonheur est plus important que la réussite si le bonheur est présent dans la vie alors la réussite suivra. Personnellement ça m#x2019a recentré lors de moments de doute.
  • LeBlogLitteraire Posté le 6 Juillet 2017
    Durant ses 12 années passées à Harward, Shawn Achor a remarqué que la population d’Harward qui était le plus exposée au stress et à la dépression était aussi celle dont les notes et les résultats en pâtissaient le plus. 4 élèves sur 5 à Harward disent vivre une dépression durant leurs études. Le problème est que l’enseignement est adapté aux besoins de l’élève moyen, ce qui laisse de côté les plus rapides et les plus lents. Aussi, la tendance à se concentrer sur le négatif a envahi notre société. L’ironie de l’époque actuelle voudrait que l’on sacrifie notre bonheur au profit de la réussite, ce qui, au fil du temps, diminue tout simplement les performances de notre cerveau. On nous a appris que notre cerveau cesse de se développer à l’adolescence. Et bien c’est totalement faux! Il évolue et change en fonction de notre mode de vie, et ce durant toute la durée de notre vie, c’est ce que nous apprend la neuroplasticité. En nous inculquant cette fausse information (comme quoi notre cerveau arrêterait de se développer à l’adolescence), on nous a créé des barrières imaginaires. L’auteur nous apprend à comprendre de quelle manière notre cerveau nous dicte la... Durant ses 12 années passées à Harward, Shawn Achor a remarqué que la population d’Harward qui était le plus exposée au stress et à la dépression était aussi celle dont les notes et les résultats en pâtissaient le plus. 4 élèves sur 5 à Harward disent vivre une dépression durant leurs études. Le problème est que l’enseignement est adapté aux besoins de l’élève moyen, ce qui laisse de côté les plus rapides et les plus lents. Aussi, la tendance à se concentrer sur le négatif a envahi notre société. L’ironie de l’époque actuelle voudrait que l’on sacrifie notre bonheur au profit de la réussite, ce qui, au fil du temps, diminue tout simplement les performances de notre cerveau. On nous a appris que notre cerveau cesse de se développer à l’adolescence. Et bien c’est totalement faux! Il évolue et change en fonction de notre mode de vie, et ce durant toute la durée de notre vie, c’est ce que nous apprend la neuroplasticité. En nous inculquant cette fausse information (comme quoi notre cerveau arrêterait de se développer à l’adolescence), on nous a créé des barrières imaginaires. L’auteur nous apprend à comprendre de quelle manière notre cerveau nous dicte la perception du monde qui nous entoure et nous fait remarquer que, dans notre société actuelle, notre cerveau a été programmé pour déceler le négatif dans toutes les situations et de ce fait est devenu prisonnier d’un mode de pensée. Il cite notamment : « Les athlètes ne peuvent s’empêcher de concourir avec leurs amis ou leur famille. Les travailleurs sociaux qui s’occupent de la maltraitance se méfient systématiquement des hommes. Les traders ne cessent d’évaluer le risque inhérent à chacune de leurs actions. Les chefs d’entreprise se croient obligés de gérer la vie de leur progéniture. » Par contre lorsque notre cerveau recherche le positif, il nous donne accès à trois outils les plus importants, à savoir le bonheur, la gratitude et l’optimisme. « Le bonheur ce n’est pas croire que nous n’avons pas besoin de changer; c’est prendre conscience que nous pouvons le faire. » Shawn Achor nous propose de devenir optimiste en appliquant les 7 principes développés dans l’ouvrage: l’atout bonheur; le point d’appui et le levier; l’effet Tetris; le rebond; le cercle de Zorro; la règle des 20 secondes et l’investissement social. Il met surtout en évidence l’application des 7 principes sur son lieu de travail pour que chaque action qui nous semblait être une corvée ait du sens pour nous afin que ce que l’on considérait comme un simple emploi devienne une vocation. Pour mener la vie que l’on voudrait vraiment mener, il est très important de revoir nos priorités en gérant mieux notre temps en balayant toutes les distractions qui sont devenues quasiment inévitables de nos jours. Pour ce faire, l’auteur nous propose de placer les objets sources de nos mauvaises habitudes (comme la télécommande de la télévision) à 2O secondes du temps d’atteinte. Cela découragera l’habitude. Nul doute que si vous n’avez pas la télécommande à portée de main, vous préférerez attraper un bon bouquin qui est, lui, juste à votre portée. « Notre meilleure arme dans la guerre aux mauvaises habitudes – que ce soient ces boissons glacées, des rediffusions de la série Seinfeld ou des sources de distraction au travail – est simplement de rendre la possibilité d’y succomber plus difficile pour nous. » Ce livre nous remet tout simplement et très efficacement le cerveau en place. On a l’impression d’avoir été guidé par un professeur ou de sortir d’une conférence avec un réel sentiment d’accompagnement. Une confiance totale et un amour sans fin pour la vie et l’humanité nous envahi par une vague de joie, d’espoir et de bonheur. On a l’impression de retomber en enfance, à l’époque où on croyait véritablement que tout était possible. On peut y croire à nouveau, y croire encore plus fort. De plus, on a pu m’entendre ricaner à plusieurs reprises durant ma lecture. Sûrement que l’amusement qu’elle procure nous aide à enregistrer les informations qui y sont contenues. Bien joué Shawn Achor! L’auteur insiste bien sur le fait que si nous lisons le livre sans pratiquer ces principes, la lecture ne servira à rien (il est important de pratiquer car il faut que le fait de choisir l’optimisme devienne une habitude, et une habitude met en moyenne 21 jours à se former). Par contre, et je parle en connaissance de cause, si vous vous efforcez d’appliquer au moins 1 des 7 principes, ou mieux, 2 principes en même temps pour commencer, vous aurez l’impression d’avoir changé de lunettes, de voir la vie en rose. C’est une sensation surprenante qui nous envahi d’un intense bien-être. Ce livre m’a aidé à sourire et à prendre positivement une réponse négative suite à un entretien. Qu’il y a-t-il de positif à ne pas avoir été choisi pour un emploi? Tellement de choses. Des milliers et des millions de possibilités encore non explorées! C’est un livre que je conseille vivement à tous et que j’aurais adoré que l’on me fasse lire plus tôt! « Au lieu de limiter nos actions à la lutte ou à la fuite comme le font les émotions négatives, les émotions positives élargissent l’éventail des possibilités que nous envisageons, ce qui nous rend plus réfléchis, plus créatifs et plus ouverts à la nouveauté. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeBlogLitteraire Posté le 6 Juillet 2017
    Durant ses 12 années passées à Harward, Shawn Achor a remarqué que la population d’Harward qui était le plus exposée au stress et à la dépression était aussi celle dont les notes et les résultats en pâtissaient le plus. 4 élèves sur 5 à Harward disent vivre une dépression durant leurs études. Le problème est que l’enseignement est adapté aux besoins de l’élève moyen, ce qui laisse de côté les plus rapides et les plus lents. Aussi, la tendance à se concentrer sur le négatif a envahi notre société. L’ironie de l’époque actuelle voudrait que l’on sacrifie notre bonheur au profit de la réussite, ce qui, au fil du temps, diminue tout simplement les performances de notre cerveau. On nous a appris que notre cerveau cesse de se développer à l’adolescence. Et bien c’est totalement faux! Il évolue et change en fonction de notre mode de vie, et ce durant toute la durée de notre vie, c’est ce que nous apprend la neuroplasticité. En nous inculquant cette fausse information (comme quoi notre cerveau arrêterait de se développer à l’adolescence), on nous a créé des barrières imaginaires. L’auteur nous apprend à comprendre de quelle manière notre cerveau nous dicte la... Durant ses 12 années passées à Harward, Shawn Achor a remarqué que la population d’Harward qui était le plus exposée au stress et à la dépression était aussi celle dont les notes et les résultats en pâtissaient le plus. 4 élèves sur 5 à Harward disent vivre une dépression durant leurs études. Le problème est que l’enseignement est adapté aux besoins de l’élève moyen, ce qui laisse de côté les plus rapides et les plus lents. Aussi, la tendance à se concentrer sur le négatif a envahi notre société. L’ironie de l’époque actuelle voudrait que l’on sacrifie notre bonheur au profit de la réussite, ce qui, au fil du temps, diminue tout simplement les performances de notre cerveau. On nous a appris que notre cerveau cesse de se développer à l’adolescence. Et bien c’est totalement faux! Il évolue et change en fonction de notre mode de vie, et ce durant toute la durée de notre vie, c’est ce que nous apprend la neuroplasticité. En nous inculquant cette fausse information (comme quoi notre cerveau arrêterait de se développer à l’adolescence), on nous a créé des barrières imaginaires. L’auteur nous apprend à comprendre de quelle manière notre cerveau nous dicte la perception du monde qui nous entoure et nous fait remarquer que, dans notre société actuelle, notre cerveau a été programmé pour déceler le négatif dans toutes les situations et de ce fait est devenu prisonnier d’un mode de pensée. Il cite notamment : « Les athlètes ne peuvent s’empêcher de concourir avec leurs amis ou leur famille. Les travailleurs sociaux qui s’occupent de la maltraitance se méfient systématiquement des hommes. Les traders ne cessent d’évaluer le risque inhérent à chacune de leurs actions. Les chefs d’entreprise se croient obligés de gérer la vie de leur progéniture. » Par contre lorsque notre cerveau recherche le positif, il nous donne accès à trois outils les plus importants, à savoir le bonheur, la gratitude et l’optimisme. « Le bonheur ce n’est pas croire que nous n’avons pas besoin de changer; c’est prendre conscience que nous pouvons le faire. » Shawn Achor nous propose de devenir optimiste en appliquant les 7 principes développés dans l’ouvrage: l’atout bonheur; le point d’appui et le levier; l’effet Tetris; le rebond; le cercle de Zorro; la règle des 20 secondes et l’investissement social. Il met surtout en évidence l’application des 7 principes sur son lieu de travail pour que chaque action qui nous semblait être une corvée ait du sens pour nous afin que ce que l’on considérait comme un simple emploi devienne une vocation. Pour mener la vie que l’on voudrait vraiment mener, il est très important de revoir nos priorités en gérant mieux notre temps en balayant toutes les distractions qui sont devenues quasiment inévitables de nos jours. Pour ce faire, l’auteur nous propose de placer les objets sources de nos mauvaises habitudes (comme la télécommande de la télévision) à 2O secondes du temps d’atteinte. Cela découragera l’habitude. Nul doute que si vous n’avez pas la télécommande à portée de main, vous préférerez attraper un bon bouquin qui est, lui, juste à votre portée. « Notre meilleure arme dans la guerre aux mauvaises habitudes – que ce soient ces boissons glacées, des rediffusions de la série Seinfeld ou des sources de distraction au travail – est simplement de rendre la possibilité d’y succomber plus difficile pour nous. » Ce livre nous remet tout simplement et très efficacement le cerveau en place. On a l’impression d’avoir été guidé par un professeur ou de sortir d’une conférence avec un réel sentiment d’accompagnement. Une confiance totale et un amour sans fin pour la vie et l’humanité nous envahi par une vague de joie, d’espoir et de bonheur. On a l’impression de retomber en enfance, à l’époque où on croyait véritablement que tout était possible. On peut y croire à nouveau, y croire encore plus fort. De plus, on a pu m’entendre ricaner à plusieurs reprises durant ma lecture. Sûrement que l’amusement qu’elle procure nous aide à enregistrer les informations qui y sont contenues. Bien joué Shawn Achor! L’auteur insiste bien sur le fait que si nous lisons le livre sans pratiquer ces principes, la lecture ne servira à rien (il est important de pratiquer car il faut que le fait de choisir l’optimisme devienne une habitude, et une habitude met en moyenne 21 jours à se former). Par contre, et je parle en connaissance de cause, si vous vous efforcez d’appliquer au moins 1 des 7 principes, ou mieux, 2 principes en même temps pour commencer, vous aurez l’impression d’avoir changé de lunettes, de voir la vie en rose. C’est une sensation surprenante qui nous envahi d’un intense bien-être. Ce livre m’a aidé à sourire et à prendre positivement une réponse négative suite à un entretien. Qu’il y a-t-il de positif à ne pas avoir été choisi pour un emploi? Tellement de choses. Des milliers et des millions de possibilités encore non explorées! C’est un livre que je conseille vivement à tous et que j’aurais adoré que l’on me fasse lire plus tôt! « Au lieu de limiter nos actions à la lutte ou à la fuite comme le font les émotions négatives, les émotions positives élargissent l’éventail des possibilités que nous envisageons, ce qui nous rend plus réfléchis, plus créatifs et plus ouverts à la nouveauté. »
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Esprit d'ouverture
Les livres des plus grands spécialistes pour redonner du sens à nos vies