RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Contes de Terremer

            Robert Laffont
            EAN : 9782221135471
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Contes de Terremer
            Cycle Terremer, tome 3

            Pierre Paul DURASTANTI (Traducteur)
            Collection : Ailleurs et Demain
            Date de parution : 03/10/2013

            Terremer est un nom magique, mais Terremer est d’abord un lieu magique, ensorcelé, un chapelet d’îles.
            La plus étrange et la plus puissante est l’île de Roke, qui abrite l’école des sorciers.
            Car, dans le monde de Terremer, la sorcellerie est une science qui se pratique selon des règles strictes.
            Ursula Le Guin...

            Terremer est un nom magique, mais Terremer est d’abord un lieu magique, ensorcelé, un chapelet d’îles.
            La plus étrange et la plus puissante est l’île de Roke, qui abrite l’école des sorciers.
            Car, dans le monde de Terremer, la sorcellerie est une science qui se pratique selon des règles strictes.
            Ursula Le Guin est revenue explorer sa création dans ces contes qui se situent avant, entre ou après les événements décrits dans les précédents livres, Le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan, L'Ultime rivage (réunis dans le volume Terremer) et Tehanu, tous publiés dans la même collection.
            Terremer a été porté à l’écran par Goro Miyazaki.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221135471
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : DRM Adobe
            Robert Laffont
            9.99 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Luria Posté le 12 Novembre 2018
              "Les choses changent    Il faut parfois se méfier des auteurs et des sorciers       nul ne saurait expliquer un dragon" De ces histoires j'ai foulé Roke, venteux et désolé avant que l'école soit fondée. Ouvert la terre avec son vrai nom. Arpenté le bosquet auprès d'amoureux. Accueilli des voyageurs perdus. Râlé qu'il fallait que je lave mes pieds avant de les poser sur mon beau parquet noir et lustré. Et surtout j'ai côtoyé un dragon. Je n'aime pas les nouvelles. Ce n'est pas un format qui me plaît d'habitude. Mais là tout semblait s'imbriquer pour peupler et étoffer Terremer et j'ai apprécié chaque lecture même si parfois j'ai quitté certaines et certains à regret. Oui il faut se méfier des auteurs. Ils vous ensorcelent. Peut être parce qu'ils connaissent notre vrai nom.
            • Miney Posté le 31 Janvier 2018
              L'univers de Terremer m'a toujours semblé riche, complet et surtout très vivant, alors même que je trouvais qu'il y avait peu de descriptions du monde et de son histoire dans les tomes précédents. Avec les Contes de Terremer, j'ai été gâtée : entre les récits qui se passent à différentes époques et les annexes, on a de quoi faire question exploration. J'ai préféré ce tome-ci au précédent, Tehanu : Terremer se prête particulièrement bien aux récits courts, bien plus qu'aux récits longs. Chaque petite histoire, proche ou non de la « grande » Histoire du monde ajoute un peu de crédibilité et de vie, une touche de plus à un grand tableau. J'ai juste eu un peu de mal avec la fin de Libellule [masquer]qui m'a rappelé celle de Tehanu, avec une femme qui se transforme en dragon.[/masquer] La lecture de ce cycle est toujours un voyage, apaisant en un sens, et pourtant jamais calme. Le Guin sait appuyer où ça fait mal, et les thèmes de l'esclavage et du féminisme (entre autres) reviennent régulièrement. La plupart des personnages principaux, détenteurs de grands pouvoirs ou non, semblent presque tous rechercher une vie proche de la terre, un quotidien simple et sans... L'univers de Terremer m'a toujours semblé riche, complet et surtout très vivant, alors même que je trouvais qu'il y avait peu de descriptions du monde et de son histoire dans les tomes précédents. Avec les Contes de Terremer, j'ai été gâtée : entre les récits qui se passent à différentes époques et les annexes, on a de quoi faire question exploration. J'ai préféré ce tome-ci au précédent, Tehanu : Terremer se prête particulièrement bien aux récits courts, bien plus qu'aux récits longs. Chaque petite histoire, proche ou non de la « grande » Histoire du monde ajoute un peu de crédibilité et de vie, une touche de plus à un grand tableau. J'ai juste eu un peu de mal avec la fin de Libellule [masquer]qui m'a rappelé celle de Tehanu, avec une femme qui se transforme en dragon.[/masquer] La lecture de ce cycle est toujours un voyage, apaisant en un sens, et pourtant jamais calme. Le Guin sait appuyer où ça fait mal, et les thèmes de l'esclavage et du féminisme (entre autres) reviennent régulièrement. La plupart des personnages principaux, détenteurs de grands pouvoirs ou non, semblent presque tous rechercher une vie proche de la terre, un quotidien simple et sans cette avidité qui n'apporte rien de bon. L'écriture est très belle, poétique et précise à la fois. L'auteure fait preuve d'une justesse comme on en voit peu. Les histoires et les scènes dépeintes pourraient paraître grandiloquentes ou vieillottes, avec ce côté conte initiatique, mais ça n'est jamais le cas.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Crazynath Posté le 13 Novembre 2017
              Avec les contes de Terremer, Ursula Le Guin signe là le quatrième volet de cette saga de fantasy qui en compte cinq. Cette fois-ci, c’est sous la forme d’un recueil de nouvelles, (cinq pour être plus précise) que dame Ursula nous emmène à nouveau dans ce fabuleux archipel de Terremer. J’avoue que le format « nouvelles « est loin d’être mon genre littéraire préféré, mais comme je voulais retourner dans ce monde, je ne me suis pas trop faite prier. Une fois de plus, j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume magique de dame Ursula. Elle a l’art et la manière de raconter ses histoires avec cette pointe de poésie qui lui est propre. Et je ne parle même pas de ses descriptions, toujours aussi imagées. Dans « le trouvier «, elle nous raconte l’histoire de Loutre, qui est une des principales personnes ayant contribué à l’élaboration et la construction de l’école des sorciers de Roke. C’est la nouvelle la plus longue, puisqu’elle comporte 150 pages environ. « Rosenoire et Diamant » est une jolie petite nouvelle qui relate l’histoire d’amour de deux jeunes gens possédant tous les deux des « talents bien particuliers « . « Les os de la... Avec les contes de Terremer, Ursula Le Guin signe là le quatrième volet de cette saga de fantasy qui en compte cinq. Cette fois-ci, c’est sous la forme d’un recueil de nouvelles, (cinq pour être plus précise) que dame Ursula nous emmène à nouveau dans ce fabuleux archipel de Terremer. J’avoue que le format « nouvelles « est loin d’être mon genre littéraire préféré, mais comme je voulais retourner dans ce monde, je ne me suis pas trop faite prier. Une fois de plus, j’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir la plume magique de dame Ursula. Elle a l’art et la manière de raconter ses histoires avec cette pointe de poésie qui lui est propre. Et je ne parle même pas de ses descriptions, toujours aussi imagées. Dans « le trouvier «, elle nous raconte l’histoire de Loutre, qui est une des principales personnes ayant contribué à l’élaboration et la construction de l’école des sorciers de Roke. C’est la nouvelle la plus longue, puisqu’elle comporte 150 pages environ. « Rosenoire et Diamant » est une jolie petite nouvelle qui relate l’histoire d’amour de deux jeunes gens possédant tous les deux des « talents bien particuliers « . « Les os de la terre » permettent de découvrir Dulse, un sorcier possédant un talent bien particulier. La fin de l’histoire permet de faire le lien avec des personnages déjà rencontrés dans les autres tomes de cette saga. Ce sont les deux dernières nouvelles ( « Dans le grand Marais et « Libellule ») qui m’ont le plus interpellée et que j’ai aussi le plus apprécié. En effet, mon cher Ged réapparait ainsi que d’autres personnages eux aussi déjà croisés dans les livres précédents. Apres avoir lu l’histoire de Libellule, qui est la suite de Tehanu, je n’ai maintenant plus qu’une seule hâte : lire le dernier tome, ce qui ne saurait tarder. Challenge Poul Anderson / Ursula le Guin
              Lire la suite
              En lire moins
            • bhyujn456 Posté le 30 Mai 2017
              Une série d'histoires permettant d'approfondir certains personnages ou légendes cités dans les tomes précédents du cycle. Leur lecture est agréable et le dernier récit sera préférablement lu avant Le vent d'ailleurs .
            • ertiammot Posté le 28 Août 2016
              Très belle fresque Fantasy où l'on suit ged dit l'épervier jeune apprenti magicien au début mais promis à devenir l'un des plus puissants magiciens de son temps. Sa quête de rédemption après avoir fait l'erreur d'invoquer des magies qui n'auraient pas dû l'être est passionnante ! Un très bon ouvrage de Fantasy que les amateurs du genre devraient dévorer !
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.