Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221135471
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Contes de Terremer
Cycle Terremer, tome 3
Pierre-Paul Durastanti (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 03/10/2013
Éditeurs :
Robert Laffont
En savoir plus

Contes de Terremer

Cycle Terremer, tome 3

Pierre-Paul Durastanti (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Date de parution : 03/10/2013

Terremer est un nom magique, mais Terremer est d’abord un lieu magique, ensorcelé, un chapelet d’îles.
La plus étrange et la plus puissante est l’île de Roke, qui abrite l’école des...

Terremer est un nom magique, mais Terremer est d’abord un lieu magique, ensorcelé, un chapelet d’îles.
La plus étrange et la plus puissante est l’île de Roke, qui abrite l’école des sorciers.
Car, dans le monde de Terremer, la sorcellerie est une science qui se pratique selon des règles strictes.
Ursula Le Guin...

Terremer est un nom magique, mais Terremer est d’abord un lieu magique, ensorcelé, un chapelet d’îles.
La plus étrange et la plus puissante est l’île de Roke, qui abrite l’école des sorciers.
Car, dans le monde de Terremer, la sorcellerie est une science qui se pratique selon des règles strictes.
Ursula Le Guin est revenue explorer sa création dans ces contes qui se situent avant, entre ou après les événements décrits dans les précédents livres, Le Sorcier de Terremer, Les Tombeaux d'Atuan, L'Ultime rivage (réunis dans le volume Terremer) et Tehanu, tous publiés dans la même collection.
Terremer a été porté à l’écran par Goro Miyazaki.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221135471
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Robert Laffont
En savoir plus

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • FeyGirl 22/08/2021
    Près de 10 ans après Tehanu, Ursula Le Guin se replonge dans Terremer pour imaginer des récits approfondissant d’autres facettes de son univers. Elle nous propose dans ce tome (le cinquième de la saga, et non le troisième comme le suggèrent des éditeurs qui ont « fusionné » les trois premiers romans) cinq nouvelles où on retrouve cette ambiance unique rappelant les contes d’antan, regorgeants de symbolique. Cinq histoires de magiciens découvrant ou explorant leurs pouvoirs. Le trouvier : 600 ans avant la saga qu’on connaît, le monde de Terremer est bien différent et la magie, détournée pour se mettre au service des seigneurs de la guerre, est mal vue par la population. Dans ce contexte défavorable, Loutre est un fils d’une famille de charpentiers et possède un don qu’il doit cacher… Personnage modeste né à une époque où la formation des mages n’était pas formalisée, son parcours — qui marquera l’histoire de la magie à Terremer — commence dans un climat très sombre : ainsi on pénètre dans des mines de mercure où de jeunes esclaves meurent empoisonnés par le métal qu’ils extraient. Rosenoire et Diamant : Diamant est le fils d’un riche marchand ambitieux. Mais son père découvre qu’il a... Près de 10 ans après Tehanu, Ursula Le Guin se replonge dans Terremer pour imaginer des récits approfondissant d’autres facettes de son univers. Elle nous propose dans ce tome (le cinquième de la saga, et non le troisième comme le suggèrent des éditeurs qui ont « fusionné » les trois premiers romans) cinq nouvelles où on retrouve cette ambiance unique rappelant les contes d’antan, regorgeants de symbolique. Cinq histoires de magiciens découvrant ou explorant leurs pouvoirs. Le trouvier : 600 ans avant la saga qu’on connaît, le monde de Terremer est bien différent et la magie, détournée pour se mettre au service des seigneurs de la guerre, est mal vue par la population. Dans ce contexte défavorable, Loutre est un fils d’une famille de charpentiers et possède un don qu’il doit cacher… Personnage modeste né à une époque où la formation des mages n’était pas formalisée, son parcours — qui marquera l’histoire de la magie à Terremer — commence dans un climat très sombre : ainsi on pénètre dans des mines de mercure où de jeunes esclaves meurent empoisonnés par le métal qu’ils extraient. Rosenoire et Diamant : Diamant est le fils d’un riche marchand ambitieux. Mais son père découvre qu’il a des dons, et se demande quel grand avenir préparer pour son fils, alors que celui-ci, de tempérament plus modeste, se lie avec Rosenoire, la fille d’une sorcière. Courte nouvelle qui met en lumière les choix à assumer pour ceux qui veulent devenir mages, la magie ne se mariant pas avec la musique ou les affaires, et un mage ne s’alliant pas avec une sorcière. Les Os de la terre : Dulce, le vieux magicien de Re Albi qui a des relations faussement distantes avec le jeune sorcier Silence, recherche où sera l’épicentre du prochain tremblement de terre de l’île. Dans le grand marais : dans une région isolée et humide en hiver, le bétail tombe malade. Un guérisseur vient proposer son aide, mais cet homme semble hors du monde et de la société. Libellule : une jeune fille d’une ancienne famille puissante grandit à l’écart avec son père, homme amer sur la perte des richesses et du pouvoir de ses ancêtres. Naïve, ignorante et pataude, elle attire l’attention d’un jeune magicien qui souhaite la séduire. Pourtant, Libellule sait qu’elle un a talent, sans savoir lequel, et elle veut aller à Roke pour le découvrir. Dans ces nouvelles, nous rencontrons parfois des personnages ou des principes déjà dévoilés dans les tomes précédents : même si elles sont indépendantes, il est préférable de les lire après les quatre premiers volumes du cycle. Elles raviront ceux qui apprécient la plume évocatrice de l’auteure et ses récits empreints de symbolique à décrypter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nadou38 18/04/2020
    Je crois bien ma meilleure lecture du cycle de Terremer jusqu’à présent ! Les « Contes de Terremer » de Ursula K. Le Guin est un magnifique recueil de cinq nouvelles, racontant différentes histoires indépendantes sur l’archipel de Terremer à travers le temps. Ces histoires tournent beaucoup autour de la magie et de l’île de Roke, lieu sacré des grands magiciens. Conte 1 : Le Trouvier Conte 2 : Rosemoire et Diamant Conte 3 : Les os de la terre Conte 4 : Dans le grand marais Conte 5 : Libellule Je ne vais pas présenter chacune de ces nouvelles pour en laisser la surprise aux futurs lecteurs. Mais je peux dire en revanche qu’elles m’ont toutes enthousiasmées. L’écriture y est pour beaucoup, l’auteure excelle toujours autant pour nous immerger dans cet univers plein de magie et de poésie. Mais ce que j’ai apprécié aussi, ce sont toutes ces références aux volumes précédents. On retrouve des lieux, mais aussi des personnages évoqués dans Terremer et Tehanu qui font sens et lient les différents récits (contes et romans). C’est comme si toutes les pièces d’un puzzle étaient enfin réunies pour nous révéler l’ensemble. Demeure quand même une ouverture finale sur le dernier conte qui interroge sur l’avenir, et je pense que... Je crois bien ma meilleure lecture du cycle de Terremer jusqu’à présent ! Les « Contes de Terremer » de Ursula K. Le Guin est un magnifique recueil de cinq nouvelles, racontant différentes histoires indépendantes sur l’archipel de Terremer à travers le temps. Ces histoires tournent beaucoup autour de la magie et de l’île de Roke, lieu sacré des grands magiciens. Conte 1 : Le Trouvier Conte 2 : Rosemoire et Diamant Conte 3 : Les os de la terre Conte 4 : Dans le grand marais Conte 5 : Libellule Je ne vais pas présenter chacune de ces nouvelles pour en laisser la surprise aux futurs lecteurs. Mais je peux dire en revanche qu’elles m’ont toutes enthousiasmées. L’écriture y est pour beaucoup, l’auteure excelle toujours autant pour nous immerger dans cet univers plein de magie et de poésie. Mais ce que j’ai apprécié aussi, ce sont toutes ces références aux volumes précédents. On retrouve des lieux, mais aussi des personnages évoqués dans Terremer et Tehanu qui font sens et lient les différents récits (contes et romans). C’est comme si toutes les pièces d’un puzzle étaient enfin réunies pour nous révéler l’ensemble. Demeure quand même une ouverture finale sur le dernier conte qui interroge sur l’avenir, et je pense que le quatrième volume du cycle (mais sixième roman), Vent d’Ailleurs, apportera des réponses. En tout cas je l’espère. Dans son avant-propos, l’auteure dit : « Les cinq contes de ce recueil explorent ou prolongent le monde décrit dans les quatre premiers romans de Terremer. Si chacun forme un récit autonome, mieux vaut les lire avant, et non après, lesdits livres. » Moi j’ai lu les Contes après. J’ai quand même grandement apprécié, et, vu les raisons que j’ai évoquées plus haut, j’imagine l’effet similaire dans l’autre sens. Si des lecteurs ont commencé par la lecture des Contes, je suis curieuse de lire leurs avis. Un autre point positif à cet ouvrage, c’est une carte de l’archipel qui se trouve en début. Très utile car je l’ai consulté à de nombreuses reprises. Il y a également en fin d’ouvrage une description de Terremer sur ses peuples, ses langues, son histoire, sa magie… J’ai en particulier beaucoup apprécié le récit sur le dernier roi Maharion et son ami le mage Erreth-Akbe. Il ne me reste plus qu’à prolonger l’aventure avec Vent d’ailleurs pour terminer ce beau voyage à Terremer. Challenge multi-auteures SFFF 2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • JCLDLGR 25/11/2018
    Je referme ce livre avec le même sentiment d'inachevé que les précédents. je pensais que le format "nouvelles" était plus propice à son expression, mais il reste toujours que beaucoup de divagations et de conversations ralentissent la narration, sans que ça apporte quelque chose à l'histoire. Ces nouvelles s'inscrivent comme un entrelacs des 2 premiers livres, et content l'initiation et la vie de certains personnages clés. J'ai bien aimé la première et la dernière nouvelle, parce que le mystère est maintenu jusqu'au bout.
  • Luria 12/11/2018
    "Les choses changent    Il faut parfois se méfier des auteurs et des sorciers       nul ne saurait expliquer un dragon" De ces histoires j'ai foulé Roke, venteux et désolé avant que l'école soit fondée. Ouvert la terre avec son vrai nom. Arpenté le bosquet auprès d'amoureux. Accueilli des voyageurs perdus. Râlé qu'il fallait que je lave mes pieds avant de les poser sur mon beau parquet noir et lustré. Et surtout j'ai côtoyé un dragon. Je n'aime pas les nouvelles. Ce n'est pas un format qui me plaît d'habitude. Mais là tout semblait s'imbriquer pour peupler et étoffer Terremer et j'ai apprécié chaque lecture même si parfois j'ai quitté certaines et certains à regret. Oui il faut se méfier des auteurs. Ils vous ensorcelent. Peut être parce qu'ils connaissent notre vrai nom.
  • Miney 31/01/2018
    L'univers de Terremer m'a toujours semblé riche, complet et surtout très vivant, alors même que je trouvais qu'il y avait peu de descriptions du monde et de son histoire dans les tomes précédents. Avec les Contes de Terremer, j'ai été gâtée : entre les récits qui se passent à différentes époques et les annexes, on a de quoi faire question exploration. J'ai préféré ce tome-ci au précédent, Tehanu : Terremer se prête particulièrement bien aux récits courts, bien plus qu'aux récits longs. Chaque petite histoire, proche ou non de la « grande » Histoire du monde ajoute un peu de crédibilité et de vie, une touche de plus à un grand tableau. J'ai juste eu un peu de mal avec la fin de Libellule [masquer]qui m'a rappelé celle de Tehanu, avec une femme qui se transforme en dragon.[/masquer] La lecture de ce cycle est toujours un voyage, apaisant en un sens, et pourtant jamais calme. Le Guin sait appuyer où ça fait mal, et les thèmes de l'esclavage et du féminisme (entre autres) reviennent régulièrement. La plupart des personnages principaux, détenteurs de grands pouvoirs ou non, semblent presque tous rechercher une vie proche de la terre, un quotidien simple et sans... L'univers de Terremer m'a toujours semblé riche, complet et surtout très vivant, alors même que je trouvais qu'il y avait peu de descriptions du monde et de son histoire dans les tomes précédents. Avec les Contes de Terremer, j'ai été gâtée : entre les récits qui se passent à différentes époques et les annexes, on a de quoi faire question exploration. J'ai préféré ce tome-ci au précédent, Tehanu : Terremer se prête particulièrement bien aux récits courts, bien plus qu'aux récits longs. Chaque petite histoire, proche ou non de la « grande » Histoire du monde ajoute un peu de crédibilité et de vie, une touche de plus à un grand tableau. J'ai juste eu un peu de mal avec la fin de Libellule [masquer]qui m'a rappelé celle de Tehanu, avec une femme qui se transforme en dragon.[/masquer] La lecture de ce cycle est toujours un voyage, apaisant en un sens, et pourtant jamais calme. Le Guin sait appuyer où ça fait mal, et les thèmes de l'esclavage et du féminisme (entre autres) reviennent régulièrement. La plupart des personnages principaux, détenteurs de grands pouvoirs ou non, semblent presque tous rechercher une vie proche de la terre, un quotidien simple et sans cette avidité qui n'apporte rien de bon. L'écriture est très belle, poétique et précise à la fois. L'auteure fait preuve d'une justesse comme on en voit peu. Les histoires et les scènes dépeintes pourraient paraître grandiloquentes ou vieillottes, avec ce côté conte initiatique, mais ça n'est jamais le cas.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.