Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221156728
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Correspondances conjugales 1914-1918
Dans l'intimité de la Grande Guerre
Date de parution : 16/10/2014
Éditeurs :
Bouquins

Correspondances conjugales 1914-1918

Dans l'intimité de la Grande Guerre

Date de parution : 16/10/2014

Aucune guerre, sans doute, n’a aussi massivement affecté les Français dans leur vie personnelle que celle de 14-18. Ce livre exhume tout un pan méconnu de notre histoire nationale en...

Aucune guerre, sans doute, n’a aussi massivement affecté les Français dans leur vie personnelle que celle de 14-18. Ce livre exhume tout un pan méconnu de notre histoire nationale en nous montrant comment des millions de nos compatriotes ont vécu et ressenti ces cinq années de combats à travers leurs...

Aucune guerre, sans doute, n’a aussi massivement affecté les Français dans leur vie personnelle que celle de 14-18. Ce livre exhume tout un pan méconnu de notre histoire nationale en nous montrant comment des millions de nos compatriotes ont vécu et ressenti ces cinq années de combats à travers leurs correspondances. Alors que le conflit les contraint à vivre à distance, sous la menace omniprésente de la mort, la plupart des couples ont poursuivi leur vie intime par le biais de leurs seuls échanges épistolaires.
Quelles formes prend une telle relation quand elle se limite à l’écrit durant une aussi longue période ? Que devient le quotidien conjugal quand il est à ce point bouleversé par l’éloignement et la séparation ? Comment s’expriment alors le sentiment amoureux et le désir sexuel ? Clémentine Vidal-Naquet a rassemblé dans ce volume neuf types de correspondances, souvent inédites, qui répondent à toutes ces questions en offrant autant d’exemples vivants, concrets et immédiats.
Les couples choisis, célèbres (Philippe Pétain et sa compagne, Jacques et Isabelle Rivière, le député Abel Ferry et sa conjointe) ou anonymes, présentent une grande diversité sociale. Écrivains, commerçants, paysans, homme politique, chef militaire, tous racontent à leur manière la guerre telle qu’elle se passe pour les hommes mobilisés sur le front. En faisant une large place à la parole des femmes et à leurs témoignages, à un moment où elles sont contraintes d’assumer seules la gestion de leur foyer, ce livre rend un juste hommage au rôle primordial qu’elles ont tenu dans cette épreuve.
En dépassant le seul cadre militaire et guerrier, l’ouvrage de Clémentine Vidal-Naquet nous plonge au coeur d’une histoire collective qui a bouleversé l’existence de tout un peuple. Il permet aussi de mieux comprendre la dimension tragique de ce conflit qui n’épargna pratiquement aucune famille française et continue, cent ans plus tard, de hanter notre mémoire commune.
Version abrégée.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221156728
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Tricape 11/12/2020
    Encore des lettres de 1914-18 ? Oui, mais... quelles belles correspondances intimes ! Clémentine Vidal-Naquet nous offre un florilège de neuf correspondances croisées ; non seulement nous avons les lettres envoyées du front vers l'arrière, mais aussi, fait rare, les lettres de la femme ou de la fiancée adressées au mari ou au "promis" sur le front. Travail de chercheuse, travail d'historienne et trésor pour nous autres, plus d'un siècle plus tard, que de rentrer dans l'intimité conjugale soumise à l'absence et à l'angoisse de la mort. Je ne retiens que trois couples pour vous inviter à lire ce livre qui devrait désormais faire référence : 1- Henri et Sophie. Lui : soldat, elle : civile très rapidement piégée dans le territoire occupé. Les fiancés sont séparés par la ligne de front : les lettres de Sophie ne parviennent plus à Henri. Ce cernier, de septembre 1914 à janvier 1919, écrit inlassablement à sa belle, sans jamais avoir de réponse et en apprenant même en mars 1917 que ses lettres précédentes ne sont... Encore des lettres de 1914-18 ? Oui, mais... quelles belles correspondances intimes ! Clémentine Vidal-Naquet nous offre un florilège de neuf correspondances croisées ; non seulement nous avons les lettres envoyées du front vers l'arrière, mais aussi, fait rare, les lettres de la femme ou de la fiancée adressées au mari ou au "promis" sur le front. Travail de chercheuse, travail d'historienne et trésor pour nous autres, plus d'un siècle plus tard, que de rentrer dans l'intimité conjugale soumise à l'absence et à l'angoisse de la mort. Je ne retiens que trois couples pour vous inviter à lire ce livre qui devrait désormais faire référence : 1- Henri et Sophie. Lui : soldat, elle : civile très rapidement piégée dans le territoire occupé. Les fiancés sont séparés par la ligne de front : les lettres de Sophie ne parviennent plus à Henri. Ce cernier, de septembre 1914 à janvier 1919, écrit inlassablement à sa belle, sans jamais avoir de réponse et en apprenant même en mars 1917 que ses lettres précédentes ne sont pas parvenues à Sophie. Malgré cela, Henri continue d'écrire mais le dialogue amoureux tourne alors au monologue tragique. Poignant. 2- Abel et Hélène. En juin 1914 Abel est sous-secrétaire d’État ; il a épousé Hélène sept mois auparavant. Non mobilisable (car membre du Gouvernement), il démissionne et rejoint son régiment d'infanterie. Il sera tué le 15 septembre 1918. Dans cette correspondance vous mesurerez l'engagement républicain de Jules, son mépris des bureaucrates et ses critiques des décisions militaires, son souci d'informer et d'impliquer les parlementaires et vous découvrirez l'audace d'Hélène, son soutien indéfectible au député-soldat. C'est Hélène qui retranscrira pour leurs filles les lettres d'Abel. Dans sa dédicace elle leur écrit en se référant à l'Idéal (avec un "i" majuscule) : "Lui seul fait la vie belle et la mort légère". 3- Maurice et Yvonne sont mariés depuis deux ans et ont un fils. Ils ont été séparés pendant leurs fiançailles et avaient alors, pendant trois mois, fait connaissance l'un de l'autre presque uniquement par correspondance. C'est pourquoi Yvonne considère la guerre comme une occasion de "Nouvelles fiançailles", entendez par là un soutien réciproque, un échange approfondi de leurs sentiments et un renforcement du lien qui les unit. Familiers de la lecture et de l'écriture, catholiques convaincus et engagés, ils se livrent en totalité l'un à l'autre avec la pudeur qui convient mais sans parvenir à nous masquer le feu ardent de leur amour et de leur désir. Dès septembre 1915, Maurice, capitaine, est tué au combat après avoir "regardé la mort bien en face". Cette correspondance contient également le témoignage bouleversant et pathétique d'Yvonne, daté d'avril 1922, quand elle a dû assister à l'exhumation de la dépouille de Maurice. J'ai toujours pensé que la littérature seule pouvait nous faire comprendre la guerre "de l'intérieur" et que les livres d'histoire, les articles de journaux ne pouvaient, eux, nous la décrire que de l'extérieur. Si les correspondances présentées par Clémentine Vidal-Naquet renforcent ma conviction, c'est qu'elles ont été écrites sans arrière-pensée, n'étaient pas destinées à être publiées, et, de ce fait, nous immergent dans l'authenticité des émotions vécues en temps de guerre.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Bouquins
Bouquins s'adresse à tous ceux qui ont la passion de lire et de découvrir, aussi bien à l'étudiant qu'au professeur ou à l'amateur de curiosités, bref à la foule des lectrices et des lecteurs qui croient encore qu'un bon livre reste l'un des plus merveilleux compagnons de vie.