Lisez! icon: Search engine

Cuisine sanglante

12-21
EAN : 9782823874006
Code sériel : 10007
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe
Cuisine sanglante

Philippe BONNET (Traducteur)
Date de parution : 11/07/2019

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa sœur en morceaux qu'elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition...

« D'où provenait la fascination qu'exercait Olive Martin ? Du spectacle grotesque de son mètre cinquante-cinq pour quelque cent vingt kilos ? De la répulsion qu'elle inspirait ? Elle avait débité sa mère et sa sœur en morceaux qu'elle avait rassemblés sur le sol de la cuisine en une composition abstraite sanguinolente. Le crime mis à part, ce qui rendait son cas exceptionnel, c'est qu'elle avait plaidé coupable et même refusé de répondre. »

Dès sa première rencontre avec Olive Martin, Rosalind Leigh, qui a accepté d'écrire un livre sur elle, a le sentiment que la meurtrière obèse n'est pas coupable. Mais alors pourquoi ces aveux ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782823874006
Code sériel : 10007
Façonnage normé : EPUB3
DRM : DRM Adobe

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cascasimir Posté le 7 Novembre 2019
    Interview de l'auteure, next.libération.fr: "... cet homme, dont j'ai fait la connaissance lors d'une visite en prison, à l'époque où j'écrivais " Cuisine sanglante". Il mesurait 2 mètres, était incroyablement large... Un homme énorme, condamné pour un crime terrible." "Cette sensation d'enfermement avec un homme, qui avait commis un crime terrifiant, et très intimidant physiquement, était plutôt stressante." Rosalind Leigh éprouve de l'horreur et du dégoût face à Olive Martin. Elle veut écrire un livre sur la folle "qui a débité sa mère et sa soeur en morceaux, qu'elle avait rassemblés sur le sol, en une composition abstraite sanguinolente"... Un puzzle, comme ces 2 corps sur le sol, que Rosalind refuse de prime abord! Un monstre de 120 kilos pour 1,55 mètre. Une condamnation à perpétuité, assortie d'une peine incompressible de 25 ans. Incompréhensible ce meurtre? Alors qu'Olive a avoué et a refusé un avocat. Olive Martin prit "une hache, une hache, et en donna 40 coups à sa mère... puis 41 coups, à sa soeur, à sa soeur". Rosalind est effrayée par cet être monstrueux, "dont le visage incroyablement bouffi ne trahissait aucune émotion" Elle sentait l'odeur de transpiration particulière aux femmes obèses... Les cheveux d'un blond sale, luisants et clairsemés, des auréoles sous les aisselles, Olive ressemblait à un... Interview de l'auteure, next.libération.fr: "... cet homme, dont j'ai fait la connaissance lors d'une visite en prison, à l'époque où j'écrivais " Cuisine sanglante". Il mesurait 2 mètres, était incroyablement large... Un homme énorme, condamné pour un crime terrible." "Cette sensation d'enfermement avec un homme, qui avait commis un crime terrifiant, et très intimidant physiquement, était plutôt stressante." Rosalind Leigh éprouve de l'horreur et du dégoût face à Olive Martin. Elle veut écrire un livre sur la folle "qui a débité sa mère et sa soeur en morceaux, qu'elle avait rassemblés sur le sol, en une composition abstraite sanguinolente"... Un puzzle, comme ces 2 corps sur le sol, que Rosalind refuse de prime abord! Un monstre de 120 kilos pour 1,55 mètre. Une condamnation à perpétuité, assortie d'une peine incompressible de 25 ans. Incompréhensible ce meurtre? Alors qu'Olive a avoué et a refusé un avocat. Olive Martin prit "une hache, une hache, et en donna 40 coups à sa mère... puis 41 coups, à sa soeur, à sa soeur". Rosalind est effrayée par cet être monstrueux, "dont le visage incroyablement bouffi ne trahissait aucune émotion" Elle sentait l'odeur de transpiration particulière aux femmes obèses... Les cheveux d'un blond sale, luisants et clairsemés, des auréoles sous les aisselles, Olive ressemblait à un personnage de caricature, "un immense paquet de chair boursouflée". Il y a un gros héritage derrière ce puzzle, Peter Crew, un avocat étrange, et des voisins bizarres. Rosalind tombe sur le sergent Hawksley,( le premier sur le lieu du crime) qui va enquêter sur elle, un homme l'agresse, son ex-mari la frappe... Olive ne croit pas en Dieu. " Non. Je suis une païenne. Je crois aux forces de la nature." Elle confectionne, dans sa cellule, des statuettes vaudou, dont une représentant la jolie écrivainne... Rosalind en vient à douter. Peut-on découper ses propres parents ainsi? Gwen, la mère, était encore vivante... A moins que...? La meurtrière se servirait de Rosalind, mais alors, pourquoi? Elle a été déclarée saine d'esprit, par plusieurs psychiatres ! Mon Dieu, "...il aperçut les corps mutilés, la hache, les flots de sang sur le sol. Du sang, montait une odeur insoutenable". Hawksley fut ..."en proie à d'interminables nausées" et faillit vomir !
    Lire la suite
    En lire moins
  • julienraynaud Posté le 2 Septembre 2018
    Machiavélique. J'avais d'abord vu le téléfilm, et je n'avais rien vu venir. Ensuite je l'ai lu, il doit y avoir 20 ans, et j'ai envie de le relire !
  • Colchik Posté le 7 Août 2017
    Formidable intrigue de Minette Walters ! Olive Martin, une jeune fille obèse, a été condamnée à perpétuité pour les meurtres de sa mère et de sa sœur en 1988. Elle croupit en prison sans inspirer la moindre pitié à ses gardiens, ses défenseurs, ou même ses rares visiteurs. Elle a un visage ingrat, un corps noyé dans la graisse, un caractère imprévisible qui cache une intelligence redoutable. C'est une criminelle et l'horreur qu'inspirent ses crimes la rejette dans une solitude qu'aucune bonne volonté ne parvient à percer. La seule occupation à laquelle s'adonne la condamnée est la sculpture de petites figurines humaines. Rosalind Leigh n'a pas vraiment le choix : ou elle accepte de faire un livre sur Olive Martin ou son éditrice lui coupe les vivres. La mort de sa fille Alice dans un accident de voiture alors que son mari était au volant a fait voler en éclats son mariage et depuis il ne reste de l'écrivain qu'une femme amère dont l'inspiration s'est tarie avec le chagrin et la rancune. Entre Roz et Olive, il y a deux vies saccagées et, sans doute, la même colère dévastatrice qui ronge lentement les êtres de l'intérieur. Lorsque Roz accepte de reprendre... Formidable intrigue de Minette Walters ! Olive Martin, une jeune fille obèse, a été condamnée à perpétuité pour les meurtres de sa mère et de sa sœur en 1988. Elle croupit en prison sans inspirer la moindre pitié à ses gardiens, ses défenseurs, ou même ses rares visiteurs. Elle a un visage ingrat, un corps noyé dans la graisse, un caractère imprévisible qui cache une intelligence redoutable. C'est une criminelle et l'horreur qu'inspirent ses crimes la rejette dans une solitude qu'aucune bonne volonté ne parvient à percer. La seule occupation à laquelle s'adonne la condamnée est la sculpture de petites figurines humaines. Rosalind Leigh n'a pas vraiment le choix : ou elle accepte de faire un livre sur Olive Martin ou son éditrice lui coupe les vivres. La mort de sa fille Alice dans un accident de voiture alors que son mari était au volant a fait voler en éclats son mariage et depuis il ne reste de l'écrivain qu'une femme amère dont l'inspiration s'est tarie avec le chagrin et la rancune. Entre Roz et Olive, il y a deux vies saccagées et, sans doute, la même colère dévastatrice qui ronge lentement les êtres de l'intérieur. Lorsque Roz accepte de reprendre l'enquête, elle croise le chemin de l'ancien sergent Hawksley, patron du restaurant le Pique-Assiette. De la police à la restauration, il y a un grand pas, et si Hawksley l'a franchi allègrement, il commence à s'en mordre les doigts. La clientèle déserte les lieux, les bruits les plus infamants circulent sur son compte et des voyous s'en prennent à l'établissement. Les appétits de certains hommes d'affaires véreux sont moins réveillés par la cuisine de Hawksley que par l'emplacement du restaurant. Minette Walters a rassemblé les meilleurs ingrédients pour nous faire un plat épicé à souhait : le personnage d'Olive Martin, inquiétant et retors, nous met mal à l'aise, la vie terne et conformiste des classes populaires est parfaitement suggérée au travers des familles Martin et Clarke et il faut attendre les dernières pages pour que le visage du véritable meurtrier se révèle enfin. Un épilogue énigmatique nous procure un dernier frisson. Dans ce livre, lauteur peaufine la technique qui fait une bonne part de son succès : récit fragmenté, tensions internes des personnages et caractères bien trempés. De la belle ouvrage.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lisabeth Posté le 6 Décembre 2016
    Quel plaisir de lire une histoire de Minette Walters ! Cette histoire est encore l'une des meilleures que j'ai pu lire de cette auteure. L'histoire est bien racontée, l'écriture coule, il n'y a pas de longueur, aucune description fastidieuse ou inutile. Les personnages ont des personnalités complexes et proches de la réalité ce qui m'amène à penser en refermant ce roman que l'histoire peut être bien réelle. Donc, le but est atteint !
  • Jenta3 Posté le 19 Janvier 2016
    Ce roman a été choisi par mon club de lecture (Lire @ Liège) pour la rencontre de janvier. J'avoue que lors du sondage pour choisir notre lecture en ce 1er mois de l'année ce n'est pas celui là que j'avais plébiscité. Mais je suis heureuse d'avoir pu lire ce livre car c'est un coup de cœur pour moi. Je suis adepte des genres policier et thriller. J'adore les enquêtes, le sang ne me dégoûte pas et le glauque non plus. J'ai retrouvé dans ce bouquin tous les ingrédients que j'aime dans ce genre de lecture. Le suspens est là tout au long de l'histoire. Les indices vont et viennent, tricotent et détricotent les théories que l'héroïne et moi, lectrice faisions. Il y a un peu d'humour, un peu de "psychologie" et beaucoup de rebondissements. L'écriture est juste parfaite à mon goût. Un livre pour lequel je me dis : "allez encore un chapitre..." est un livre qui mérite un cœur comme appréciation et c'est le cas pour celui-ci. Madame Walters, je relirai un de vos romans prochainement et avec grand plaisir !
12-21, la newsletter des lecteurs numériques.
Un rendez-vous dédié, pour ne jamais être à court d'e-books !