Lisez! icon: Search engine
Plon
EAN : 9782259284400
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Dictionnaire amoureux du polar

Date de parution : 22/10/2020
« Voici le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près). »
 
« Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce... « Nos amis italiens et espagnols (ils ne sont pas les seuls) ne font guère de distinction entre « roman noir » et « roman policier ». Mais comme en France, nous la faisons, en toute logique ce dictionnaire devrait ne comprendre que des entrées concernant le roman policier. Si vous en êtes d’accord, ce sera ma première licence : je parle d’un univers littéraire qui est le mien, on y trouvera aussi bien du « polar » que du « noir ».
S’agissant d’un univers « littéraire », il ne devrait y avoir ici que des livres. Ce sera ma seconde licence : incidemment, on y trouvera quelques films, quelques séries TV, quelques BD, des librairies, des blogs.
Enfin, autant prévenir tout de suite : pour les définitions maîtrisées, les monographies exhaustives, les analyses thématiques, etc., le lecteur trouvera facilement d’excellents ouvrages (j’en cite quelques-uns, en fin de volume) qui correspondront à cette attente. C'est à un écrivain que l’éditeur a confié ce Dictionnaire amoureux. Je parlerai donc ici en lecteur et en romancier. Il y aura des oublis impardonnables, des injustices, des jugements contestables. C'est inévitable mais je ne fais que respecter le projet de cette collection : c’est le dictionnaire de ce que j’aime (à quelques oublis près).
Lorsque je lis un Dictionnaire amoureux, rien ne me fait plus plaisir que de découvrir des choses que je sais déjà. C’est un peu comme pour le Nobel de littérature : le jour de la proclamation, quand il s'agit de quelqu'un dont je connais déjà le nom, j'ai l’impression d’être cultivé. J’espère que ce Dictionnaire amoureux réservera au lecteur quelques-unes de ces satisfactions mais aussi quelques surprises, quelques découvertes. Et l’envie de lire et de relire encore cette littérature majeure qui, quoiqu’on en dise, reste durablement marquée par le prosaïsme de ses origines.
Alphabétique (de « s’abîmer » à « vouloir-saisir »), totalement subjectif (« on a rendu à ce discours sa personne fondamentale qui est le JE »), sans prétention à l’exhaustivité…, je crois que les Fragments d’un discours amoureux (1977) peut être considéré comme l’ancêtre des Dictionnaires amoureux. Puisqu’il correspond très exactement à mon projet, je reprends donc ici, à la lettre, l’exergue de Roland Barthes : C’est donc un amoureux qui parle et qui dit : »
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782259284400
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

" C'est un livre imposant, formidable de passion partageuse, qui alterne coups de cœur et piques bien senties. Un ouvrage gourmand où l'amateur picorera - ou dévorera selon son appétit-portraits d'écrivains (d'Eric AmbleràDon Winslow en passant par Jean-Patrick Manchette, Elisabeth George, Donald Westlake et tant d'autres), évocation de personnages phares (Pierre Lemaitre adore Colurnbo) et de films et de séries de référence (« Garde à vue », « The Wire »...). "
Jean-Marc Le Scouarnec / La Depêche
" Ce qu'il y a d'épatant dans ce dictionnaire, c'est que l'on peut avoir tout lu ou rien et y prendre un égal plaisir. "
J. M. / Le Point
" Voilà un livre de chevet qui respire l'amour du roman, noir ou thriller, qu'importe. Subjectif, Pierre Lemaitre ? Affirmatif ! Et c'est ce qu'on attendait d'un homme qui a lu, beaucoup, rencontré nombre d'auteurs évoqués, qui nous parle de héros, de salauds, de Columbo sans être démago. Çà et là, on découvre les personnages et auteurs qui l'ont inspiré, ceux qu'il a glissés en filigrane dans ses œuvres, comme autant d'hommages discrets. Comme nous, il voue une admiration à l'humble John Harvey, à Lehane, Vargas ou Jonquet. Livres, séries, cinéma, c'est à une belle déclaration que l'on assiste ici. Prêt à défendre le noir et sa noblesse, l'auteur d'Au revoir là-haut offre aussi de nouvelles pistes à explorer. Jouissif. "
E.B. / La Voix du Nord

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cetjmlaffont Posté le 14 Octobre 2021
    On pardonne volontiers à Pierre Lemaitre d'avoir oublié certains de nos auteurs favoris comme c'est le cas pour moi de Frédéric H. Fajardie, ce d'autant plus qu'il prend la précaution de nous prévenir en quatrième de couverture en évoquant des "oublis impardonnables". Je courais peu de risques d'être déçu par l'auteur, entre autres, de polars aussi remarquables que "Robe de marié" ou la "trilogie Verhoeven" mais c'est peu de dire que j'ai été enthousiasmé par ce dictionnaire amoureux ! J'ai autant aimé les commentaires sur les auteurs ou les romans que je connaissais que la découverte de polars et d'écrivains totalement inconnus de moi. L'incitation à la lecture de certains romans a été si forte que je me suis empressé d'en faire d'ailleurs la commande ... L'humour est souvent corrosif et la présence de leur nom dans ce dictionnaire est loin de garantir aux auteurs une ode à leurs écrits . Ainsi, on peut lire pour Mary Higgins Clark " Quarante ans de carrière, cinquante thrillers, deux cent cinquante millions d'exemplaires vendus et pas une seule ligne de littérature." Pierre Lemaitre estime aussi que l'oeuvre d'Agatha Christie relève de l'archéologie du polar et que c'est à ce titre qu'on... On pardonne volontiers à Pierre Lemaitre d'avoir oublié certains de nos auteurs favoris comme c'est le cas pour moi de Frédéric H. Fajardie, ce d'autant plus qu'il prend la précaution de nous prévenir en quatrième de couverture en évoquant des "oublis impardonnables". Je courais peu de risques d'être déçu par l'auteur, entre autres, de polars aussi remarquables que "Robe de marié" ou la "trilogie Verhoeven" mais c'est peu de dire que j'ai été enthousiasmé par ce dictionnaire amoureux ! J'ai autant aimé les commentaires sur les auteurs ou les romans que je connaissais que la découverte de polars et d'écrivains totalement inconnus de moi. L'incitation à la lecture de certains romans a été si forte que je me suis empressé d'en faire d'ailleurs la commande ... L'humour est souvent corrosif et la présence de leur nom dans ce dictionnaire est loin de garantir aux auteurs une ode à leurs écrits . Ainsi, on peut lire pour Mary Higgins Clark " Quarante ans de carrière, cinquante thrillers, deux cent cinquante millions d'exemplaires vendus et pas une seule ligne de littérature." Pierre Lemaitre estime aussi que l'oeuvre d'Agatha Christie relève de l'archéologie du polar et que c'est à ce titre qu'on peut encore la lire. Si on tient à rire sans retenue, je conseille la lecture du commentaire sur la quatrième de couverture de Carmen (Nevada) dont l'auteur s'est particulièrement distingué. Un dictionnaire dans lequel je ne manquerai pas de replonger souvent !
    Lire la suite
    En lire moins
  • rosulien Posté le 14 Septembre 2021
    J’acheté ce livre de notre ami Pierre Lemaître après l’avoir emprunté à une médiathèque Car , c’est un livre qu’ on picore avec grand plaisir et qu’on laisse à portée de main Pierre Lemaître assume sa subjectivité, Ses coups de cœur et ses coups de griffe On se sent vite en terrain familier Il y a beaucoup d’auteurs connus, d’autres plus classiques et d’autres qu’on découvre Il y’en a pour tous les goûts.Il ne s’agit seulement de romans policiers mais d’un cercle qui s’est progressivement élargi au fil des décennies pour sortir du style classique des débuts avec grosso modo, un crime , un enquêteur,un coupable De San Antonio à DOA en passant par Sepulveda, Tim Willocks,Cédric Bannel, sans oublier Dexter ou Breaking Bad, vous trouverez forcément votre bonheur même si vous n’êtes pas obligés d’avoir les mêmes goûts que Pierre Lemaître C’est un dictionnaire qui n’en est pas un C’est ce qui fait son charme
  • Bazart Posté le 27 Avril 2021
    “Le dictionnaire amoureux du polar” de notre tant aimé Pierre Lemaitre , qu'on avait eu la chance de rencontrer l'année dernière , est un beau diamant noir couvrant brillamment l'univers du polar tout en éclairant le petit monde du polar. Le prix Goncourt 2013 s'est atellé à ce travail avec énormément de générosité et de voracité. Somme de 800 pages et fruit de trois ans de travail, travail collossal nourri de milliers de lectures . Des grands noms d'hier et d'aujourd'hui où Chandler cotoie Hervé le Corre, John le Carré visine avec Jean Claude Izzo et Pennac fraie avec Caryl Ferey... On peut tout à fait l'aborder par l'index de fin, en retrouvant les auteurs qu'on aime et se délectant des portraits dressés d'une main de maitre ou en le dévorant d'un bloc. Pierre Lemaitre y montre sa profonde admiration pour certains des spécialistes du noir; on sent qu'il a pris énormément de plaisir à l'exercice . Quelques petits coups de griffe plutôt legers- sauf pour certains auteurs comme Ruth Rendell, dont il ne partage ni les convictions de la romancière comme de ses personnages- et évidemment pas mal de subjectivité ( mais c'est la loi du genre) mais surtout beaucoup de déférence et... “Le dictionnaire amoureux du polar” de notre tant aimé Pierre Lemaitre , qu'on avait eu la chance de rencontrer l'année dernière , est un beau diamant noir couvrant brillamment l'univers du polar tout en éclairant le petit monde du polar. Le prix Goncourt 2013 s'est atellé à ce travail avec énormément de générosité et de voracité. Somme de 800 pages et fruit de trois ans de travail, travail collossal nourri de milliers de lectures . Des grands noms d'hier et d'aujourd'hui où Chandler cotoie Hervé le Corre, John le Carré visine avec Jean Claude Izzo et Pennac fraie avec Caryl Ferey... On peut tout à fait l'aborder par l'index de fin, en retrouvant les auteurs qu'on aime et se délectant des portraits dressés d'une main de maitre ou en le dévorant d'un bloc. Pierre Lemaitre y montre sa profonde admiration pour certains des spécialistes du noir; on sent qu'il a pris énormément de plaisir à l'exercice . Quelques petits coups de griffe plutôt legers- sauf pour certains auteurs comme Ruth Rendell, dont il ne partage ni les convictions de la romancière comme de ses personnages- et évidemment pas mal de subjectivité ( mais c'est la loi du genre) mais surtout beaucoup de déférence et d’éloges pour un dictionnaire qui remplit largement sa mission .
    Lire la suite
    En lire moins
  • Errant Posté le 27 Février 2021
    J'ai trouvé cette lecture passionnante à cause du thème, bien sûr, mais surtout à cause de la plume alerte de Lemaitre et de la variété de ses entrées. Grosso modo on peut dire qu'il y en a de trois types dans ce dictionnaire. D'abord, les plus nombreuses, celles consacrées à un auteur en particulier ; on y retrouve généralement des notes biographiques, un aperçu du style ou des thèmes privilégiés, des commentaires sur un ou plusieurs livres, souvent illustrés par des citations. Écrit ainsi cela semble plutôt aride, mais il n'en est rien puisque la formule n'est pas standard et que l'auteur se fait parfois admiratif, parfois cynique, trouve souvent l'anecdote savoureuse et n'hésite pas ni à décrocher quelques flèches ( en tout respect toutefois) ni à blaguer de temps à autre. Un deuxième type d'entrée est celle concernant un livre en particulier qui a retenu l'attention soit par son caractère novateur, soit par sa renommée, soit parce qu'il a particulièrement frappé Lemaître pour des raisons qu'il nous explique. Viennent enfin les références au genre comme tel du polar, son histoire, son évolution, ses styles, ses thèmes. Encore ici ça se lit facilement, on ne tombe pas dans une rhétorique spécieuse... J'ai trouvé cette lecture passionnante à cause du thème, bien sûr, mais surtout à cause de la plume alerte de Lemaitre et de la variété de ses entrées. Grosso modo on peut dire qu'il y en a de trois types dans ce dictionnaire. D'abord, les plus nombreuses, celles consacrées à un auteur en particulier ; on y retrouve généralement des notes biographiques, un aperçu du style ou des thèmes privilégiés, des commentaires sur un ou plusieurs livres, souvent illustrés par des citations. Écrit ainsi cela semble plutôt aride, mais il n'en est rien puisque la formule n'est pas standard et que l'auteur se fait parfois admiratif, parfois cynique, trouve souvent l'anecdote savoureuse et n'hésite pas ni à décrocher quelques flèches ( en tout respect toutefois) ni à blaguer de temps à autre. Un deuxième type d'entrée est celle concernant un livre en particulier qui a retenu l'attention soit par son caractère novateur, soit par sa renommée, soit parce qu'il a particulièrement frappé Lemaître pour des raisons qu'il nous explique. Viennent enfin les références au genre comme tel du polar, son histoire, son évolution, ses styles, ses thèmes. Encore ici ça se lit facilement, on ne tombe pas dans une rhétorique spécieuse tout en apprenant énormément. Ce dictionnaire donne envie de découvrir livres et auteurs dont on ignorait tout. Pour ma part ma liste de livres à lire a gonflé de plus de cent trente titres ! Bien sûr ce ne seront pas toujours des découvertes inoubliables mais à en juger par les avis de Lemaître sur des livres que je connaissais nos opinions se rejoignent beaucoup plus souvent que l'inverse ce qui est encourageant pour la suite. Le plus ironique dans tout cela c'est que je n'ai pas encore lu un seul livre de cet auteur dont je m'apprête à suivre les avis . . . Je reviendrai certainement de temps à autre à ce dictionnaire tellement il est riche.
    Lire la suite
    En lire moins
  • airess600 Posté le 15 Février 2021
    La quatrième de couverture est parfaite pour résumer ce livre. J’étais prévenu mais quand même. Il y a un oubli impardonnable : Patricia Hignsmith tout juste citée dans l’article sur le vieil Alfred. Plus qu’un crime, c’est une faute. Même si on n’apprécie pas son style ce qui, vous l’aurez compris, n’est absolument pas mon cas, Il faut rappeler que plusieurs livres de cette auteure Majeure du roman noir ont donné lieu à plusieurs adaptations de très très grands films : L’inconnu du Nord-Express, Plein Soleil et l’Ami Américain . Ne pas parler de Patricia Highsmith, ce n’est pas classe du tout. On aime ou on n’aime pas mais on écrit dessus même et surtout si on estime avoir une bonne raison de l’ignorer . Injustice criante: Carl Hiaasen, le roi du roman noir déjanté . Son anti-héros récurrent qui est un ex gouverneur de Floride nommé Skink affublé d’un bonnet de douche. Il est au moins aussi déjanté que le héros de Tim Dorsey : Serge le psychopathe . Cet auteur rend hommage dans un de ses livres à Carl Hiaasen, lui pfff ….. Mis à part mon gros reproche du début qui m’amènerait presque à aller fouiller... La quatrième de couverture est parfaite pour résumer ce livre. J’étais prévenu mais quand même. Il y a un oubli impardonnable : Patricia Hignsmith tout juste citée dans l’article sur le vieil Alfred. Plus qu’un crime, c’est une faute. Même si on n’apprécie pas son style ce qui, vous l’aurez compris, n’est absolument pas mon cas, Il faut rappeler que plusieurs livres de cette auteure Majeure du roman noir ont donné lieu à plusieurs adaptations de très très grands films : L’inconnu du Nord-Express, Plein Soleil et l’Ami Américain . Ne pas parler de Patricia Highsmith, ce n’est pas classe du tout. On aime ou on n’aime pas mais on écrit dessus même et surtout si on estime avoir une bonne raison de l’ignorer . Injustice criante: Carl Hiaasen, le roi du roman noir déjanté . Son anti-héros récurrent qui est un ex gouverneur de Floride nommé Skink affublé d’un bonnet de douche. Il est au moins aussi déjanté que le héros de Tim Dorsey : Serge le psychopathe . Cet auteur rend hommage dans un de ses livres à Carl Hiaasen, lui pfff ….. Mis à part mon gros reproche du début qui m’amènerait presque à aller fouiller sur le Dark Net voir si je peux trouver un Tchétchène low-cost afin d’apprendre les bonnes manières au Pierrot . Ce n’est pas moi qui a commencé sur cette pente dangereuse mais un autre Babelionaute dans une de ses critiques ( Cherchez, vous trouverez , il y parle d’une rotule et d’un démonte-pneu ). Blague à part, la « doudou » list de Lemaitre comporte plein de belles choses puisque je les adore : Meyer, Ellory, Ellroy, The Wire , Le Lézard lubrique de Mélancholy Love, Trevanian, Stockholm noir etc ….. et plein de surprises ( Whitmer, je ne connais pas ) dont j’espère bien faire mon miel plus tard. Evidemment c’est très bien écrit avec les hommages et les rosseries qui vont bien. Après, c’est le danger entre le côté « pan sur le bec » bien asséné et le côté un peu "donneur de leçon » à certains auteurs dont le comportement humain n’est pas à la hauteur de leurs qualités littéraires. La frontière est parfois mince . J’eusse aimé la même cruauté avec des auteurs dits de gauche qui sont à l’évidence des gens estimables mais dont le talent littéraire ne me saute pas aux yeux. J’ai en tête Brett Easton Ellis mais j’avoue , je suis de parti pris. Voilà, qui aime bien châtie bien et l’essentiel est que c’est un livre d’amoureux qui nous le fait bien ressentir. Enfin, je terminerai par une surprise que j’aurais bien aimé voir : La trilogie du Caucase de Julia Latinyna . C’est au même niveau que Stockholm noir.
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PLON
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…