Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221117293
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Elégie pour Laviolette

Date de parution : 30/09/2010

Le célèbre (et très populaire) commissaire Laviolette est de retour…
Et c'est chez Robert Laffont !

Laissé pour mort, dans un précédent roman, le nez dans une touffe de thym, et baignant dans une mare de sang, le Commissaire Laviolette, guéri de ses sept impacts de chevrotine dans le dos, est à nouveau chargé d'une enquête : la routine, soi-disant, comme l'affirme le conseiller Honnoraty. Presque...

Laissé pour mort, dans un précédent roman, le nez dans une touffe de thym, et baignant dans une mare de sang, le Commissaire Laviolette, guéri de ses sept impacts de chevrotine dans le dos, est à nouveau chargé d'une enquête : la routine, soi-disant, comme l'affirme le conseiller Honnoraty. Presque rien, en somme : un homme vient de mourir à l'hôpital de Gap, et les neveux spoliés portent plainte pour captation d'héritage. Le coup classique, quoi ! Pas de quoi fouetter un chat. On a même demandé une autopsie et ça n'a rien donné : la mort est naturelle. Deux détails pourtant : la veuve avait célébré ses noces avec le mourant quatre jours auparavant en évinçant la maîtresse en titre, et on avait trouvé sur les mains de la victime d'abondantes traces de talc….
C'est ainsi que Laviolette et le juge Chabrand se retrouvent pour l'enterrement à  La Roque-du-Champsaur, dans ce cimetière (d'une importance capitale pour l'histoire) sans portail d'apparat, sans le moindre cyprès ni thuya, où n'est gravé qu'un seul nom sur chaque tombe, sans famille successive, sans ascendants ni descendants et où le froid et le vent vous transpercent les os.
Pierre Magnan donne une fois de plus libre cours à son imagination débordante, multipliant les assassinats dont la nature criminelle devient évidente, l'essentiel étant de ne pas se tromper d'innocent !... Rebondissements, effets de surprise, il sait nous parler, dans une langue magnifique, des comportements humains et nous étonner  par sa verve, sa gaîté, et son érudition amusée.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221117293
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jcjc352 Posté le 22 Décembre 2020
    L’inspecteur Laviolette modeste de son prénom est un policier fort de caractère, avec qui on se sent bien d’emblée (avec peut-être aussi Robicheaux de Burke et Niémans de Grangé ayant de plus avec ce dernier des affinités puisque comme lui Laviolette meurt et ressuscite si si  enfin presque!) Vintage sûrement, Laviolette vieillard encore vert malgré quelques ahanements quand il marche et toujours aussi perspicace en matière humaine A deux ans de décrocher pour une retraite bien méritée il se voit confier une ultime enquête dans ses alpes natives Avec douleurs dorsales vestiges de chevrotines qui ont failli l’occire et des problèmes de vue conséquences des mêmes chevrotines il se met, tous les sens aux aguets, à l’ouvrage avec modestie : Un matou, les vibrisses frémissantes, qui se pourlèche les babines Magnan sait faire parler les morts et les cimetières et les rend même très sympathiques Plus que les vivants qui eux, passent leur temps à essayé de se talocher et s’occire dès qu’ils en ont le temps Magnan avec ses expressions goûteuses...ses femmes callipyges, ses entéléchies (d’ailleurs mal orthographiés mais c’est peut-être une erreur du typographe ou de la correctrice ) d’un autre temps... L’inspecteur Laviolette modeste de son prénom est un policier fort de caractère, avec qui on se sent bien d’emblée (avec peut-être aussi Robicheaux de Burke et Niémans de Grangé ayant de plus avec ce dernier des affinités puisque comme lui Laviolette meurt et ressuscite si si  enfin presque!) Vintage sûrement, Laviolette vieillard encore vert malgré quelques ahanements quand il marche et toujours aussi perspicace en matière humaine A deux ans de décrocher pour une retraite bien méritée il se voit confier une ultime enquête dans ses alpes natives Avec douleurs dorsales vestiges de chevrotines qui ont failli l’occire et des problèmes de vue conséquences des mêmes chevrotines il se met, tous les sens aux aguets, à l’ouvrage avec modestie : Un matou, les vibrisses frémissantes, qui se pourlèche les babines Magnan sait faire parler les morts et les cimetières et les rend même très sympathiques Plus que les vivants qui eux, passent leur temps à essayé de se talocher et s’occire dès qu’ils en ont le temps Magnan avec ses expressions goûteuses...ses femmes callipyges, ses entéléchies (d’ailleurs mal orthographiés mais c’est peut-être une erreur du typographe ou de la correctrice ) d’un autre temps et ses subjonctifs imparfaits (quand même le livre est sorti en 2010 et Magnan avait quatre vingt huit ans ) … que vous aimassiez… va nous raconter la dernière enquête d’un Laviolette cauteleux matois et jésuite (et c’est un comble pour un franc-maçon) en diable assisté par un aréopage d’aïeules motivées (un peu dans le style d’Agatha Christie... un peu quand même) d’un juge émoustillé à qui les sens feront défaut Meurtres , accidents ,morts naturelles ? Comment savoir ? Entre le cimetière et l’épicerie, les trajets en deuche et deux croûtes de bon pain Laviolette qui en outre assistera en voyeur à une mémorable scène de fesses (la nuit de noce de la femme callipyge et de son ami le juge) se fait fort de dénouer l’intrigue en passant de surcroît, au XXI ième siècle par un véritable miracle religieux. Comme quoi dieu aime aussi ses mécréants L’intrigue est un prétexte pour raconter les basses alpes, sa froidure, ses andrônes , ses gens engoncés dans le temps, une vie si parcimonieuse et pourtant si riche qu’il est toujours aussi agréable de suivre A noté cette fois un humour pince sans rire beaucoup plus marqué et très fréquent ainsi qu’une gaillardise très appuyée Magnan octogénaire très vert ça fait plaisir !
    Lire la suite
    En lire moins
  • BLaval44 Posté le 29 Juillet 2020
    Etrange dernier roman pour Laviolette que cette élégie qui ne parvient pas à m'ébahir comme d'autres par le passé ... non que je répugne à lire ce dernier, il est poétique, testamentaire, très porté sur la réflexion et sur l'attitude à user de la vie ... mais c'est tout sauf une enquête ... quel crime ???? Autant de personnages rares sortis d'un bon terroir franc et indiscipliné, autant de perceptions nostalgiques d'une fin d'époque, autant de tristesse pour ces petits moment perdus ... ça sent bon le verbe d'antan, ça fleure les campagnes endormies et les pierres moussues ... mais l'enquête est finalement si délaissée que la finale est oubliée au profit d'une longue, très longue description de la Provence d'autrefois ...
  • zakfm Posté le 18 Juin 2020
    Où nous découvrons que la décharge de chevrotines dans le dos de Laviolette qui clôturait le roman précédent, au lieu de l’envoyer ad patres, l’a rajeuni de dix ans. Dans ce dernier roman de Pierre Magnan l’intrigue policière est quasiment absente. La belle écriture, elle, est toujours présente pour nous parler de la mort. C’est le thème philosophique de ce roman. Giono est un peu délaissé pour Proust. Un roman apaisant pour nous dire au-revoir. Jusqu’à la fin, l’amour et la mort se disputent la vedette. Devinez qui va gagner ?
  • lehibook Posté le 5 Décembre 2019
    Laviolette suite et fin .Suite car le roman débute sur les conséquences directes de « Le parme convient à Laviolette » et fin car il s’agit véritablement d’un œuvre testamentaire . Testament du personnage qui s’achemine vers sa fin , comme par hasard le lieu principal de l’histoire est un cimetière . Testament de l’auteur lui-même décédé peu après et qui fait de ce roman une sorte de récapitulation de son œuvre ( amour des paysages de sa région, regard lucide et attendri sur les gens qui les peuplent , sensualité et hédonisme) et de sa culture ( vaste et fine malgré la modestie de cet autodidacte). Une pensée émue pour cet homme que j’ai apprécié au fil de rencontres et pour un auteur de qualité trop sous-estimé .
  • Fuelyod Posté le 28 Juillet 2018
    Agréable roman policier qui ne se prend pas trop au sérieux et qui est néanmoins écrit dans un style irréprochable. J'ai été dérangée par les références aux autres romans de la série "commissaire Laviolette" (romans que je n'ai pas lus et ne brûle pas de lire). J'avais davantage apprécié "La naine" du même auteur.
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.