Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714468918
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe

Enfant 44

France CAMUS-PICHON (Traducteur)
Date de parution : 02/04/2015

Un suspense inouï qui vous prend à la gorge, le portrait d’un homme en quête de vérité, au péril de sa vie et de celle des siens, la restitution magistrale de cette implacable machine à broyer les hommes que fut le système soviétique. Le premier roman d’un jeune auteur qui fait une entrée fracassante sur la scène littéraire internationale.

 

Hiver 1953, Moscou. Le corps d’un petit garçon est retrouvé sur une voie ferrée.Agent du MGB, la police d’État chargée du contre-espionnage, Leo est un officier particulièrement zélé. Alors que la famille de l’enfant croit à un assassinat, lui reste fidèle à la ligne du parti : le crime n’existe...

Hiver 1953, Moscou. Le corps d’un petit garçon est retrouvé sur une voie ferrée.Agent du MGB, la police d’État chargée du contre-espionnage, Leo est un officier particulièrement zélé. Alors que la famille de l’enfant croit à un assassinat, lui reste fidèle à la ligne du parti : le crime n’existe pas dans le parfait État socialiste, il s’agit d’un accident. L’affaire est classée mais le doute s’installe dans l’esprit de Leo.Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Leo est contraint à l’exil avec sa femme Raïssa, elle-même convaincue de dissidence. C’est là, dans une petite ville perdue des montagnes de l’Oural, qu’il va faire une troublante découverte : un autre enfant mort dans les mêmes conditions que l’« accident » de Moscou.

Prenant tous les risques, Leo et Raïssa vont se lancer dans une terrible traque, qui fera d’eux des ennemis du peuple…

 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714468918
Façonnage normé : EPUB2
DRM : DRM Adobe
Belfond

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • collectifpolar Posté le 8 Mars 2020
    Dans la Russie stalinienne des années 1950, un officier sans états d'âme croit participer à la bonne marche du pays. Pourtant la belle machine va s'enrayer quand il voudra découvrir la vérité Un suspense inouï qui vous prend à la gorge, le portrait d'un homme en quête de vérité, au péril de sa vie et de celle des siens, la restitution magistrale de cette implacable machine à broyer les hommes que fut le système soviétique. Le premier roman d'un jeune auteur qui fait une entrée fracassante sur la scène littéraire internationale.
  • sonfiljuliesuit Posté le 3 Mars 2020
    Si je devais parler de coup de coeur, ce livre en serait indéniablement un. 5 ans après, sa lecture, les sentiments ressentis sont encore vivaces. L'auteur a su mettre à profit, une histoire dans L Histoire, en alliant d'un côté des meurtres d'enfants, tout en nous entraînant dans une atmosphère glaciale en plein coeur de l'hiver russe. La construction narrative imbrique des éléments les uns aux autres et cela donne un vrai bijou à lire ! Basé sur des faits réels, dans une Russie où il ne se passe rien de mal. La politique au service de l'homme... Il ne se passe rien de mal au paradis... Pourtant, avec ce livre, on aura un aperçu de l'horreur bien présente. Un livre que je vous recommande fortement.
  • Boulais Posté le 13 Février 2020
    Avec "Enfant 44" (éditions Belfond, 396 pages) Tom Rob Smith nous ramène dans une Russie d'après-guerre cauchemardesque, étouffée par la police de Staline. Dans ce pays sans espoir où les sourires sont suspects sévit un tueur d'enfant insaisissable et au mobile indéchiffrable. L'auteur s'est vaguement inspiré d'une histoire vraie récente, celle d'Andréï Chikatilo, monstre ukrainien coupable d'une cinquantaine de meurtres autour de sa ville de Rostov sur le Don dans les années 80. En transposant cette trame trente ans plus tôt, Smith s'attache à décortiquer les rouages d'un système policier dont la première vocation n'est pas de combattre le crime, mais de protéger le régime politique. La plus brillante idée du livre est de prendre pour héros un serviteur zélé du stalinisme, un jeune flic prêt à envoyer n'importe lequel de ses compatriotes en prison, au goulag ou à la mort, avec le sentiment du devoir accompli. Suivant une mécanique très hollywoodienne, on voit naître le doute dans l'esprit figé par l'obéissance de cet officier-modèle. Tom Rob Smith lui donne de la profondeur en lui opposant un personnage d'épouse forte et habile, qui lui renvoie ses contradictions sans ménagement. Pas étonnant que ce beau couple ait donné des idées de film... Avec "Enfant 44" (éditions Belfond, 396 pages) Tom Rob Smith nous ramène dans une Russie d'après-guerre cauchemardesque, étouffée par la police de Staline. Dans ce pays sans espoir où les sourires sont suspects sévit un tueur d'enfant insaisissable et au mobile indéchiffrable. L'auteur s'est vaguement inspiré d'une histoire vraie récente, celle d'Andréï Chikatilo, monstre ukrainien coupable d'une cinquantaine de meurtres autour de sa ville de Rostov sur le Don dans les années 80. En transposant cette trame trente ans plus tôt, Smith s'attache à décortiquer les rouages d'un système policier dont la première vocation n'est pas de combattre le crime, mais de protéger le régime politique. La plus brillante idée du livre est de prendre pour héros un serviteur zélé du stalinisme, un jeune flic prêt à envoyer n'importe lequel de ses compatriotes en prison, au goulag ou à la mort, avec le sentiment du devoir accompli. Suivant une mécanique très hollywoodienne, on voit naître le doute dans l'esprit figé par l'obéissance de cet officier-modèle. Tom Rob Smith lui donne de la profondeur en lui opposant un personnage d'épouse forte et habile, qui lui renvoie ses contradictions sans ménagement. Pas étonnant que ce beau couple ait donné des idées de film à Ridley Scott avant même la sortie du roman (il avait acheté les droits à la Foire du Livre de Londres en... 2007), d'autant qu' "Enfant 44" offre assez d'action, de drame et de grands sentiments pour bâtir un scénario attrayant...
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lucrese1 Posté le 10 Janvier 2020
    Ajouter une critique...J'ai terminé ce livre cette nuit, profitant de quelques jours de récupération bien mérité au travail pour lire autant que je le désire. J'ai réfléchi longtemps à ce que j'allais écrire... Tout d'abord, c'est un excellent thriller, un excellent roman noir, un excellent roman historique car basé sur des faits réels qui se sont passé sous le régime totalitaire du communisme. Pendant des années, j'ai pensé que la théorie de Karl Marx était une belle idée mais que quelque chose avait du mal se passer, la vérité est que l'être humain, dès qu'il a un tout petit peu de pouvoir sous une dictature, que ce soit sous Staline en ce qui fut l'URSS ou le troisième Reich sous Hitler, peut se transformer en monstre. J'ai toujours été fascinée par les pays slaves, mon père y a travaillé, en Ukraine fin des années '90, c'est magnifique et on y rencontre des gens touchants, d'une extrême intelligence, avec un goût pour l'art qui m'a touché! Mais j'avais aussi remarqué lors de mes deux visites que nous ne sortions pas beaucoup de ce palais situé dans un quartier extra protégé où l'on ne voyait pas la misère dans laquelle des Ukrainiens dans lequel... Ajouter une critique...J'ai terminé ce livre cette nuit, profitant de quelques jours de récupération bien mérité au travail pour lire autant que je le désire. J'ai réfléchi longtemps à ce que j'allais écrire... Tout d'abord, c'est un excellent thriller, un excellent roman noir, un excellent roman historique car basé sur des faits réels qui se sont passé sous le régime totalitaire du communisme. Pendant des années, j'ai pensé que la théorie de Karl Marx était une belle idée mais que quelque chose avait du mal se passer, la vérité est que l'être humain, dès qu'il a un tout petit peu de pouvoir sous une dictature, que ce soit sous Staline en ce qui fut l'URSS ou le troisième Reich sous Hitler, peut se transformer en monstre. J'ai toujours été fascinée par les pays slaves, mon père y a travaillé, en Ukraine fin des années '90, c'est magnifique et on y rencontre des gens touchants, d'une extrême intelligence, avec un goût pour l'art qui m'a touché! Mais j'avais aussi remarqué lors de mes deux visites que nous ne sortions pas beaucoup de ce palais situé dans un quartier extra protégé où l'on ne voyait pas la misère dans laquelle des Ukrainiens dans lequel vivait mon père avec ma belle-mère et leurs enfants sans gardes du corps (il travaillait pour les communautés européennes, rien de spécial! ), cela nous était fortement déconseillé, voire interdit! C'est pour cette raison que malgré son amour pour Kiev, il a demandé à être muté pour ses dernières années en Italie. J'avais l'impression que le temps s'était arrêté et peut-être était-ce le cas après tout ce que ces gens ont enduré! Ce genre de livres est très intéressant car sous une histoire bien construite, avec une bonne dose de suspense, on apprend aussi énormément sur l'histoire ou en tout cas une partie de l'histoire d'un peuple! Et celle-ci m'a non pas effrayée car je la connaissais mais dans un bon livre bien écrit, on s'attache aux personnages, plus que dans nos anciens bouquins d'histoire et c'est sans doute ce qui fait que l'on est encore plus touché par le sort de ces gens, même si c'est en partie de la fiction. Inutile de vous raconter l'histoire, elle a déjà été extrêmement bien résumée par un tas d'autres lecteurs sur ce site, je voulais donner mon avis. J'ai beaucoup aimé ce livre, l'écrivain s'est très bien documenté sur l'histoire de l'URSS communiste, la réaction des gens, la peur, mais aussi sur la beauté de ces pays comme les métros de Moscou que j'ai eu la chance de visiter avec mon père lors d'un weekend dans la capitale russe! SI l'histoire est basée sur des faits réels tels que "le monstre de Rostov", Andréï Tchikatilo, n'ayez crainte, l'auteur n'en fait pas un livre à sensations et il s'attarde bien plus sur la vie en général de tous les habitants de ce que devenait "le nouveau monde"! La fin est tout à fait inattendue, donc c'est aussi un très bon polar. Je n'ai rien à reprocher à ce livre qui plaira autant aux gens qui aiment les livres bien écrit ainsi que l'histoire, les thrillers, les drames et les romans noirs! Tout au long de ma lecture, malgré ma sympathie pour ces gens, j'ai eu une chanson de Sting datant de 1985 qui me revenait à l'esprit : "Russians", que je partage avec vous! Je l'écoute en pensant à cette terrible époque, mais aussi à des milliers d'enfants de l'état qui souffrent encore tous les jours, j'ai vu des vidéos lors de mes études en ortho(ped)agogie à Gand, ce sont toujours des femmes de ménage qui essaient de s'occuper d'eux mais les conditions sont toujours épouvantables à notre époque, certains enfants ne marchent jamais car ils sont toujours alités et n'ont pas de kinés, pas d'éducateurs, rien, nada! J'étais sortie du cours en larmes. C'est aussi pour cela que j'avais cette chanson de Sting dans laquelle il dit plusieurs fois qu'il espère que "les russes aiment leurs enfants aussi "en tête pendant cette lecture. Les slaves aiment leurs enfants, ils sont de plus en plus nombreux chez nous en Belgique, surtout dans le quartier où je travaille, et je m'entend très bien avec eux, j'aime beaucoup leurs enfants qui viennent dans le centre où je travaille, ils sont polis, intelligents et c'est grâce à ces enfants slaves qui apprennent nos deux langues principales souvent plus vite que la plupart des belges que nous avons un club d'échec!). Je ne pense pas avoir écrit une critique très constructive mais ce sont mes sentiments qui parlent et c'est parfois intéressant aussi! https://www.youtube.com/watch?v=wHylQRVN2Qs
    Lire la suite
    En lire moins
  • Zephirine Posté le 18 Novembre 2019
    Quelque part en Ukraine en 1933, au milieu de l’hiver : On meurt de faim et, pour survivre dans cette région désolée, les enfants doivent avoir de la ressource. Vingt ans plus tard, autre lieu, autres personnages. Nous sommes à Moscou. Leo, agent du MGB, efficace et promis a un grand avenir, est chargé de l’enquête sur la mort d’un enfant. Meurtre ? Accident ? Il est plus simple, pour l’agent de la police d’Etat de conclure à l’accident, n’est ce pas ce qu’on attend de lui dans ce système soviétique ou l’on refuse de croire au crime mais ou chaque individu est un espion potentiel, un dissident en puissance ? Ce système implacable que sert avec fidélité et conviction Leo va se retourner peu à peu contre lui et sa jeune épouse Raïssa. Vivant mieux que le reste de la population grâce à son poste d’officier du MGB, Leo, soupçonné de trahison , est rétrogradé au bas de l’échelle et exilé à Voualsk, ville sinistre perdue dans les monts Oural. En même temps que son rang social, sa vie privée bascule. Le meurtre d’une jeune fille, semblable à celui de l’enfant de Moscou, intrigue Leo. Avec l’aide... Quelque part en Ukraine en 1933, au milieu de l’hiver : On meurt de faim et, pour survivre dans cette région désolée, les enfants doivent avoir de la ressource. Vingt ans plus tard, autre lieu, autres personnages. Nous sommes à Moscou. Leo, agent du MGB, efficace et promis a un grand avenir, est chargé de l’enquête sur la mort d’un enfant. Meurtre ? Accident ? Il est plus simple, pour l’agent de la police d’Etat de conclure à l’accident, n’est ce pas ce qu’on attend de lui dans ce système soviétique ou l’on refuse de croire au crime mais ou chaque individu est un espion potentiel, un dissident en puissance ? Ce système implacable que sert avec fidélité et conviction Leo va se retourner peu à peu contre lui et sa jeune épouse Raïssa. Vivant mieux que le reste de la population grâce à son poste d’officier du MGB, Leo, soupçonné de trahison , est rétrogradé au bas de l’échelle et exilé à Voualsk, ville sinistre perdue dans les monts Oural. En même temps que son rang social, sa vie privée bascule. Le meurtre d’une jeune fille, semblable à celui de l’enfant de Moscou, intrigue Leo. Avec l’aide de sa femme, traqué par ses anciens collègues, il va remonter la piste de l’assassin qui lui fera découvrir d’autres crimes similaires. Débute alors une traque sournoise et implacable du couple dissident. Frissons garantis avec ce roman abrupt et haletant qui plonge le lecteur dans le monde hostile et brutal de l’Union Soviétique dans les années 50. Leo Stepanovitch Demidov, occupe un poste envié d’officier au ministère de la Sécurité d’Etat. L’auteur nous décrit un homme jeune et fort, convaincu du bien fondé de ses missions et qui officie avec un zèle dénué d’états d’âme. Propulsé dans la police secrète grâce à ses exploits militaires et la foi inébranlable en son pays, Leo est l’archétype même du parfait communiste fidèle aux préceptes de Staline. Il suffira d’un grain de sable, le meurtre d’un enfant classé comme accident et la jalousie féroce d’un rival pour que le héro au caractère trempé dans l’acier, voit ses certitudes se fissurer peu à peu. L’auteur, en le transformant en victime, le rend soudain plus humain à nos yeux. Avec un talent subtil, Tom Rob Smith enlève une à une les pelures du héro confronté à de nombreuses vicissitudes et désillusions et rongé par un secret qu’on ne découvrira que dans les dernières pages. L’auteur a su mêler avec brio l’histoire intime de son personnage avec l’Histoire de la Russie Stalinienne. Le résultat est d’une grande réussite. Ecrit dans un style alerte, alternant récit et dialogues, l’intrigue déroule ses méandres sans émousser mon intérêt. Et les apports documentaires, bien insérés dans le récit, m’ont apporté des éclaircissements nécessaires pour la compréhension du récit. J’ai particulièrement aimé la dimension épique du roman qui dépasse la simple enquête policière sur les meurtres d’enfants. Tom Rob Smith place son histoire policière dans une dimension historique de grande envergure. Il nous emmène au cœur du système soviétique. Ses personnages savent être attachants ou inquiétants. Ajoutons à cela un rythme trépidant et vous comprendrez pourquoi on ne lâche ce livre qu’une fois le mystère résolu. Pari tenu pour l’auteur qui nous captive avec une histoire maitrisée de main de maitre à l’intrigue fort bien ficelée. Il mène le lecteur avec une assurance rare, semant des indices jusqu’à la révélation finale.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.